Tunisie : L'ISIE n'hésitera pas à poursuivre ceux qui diffament ses agents et cadres    Récap' Explosion au domicile de Charfeddine, Kaïs Saïed se rend au chevet de son épouse    Tunisie : L'UGTT rend hommage à l'artiste Marcel Khalifé    Tunisie-Bizerte : Un incendie déclaré dans une ferme à Mateur a été maitrisé    Coupe de Tunisie : Tirage au sort complet de l'édition 2021-2022    Tunisie [VIDEO] : Les prix des fourrages et la situation des agriculteurs, au cœur d'une rencontre entre Saied et Bouden    Incendie au siège de la CNAM : Les archives et dossiers des assurés sociaux n'ont pas été endommagés    Play-offs Ligue 1 Pro : Sur quelles chaînes suivre les matches de la J05 ?    Festival du film de Yasmine Hammamet-Laajimi : "La projection des films n'est pas commerciale"    Tunisie – La banlieue nord de Tunis privée d'eau pendant 36 heures    Chute record des titres tunisiens de dette extérieure à la Bourse de Francfort    Affaire Belgacem - Le juge interdit la diffusion de tout contenu pouvant porter atteinte à la dignité de la femme    Tunisie – Le pays du soleil vit dans la peur du noir !    Najet Brahmi Zouaoui, titulaire de la Chaire ALECSO pour l'arbitrage commercial international    Tunisie – Embellie du marché de l'emploi    France : Le "CDD intérim" de Premier ministre n'intéresse personne, sauf elle…    Ghannouchi : J'ai commis une seule erreur...la voilà    Tunisie Télécom fait son cinéma à Gabès    Annulation de la hausse des prix des fourrages    Urgent : le ministère de l'Intérieur donne les causes de l'explosion dans la maison de Charfeddine    Tunisie : Bus coincé dans un tunnel : le conducteur limogé ?    Sidi Bouzid: Les habitants bloquent la route pour réclamer l'approvisionnement en eau potable    Explosion au domicile de Taoufik Charfeddine : les précisions du ministère de l'Intérieur    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    INS : légère baisse de 0.1% du taux de chômage    Musée du Bardo (2012-2022) : la décennie de tous les malheurs    Roland Garros : Prize money et programme TV de l'édition 2022    Le secteur français de l'hôtellerie-restauration cherche des saisonniers en Tunisie    Ukraine: Trois hommes d'affaires tunisiens face à la guerre    La Tunisie menacée d'obscurité !    Ons Jabeur grimpe à la 6ème place mondiale, après 2 finales aux tournois de Rome & Madrid    Le 1er Marathon GAT Assurances à Oudhna en photos    Tunisie – météo : hausse de températures et sirocco au sud    Le HUAWEI nova 9 SE doté d'une caméra de 108 MP disponible en Tunisie dès le 17 mai    Lancement du PREMIER MEDIA FEMINISTE de la MEDITERRANEE    Sami Ben Slama: Il n'est pas accepté d'organiser un référendum dans ces conditions    Bassem Loukil s'apprête à lancer Exeed en Tunisie    Les indiscrétions d'Elyssa    Sfax: Festival de l'amandier par l'APPAD et la Maison Gourmandise du 20 au 22 mai 2022    Une lourde défaite face au CSS : Le CA à genoux !    EXPATRIES | Laïdouni remporte le doublé    Le CSS des grands jours : Une équipe de choc et de charme    Brahim Bouderbala : L'opposition n'a qu'à mobiliser les électeurs afin de voter contre la proposition de révision de la Constitution    Agression policière lors des Obsèques de Shirin Abou Akleh: Le visage hideux des sionistes    Corée du Nord-Covid : 42 décès en 3 jours et toujours zéro vacciné…    Mes odyssées en Méditerranée | Sicile-Tunisie, un jumelage méditerranéen: Entre hier et aujourd'hui...    USA : énième tuerie raciste, 10 morts à New York    «Poétiques arabes», recueil de textes de Taoufik Baccar : L'élégance de l'analyse et de l'écriture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Natasha Trethewey nouvelle « Poet Laureate »
Littérature américaine
Publié dans Le Temps le 29 - 06 - 2012

Encore peu connue chez elle, cette Africaine-Américaine sera pendant les douze prochains mois la porte-parole de la poésie des Etats-Unis.
Auteur de trois recueils et d'un essai, elle explore la mémoire des siens et l'histoire douloureuse de sa communauté.
« Pour moi, la poésie est une forme de foi, aime dire la poétesse noire américaine Natasha Trethewey. Elle me réconforte et me permet en même temps de donner un sens aux événements. » Peu connue du grand public, mais particulièrement appréciée dans les milieux littéraires, Natasha Trethewey est l'auteur de trois recueils dont le « Native Guards » (Des gardiens indigènes) qui a reçu le prix Pulitzer pour la poésie en 2007. Elle vient d'être nommée « Poet Laureate » des Etats-Unis pour 2012-2013, par la prestigieuse Bibliothèque du Congrès.

La désignation par les Américains d'un « Poet laureate » s'inscrit dans la tradition anglo-saxonne consistant à sélectionner chaque année un poète officiel qui incarne le génie poétique du pays. Le titulaire donne lecture de ses poèmes lors des cérémonies nationales et participe plus généralement à la promotion de la poésie à travers le pays. Aux Etats-Unis, ce titre a couronné d'éminents poètes tels que Joseph Brodsky et Robert Frost. Et après l'immense Rita Dove, en 1993, Natasha Trethewey sera la deuxième Africaine-Américaine à recevoir ce titre.

