Législatives, FMI, PDL… Les 5 infos de la journée    L'UBCI partenaire officiel de l'Extended sessions de « Jazz à Carthage »    Jasmin Open Monastir : Résultats de mardi et liste des qualifiées pour les 1/8    Tunisie – Découverte d'autres grandes sommes d'argent dans les comptes bancaires d'un syndicat de police    Le "devoir" de casser la rigueur budgétaire, 1100 recrutements et une explication hallucinante    L'école MedTech de la SMU rejoint un groupe d'élite d'écoles d'ingénieurs prestigieuses dans le monde    Etude Epson: sur fond de conflits et de crise économique, l'attention mondiale se concentre sur le changement climatique    Monde-Daily brief du 04 octobre 2022: Guerre en Ukraine : Kiev garde l'initiative militaire    FMI: Plus de 20 pays pourraient avoir besoin d'une aide d'urgence face à la crise alimentaire    Cherche-t-on à achever Tunisair ?    Abdelkader Boudriga recommande de moderniser les lois contre les chèques sans provision    Issam chebbi: Les restrictions excessives aux partis confirment l'illégitimité des prochaines législatives    Tunisie-coronavirus : Nouveau bilan    Tunisie : Incendie au siège de la société des chemins de fer    British Council mise sur de nouveaux modes d'apprentissage et de connexions    Photo du jour : "grand ménage" au Palais de justice de Tunis    Le FMI a dit oui à la Tunisie ?    Tunisie: Recrutement de 1100 assistants universitaires    Réouverture de l'inscription à distance pour les élèves des écoles privées    Le neurologue Tunisien Riadh Gouider élu membre correspondant à l'académie française de médecine    Maroc : Le paradis des fonctionnaires fantômes, plus de 90 000 dans le public    L'ile du pardon: Le dernier chef-d'œuvre mondial de Ridha Béhi    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Les Tunisiens de France rapportent à l'Etat 3807.9 MD    Ce qu'a dit le Ministère de l'Infrastructure de l'Ukraine sur la Tunisie    Moncef Dhouib : quel sort réserve-t-on à l'église de Sfax après l'arrêt des travaux ?    Conflit FTF - Croissant Sportif Chebbien : longues réflexions sur une courte décision    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    Météo en Tunisie : Ciel peu nuageux à partiellement nuageux    LC Europe (Poules / 3è J) : les matches de ce mardi    37eme édition du festival international du film francophone de Namur | « ASHKAL » de Youssef Chebbi : Du réel à l'abstrait    Les indiscrétions d'Elyssa    Tunisie: 10911 infractions économiques du 23 août au 1er octobre 2022    Al Massar ne participera pas aux prochaines législatives    Ce qu'a dit la directrice du Fonds Monétaire International sur la Tunisie    Mondial 2030 : En Ukraine, Espagne et Portugal !    Ballon d'or 2022 : Podium de KB9, Mané et Vinicus !!    Essia Jaïbi, metteuse en scène et dramaturge, à La Presse : «J'aime que le théâtre soit le sujet et l'outil»    Des héros anonymes    DECES : Leïla DEHAIMI    CONDOLEANCES : Feu Ali TABOUBI    L'insupportable arrogance des Occidentaux    Ukraine : Des canons français que même l'armée de Macron n'a pas, l'Allemagne suit    Run In Carthage a vécu sa 6ème édition après deux ans d'interruption due à la Covid : Comme on se retrouve !…    Classement WTA : Ons Jabeur, 2e mondiale    L'affaire FTF-CSChebba au crible | Entre bonne guerre et mauvais procès...    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Notes de lecture | Ondoyances méditerranéennes de Saint Augustin à Sidi Bou Saïd El Baji *
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 08 - 2022


Par Pr Mohamed Lotfi Chaibi
