Bourse de Tunis : Le marché confirme sa tendance baissière    Plateforme Evax : Plus de 100 mille citoyens déjà inscrits (Hechmi Louzir)    L'UTAP appelle le ministère de l'Agriculture à prendre des mesures urgentes pour sauver la saison    CAN U17 – Qualifications : La Tunisie fait le job contre la Libye    Ligue 1 (9 journée) : le match Espérance-STunisien à El Menzah, à 14h00    Hichem Anane présente le nouveau format de la facture de la STEG    Le CCIH organise une résidence artistique "Imagine Music" à l'occasion du Sommet de la francophonie en Tunisie    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Il faut libérer les mineurs dont l'implication dans les actes de vandalisme n'a pas été prouvée    Yassine Ayari : 4 familles monopolisent l'économie et la politique en Tunisie    Stade Tunisien : Dix joueurs testés positifs au Covid-19    La Tunisie doit renforcer sa position aux Etats-Unis    Alya Djamal, la doyenne de RTCI    La Banque de Tunisie réaffirme sa capacité à surmonter la crise    Tunisie-Un blogueur arrêté pour un simple statut Facebook, le Syndicat des Journalistes dénonce [Vidéo]    Wifak Bank remporte le prix "Best Islamic Corporate Bank Tunisia 2020" par Global Banking & Finance Review    ATB : en hausse de 16,29%, le PNB s'établit à 278,3 MD en 2020    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Janvier 2021 à 11H00    En vidéo: Leonida, artiste musulmane et française, répond à l'islamophobie en chantant    CONDOLEANCES: Ali BAAZAOUI    CONDOLEANCES: Mohamed Moncef MAATOUG    Le ministère de l'enseignement supérieur appelle les étudiants à regagner les foyers universitaires à partir d'aujourd'hui    Pas d'augmentation des tarifs de la STEG    CONDOLEANCES: Saida SOHLOBJI épouse OUENNICHE    NEWS: L'USM sur Jassem Hamdouni    Mini-Football – Championnat national des féminines: Un championnat à 17 équipes    Handball – Mondial d'egypte – La Tunisie éliminée: Il fallait s'y attendre !    Basket – Equipe nationale : Salah Mejri réintègre le groupe    Covid-19: le primat de l'économie et des considérations politiciennes sur la santé    Kerim Bouzouita : « Les sondages ne votent pas »    Ayoba: Une appli de messagerie africaine gratuite qui protège la vie privée    Présidence de la République: démenti des déclarations attribuées à Kaïs Saïed    PERSPECTIVES: Adhérer massivement à la révolution industrielle    La pénurie d'eau, une menace réelle dans la région de Kairouan    Météo | Temps nuageux et températures stables    The Voice Belgique: Un candidat tunisien impressionne le jury    Coronavirus: Point sur la situation épidémiologique à Nabeul    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    USA: Le message d'adieu de Melania Trump    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : Monsieur le CDG, quand on n'a rien à dire, on se tait !
Publié dans WMC actualités le 10 - 11 - 2020

L'allocution d'un CDG, dans un lieu emblématique représentant l'autorité de l'Etat comme la salle de conférences de la caserne de la Garde nationale, renvoie en principe à de grandes annonces, des mesures fortes, décisives, rigoureuses et fermes. Sauf dans la Tunisie de la « Révolution » (sic).
Hichem Mechichi, chef du gouvernement, qui s'est exprimé dans la soirée de lundi 9 novembre 2020 à la caserne de la Garde nationale de l'Aouina, nous surprend encore une fois par une communication amorphe que la Tunisie n'a plus d'Etat.
A quoi cela sert de discourir pour ne rien dire ? Parler de l'accord d'El Kamour, alors que c'est la pire des humiliations subies par l'Etat tunisien, sans présenter des arguments convaincants sur les raisons de sa capitulation devant des bandits de grands chemins reniés par la population de Tataouine elle-même, a enfoncé le clou du cercueil d'un pays qui n'attend qu'à être enseveli dans le caveau creusé par des partis scélérats et des gouvernements compromis.
La phrase, désormais populiste, de « continuité de l'Etat » n'a servi qu'à justifier l'état de déliquescence de cet Etat.
Appeler la population à respecter les mesures déjà prises pour lutter contre la pandémie. A quoi bon ? Il aurait fallu appliquer ces mesures par force de loi et épargner au premier chef de l'exécutif de jouer au rôle de « mauvais flic » et qui plus est ne fait plus peur à personne. Et qui plus est, à se promener dans les rues et les places de Tunis, on ne voit pas beaucoup de personnes qui s'y sont soumises. L'Etat et ses mesures ne sont plus respectés. Ne sont plus craints mais plutôt raillés.
Et pour cause. Une des mesures préconisées est d'une telle absurdité que l'on s'imaginerait dans une scène du célèbre film « Vol au-dessus d'un nid de coucou » !
