Lancement, en Tunisie, du projet ORGANIC ECOSYSTEM visant à développer le secteur biologique méditerranéen    Zone commerciale et logistique de Ben Guerdane : les travaux de réaménagement avancent à 60%    Kaïs Saïed reçoit le ministre de la Justice    Le marché boursier débute la semaine sur une note morose    Tourisme: une équipe de travail pour réaliser une feuille de route en dix jours    Club Africain : les dossiers de 8 joueurs réglés    Tunisie: 28 nouvelles infections au coronavirus à Sidi Bouzid    Basket-ball : 14 joueurs de l'ES Radès testés positifs au coronavirus    Programme TV du mardi 29 septembre    Tunisie: Sauvetage 68 migrants subsahariens au large de Ben Guerdane    Tunisie – Coronavirus : 1291 personnes contaminées par le coronavirus et 32 décès en 48h    Tunisie: 23 nouvelles infections au coronavirus à Gafsa    Enfant, je rêvais de devenir chauffeur de taxi    Hatem Kotrane - Toute la différence entre la vie et la mort : A propos de l'appel du Président Kais Saied à une certaine soif de vengeance populiste!    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 29 Septembre à 11H00    Italie: 14 cas de Covid au Genoa    Conseil de sécurité nationale : Kaïs Saïed parle de coronavirus, de corruption et de peine de mort(vidéo)    Sousse : 11 MD pour financer 1500 petits et moyens projets    Le chef de pentagone en Tunisie, ce mercredi    BH ASSURANCE : Une application digitale «Wininti» fait la différence    Exportation d'huile d'olive : La barre de 1,8 milliard de dinars franchie    12e Edition de la Foire du meuble, de l'ameublement et de la décoration : Une visibilité à améliorer    Kasserine : Avancement des travaux de construction de nouveaux services à l'hôpital régional    Progression de 4% des quantités de produits agricoles et de pêche acheminées au marché de gros de Bir El Kassaâ    Hamadi Daou a quitté l'UST : Les raisons d'un départ    L'EST battue en finale : Même les «Sang et Or» applaudissent l'USM !    Webinaire de la BAD : « Malgré la pandémie de Covid 19, l'Afrique reste une place de choix pour les investissements »    Le Chef du gouvernement nomme Walid Dhehbi «Secrétaire général du gouvernement»    Festival virtuel de la Harissa session 2020 : Le rendez-vous piquant qui crève l'écran !    Les équipes techniques chargées de la lutte contre l'extrémisme dans les prisons opérationnelles    Tunisie: Le secrétaire d'Etat américain à la Défense attendu demain mercredi à Tunis    Décès d'une trentenaire à Grombalia    Météo : Quelques nuages sur la plupart des régions    Handball | Campagne du Mondial : Sami Saïdi annonce la couleur    Contrepoint | Une double tromperie    Patrimoine : L'INP lance un appel à candidatures pour la formation internationale 2021    Tunisie: 56 nouvelles infections au coronavirus à Sousse    La Russie propose un pacte de non-ingérence avec les USA    Deux nouvelles gardes à vue, neuf au total    Le Premier ministre renonce à former un nouveau gouvernement    Le voyage en Tunisie est interdit aux ressortissants britanniques    De nouvelles conditions régissent le prix Zoubeida Bchir des écrits féminins    Le programme Europe Créative offre plusieurs opportunités pour le secteur culturel tunisien    Amir Ramses, directeur Artistique du Gouna Film Festival, à La Presse : «Je suis autant fier des films de cette année que ceux de l'année dernière »    Rencontre avec Sophie Renaud, directrice de l'Institut français de Tunisie (IFT) : «Au cœur de la ville, au cœur de la vie»    JCC 2020 : Les journées cinématographiques de Carthage décalées pour le mois de décembre    Libye: Nouveaux affrontements armés entre deux milices rivales à Tripoli    Commentaire | La poudrière libanaise : quand il n'y en a plus, il y en a encore !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nécessité de rétablir la confiance : Ennahdha dans des mauvais draps
Publié dans L'expert le 28 - 01 - 2020

Neuf ans après la révolution, seuls les opportunistes, les résidus de l'ancien régime et les pêcheurs en eau trouble ont adhéré au mouvement Ennahdha. Grâce à eux, le mouvement qui se veut islamiste a pu s'installer en tant que force politique incontournable sur la scène politique, avec la plupart de ses adhérents et de ses sympathisants qui cherchent à fuir leur devoir de bon citoyen, et avec mon expérience en tant que journaliste qui a subi le joug de la dictature, je sais de quoi je parle, avec des arguments incontestables et indélébiles, preuves à l'appui, pour de nombreux « sympathisants » du mouvement islamiste.
