Première astronaute tunisienne et africaine : Telnet dévoile la liste des candidates    CONDOLEANCES    Développement du tourisme de plaisance: Les grandes lignes de la feuille de route    Bizerte – «Route du Jasmin»: «Marina Cap 3000» accueille 24 bateaux et yachts    L'épouse du Chef de l'Etat appelle à redoubler d'efforts pour éliminer toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes    Le service de la dette extérieure éponge la totalité des transferts de la diaspora    Un an après sa visite aux artisanes de Hay Hlel, Kaïs Saïed y retourne    Mali : Un exploit sur le marché obligataire régional, toutes les dettes réglées    Décès du réalisateur Abdeljabbar Bhouri    Hatem M'rad: Les trois grands sens de la démocratie    Tunisie - Un Français meurt en prison dans des conditions pénibles alors qu'il a été libéré par un juge    WTA Cincinnati : Ons Jabeur exemptée, Serena défie Raducanu    Kef : La maladie de la langue bleue sévit    Taboubi à propos de la réunion avec le gouvernement : ce n'est pas un nouveau pacte social !    L'agence de notation japonaise R&I dégrade, une nouvelle fois, la note de la Tunisie    Semaine boursière : Le Tunindex enchaine les hausses    L'huile subventionnée débarque à Monastir    Royaume-Uni : Le probable successeur de Boris Johnson déjà plombé par un scandale    Un énorme soulagement à Sfax et Bizerte, dans la même journée    L'UE assaillie par les migrants clandestins, +86% cette année    Foot-Europe: le programme du jour    Fête nationale de la femme: La « condition féminine », une imposture !    Protéger les femmes    Les étudiants en quête d'un logement décent: Un vrai casse-tête !    Eventuelle grève des techniciens de la navigation aérienne    Le FTDES dénonce la poursuite de la marginalisation de la question relative au transport des ouvrières agricoles    Arrestation d'un trentenaire condamné à 11 ans de prison    Importation anarchique et déficit de la balance commerciale: Le protectionnisme, un mal nécessaire ?    «Naseer Shamma & the peace builders» au Festival International de Carthage: Musique d'amour et de paix    « Kurt Rosenwinkel » au festival international de Hammamet: La nuit du jazz    La surchauffe de l'économie singapourienne nécessite un nouveau resserrement monétaire    Hédi Ben Abbès, président de la Chambre de commerce et d'industrie tuniso-japonaise (Ccitj): De premiers projets seront signés    La BNA mécène du festival de Dougga pour une culture inclusive    Par Jawhar Chatty : 13 août, la short list de Kais Saied    FIBA 3×3 Nations League 2022 : les résultats du premier jour pour la Tunisie    Foot Européen : Programme TV des matches du samedi    Salman Rushdie poignardé à New York    Un jeune tunisien meurt dans une prison italienne    La maison du luth arabe en Tunisie à l'initiative du luthiste irakien Naseer Shamma    Plusieurs terroristes touchés après des affrontements avec des militaires à Jebel Selloum    Femmes et militaires : Ces tunisiennes qui nous honorent    EST | Transferts d'été : Le remue-ménage se poursuit...    Après le report du verdict de la commission nationale d'appel au 6 septembre : La fuite en avant    CAB : Report de l'assemblée élective…    Dialogues éphémères | Laisser faire la main de Dieu...    Tahar Melligi , l'historien des artistes, décédé à l'âge de 86 ans    Ons Jabeur abandonne le tournoi de Toronto sur blessure    Orange Tunisie expérimente à nouveau la technologie 5G dans le domaine de la Culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La gauche tente de créer une troisième voie...
Le «Front populaire du 14 janvier» s'élargit
Publié dans Le Temps le 10 - 07 - 2012