« Moi aussi, je suis l'Amérique »

A 46 ans, elle sera aussi la plus jeune « poète lauréate ». Elle succède à Philippe Levine qui avait 80 ans lors de sa nomination. Son œuvre est, par conséquent, encore à venir. Mais ce qui a décidé les jurés, c'est la puissance et l'originalité de la voix de la jeune Trethewey qui puise son inspiration à la fois dans sa propre expérience de femme métisse ayant grandi dans le Sud conservateur et celle de sa communauté africaine américaine.

Née dans le Mississippi en 1966, Natasha Trethewey est la fille d'un universitaire blanc Canadien et d'une mère africaine-américaine. Ses parents se sont rencontrés sur le campus d'une université du Mississipi pendant les années fatidiques de la lutte des Noirs pour les droits civiques, mais ils ont dû se marier dans un autre Etat car le mariage interracial était interdit dans leur Etat de résidence.

En 1972, lorsque ses parents se séparent, la jeune fille n'a que six ans. Elle grandit entre Atlanta où vit sa mère et la Nouvelle-Orléans où s'est établi son père. Tout comme Barack Obama, auquel les journaux américains l'ont inévitablement comparée, Trethewey revendique à la fois son identité d'Africaine-américaine et celle de métisse appartenant simultanément à deux mondes.

Cette identité complexe, difficile à assumer pour sa génération, est le thème de l'un des grands poèmes de Natasha Trethewey, celui qui l'a fait connaître du public d'amateurs de poésie aux Etats-Unis. Intitulé simplement « My mother dreams another country », il imagine la mère du poète enceinte de sa fille, rêvant de voir sa progéniture grandir dans une société sans discrimination raciale et où les êtres sont jugés seulement à l'aune de leur humanité.

Ce poème poignant, empreint d'idéalisme et de tragique, s'inscrit, comme toute la poésie de Natasha Trethewey, dans ce besoin qu'ont ressenti très tôt les écrivains africains-américains de dire leur version de l'expérience américaine. « Moi aussi, je suis l'Amérique », écrivait Langston Hughes, le poète emblématique de la Negro-Renaissance de Harlem au début du 20è siècle. « Je suis le frère à la peau sombre/ Ils m'envoient manger à la cuisine/ Quand il vient du monde... » Un poème que la jeune Trethewey connaît par cœur et dans lequel elle a trouvé les raisons profondes de sa vocation poétique.

Or cette passion pour la poésie, elle la doit aussi à son père Eric Trethewey qui était lui-même poète. La lauréate a raconté comment lorsqu'elle était petite, son père lui demandait pendant les longs trajets en voiture d'écrire des poèmes chaque fois qu'elle s'ennuyait. « Je me suis très vite rendue compte, a-t-elle expliqué, que seule la poésie me permet d'articuler les interrogations qui me taraudent et que je ne peux exprimer autrement. » Mais c'est seulement après la mort violente de sa mère, tuée par son second mari, qu'elle s'est réellement mise à écrire. « Je me suis alors tournée vers la poésie pour faire sens de la tragédie que je venais de vivre. Mon écriture manquait encore de maturité. Il m'a fallu encore vingt ans de pratique pour trouver ma propre voix. »

Saisies sur le vif

C'est en effet en 2000 que Trethewey a réussi à publier son premier recueil, intitulé « Domestic work » (Travaux domestiques). Ce sont des poèmes qui explorent le vécu des petites gens : femmes de ménage noires, blanchisseuses, employées d'usines. Partant de la biographie de sa grand-mère, qui a vécu dans le Sud profond au début du siècle, la poétesse restitue l'histoire des hommes et femmes oubliés de la grande Histoire. Seule l'imagination poétique est à même de les arracher à l'oubli - l'humiliation ultime. « Huit femmes/ que je ne connais guère/ me regardent du fond de cette photo./ Elles me disent : souviens-toi », ainsi commence l'un des plus beaux poèmes du volume.

Dans son second recueil « Bellocq's Ophelia », paru en 2002, Trethewey poursuit son travail d'exploration de la mémoire de sa communauté à travers l'histoire fictionnelle des prostituées de la Nouvelle Orléans, photographiées au siècle dernier par le portraitiste américain E. J. Bellocq. Saisies sur le vif par l'objectif du célèbre photographe, ces femmes étaient pour la plupart d'origine métisse. Mêlant habilement dans ce volume le vécu de ces prostituées avec sa propre expérience de femme de couleur vivant dans le Mississippi contemporain, la poète lauréate donne à lire des récits complexes de quête et d'affirmation de soi face à un monde hostile.

La mémoire et l'Histoire sont au cœur du troisième recueil de poèmes sous la plume de Natasha Trethewey. Paru en 2006, « Native Guard » revisite la guerre civile américaine, mais vue du point de vue des soldats noirs dont la contribution à la cause de la liberté défendue par l'Union des Etats nordistes est souvent passée sous silence. La séquence centrale du recueil est consacrée aux exploits oubliés d'un régiment noir composé d'anciens esclaves en fuite. Dédié à sa mère, ce volume illustre tout l'art de Trethewey fait de résonances souterraines et poétiques entre le passé et le présent, le personnel et le collectif, le fictionnel et le réel.

Auteur aussi d'un essai paru sur l'ouragan Katrina paru en 2010 (Beyond Katrina : A Meditation on the Mississippi Gulf Coast), Natasha Trethewey publiera cet automne son quatrième recueil de poèmes. Inscrite au carrefour de la réflexion et du poétique, de l'engagement social et de l'inventivité esthétique, l'oeuvre de Natasha Trethewey se situe dans le droit fil des lettres africaines-américaines. Dommage qu'elle n'ait pas encore été traduite en français.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.