Le proverbe dit « si la parole est d'argent, le silence est d'or », mais, aujourd'hui, le silence ne vaut plus rien, surtout que le pays est à la dérive, par la faute de ceux qui avaient fait allégeance à Zine El Abidine Ben Ali et qui sont, toujours, ceux qui profitent le plus de la Révolution et de leur « nouvelle allégeance » au mouvement Ennahdha. Hommes d'affaires corrompus, responsables politiques n'ayant plus de place sur la scène, citoyens se faisant « croyants » et, même, journalistes ayant un triste passé, se sont ralliés à ce mouvement. D'ailleurs, personne ne peut oublier la prolifération de « Mouhajjabets » et de « Kamiss » afghans, depuis l'aube de la révolution, pour faire allégeance à Rached Ghannouchi, avec, même, certains qui avaient scandé des slogans le comparant au prophète Mohamed, avec « Talaa al badrou alayna », lors de l'atterrissage de son avion à l'aéroport international Tunis Carthage.
Mais, le temps de l'euphorie est passé, et maintenant les citoyens commencent à se rendre compte qu'ils ont été trompés et que les pseudo-défenseurs de la religion ne sont que des rapaces dont le seul objectif est de se remplir les poches et la panse, en instaurant un « khilafa » dont le seul objectif est de mettre en place une dictature, sous couvert de la religion.
Des défections qui feront tâche d'huile
Beaucoup d'indices sont là pour prouver le désamour des électeurs, avec le mouvement islamiste a perdu un million, au moins, depuis le début de la révolution, ainsi que le retour de manivelle avec les démissions de cadres prometteurs, notamment Lotfi Zitoun qui, dans le passé, défendait bec et ongles, son parti, mais qui a été déçu par le comportement et l'avidité de ses dirigeants.
L'un des hauts cadres de ce mouvement et qui a occupé divers postes ministériels a jugé bon de juger l'éponge, face aux tergiversations du chef éternel du mouvement islamiste. Son intervention, lors de la séance plénière consacrée au vote de confiance pour le gouvernement de Habib Jemli est comme un coup de tonnerre, avec une attaque acerbe, considérée comme le pire camouflet infligé à Ennahdha, par l'un de ses membres, bien que Ladhaari a, en fin de compte, préféré faire partie des abstentionnistes, parce qu'il était sûr que « son parti » avait déjà perdu la partie. Pourtant, Ladhaari reste une valeur sûre, dans n'importe quel gouvernement. Il est certain, aussi, qu'il est capable de réunir d'autres nahdhaoui, déçus par Ghannouchi, pour servir de la meilleure manière le pays, surtout qu'on sent en lui des valeurs patriotiques, loin de tous calculs politicards.
D'autres, encore, prévoyaient cette défaite cinglante, notamment Mohamed Ben Salem qui n'avait pas « tari » de critiques contre Rached Ghannouchi, depuis un certain temps, sans, toutefois, chercher à faire partie de ses opposants
Face à cette contestation, Rached Ghannouchi préfère une fuite en avant, avec un vil esprit de la « ghanima ». Il croyait que c'est de son droit de nommer son neveux Habib Khedher à qui il a accordé le rang et les privilèges de ministre, alors que ses prédécesseurs n'avaient que le rang de secrétaires d'Etat, comme si cela ne suffisait pas, après les compensations que les Nahdhaouis avaient obtenues, aux frais de la princesse, alors que les parents des martyrs et les blessés de la Révolution attendent encore la liste officielle, pour être dédommagés.
L'énigme des assassinats politiques
Si on revient aux assassinats de Chokri Belaïd et Haj Mohamed Brahmi, il est facile de penser qu'il n'y a pas photo, pour accuser ce mouvement d'être mêlé de près ou de loin à ces meurtres, surtout que c'est lui le seul bénéficiaire. Sinon, à qui profiteraient de tels assassinats, dans la conjoncture au cours de laquelle ils s'étaient passés.
Rappelons, aussi, les milliards obtenus par Bouchlaka, le gendre de Ghannouchi, lorsqu'il était ministre des Affaires étrangères et dont le sort demeure inconnu, jusqu'à ce jour.
Ghannouchi, dans un acte de désespoir, vient d'engager un bras-de-fer, avec le président de la République, Kaïs Saïd, qui, pour sa part, doit revoir ses comptes, dans un combat inégal qui ne lui est pas favorable, dans une fuite en avant, pour redorer son blason.
Cela ne peut pas marcher, avec des Nahdhaouis qui s'enrichissent à outrance, alors que le peuple se morfond dans sa pauvreté et qu'on n'a plus les moyens de réaliser des projets de développements et de créer des emplois.
Ghannouchi a profité de la crédulité d'une catégorie de citoyens qui croyaient qu'il est le défenseur de l'Islam et des Musulmans, mais, ces derniers, ont compris la magouille, parce que tout ce qui a été fait n'a servi qu'une catégorie de pervertis qui ont trouvé un refuge auprès du mouvement islamistes, pour leur intérêt personnel.
Maintenant que le navire d'Ennahdha prend l'eau, il est certain que le peuple et les députés des autres partis n'ont plus à craindre ce monstre aux pieds d'argile. Et, même si nous sommes obligés de refaire les élections, le principal perdant sera le mouvement islamiste qui a fait son temps et qui ne peut plus leurrer personne.
En tant que journaliste ayant fait ses preuves, je n'ai aucun ressentiment contre aucun parti politique quelle que soit son orientation, mais je haie tous ceux qui cherchent à nuire à la Tunisie.
ABOU NAIM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.