La perspective d'une bipolarisation à marche forcée entre une droite religieuse représentée par Ennahdha et ses alliés d'un côté et une droite libérale incarnée par Nidâa Tounes et ses satellites de l'autre, électrise le champ politique national.
Les forces de gauche, qui ont été par le passé de tous les combats pour la dignité, le travail et la liberté, soit les slogans même de la révolution, semblent déterminées à peser de tout leur poids sur l'échiquier politique lors des prochaines élections et de constituer une troisième voie crédible. C'est du moins ce qui ressort d'un meeting tenu dimanche à Tunis par le «Front populaire du 14 janvier », une coalition regroupant cinq partis de gauche et d'obédience nationaliste arabe , en l'occurrence le Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie (PCOT), le Parti Populaire pour la Liberté et le Progrès (PPLP), le Parti du Militantisme Progressiste (PMP) , le Mouvement Baâth et le Mouvement des Patriotes Démocrates (MOPAD/ le groupe conduit par Jamel Ben Lazher qui est né d'une scission du parti d'extrême gauche éponyme dirigé par Chokri Belaïd). Cette réunion a été, en effet, consacrée à un débat sur la constitution d'un front de gauche capable de parachever la réalisation des objectifs de la révolution. Concrètement, il s'agissait d'un élargissement du Front populaire du 14 janvier à d'autres formations de gauche, dans la mesure où les quatre nouveaux partis de gauche ont été invités à prendre part aux consultations. Ces formations sont le Mouvement Baâth et le Mouvement des Patriotes Démocrates (MOPAD, formation dirigée par Chokri Belaïd), le parti de l'Avant-garde arabe et démocratique (Attaliâa), le Mouvement du Peuple et le Parti du Travail patriotique et Démocratique (PTPD).

Rompre avec la bipolarisation

Ce front ambitionne de représenter une alternative crédible au mouvement islamiste Ennahdha et à la droite libérale dont le noyau dur est le Mouvement Nidaâ Tounes créé récemment par l'ancien Premier ministre Béji Caïd Essebsi. Dans son allocution prononcée à l'ouverture du meeting, le secrétaire général du PCOT, Hamma Hammami, a d'ailleurs bien tracé le positionnement du front sur l'échiquier politique en estimant que «le gouvernement actuel dominé par Ennahdha et le parti Nidaâ Tounes ne sont pas capables de réaliser les objectifs de la révolution de la dignité ». M. Hammami a également affirmé que l'action de l'actuel gouvernement est « en deçà des attentes de la population assoiffée de justice sociale et de partage équitable des richesses », accusant ce gouvernement de « fermer les yeux sur les agissements des salafistes qui menacent les libertés sous le prétexte fallcieux de la défense du sacré ».
S'agissant de Nidaâ Tounes, le leader du PCOT a noté que ce parti «représente une force contre-révolutionnaire dans la mesure où il compte des résidus de l'ancien régime », indiquant que Béji Caïd Essebsi ne dispose pas de solutions aux problèmes du pays. « Après avoir assumé plusieurs responsabilités sous la dictature, M. Caïd Essebsi veut nous convaincre qu'il s'est aujourd'hui mué en démocrate impénitent », a-t-il souligné.

Plateforme économique et sociale

Le meeting a été, d'autre part, marqué par un débat sur la situation générale dans le pays. Les intervenants ont estimé, à ce propos, que « la majorité des objectifs de la révolution de la liberté et de la dignité ne se sont pas réalisés », notant que « les vrais problèmes des Tunisiens ne sont pas le hijab ou le niqab mais la pauvreté, le chômage et le déséquilibre régional », a-t-il indiqué, estimant que le peuple doit reprendre son destin en main. Un projet d'une plateforme économique et sociale a été, par ailleurs, présenté. Cette plateforme prévoit notamment l'encouragement d'un développement économique au service du peuple, la re-nationalisation des secteurs stratégiques qui ont été privatisés ; la formulation d'une politique économique et sociale qui rompt avec l'approche libérale capitaliste, et la réhabilitation du rôle interventionniste de l'Etat afin de protéger le citoyen contre la flambée des prix ainsi que pour la régulation du marché des produits de base et la lutte contre la spéculation.
Le projet de programme économique et social du front préconise aussi l'octroi d'une indemnité aux chômeurs, l'amélioration du pouvoir d'achat des salariés, le gel des prix des produits de base, le lancement de négociations avec les bailleurs de fonds internationaux en vue de suspendre le paiement de la dette extérieure pendant quelques années et la création d'un fonds spécial dédié à l'investissement dans les régions défavorisées
A noter que quatre comités mixtes ont été mis en place en vue de peaufiner le programme du front et d'élargir les consultations avec d'autres formations de gauche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.