Coronavirus: 2 décès et 3905 nouvelles contaminations, Bilan du 16 janvier 2022    Météo: Températures comprises entre 8 et 12 degrés, ce mardi    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    Najla Bouden reçoit Slim Hentati et Faouzia Yacoubi    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    Libération de Mustapha Khedher    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Covid-19 : Mahjoub Aouni écarte le recours à la suspension des cours    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Tunisie-coronavirus : La plupart des hospitalisés sont des non-vaccinés    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Météo : Légère hausse des températures    Express    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La gauche tente de créer une troisième voie...
Le «Front populaire du 14 janvier» s'élargit
Publié dans Le Temps le 10 - 07 - 2012

La perspective d'une bipolarisation à marche forcée entre une droite religieuse représentée par Ennahdha et ses alliés d'un côté et une droite libérale incarnée par Nidâa Tounes et ses satellites de l'autre, électrise le champ politique national.
Les forces de gauche, qui ont été par le passé de tous les combats pour la dignité, le travail et la liberté, soit les slogans même de la révolution, semblent déterminées à peser de tout leur poids sur l'échiquier politique lors des prochaines élections et de constituer une troisième voie crédible. C'est du moins ce qui ressort d'un meeting tenu dimanche à Tunis par le «Front populaire du 14 janvier », une coalition regroupant cinq partis de gauche et d'obédience nationaliste arabe , en l'occurrence le Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie (PCOT), le Parti Populaire pour la Liberté et le Progrès (PPLP), le Parti du Militantisme Progressiste (PMP) , le Mouvement Baâth et le Mouvement des Patriotes Démocrates (MOPAD/ le groupe conduit par Jamel Ben Lazher qui est né d'une scission du parti d'extrême gauche éponyme dirigé par Chokri Belaïd). Cette réunion a été, en effet, consacrée à un débat sur la constitution d'un front de gauche capable de parachever la réalisation des objectifs de la révolution. Concrètement, il s'agissait d'un élargissement du Front populaire du 14 janvier à d'autres formations de gauche, dans la mesure où les quatre nouveaux partis de gauche ont été invités à prendre part aux consultations. Ces formations sont le Mouvement Baâth et le Mouvement des Patriotes Démocrates (MOPAD, formation dirigée par Chokri Belaïd), le parti de l'Avant-garde arabe et démocratique (Attaliâa), le Mouvement du Peuple et le Parti du Travail patriotique et Démocratique (PTPD).

Rompre avec la bipolarisation

Ce front ambitionne de représenter une alternative crédible au mouvement islamiste Ennahdha et à la droite libérale dont le noyau dur est le Mouvement Nidaâ Tounes créé récemment par l'ancien Premier ministre Béji Caïd Essebsi. Dans son allocution prononcée à l'ouverture du meeting, le secrétaire général du PCOT, Hamma Hammami, a d'ailleurs bien tracé le positionnement du front sur l'échiquier politique en estimant que «le gouvernement actuel dominé par Ennahdha et le parti Nidaâ Tounes ne sont pas capables de réaliser les objectifs de la révolution de la dignité ». M. Hammami a également affirmé que l'action de l'actuel gouvernement est « en deçà des attentes de la population assoiffée de justice sociale et de partage équitable des richesses », accusant ce gouvernement de « fermer les yeux sur les agissements des salafistes qui menacent les libertés sous le prétexte fallcieux de la défense du sacré ».
S'agissant de Nidaâ Tounes, le leader du PCOT a noté que ce parti «représente une force contre-révolutionnaire dans la mesure où il compte des résidus de l'ancien régime », indiquant que Béji Caïd Essebsi ne dispose pas de solutions aux problèmes du pays. « Après avoir assumé plusieurs responsabilités sous la dictature, M. Caïd Essebsi veut nous convaincre qu'il s'est aujourd'hui mué en démocrate impénitent », a-t-il souligné.

Plateforme économique et sociale

Le meeting a été, d'autre part, marqué par un débat sur la situation générale dans le pays. Les intervenants ont estimé, à ce propos, que « la majorité des objectifs de la révolution de la liberté et de la dignité ne se sont pas réalisés », notant que « les vrais problèmes des Tunisiens ne sont pas le hijab ou le niqab mais la pauvreté, le chômage et le déséquilibre régional », a-t-il indiqué, estimant que le peuple doit reprendre son destin en main. Un projet d'une plateforme économique et sociale a été, par ailleurs, présenté. Cette plateforme prévoit notamment l'encouragement d'un développement économique au service du peuple, la re-nationalisation des secteurs stratégiques qui ont été privatisés ; la formulation d'une politique économique et sociale qui rompt avec l'approche libérale capitaliste, et la réhabilitation du rôle interventionniste de l'Etat afin de protéger le citoyen contre la flambée des prix ainsi que pour la régulation du marché des produits de base et la lutte contre la spéculation.
Le projet de programme économique et social du front préconise aussi l'octroi d'une indemnité aux chômeurs, l'amélioration du pouvoir d'achat des salariés, le gel des prix des produits de base, le lancement de négociations avec les bailleurs de fonds internationaux en vue de suspendre le paiement de la dette extérieure pendant quelques années et la création d'un fonds spécial dédié à l'investissement dans les régions défavorisées
A noter que quatre comités mixtes ont été mis en place en vue de peaufiner le programme du front et d'élargir les consultations avec d'autres formations de gauche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.