Le discours indécent de Bechr Chebbi indigne la toile    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    FARK: Riadh SIALA    DECES: Mohamed Moncef BOUKHRIS    Par Jawhar Chatty : Le « Printemps tunisien », enfin ?    NEWS: Rami Bedoui passe au CA    Open d'Australie : Ons Jabeur est prête pour son entrée demain !    Foot-Europe: le programme du jour    Pourquoi: L'éclairage public    Covid-19 — Contamination au variant Omicron: Prendre son mal en patience    Sfax: Le Parti des Travailleurs manifeste contre les mesures d'exception de Kaïs Saïed [Vidéo]    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Regrettable et désolant    Open d'Australie : Pas de 10e titre pour Djoko cette année !!    NBA : Boston et Philadelphie plus forts que Chicago et Miami    Ils ont dit    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    La Presse Magazine du Dimanche 16 janvier 2022 consultable sur notre site    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Du nouveau sur l'accident des deux métros    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Coronavirus : Bilan épidémiologique du 14 Janvier    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    La Tunisie reçoit un don de 100 mille doses de vaccins de la Russie    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Lancement de la 9e promotion de l'incubateur Tunisien Lab'ess avec 10 porteurs de projets    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Des nouvelles nominations au ministère de l'Industrie    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    Le cannabis pour se protéger du Coronavirus ?    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Risque d'attentat: La France appelle ses ressortissants en Tunisie à la vigilance maximale    Royaume-Uni : Johnson pourrait être balayé par ses fêtes en plein confinement    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    Projection-débat autour du documentaire Movma, portrait d'une jeunesse en mouvement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 12 - 2021

«Ça y est ! La fête est terminée, voilà les créanciers qui pointent leurs nez». Après l'euphorie du 25 juillet dernier, place aujourd'hui à la dure et triste réalité. Un Etat, sur le point d'annoncer qu'il est devenu incapable d'honorer ses engagements envers ses créanciers, incapable de payer ses fonctionnaires, de créer les conditions nécessaires à la relance de son économie et à la régression d'un chômage galopant. Ce dernier est en train, hélas, de conduire la société vers la dislocation pure et simple.
Et voilà aussi que l'hiver s'annonce très chaud, infernal même, comme nous l'avions pronostiqué, dans une chronique précédente. Infernal socialement, mais aussi politiquement. Cela sans oublier l'impact destructeur d'une éventuelle nouvelle vague de la pandémie du covid-19, aussi bien au niveau mondial qu'au niveau national.
Comment ne pas envisager de telles suites, quand le locataire de Carthage, qui s'est déclaré seul maître à bord, depuis le fameux 25 juillet et surtout le non moins fameux 22 septembre, s'obstine à la fois dans son attitude belliqueuse envers «ses ennemis» et dans celle qui consiste à infantiliser le peuple et à isoler le pays ?
Oui, comment ne pas avoir peur pour le pays et pour son avenir lorsque le premier responsable de l'Etat semble vouloir tout bloquer ou tout décréter ? Comment le pays va sortir du nouveau bourbier dans lequel il s'est enfoncé depuis fin 2019, alors que ses mains sont attachées derrière le dos ?
Et comment ce locataire va-t-il sauver le pays comme il l'a prétendu, alors qu'il refuse tout dialogue et n'a aucun projet ni programme et que sa vision se limite à deux ou trois slogans que bon nombre de spécialistes jugent irréalisables ? Pire «vision» n'ayant ni légitimité ni légalité.
Ce n'est, d'ailleurs, pas son rôle constitutionnel. Et son contrat politique originel lui interdit de s'interposer entre les acteurs politiques, sociaux et économiques et le peuple, sauf dans des cas bien précis que la Constitution a bien spécifiés.
Un locataire qui, comme certains de ses prédécesseurs, commence à se croire propriétaire et à se comporter comme tel, pire, en prenant tout son temps, alors que les acteurs économiques, entreprises et ménages surtout, sont en train d'agoniser, que les services sociaux s'acheminent vers la paralysie et que les infrastructures entament un processus inquiétant de délabrement.
Et c'est ainsi que tout un peuple est accroché, depuis des mois aux lèvres d'un seul homme, que l'on n'a d'ailleurs jamais vu sourire, attendant qu'il parle ou qu'il décide à coups de décrets providentiels... pardon présidentiels de son sort. Il lui faudra encore attendre jusqu'au 17 décembre courant pour découvrir ce que Saïed a encore mijoté pour lui.
Même l'Histoire est devenue victime de ses décrets. Alors que le pays croule sous les problèmes structurels et conjoncturels, le locataire de Carthage, qui s'obstine à vouloir façonner le pays selon sa propre vision, n'a pas trouvé plus utile que de décréter un changement d'ordre idéologique d'un populisme exquis, encore en porte-à-faux avec la Constitution (Préambule).
Au lieu de réduire par exemple les jours fériés qui pullulent, il s'est érigé en maître absolu de l'analyse socio-politico-juridique et historique et a décrété, contrairement au bon sens et au texte de la Constitution, que le 17 décembre est l'anniversaire de la révolution et que le 14 janvier est la date de son avortement. Révolution, dites-vous M. Saïed. De quelle révolution s'agit-il ?
Répétant à longueur de journée à qui voudrait bien l'entendre que le texte fondamental a été conçu par «eux» sur mesure, leurs propres mesures, alors qu'il avait juré de le respecter, il l'a abrogé d'un trait et a entamé un processus de remodelage total et unilatéral du système politique, à la manière d'un éléphant dans un magasin de porcelaine.
Le pays est à genoux et la classe politique, dont une bonne partie est pourrie, est en train de fourbir ses armes, et c'est ce que la plus grande organisation sociale, celle des travailleurs, est en train de faire aussi. Tous les ingrédients d'une succulente guerre civile (à Dieu ne plaise) sont donc sur le point d'être mélangés.
Cela commencera sans doute par des mouvements sociaux, du vandalisme, une violence grandissante et une répression très musclée. C'est ce qui est à craindre et il faut intervenir avant qu'une malencontreuse étincelle ne déclenche l'incendie dévastateur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.