Zouhaier Maghzaoui appelle les Tunisiens à participer au référendum    Tunisie : Le fils de Rached Ghannouchi recherché    L'ambassadeur de Tunisie à Washington Hanene Tajouri Bessassi reçue par le président Biden    La BTE poursuit sa stratégie de digitalisation grâce à sa nouvelle offre virtuelle à travers l'application "FLOUCI"    Wahbi Khazri s'engage avec Montpellier    BAC 2022: Aujourd'hui, plus de 38 mille candidats passent les épreuves de la session de contrôle    Tunisie-coronavirus : Hausse des cas et la direction régionale avertit    Températures en baisse, ce mardi 28 juin 2022    « Yalla Jaw », le concert inédit organisé par Orange Tunisie, fait vibrer de joie l'avenue Habib Bourguiba    kairouan :approvisionnement en sucre et huile végétale    Affaire de l'association Namaa :report de l'interrogatoire de Hammadi Jebali    Mbarki : les membres du CSM provisoire feraient mieux de démissionner !    Coupures répétées de l'eau :l'état d'urgence est decrété    JM – Karaté : Une médaille de bronze pour Chahinez Jemi    JM – Volley (H) : la Tunisie battue par l'Espagne    Les températures dépasseront les moyennes de plus de dix degrés durant la nuit de lundi    Officiel: Adoption d'une série de décrets et décisions présidentiels    Inauguration de la première centrale solaire flottante d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient    Le nouvel Opel Mokka disponible en Tunisie chez Stafim à partir de 98.900 dinars    Wimbledon : un succès aisé pour Ons Jabeur contre Bjorklund    Tunisie: L'UGTT annonce une nouvelle décision    Du nouveau sur l'état de santé de Hammadi Jebali [Audio]    « Yalla Jaw », le concert inédit organisé par Orange Tunisie, fait vibrer de joie l'avenue Habib Bourguiba    Lancement de la collection de parfums REPLICA de la marque Maison Margiela en Tunisie    35e édition du festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Journée de colère du personnel de la santé: Précisions    Pourquoi | Les estivants et les plages    Une fin de saison houleuse : Dans la tourmente    Point de vue | Trop tard !    L1 | Play-off ( dernière journée) : Le verdict...    Tunisie: L'Agence de sécurité informatique met en garde...    Hubert Tardy-Joubert, directeur de l'Institut Français de Tunisie à La Presse : «La langue française est une langue Monde»    Voici les 10 chansons qui nous procurent du bonheur    OPPO lance des offres exceptionnelles sur ses smartphones de la Série A à l'occasion du baccalauréat et de l'Aïd El Kebir    Spectacle '24 Parfums Kids' de Mohamed Ali Kammoun Orchestrea    Quid de la campagne référendaire ?    Moutons de l'Aïd: Les prix sont fixés entre 500 et 850 dinars    Interview de Sihem Boughdiri Nemsia : le déficit budgétaire dépassera celui prévu par la Loi de Finances 2022    J'agence libanaise des news : un seisme d'une magnitude de 5,1 sur l'echelle Richter frappe Oran en Algerie    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off) : les matches de ce dimanche    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Souk Moncef-Bey : Au marché des volatiles
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 05 - 2022

Dimanche 10h00, la rue Abderrazak-Cheraïbi de la périphérie sud de Tunis ne désemplit pas. En effet, dans ce tronçon de rue qui aboutit à la gare routière sud, la cohue bat son plein. On est en plein souk animalier de Moncef-Bey et, particulièrement, au marché des volatiles.
On vend toutes les espèces de volatiles au marché animalier de Moncef Bey. On y trouve principalement le poulet arbi (poulet de basse cour), les poules et coqs brama (volatile d'origine turque), la poule padeau d'origine française et russe, la poule et coq masris, des volailles de petite taille. On y vend aussi les cailles ainsi que plusieurs espèces de pigeons : le pigeon voyageur, le pigeon jacobain français, l'adidane espagnole, la bondinette, le pigeon roubi allemand… Sont aussi exposés à la vente et à même le sol, dans des cages appropriées, des dindons et dindes, des oies domestiques, des canards de Barbarie, même le paon trouve sa place dans ce marché.
Une aubaine
Zohra, dans une tente abritant ses diverses volailles, originaire de Sejnène, est éleveuse de poules de basse-cour, Accompagnée de son fils, elle expose sa marchandise un dimanche sur deux dans ce souk. Elle vend des poules de ferme de race arabe (arbi), des poules pondeuses prêtes à la couvaison ainsi que de jolis rouges, bruns et blancs. Ses volailles comprennent aussi des poulets et des poussins dont les prix sont relativement bas.
Zohra vend aussi des œufs de ferme bien frais à raison de 1dinar 500 l'unité. Elle nous révèle que «ses clients sont souvent des revendeurs des marchés de la capitale qui profitent de l'aubaine pour "s'octroyer" ces œufs de ferme à bon marché et les revendre par la suite à un prix supérieur assurant une belle marge bénéficiaire».