L'historienne artiste-peintre Aicha Ibrahim signe et persiste en joignant l'utile à l'agréable. Nul doute, son public de fans et de lecteurs est émerveillé par son art de conteuse et d'analyste qui tantôt jongle avec les figures et les silhouettes, tantôt chatouille l'histoire de notre Méditerranée, « ce corps liquide, à la croisée de trois continents, lieu de la rencontre à la fois féconde et tragique des hommes et des civilisations » et vague de Carthage à Sidi Bou Saïd à la recherche d'une spiritualité soufie bien du terroir. L'expression mystique bonifie les couleurs et les formes, les perspectives, l'architecture et les dédales de Sidi Bou Saïd tout autant les ruines et les vestiges de la Carthage romaine parsemant la colline de Byrsa d'où partent les deux axes principaux : cardo maximus et decumanus maximus, longeant à l'est les thermes d'Antonin, le temple de Borj Jedid et au nord l'Odéon d'où partait le quartier résidentiel. Ainsi en remontant l'histoire ancienne et médiévale de l'Ifriqiya, on y voit diverses influences s'entrecroiser : punique, romaine, byzantine et arabe. A ce propos, Aicha Ibrahim focalise sur la présence chrétienne au temps de Saint Augustin et l'apport mystique des Almoravides, Almohades, Hafsides et andalou en donnant libre cours à une double expressivité artistique et littéraire avenante : « A flanc de colline, Sidi Bou Saïd domine une saisissante vue sur la baie de Tunis et de Carthage. Le site se dénommait traditionnellement : Djebel el Manara. La colline de feu, plus exactement la colline du phare. Ce nom lui viendrait des fameuses tours de feu que construisent Carthaginois et Romains sur des hauteurs en bordure de mer. On retrouve ce genre d'installations dans la haute Antiquité chez les Ioniens et les Puniques... « (Avec le XIe et XIIe siècle), Les Mourabituns (terme désignant les soldats des Ribats (Ribat : fort) puis les Almohades perpétuent la construction des Ribats le long des côtes conquises. Ils semblent avoir très tôt construit sur les hauteurs de Sidi Bou Saïd un Ribat, à la fois guet et forteresse pour ces sortes de « moines – soldats » de la soldatesque almohade dont les vies étaient vouées à la foi et à la défense des territoires conquis...Ces guerriers d'antan semblent très tôt avoir imprégné l'esprit des lieux, territoires voués à devenir des sites de retraite spirituelle (khaloua ) (par les mystiques musulmans qui firent du promontoire un lieu saint... « L'histoire de la période hafside (1228 – 1574) est étroitement liée au développement du maraboutisme en Ifriqiya. Celui-ci s'étendra et gagnera en profondeur les populations ainsi que l'Etat (makhzen ) (devait tenir compte de l'engouement des populations pour le maraboutisme et en profiter pour consolider son pouvoir. Le maraboutisme n'étant qu'une résultante populaire, à l'origine de celui-ci se trouve le soufisme (tasawof ) (qui aurait son origine en Orient. La figure de Sidi Abu Median (mort en 1196 -1197) d'origine andalouse, installé à Bougie, fut vite considérée par les soufis comme celle du Maître ou Pôle (Qutb) .( « Il introduisit une mystique moins exégétique que celle des Orientaux, basée sur la foi, la patience, le détachement et l'humilité. Il se mit à prêcher aux populations berbères une doctrine simple qui convenait parfaitement à la foi populaire. Une école maraboutique ifriqienne devait voir le jour avec le disciple d'Abu Median : Sidi Abu Hassan as Shadili (1197 – 1257) qui s'installa d'abord à Zaghouan puis à Tunis, et ce grâce à un autre soufi Abu Saïd al Baji (notre Sidi Bou Saïd el Baji)... ». Et le conte magique continue son bonhomme de chemin en ornementant la prose avec la toile pour nous entretenir du Baron d'Erlanger, Dar Ennejma Ezzahra, de Sidi Bou Saïd, les Andalous et le malouf, de Dar Annabi, des cafés et un certain désir d'Orient, de ses peintres. L'histoire poétique d'une quête spirituelle. En somme, Aicha Ibrahim restitue finement un pan de ce « grand brassage des cultures qui se sont enrichies les unes des autres, celui de l'échange des savoirs scientifiques, philosophiques, religieux et circulant de l'Orient vers l'Occident, de l'Occident vers l'Orient (1).
La Méditerranée, une stature d'empire In Le Monde La vie, Hors-Série, 2022, page 3.
M.L.C.
(*) Ibrahim (Aicha) : De Carthage à Sidi Bou Saïd. Une traversée picturale et historique. Tunis, Arabesques, 2022, 191 pages.
(2) La Méditerranée, une stature d'empire In Le Monde La vie, Hors-Série, 2022, page 3.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.