Les 6 gouvernorats ayant enregistré le plus de guérisons du Coronavirus    Ezzeddine Larbi - Economie et pandémie : de la grande crise de Covid-19 et ses impacts    Etoile du Sahel : La formation probable contre l'US Tataouine    Le personnel du Service de cardiologie placé en isolement    Covid-19 : Port obligatoire des masques en Tunisie    Météo: Prévisions pour dimanche 09 août 2020    Tunisie: Ennahdha pour un gouvernement politique tenant compte des équilibres au Parlement, selon Abdelkrim Harouni    Migration irrégulière des tunisiens vers l'Italie: ces débarquements massifs qui inquiètent Rome    Tribunes: 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ( 3epartie )    ligue 1 — (18e journée): Enjeu considérable !    Le leader accroché    ESS: Sur la lancée !    Tribunes: Hurlements dans les gradins    DECES: Nabiha Bent Haj Ali Trabelsi    Analyse crise de Covid-19: Ses impacts sur les plans mondial, régional et national    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés à Tipaza    ONFP – Table ronde sur la «COVID-19 et santé sexuelle de la femme»: L'Injed : une unité qui accueille les femmes victimes de viol    «The Climb» de Michael Angelo Covino à l'Agora: Fable moderne    Premier album de Slim Abida «Fréquences basses»: Les sonorités d'un vécu    5e session du festival d'été de Kalaâ-Kebira (du 15 au 20 août 2020): «Les miroirs des arts»    Un nouveau cas de contamination locale à Kairouan    Mise en place d'une stratégie sécuritaire contre la migration irrégulière    Que révèleront les mémoires de Mohamed Ennaceur ?    Tunisie – VIDEO : Un incendie se déclare sur l'autoroute Tunis – La Marsa    18 morts et plus de 120 blessés dans une sortie de piste d'un avion en Inde    Coronavirus : 22 nouveaux cas dont 10 cas locaux enregistrés dans 6 gouvernorats (Tunis, Ariana, Monastir, Sfax, Gabés, Médenine)    Le Barça veut la Ligue des champions pour sauver sa saison !    Mort de 27 migrants en majorité des ghanéens    Souvenirs et nostalgie    Prêts... Partez !    Boukornine entre littérature et histoire    Le ministère de l'intérieur lance un appel à témoin contre un terroriste    Juventus Turin : Maurizio Sarri limogé après l'élimination contre l'Olympique Lyonnais    Basket-ball : L'US Monastir à une victoire du titre    Tunisie : La Télédéclaration obligatoire à partir d'un CA de 100 mille dinars (Rappel)    L'ANSI alerte sur une nouvelle vague de "phishing" sur Facebook    Saida Ounissi tire à boulets rouges sur Fethi Belhaj ministre de l'Emploi    L'Italie annonce le début de l'expulsion des immigrés clandestins tunisiens à partir de lundi    Tourisme : La peur de voir la situation se compliquer    Tunisie: Reprise des activités d'exploitation du phosphate à Mdhilla    Une soirée musicale sous le signe de la solidarité avec Beyrouth    Zaghouan : L'approvisionnement en eau potable à Nadhour va bientôt s'améliorer    L'argenterie tunisienne dans toute sa splendeur    Trump contre TikTok, ou la guerre froide du Web    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    Liste des membres de la Commission d'encouragement à la production cinématographique pour l'année 2020    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'architecture française objet d'une exposition à Tunis
Publié dans L'expert le 13 - 12 - 2008

Tout au long de son histoire, la ville a été toujours au cœur de la culture des ses habitants. Ce constat vaut aussi bien pour la civilisation arabo-muslmane que pour la culture occidentale. Les temps modernes n'ont pas remis en cause cette position privilégiée. En dépit des différentes épreuves qui se sont succédé et qu'elle a bravées, la ville continue de susciter les réflexions les plus profondes. C'est tout dire pour prouver que l'historique ne fait que consolider le prospectif.

De l'antiquité à nos jours, des grandes écoles d'architecture avaient émergé et imprégné particulièrement le patrimoine architectural et urbain de l'humanité. Et la France a certainement donné au monde l'une de ces éminentes écoles.

