Ons Jabeur écarte de son chemin la 3ème mondiale Karolina Plíšková et se qualifie pour les quarts de finale du Qatar Total Open    Coronavirus : Sonia Bechikh appelle à éviter le port des masques de protection pour les personnes non contaminées    Tunisie : Le pays aux deux Etats dans l'Etat : L'Etat tunisien et l'Etat de Carthage    Coronavirus en France: le dernier jour du carnaval de Nice annulé (maire)    Des députés dénoncent l'absence d'une représentativité régionale dans le gouvernement    En vidéo : Le digital au cœur du congrès international de l'Ordre des Experts Comptables de Tunisie    Double nationalité, Korchid demande des explications à Fakhfakh    Entreprises publiques en difficulté | Une bombe à retardement    CONDOLEANCES : Mounira BELHADJ    La grippe porcine fait 1 mort à Béja    Mansour Moalla célébré pour son œuvre et la pertinence de ses analyses visionnaires (Album Photos)    Les membres du gouvernement Fakhfakh répartis par gouvernorat    Modernisation du canal Medjerda : Prêt de 27,5 millions d'euros de la KFW    Abir Moussi : La corruption a été lancée lors du gouvernement de la Troïka dans lequel Fakhfakh avait occupé des postes ministériels    Samsung Blues Festival du 06 au 10 mars 2020 au palais Ennejma Ezzahra (les artistes en vidéos)    Plan gouvernemental de Fakhfakh : Tolérance zéro pour le crime, le terrorisme et la corruption politique    Crédits d'investissement destinés aux PME : L'Etat prend en charge 3 points du taux d'intérêt    Gouvernement Fakhfakh : Ennahdha votera la confiance    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale    Discours intégral d'Elyès Fakhfakh devant le Parlement    Prévisions météorologique de l'INM : Retour des pluies au début du mois de mars    Football : LA FTF dévoile le calendrier du reste de la saison    Ligue des champions : Suivez les quarts de finale sur Tunisie Numérique    Programme TV du mercredi 26 février    Tunisie: Le vote en faveur du gouvernement de Fakhfekh n'est pas un “chèque en blanc”, selon un dirigeant d'Ennahdha        CAN 2021 : Le Zimbabwe interdit d'accueillir les matchs internationaux    CAN 2021 (éliminatoires) : les arbitres des matches de la Tunisie face à la Tanzanie    Mohamed Ennaceur appelle à une conférence nationale élargie pour sceller une véritable union nationale sur des programmes consensuels    Coronavirus : un Français est mort à Paris    BCT | Evolutions économiques et monétaires : Un taux d'inflation moyen de 5,3% en 2020    Zamalek – Espérance de Tunis : Sur quelle chaîne voir le match ?    Inspection comportementale en profondeur, la surveillance avancée des processus pour contrer les attaques    Un deuxième terroriste abattu à Kasserine    Stress hydrique    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 26 février à 07H00    Festival International Les Francophonies de Sousse du 5 au 8 mars 2020 (Programme)    Décès de l'ancien « Raïs » égyptien Hosni Moubarak    Décès de l'ex président égyptien, Hosni Moubarak    Contrepoint | Culture : à la recherche d'une vision    Festival du Rire de Tunis 2020 | Laurent Baffie : un humour transgressif    Hosni Moubarak n'est plus    «La conférence des oiseaux» de Naoufel Azara à El Teatro : Une élévation par le texte et la mise en scène    L'humoriste Samia Orosemane en tournée internationale fait une pause au Royal Thalassa Monastir    Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    Programme TV du mardi 25 février    Le quinzième épisode du festival Jazz à Carthage 2020    Le festival « Sicca Jazz » du Kef souffle sa sixième bougie!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'architecture française objet d'une exposition à Tunis
Publié dans L'expert le 13 - 12 - 2008

Tout au long de son histoire, la ville a été toujours au cœur de la culture des ses habitants. Ce constat vaut aussi bien pour la civilisation arabo-muslmane que pour la culture occidentale. Les temps modernes n'ont pas remis en cause cette position privilégiée. En dépit des différentes épreuves qui se sont succédé et qu'elle a bravées, la ville continue de susciter les réflexions les plus profondes. C'est tout dire pour prouver que l'historique ne fait que consolider le prospectif.

De l'antiquité à nos jours, des grandes écoles d'architecture avaient émergé et imprégné particulièrement le patrimoine architectural et urbain de l'humanité. Et la France a certainement donné au monde l'une de ces éminentes écoles.