Donc se déplacer dans sa propre voiture entre les régions serait interdit mais permis dans les transports en commun, louages et taxis compris. Cela éviterait aux passagers la contamination ? Kafkaïen !
Pourquoi vous êtes-vous exprimé publiquement Monsieur le CDG et quel est le virtuose de la communication politique qui vous l'a conseillé ?
Aucune mesure pour la sécurité des Tunisiens
Nous nous attendions à un autre discours. Alors que le peuple vit dans l'insécurité la plus totale dans un pays où une jeune femme a failli se faire violer dans le métro au vu et au su des passagers. Sur le chemin de l'hôpital où un jeune homme qui transportait sa mère en urgence se fait lyncher par la police (voir vidéo) ! Dans des cités où des jeunes désœuvrés, victimes des discours de violences tenus depuis 10 ans par des politiciens à deux sous et sans éthique ou valeurs, s'adonnent à des guerres de gangs et se livrent à des batailles usant de cocktails Molotov comme armes d'assaut.
En Tunisie, premier pays de la région à avoir créé un ministère de l'Environnement où une société « importe » des déchets italiens pour empoisonner notre terre au vu et su de l'Agence de la protection de l'environnement.
Nous aurions voulu vous entendre à ce propos, mais... Aucune mesure contre la grande délinquance et pour la sécurité économique et physique des Tunisiens.
Pire, certaines régions se prépareraient à suivre le fameux exemple d'El Kamour, faisant désormais loi. Elles aussi, comme l'a crié haut et fort Ghannouchi, ont le droit de profiter de leurs ressources. Nous sommes dans une logique toute « ghanouchienne », celle de « que vos proches soient les premiers à profiter de votre générosité » et celle d'aldjizîa -cet impôt de capitation qu'un Etat en faillite est prêt à offrir pour que ses ressources ne soient pas attaquées par des vauriens à la solde et endoctrinés.
Et ce sont les travailleurs, les vrais, ceux qui se saignent pour arracher un salaire de misère chaque mois qui payent pour la lâcheté de l'Etat, alors que d'autres sont payés à ne rien faire et sont rémunérés pour siroter le thé.
Nous ne savons pas si notre CDG est au courant ou pas, en tout cas l'environnement ne s'est pas amélioré et les arbres n'ont pas été plantés. Avis aux recrues agents du jardinage et de l'environnement !
Est-ce comme cela qu'on développe les régions ? Ne serait-ce pas plutôt par des établissements d'enseignement de qualité ? Par des infrastructures respectables ? Par des centres culturels, des maisons de jeunes et des hôpitaux ? Ne serait-ce pas par l'instauration d'une nouvelle culture, celle de la valeur travail et du mérite ?
Qu'offrez-vous à ces jeunes pour qu'ils assurent leur avenir ? Des prêts ?
« À l'époque de Ben Ali, des prêts du Fonds national de solidarité ont été distribués aux jeunes qui les obtenaient rien qu'en remplissant un formulaire. 90% de leurs projets n'ont pas abouti et les prêts n'ont pas été remboursés », rappelle Sami Jallouli, politologue et juriste. La libre initiative est une culture, un engagement, un sens de la responsabilité et une volonté de se battre !
Dans leur incapacité de changer la réalité de ces jeunes, les gouvernements successifs n'ont fait que les infantiliser en les déresponsabilisant et les victimisant.
Un discours mou et dénué de sens
Mais qu'à cela ne tienne, le chef du gouvernement technocrate (sic) se prépare de nouveau à envoyer vers d'autres régions des délégations de «pacifistes » soucieux de se repositionner sur l'échiquier politique et tous prêts à céder encore et encore des parcelles de l'Etat aux autres «Cantons» de la Tunisie.
Au discours vicieux de Rached Ghannouchi, destructeur né de l'Etat-nation et se détestant assez pour n'aimer personne, a succédé celui d'un CDG mou et dénué de sens.
Ghannouchi, qui est parti au début des années 90 de l'Algérie en lui laissant pour héritage une guerre civile, est aujourd'hui en train de cultiver les graines de la division et du régionalisme semés dans notre pays le jour où il y a foulé la terre.
Résultat des courses : un des sitinneurs d'El Kamour voudrait avoir sa part de l'Accord Mechichi/dissidents. Pas grand-chose : juste une société de catering. Sans oublier les jeunes, lesquels, aux dernières nouvelles, prépareraient un autre «El Kamour».
« Une mollesse qui n'attendrit pas, une énergie qui ne fortifie rien, une concision qui ne dessine aucune espèce de traits, un style dans lequel ne coulent ni sentiments, ni images, ni pensées, ne sont d'aucun mérite », disait Joseph Joubert.
C'est comme s'il parlait de notre gouvernement.
Amel Belhadj Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.