Poursuivant les traces et empreintes de cette école française et les projetant dans l'avenir, une exposition vidéo-conférence sur le thème « La ville projetée » se déroule actuellement à Tunis, à l'initiative de l'Institut français de coopération (IFC). Cette exposition, destinée à la circulation internationale grâce au réseau culturel français, a été initialement conçue comme participation de la France à la 6e Biennale internationale d'architecture de São Paulo. Il s'agit d'un produit de l'agence CulturesFrance, placée sous la double tutelle du ministère des Affaires étrangères et du ministère de la Culture et de la Communication. L'IFC, pour sa part, la présente, à Tunis, du 11 au 27 décembre 2008, successivement à la Médiathèque Charles-de-Gaulle, puis à la Librairie Fahrenheit de Carthage-Dermech.

Selon les organisateurs de cette manifestation, l'exposition « se propose de montrer comment les architectes français font aujourd'hui la ville, dans et hors les frontières de l'hexagone. Ils sont porteurs d'une ambition majeure, celle de dessiner une architecture qui crée la ville à l'échelle de l'homme. Une ville belle et ambitieuse, complexe et discrète, active et sereine, une ville-monde des temps modernes ». En effet, huit thèmes ont été retenus pour illustrer cette ambition : paysages de ville, mobilités, habiter, carrefour des savoirs, lieux de culture, bâtiments intelligents, nouveau souffle et vecteurs d'image.

Les journées de l'exposition seront également marquées par une Conférence autour du thème « La ville à l'épreuve de l'urbain », qui se tiendra, aujourd'hui à 17h, à Dar Ben Ammar, en bordure de la médina de Tunis. Cette conférence, qui sera suivie d'un débat, sera animée par M. Olivier Brochet, professeur d'architecture, président du Conseil d'administration de l'Ecole d'architecture et de paysage de Bordeaux, architecte au sein de BLP architectures et membre permanent de l'Académie d'architecture; et par M. Leïla Ammar, architecte et docteure en architecture formée à Tunis et à Paris, enseignante à l'ENAU et auteure de nombreux articles et d'un ouvrage intitulé « Histoire de l'architecture en Tunisie, de l'Antiquité à nos jours » (2005).

Les organisateurs de la manifestation ont fourni un aperçu sur les interventions des deux conférenciers. L'intervention de M. Brochet focalisera ainsi sur la notion du contexte. Au travers d'exemples de projets d'équipements publics, de logements ou d'aménagements urbains, l'analyse du contexte est, en fait, utilisée comme moteur du projet architectural et le bâtiment devient le révélateur de ce contexte. Dans ce jeu d'aller-retour, du paysage, du quartier ou du bâtiment existant au projet, se joue la conception architecturale. De la réhabilitation d'un musée au centre de Paris, à la création d'une médiathèque en accord avec le climat ou avec la topographie. De la transformation de la rudesse de l'environnement suburbain en douceur de vivre, à l'appropriation et au détournement de bâtiments anciens ; un petit voyage illustré dans des projets qui se fondent dans une identité révélée du lieu où ils s'installent.

Pour sa part, M. Leïla Ammar traitera de la difficulté croissante de concilier l'inconciliable, entre architecture et urbanisme, autonomie disciplinaire et concertation permanente, temps du projet architectural, temps de la ville, temps du territoire. En effet, les villes, dont certains théoriciens et praticiens contemporains ont prédit la mort et l'explosion dans l'urbanisation galopante, résistent. L'urbain, tantôt souligné comme manifestation de l'urbanité et de la citoyenneté, tantôt vilipendé comme phénomène et processus de dilution de la ville et de ses qualités, occupent les esprits. Il existe, plus que jamais, un besoin de comprendre pour agir. Agir comme architectes, comme urbanistes, mais aussi comme citoyens. L'espace public, la ville passante et non sécurisée, la ville équitable et durable pour tous et pour toutes, requièrent des professionnels un certain nombre de positions intellectuelles, d'urbanisme de projets et de tracés opposés à l'urbanisme de produits qui se répand de par le monde.

Cela étant, il s'agit bel et bien d'affronter un véritable défi contemporain, celui de penser la ville afin de la réconcilier avec l'architecture et de produire ainsi des architectures qui sont à même de créer les conditions nécessaires d'un bien être et d'un bien habiter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.