Poursuivant les traces et empreintes de cette école française et les projetant dans l'avenir, une exposition vidéo-conférence sur le thème « La ville projetée » se déroule actuellement à Tunis, à l'initiative de l'Institut français de coopération (IFC). Cette exposition, destinée à la circulation internationale grâce au réseau culturel français, a été initialement conçue comme participation de la France à la 6e Biennale internationale d'architecture de São Paulo. Il s'agit d'un produit de l'agence CulturesFrance, placée sous la double tutelle du ministère des Affaires étrangères et du ministère de la Culture et de la Communication. L'IFC, pour sa part, la présente, à Tunis, du 11 au 27 décembre 2008, successivement à la Médiathèque Charles-de-Gaulle, puis à la Librairie Fahrenheit de Carthage-Dermech.

Selon les organisateurs de cette manifestation, l'exposition « se propose de montrer comment les architectes français font aujourd'hui la ville, dans et hors les frontières de l'hexagone. Ils sont porteurs d'une ambition majeure, celle de dessiner une architecture qui crée la ville à l'échelle de l'homme. Une ville belle et ambitieuse, complexe et discrète, active et sereine, une ville-monde des temps modernes ». En effet, huit thèmes ont été retenus pour illustrer cette ambition : paysages de ville, mobilités, habiter, carrefour des savoirs, lieux de culture, bâtiments intelligents, nouveau souffle et vecteurs d'image.

Les journées de l'exposition seront également marquées par une Conférence autour du thème « La ville à l'épreuve de l'urbain », qui se tiendra, aujourd'hui à 17h, à Dar Ben Ammar, en bordure de la médina de Tunis. Cette conférence, qui sera suivie d'un débat, sera animée par M. Olivier Brochet, professeur d'architecture, président du Conseil d'administration de l'Ecole d'architecture et de paysage de Bordeaux, architecte au sein de BLP architectures et membre permanent de l'Académie d'architecture; et par M. Leïla Ammar, architecte et docteure en architecture formée à Tunis et à Paris, enseignante à l'ENAU et auteure de nombreux articles et d'un ouvrage intitulé « Histoire de l'architecture en Tunisie, de l'Antiquité à nos jours » (2005).

Les organisateurs de la manifestation ont fourni un aperçu sur les interventions des deux conférenciers. L'intervention de M. Brochet focalisera ainsi sur la notion du contexte. Au travers d'exemples de projets d'équipements publics, de logements ou d'aménagements urbains, l'analyse du contexte est, en fait, utilisée comme moteur du projet architectural et le bâtiment devient le révélateur de ce contexte. Dans ce jeu d'aller-retour, du paysage, du quartier ou du bâtiment existant au projet, se joue la conception architecturale. De la réhabilitation d'un musée au centre de Paris, à la création d'une médiathèque en accord avec le climat ou avec la topographie. De la transformation de la rudesse de l'environnement suburbain en douceur de vivre, à l'appropriation et au détournement de bâtiments anciens ; un petit voyage illustré dans des projets qui se fondent dans une identité révélée du lieu où ils s'installent.

Pour sa part, M. Leïla Ammar traitera de la difficulté croissante de concilier l'inconciliable, entre architecture et urbanisme, autonomie disciplinaire et concertation permanente, temps du projet architectural, temps de la ville, temps du territoire. En effet, les villes, dont certains théoriciens et praticiens contemporains ont prédit la mort et l'explosion dans l'urbanisation galopante, résistent. L'urbain, tantôt souligné comme manifestation de l'urbanité et de la citoyenneté, tantôt vilipendé comme phénomène et processus de dilution de la ville et de ses qualités, occupent les esprits. Il existe, plus que jamais, un besoin de comprendre pour agir. Agir comme architectes, comme urbanistes, mais aussi comme citoyens. L'espace public, la ville passante et non sécurisée, la ville équitable et durable pour tous et pour toutes, requièrent des professionnels un certain nombre de positions intellectuelles, d'urbanisme de projets et de tracés opposés à l'urbanisme de produits qui se répand de par le monde.

Cela étant, il s'agit bel et bien d'affronter un véritable défi contemporain, celui de penser la ville afin de la réconcilier avec l'architecture et de produire ainsi des architectures qui sont à même de créer les conditions nécessaires d'un bien être et d'un bien habiter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.