Les occasions ne manquent pas
A côté du stand de Zohra, un jeune homme expose à bord de sa petite camionnette des couveuses électriques, une sorte d'appareil où l'on fait éclore les œufs au nombre de six, par le biais d'un système hydroélectrique. Il démontre aux curieux et, parmi eux, ses éventuels clients, la méthode du fonctionnement de cet appareillage importé d'Allemagne.
Derrière la camionnette, plusieurs cages contenant de jolis pigeons attirent les passants. Ce sont des pigeons jacobins français et des adidanes espagnoles d'un blanc grisonnant. Adel, le propriétaire de ces cages, nous fait savoir que cette espèce de pigeon affectionne la compagnie des humains; il précise qu'il suffit de scotcher les ailes de ces oiseaux domestiques durant une dizaine de jours pour les empêcher de voler et les contraindre à s'adapter à leur nouveau lieu d'habitat en leur donnant de la nourriture. Ces pigeons sont de véritables oiseaux de compagnie, très fidèles à leur éleveur». Ce sont des colombins assez cotés et prisés par les collectionneurs. Leur prix de vente oscille entre 200 et 250 dinars le couple.
Volatiles divers
Les poules et coqs brama sont des volailles d'origine turque, leur taille est assez grande par rapport aux poules arbis; la distinction se fait aussi au niveau des pattes qui sont couvertes de plumage.
Le coq bruma est très sollicité à cause de sa beauté et de son chant.
«La poule padeau est d'origine russe; c'est une poule brune, pondeuse par excellence et s'apprête à la couvaison deux fois par an».
C'est ce que nous révèle Brahim, propriétaire d'une petite tente contenant des volailles brama et padeau. Le prix de ces espèces est relativement élevé pouvant atteindre les 150 dinars le couple.
Son voisin limitrophe possède une grande cage peuplée de cailles (semmène), ces petites volatiles dont le prix unitaire est relativement bas (2d/tête) sont élevés aussi en basse-cour; les ménagères apprécient le goût des cailles dans diverses sauces.
Non loin de la cage à cailles, quelques volailles de petite taille et de couleur rougeâtre sont attachées par les pattes ; ce sont des volailles masris dont le coq toujours vaniteux est très sollicité pour les chants et les combats.
La détermination du coût de cette espèce est inversement proportionnelle à la taille : «plus la taille est petite, plus le coût est élevé», nous fait savoir Ramzi, un jeune passionné et éleveur de volaille, possédant une ferme à Oued Ellil. Le prix d'un couple de volailles masri est négocié à partir de 80 dinars.
De l'autre côté de la chaussée, sont exposés à la vente d'autres type de volatiles de gros calibre; il y a la dinde et son mâle, le dindon vaniteux exhibant des caroncules colorées sur la tête tout en dressant les plumes de la queue; leur propriétaire, Salah, originaire de Béja, vend aussi des oies et des canards domestiques ainsi qu'un joli paon mâle qui vient d'être cédé à 80 D à une dame venant de la grande banlieue de Tunis à la recherche de ce galliciné.
Salah nous informe que ce volatile omnivore de grande taille, de par la beauté de sa longue queue qu'il déroule en forme de roue dans la parade, est prisé par les propriétaires de basse-cour à cause de sa fonction de gardiennage des lieux. En effet, le paon préfère passer la nuit perché sur le toit le plus culminant de la ferme afin de veiller instinctivement à la sécurité de son «harem» composé de quelques paonnes qui se regroupent autour de lui, le paon braille dès qu'il ressent le passage d'un chien errant ou d'un quelconque intrus au milieu de la nuit, prévenant ainsi le propriétaire des lieux d'un danger imminent.
Retour à la campagne
Interrogé sur l'aspect mercantile de ce lieu hebdomadaire, Salah impute la récente floraison de ce marché au retour aux sources de citoyens nantis qui s'attachent davantage à la nature en élevant des volailles dans leurs lopins de terre, quitte à construire des poulaillers, et se fortifier des œufs frais de la ferme. De plus en plus de citoyens veulent fuir Tunis et le centre-ville pour s'installer dans la banlieue et s'occuper d'élevage d'animaux et de volatiles domestiques. De même, de nos jours, plusieurs retraités préfèrent passer leur troisième âge, loin du brouhaha, de la cohue et du stress des gros centres urbains pour jouir du repos du guerrier en s'installant en pleine campagne en compagnie des animaux.
«Le retour aux sources et le rattachement à mon patelin natal ont été très bénéfiques pour ma santé», nous révèle Hachemi H, âgé de 70 ans, ex-cadre responsable d'une société siégeant à Tunis qui poursuit : «J'ai décidé de fuir le stress et l'angoisse vécus à Tunis. A Teboulba je mène une vie calme et sereine en compagnie de mes volailles et de mes oiseaux. Je me régale chaque matin en me levant au chant du coq et non au bruit des moteurs».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.