Tunisie – Monastir : Arrestation d'un enseignant pour éloge du terrorisme    Fitch Ratings : La conjoncture fragilise les institutions financières non bancaires tunisiennes    Bourse de Tunis : Le Tunindex à l'équilibre    Amical : Le CA et le CR Belouizdad se quittent sur un match nul (1-1)    FTF : Nouvelles nominations à l'EN juniors et la DNA    Tunisie – FMI : Engagement à appuyer la réforme du système fiscal tunisien    Nabeul De fortes pluies causent le blocage de certaines routes    Le PDL dénonce un complot visant à assassiner Abir Moussi    France : On refoule toujours les "étrangers" à la plage, la gauche dénonce, motus chez Macron    Gabès: Non-lieu pour l'équipage du navire « Xelo »    Sfax: 10 enseignants traduits devant le conseil de discipline (Vidéo)    Baisse des investissements déclarés de près de 60% en deux ans    Non-lieu pour la complice de Rached Khiari    5 employés de la société SELECTA traduits en justice pour leur activité syndicale    75 ans d'Inde progressiste    Refus de libération de la mairesse de Tabarka    Nizar EL BEZ, expert en entrepreneuriat et Directeur marketing de Yalla Fid, à La Presse : « Il est temps que le label ''Made in Tunisia'' ressuscite des ruines de Carthage »    Vient de paraître «Gens de boxe» de Pierre Ballester : Azdine Ben Yaâcoub, l'Arabe du coin    Tunisie: En ces temps difficiles, soyons tous des citoyens responsables    Signature du mémorandum d'accord d'un jumelage entre la Municipalité de La Goulette et La Municipalité turque de Muratpasa/Antalya    MEMOIRE : Mohamed Sghaier Abid LADEB    Sfax: 8 corps de migrants repêchés à Kerkennah    Tahar Melligi , l'historien des artistes, décédé à l'âge de 86 ans    Arts plastiques : Le festival international de Mahrès reporté    LK'AL ce soir : L'Algérien Mouh Milano à Bizerte    Festival international de Hammamet | « Rboukh » de Hatem Lajmi : Un spectacle complet !    Marcel Khalifé et Bachar Ma-Khalifé rendent hommage à Mahmoud Darwich à Hammamet    Shimizu Shinsuke, ambassadeur du Japon à Tunis: Le Japon, la Tunisie et l'Afrique, de larges perspectives    Tunisie-Blanchiment d'argent: Hausse des déclarations de soupçon    5 choses à savoir sur les nouveaux smartphones pliables Galaxy Z Flip 4 et Galaxy Z Fold 4 de Samsung    Bassem Trifi : la liste des magistrats révoqués était l'initiative de la ministre de la Justice    Tunisie : Les douaniers menacent d'une grève à cette date    Annulation de la grève des boulangeries    Un Tunisien tue un étranger    CONDOLEANCES : Aïcha SOUID    La Commission d'appel reporte son verdict à septembre : La gabegie s'installe de nouveau...    Ons Jabeur abandonne le tournoi de Toronto sur blessure    Super League africaine : coup d'envoi de la compétition en août 2023    Europa League (3è tour retour): le programme de ce jeudi    Orange Tunisie expérimente à nouveau la technologie 5G dans le domaine de la Culture    Météo : Temps stable et températures entre 30 et 40 degrés    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Sarra Hamdi en Bronze    Tahar Melligi est décédé    Patatras : Lotfi Abdelli ne s'exile plus, il remet ça avec la protection des policiers    Le secrétaire américain à la défense : les USA soutiendront leur amis en Tunisie    Une marque lance un ''sac poubelle'' à 1700 euros    Un nouveau virus inquiétant détecté    Tribune | Mon message d'Hiroshima    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Smartphones, tablettes: Une addiction qui fait mal
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 06 - 2022

Jadis, enfants que nous étions, nous jouions au ballon, aux billes, à la toupie, aux mariés... Nous jouions aussi à cache-cache. Les filles jouaient au carré, à la corde et se livraient aussi au jeu des cinq pierres... les enfants de nos jours ont un seul jeu : la tablette.
Nabil, père de deux enfants âgés de 13 et 15 ans, se lamente souvent de cette fameuse tablette électronique, dont ses enfants ne peuvent se détacher et à laquelle ils restent «scotchés» pendant plusieurs heures, même le soir et durant les heures sacrées du sommeil !
