Affaire Mohsen Adili : ouverture d'une enquête pour meurtre avec préméditation    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Tunisie : Campagne 'C'est moi qui porte la culotte !' pour lutter contre la précarité menstruelle    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    CAN 2021 : Résultats complets et classements à l'issue de la J02    CAN 2021 : le classement des buteurs avant la J03    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Fathi Sellaouti sur les pas de Neji Jalloul : ça va secouer à la prochaine rentrée    Abdelmalek écarte tout risque de catastrophe dans les établissements scolaires    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Achat auto: Quelle voiture choisir ? Et comment ?    Tunisie : Les réponses de Ridha Lénine à la consultation nationale    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Covid-19 | Nabeul : 901 cas détectés dans le milieu scolaire    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    Enregistrements des derniers appels téléphoniques de Ben Ali : Quel apport historique ?    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    Tunisie-coronavirus : La plupart des hospitalisés sont des non-vaccinés    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Que veulent-ils vraiment ?    Le nombre de participants aux consultations électroniques    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    JSK : On ne chôme pas...    Des nouvelles données du vaccin AstraZeneca confirment son efficacité comme troisième dose de rappel    Express    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Météo: Températures en légère hausse pour ce lundi    Italie: Les policiers refusent de porter un masque rose    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Médecine esthétique | Des opérations tournent au drame : Dépassements sous silence
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 11 - 2021

Si la Tunisie se positionne aujourd'hui comme une destination phare de santé et de bien-être, des manquements, qui coûtent parfois la vie à plusieurs patients, restent sous silence des autorités, comme de la justice.
La Tunisie est connue comme étant une destination de choix pour les personnes désireuses de subir une chirurgie esthétique. Pour les Tunisiens comme pour les étrangers, les cliniques et les médecins privés ne manquent pas, offrant une panoplie d'options pour ces patients. Cependant, cette activité n'est pas exemptée de manquements ni de pratiques hors la loi, dans certains cas, des drames surviennent.
Il y a quelques jours, une jeune femme tunisienne originaire du gouvernorat de Kairouan est décédée suite à une liposuccion qu'elle a subie dans une clinique privée à Tunis ayant mal tourné. Un drame qui a fait couler beaucoup d'encre, d'autant plus que ce n'est pas la première fois que de telles tragédies surviennent pour nous rappeler la précarité d'une telle activité, pourtant réglementée, ou presque, par la loi.
«Une nouvelle victime du même médecin»
Souhaitant se débarrasser de ses kilos de trop, la jeune femme a été finalement admise dans une clinique privée à Tunis où elle a subi une opération chirurgicale ayant mal fini. Plusieurs médecins ont refusé de la prendre en charge vu que son état de santé était fragile et qu'il ne nécessitait pas une intervention chirurgicale, un simple régime alimentaire aurait suffi.
Selon le témoignage de son amie, la jeune femme a subi une opération de sept heures et est décédée en salle d'opération. Elle soupçonne une erreur médicale et accuse le médecin traitant de négligence. Cependant, l'affaire est passée inaperçue, aucune enquête judiciaire n'a été enclenchée jusqu'à présent.
Sauf que l'avocat Mounir Ben Salha rappelle que la défunte a subi le même sort d'une autre jeune qui avait trouvé la mort en septembre 2020 suite à une liposuccion réalisée dans la même clinique privée et sous la supervision du même médecin. «Une nouvelle victime du même médecin», a-t-il posté sur son compte Facebook, insinuant que le médecin en question serait responsable des deux décès.
En effet, en septembre 2020, une jeune a fait une liposuccion qui lui a coûté la vie. La chirurgienne qui l'a opérée prétendait que la cause de la mort était une crise cardiaque. Cependant, selon la famille de la victime, il s'agit d'une erreur médicale, dans la mesure où le médecin aurait touché par erreur une veine provoquant une hémorragie interne.
Quel cadre légal ?
En Tunisie, ces décès provoqués des suites des opérations chirurgicales sont restés impunis. Au cas où une enquête judiciaire serait engagée, aucun résultat n'est révélé, et les patients sont toujours exposés à certains risques et dangers.
En dépit de ces risques, la chirurgie esthétique prolifère en Tunisie. Elle attire même des stars de téléréalité françaises et européennes dans le cadre de voyages organisés. Sauf que les patients font face à de nombreuses complications et à l'absence de suivi médical une fois l'opération terminée.
En Tunisie, le cadre réglementant ces activités n'est pas assez complet, sauf que tous les actes de chirurgie esthétique par un non médecin constituent le délit d'exercice illégal de la médecine. L'absence d'un cadre relatif à la responsabilité médicale fait également enfoncer le clou, car le patient n'a pas souvent droit à des consultations de suivi et en cas de complication ou d'erreur médicale, les possibilités pour obtenir réparation ne sont pas assurées.
Dans de nombreux cas, le patient se retrouve souvent seul : la clinique qui l'a traité se décharge de son cas et son médecin habituel ne veut pas entendre parler de complications survenues.
Contacté par La Presse, le Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom) reconnaît que cette activité manque d'organisation et enregistre de multiples dépassements. « L'ordre des médecins n'épargnera aucun effort afin d'organiser le secteur de la médecine esthétique dans le cadre du respect des déontologies de la profession », a-t-on précisé.
Le Cnom a rappelé avoir rendu public un communiqué pour annoncer qu'une décision sera publiée prochainement permettant une actualisation de la liste mentionnant ceux ayant le droit de pratiquer la profession de la médecine esthétique. Le Conseil a fait part, par la même occasion, de son refus du recours de ces médecins à des publicités à travers des pages de réseaux sociaux, ainsi qu'à la proposition de prix exorbitants.
Un secteur en essor
En naviguant simplement sur internet, une infinité d'agences, de cliniques et de tour-opérateurs vous offrent de nombreuses formules sous forme de voyages organisés pour venir en Tunisie dans l'objectif de subir une opération chirurgicale esthétique. En effet, grâce à des offres alléchantes, ces agences séduisent de plus en plus de patients voulant se faire opérer à moindre prix. Dans certains cas, des patients français, par exemple, parviennent à économiser jusqu'à 60% des dépenses réservées à une opération esthétique.
Si la Tunisie se positionne aujourd'hui comme une destination phare de santé et de bien-être, ces manquements qui coûtent, parfois, la vie à plusieurs patients, restent sous silence des autorités, comme de la justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.