Vu de l'étranger : Kaïs Saïed a-t-il réussi son passage en force ?    CONDOLEANCES    Kaïs Saïed charge le MAE d'expliquer aux dirigeants étrangers des développements en Tunisie    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 28 Juillet 2021 à 11H00    Tunisie – météo : Vague de chaleur avec 5° de plus dans certaines régions    Tunisie: Vaccination exceptionnelle des étudiants poursuivant leurs études à l'étranger    Festival Hammamet 2021: La pièce de théâtre "Club de chant" de Cyrine Gannoun en ligne    Le FMI craint l'impact de la "fracture vaccinale" sur la reprise économique dans les pays émergents    Instructions judiciaires contre Ennahdha, Qalb Tounes, l'IVD et l'Inlucc    Amical : Le PSG arrache le nul contre Séville    Mohamed Ali Ragoubi, porte-parole de la Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens, à La Presse : «Créer un ministère de la Ville pour s'attaquer à l'anarchie dans l'espace urbain»    Houssine Dimassi, économiste et ancien ministre : « Le Président a la légitimité de négocier avec les partenaires internationaux »    Covid-19 : Chiffres totaux de vaccination    L'Organisation tunisienne pour informer le consommateur apporte son soutien absolu à Kaïs Saïed    Mohamed Kerrou: Kais Saied ou la revanche légitime de l'Etat et de la société    Tunisie – Ennahdha s'accroche et fait des concessions    Tribune | Le peuple veut vous dire merci, Monsieur le Président    Ligue des champions : l'Espérance de Tunis sanctionnée de quatre matchs à huis clos    Officiel: Varane rejoint Manchester United    Noureddine Bhiri : Les célébrations du 25 juillet nous rappellent le soir du 13 janvier 2011    Naoufel Saïed fustige l'appel au soutien des puissances étrangères    Biat : Hausse du PNB de plus de 6%    Impôts : Les sociétés pourraient déposer leurs déclarations au plus tard, le 30 juillet    JO Tokyo 2020 | Volley : la Tunisie battue par les Etats-Unis    JO Tokyo 2020 | Judo : Nihel Landolsi éliminée en 1/16e des moins de 57kg    Tunisie-Tunisair: Avis aux passagers à destination de la Belgique    Bilan covid-19 : le bilan quotidien passe soudainement de 178 à 59 décès    Tunisie: Le ministère de la Défense met en garde contre l'usurpation de son identité    Bilan Covid-19 : 3960 nouveaux cas et 59 décès    Jendouba [PHOTOS] : Plusieurs maisons décimées par des incendies à Ghardimaou    Le champion olympique Tunisien Ahmed Ayoub Hafnaoui ne disputera pas la finale du 800 m NL    Les patrons soutiennent Kaïs Saïed    Tunisie – Coronavirus: Examen des moyens permettant d'accélérer la vaccination    Hédi Dhoukar: L'invitation à réfléchir de Hichem Djaït    Dernière minute : La Maison Blanche « préoccupée » par l'évolution de la situation en Tunisie et appelle au calme    Festival Hammamet 2021 : La pièce "Mémoire" de Slim Sanhaji et Sabah Bouzouita bientôt en ligne    Le Baryton tunisien Haythem Hadhiri en concert dans la ville italienne de Bologne, les 26 et 27 juillet    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    Sommet de la francophonie 2021 : Appel à candidatures pour la "Scène jeunes talents de la francophonie"    Mono-drame "Pour les hommes uniquement" de Najwa Miled prévu au FIH 2021    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    150 migrants irréguliers secourus au large de Zarzis    "Under The Fig Trees" d'Erige Sehiri parmi six films sélectionnés à Final Cut in Venice 2021    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    Décès de l'acteur Kamel Eddine Ghanmi    A l'occasion de la Journée Nelson Mandela, la Tunisie appelle à la solidarité internationale    Crimes racistes aux Etats-Unis | La fondation russe contre l'injustice monte au créneau    L'ancien Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj change de nationalité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au cœur de l'actu: Inquiétant ensauvagement !
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 06 - 2021

Le mineur de Sidi Hassine, impitoyablement tabassé avant d'être déshabillé par des policiers, l'encerclement de Shems FM par une bande de malfrats, commandité par le maire d'El-Kram, et le viol collectif d'une femme devant son mari et ses enfants, entre autres... Ce ne sont-là que des crimes odieux disant autant sur le chemin qu'a emprunté la Tunisie nouvelle.
Ces dérives successives, loin d'être des cas isolés comme le laissent entendre certains commentateurs, renseignent autant, non seulement sur la descente aux enfers d'une nation, mais aussi sur le dangereux ensablement de nombreux Tunisiens dans les luttes intestines.
Ces atrocités commises à répétition ces dernières années et cet ensauvagement qui a atteint son dernier degré seraient l'aboutissement logique de politiques à peu près identiques, pendant cette décade. Des politiques ressemblant à un camaïeu de gris, étant l'«œuvre» de politiciens qui s'égarent en cherchant des explications à des événements chaotiques, quand ils ne versent pas dans la paranoïa.
Cet ensauvagement qui inquiète serait, de surcroît, le couronnement d'élections régies par une synarchie financière et médiatique et le résultat d'une pure chevauchée politique.
A l'origine du mal, on trouve également des médias qui matraquent en permanence des non-sujets, des journalistes corsetés dans un costume de craintes. Il y a aussi des Tunisiens faisant preuve d'un cynisme aveugle et irrationnel envers des sujets et des machines capables de modifier la conscience tout comme le font les drogues.
Cela fait plus de dix ans que le théâtre d'ombres persiste. Cela fait des années que politique-spectacle et information-spectacle poursuivent leur absurde duo.
Analystes, économistes avérés et journalistes respectueux de leur métier ont souvent mis en garde contre une économie aux pulsions suicidaires. On a, à maintes reprises, tiré la sonnette d'alarmes quant au rassemblement des gens dans des bulles idéologiques. On a souvent répété, après Camus, que «toute vie dirigée vers l'argent est une mort ». Pourtant, on a eu droit au même spectacle, le même qui dure depuis il y a 10 ans : des politicards et des serviteurs à la solde d'une oligarchie dont les coups bas pleuvaient et pleuvent partout.
Ces mêmes acteurs occupant le devant de la scène tiraient et tirent encore gloriole de « réalisations » incomplètes pour ne pas dire illusoires.
Cela fait des décennies que l'école tunisienne n'éduque que médiocrement et ne forme que passablement. Cela fait des années que l'on est gouverné par des crétins, que la barque tunisienne est menée par des matelots qui naviguent à vue.
On a fini par s'installer dans le précipice. Pourtant, l'on s'attache encore à des régimes qui réverbèrent la géographie des inégalités économiques, éducatives et culturelles.
La Tunisie n'a jaumais eu autant besoin du réveil de ses enfants valeureux pour trouver le chemin du salut. Elle a aujourd'hui besoin de ses vrais penseurs pour corriger sa trajectoire. Elle a aussi besoin d'un vrai journalisme. Un journalisme qui a le devoir de dire la vérité aux Tunisiens s'il entend se situer à la hauteur des jugements de l'histoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.