Cette tablette est toujours présente; elle les accompagne là où ils se trouvent : bien rangée dans le cartable ou dissimulée sous l'oreiller.
Nabil n'est pas le seul parent qui se lamente de cette situation; plusieurs parents se trouvent dans le même cas; leur inquiétude est justifiée, car, sur le plan sanitaire, l'usage abusif de cette ardoise magique est néfaste pour l'organisme de l'enfant, tant sur le plan physique que mental.
La situation est bien cocasse, la majorité des parents n'ont pas trouvé le moyen d'empêcher leur progéniture d'être dépendante de ce jeu. «J'hésite entre l'usage de la force et la bonne communication avec mon fils», nous confie Nabil, qui poursuit: «J'ai essayé tous les moyens... Mon fils n'arrive guère à se libérer de sa tablette qui l'empêche de dormir».
A côté de la tablette électronique, se joint le smartphone qui ouvre à l'enfant tout un horizon de loisirs et de distractions visuelles.
Attention, danger !
L'abus de ce jeu électronique a malheureusement des revers néfastes: sur le plan de la santé physique, l'enfant dort mal, voire pas du tout. Il ne jouit pas d'un sommeil profond, puisqu'il veille continuellement, tapotant sans relâche, les touches de sa tablette. Sur le plan éducationnel, l'enfant, qui est au début de sa scolarisation, bâcle ses devoirs et ses révisions, ce qui se répercute sur le plan intellectuel. Sur le plan mental, cette dépendance agit négativement sur le cerveau de l'enfant, qui se sent de plus en plus prisonnier de cette machine, dont l'usage continu risque d'anéantir, à la longue, ses pensées juvéniles pour le faire accéder, avant terme, au monde des adultes.
Les enfants d'aujourd'hui sont des adultes prématurés; leurs idées, ainsi que leurs facultés mentales sont altérées par des données exogènes nuisibles à leur mode de penser…
Le risque de dépression
Une étude récente a montré que plusieurs malades internés dans l'hôpital psychiatrique Razi sont des adolescents qui souffrent d'une dépression liée à l'addiction aux appareils mobiles, une maladie qui sévit chez les jeunes mordus de ce nouveau mode de communication.
Les enfants fragiles sur le plan mental attrapent vite le virus de l'addiction lié à la dépendance et l'usage abusif de la tablette et du smartphone. Les plus complexés attrapent facilement le virus parce qu'ils n'arrivent pas à imiter les autres (amis via Facebook ou Instagram) qui envoient à tous moments des photos et vidéos exhibant leur train de vie dans divers hôtels et restaurants de luxe.
En effet, tout est parachevé et bien filmé dans ces vidéos et clichés, les voyages, les soirées de noces, les randonnés dans des sites de rêve, etc.
Les adolescents et les enfants démunis et privés de ce type de loisirs se contentent de voir les autres, ils se sentent comme défavorisés et ne font que visionner passivement ces photos et vidéos des autres.
Ne pouvant accéder à cette vie luxueuse, ils se sentent prisonniers, car ils ne peuvent se permettre d'atteindre ce niveau ou aspirer au mode de vie de leurs semblables.
Gravement complexés, ces malheureux gamins se recroquevillent chez eux... et à la longue, ils dépriment.
Limiter les dégâts
Il s'avère que le danger imminent lié à ce jeu d'enfant, ce jeu magique, est bien grave. Aux parents avertis d'éviter d'acheter des tablettes à leurs enfants encore à bas âge.Monia, mère de deux enfants, une fille (16 ans) et un garçon (14 ans), a trouvé l'astuce en les inscrivant dans un club de sport. «Le domaine sportif est vaste. Il y a le tennis, la natation, le football, le handball... C'est à l'enfant de choisir la discipline qu'il veut pratiquer». Pour Monia, la pratique du sport redonne à l'enfant sa vivacité, sa morphologie et son équilibre mental.La filière culturelle est aussi hautement recommandée, le théâtre, la musique, la peinture ,l'art d'une façon générale sans oublier la lecture des romans sont autant d'atouts précieux afin d'éloigner l'enfant de cette addiction, qui n'est autre que l'usage abusif des jeux électroniques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.