Décès d'un Brésilien lors des essais du vaccin d'Astrazeneca contre le Covid    Tunisie : Réorientation du programme "Irada", huit gouvernorats concernés    CORONAVIRUS NEWS : La Tunisie a enregistré 1442 nouveaux cas et 29 morts le 20 Octobre    Dernière Minute – Coronavirus : 29 nouveaux décès et 1.442 nouvelles contaminations, le 20 octobre    Dixième anniversaire de radio Express FM : 10 ans, et l'aventure continue !    ARP-HCDH : Volonté commune de renforcer la coopération    La Foire internationale du livre Tunis n'aura pas lieu en mois de novembre prochain    A la télé, Méchichi déçoit son monde : « Rien de nouveau sous le soleil ! »    L'Etat fragilisé    La Tunisie séduit les Français pour les vacances de fin d'année !    Exemption de visas entre Israël et les Emirats    Les obus éclipsent la peur du coronavirus    Couvre-feu de 24 heures dans la capitale    La STEG exporte son expertise au Rowanda    Des militaires libyens des camps au conflit s'accordent sur l'ouverture des routes et la reprise des vols entre les villes    Le projet de la loi de Finances va causer notre faillite, déclare Mohamed Ammar    8 nouveaux décès à la Manouba    Ooredoo Tunisie soutient les héros dans leurs combats contre la pandémie Covid-19    Gilles Kepel : «La loi contre le séparatisme doit traiter les causes et non les seules conséquences»    Le PLF2021 prévoit près de 218 MDT pour les bourses et prêts universitaires    Tournoi Ostrava : Ons Jabeur s'est qualifiée en huitièmes de finale    L'espace d'art B7L9 abrite l'exposition "Culture Solidaire", des œuvres créées durant le confinement    La violence contre la femme existe aussi dans la vie politique, déclare Karim Krifa    Le "Tunisia Africa E-business Meetings " se tiendra en ligne en novembre 2020    OXAHOST, le premier Hébergeur web Tunisien avec un support 24H/7J    Diffusion et débat live autour du film "Lettres du contient" sur la page Fb de l'association l'Art Rue    Tunisie : L'Espérance de Tunis remercie Tarek Bouchamaoui et la FTF    Tunisie : Le vaccin antigrippal, désormais, sur ordonnance    La HAICA s'inquiète pour la liberté d'expression en Tunisie    Cellcom : Augmentation du chiffre d'affaires de 45% (30 09 2020)    Billet : Hausse des exportations alimentaires    Pas de plénière avant la réunion du bureau de l'ARP    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 21 Octobre 2020 à 11H00    BT : Un PNB de 269.803 mille dinars ( 30 09 2020)    Tunisie: Ministère du commerce: Le zgougou actuellement disponible sur le marché est celui de l'année dernière    Point de vue : Seul contre tous !    Conférence de presse digitale de L' « Open Art Week 2020 » : La création explorée autrement    «La voie normale» d'Erige Sehiri : Sortie française    Europe Créative Tunisie : Session d'information en ligne sur les sous-programmes "Culture" et "Média"    NEWS | Ferjani Sassi testé négatif    Tunisie: Kais Saied réitére son engagement à garantir la liberté des médias    Tourisme : Dora Miled élue à la tête de la FTH    Météo : vents forts sur les côtes nord    Racisme : Disney ajoute des avertissements à certains classiques    USA : Les micros de Donald Trump et Joe Biden seront plus souvent coupés lors du prochain débat    Découverte d'illustrations de piment sur un sol en mosaïque romaine à Borj El Amri    Israël et les EAU signent un accord d'exemption de visa    Exercice naval tuniso-français au large des côtes françaises (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une vie et des chansons en quatre actes
Hommage à Barbara
Publié dans La Presse de Tunisie le 31 - 12 - 2017

Des thèmes universels qui ont inspiré les poètes français et les chanteurs à texte, Barbara, mais encore Ferré, Brel et tous les autres. La nouveauté, c'est cette corrélation thématique traversant le spectacle de bout en bout qui a bercé le public du début jusqu'à la fin.
C'est par un hommage à Barbara que l'espace l'Agora de La Marsa a choisi de clore l'année dans un foisonnement de mots et d'émotions. Barbara, auteur-compositeur-interprète française, icône des années 60-70, s'en est allée voilà vingt ans. Jeudi, malgré le froid glacial, le public s'est déplacé en nombre pour honorer sa mémoire et son héritage à travers le cabaret culturel, un spectacle imaginé et conçu par Mohamed Ali Okbi, le maître de céans. Ce cabaret, érigé sous le signe de l'art et de la culture, est un nouveau concept qui, à la faveur d'une mixture faite de poésie et de mélodies, libère le sens des mots et invite le rythme.
Dans une ambiance feutrée qui se prête au genre et sur une scène drapée de gris et de rouge, les célèbres chansons de Barbara, «Dis, quand reviendras-tu?», «L'Aigle noir», «Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous», « Göttingen» sont interprétées par Imen Khayati et Amel Chérif.
Les poèmes de Ronsard, Verlaine, Baudelaire sont déclamés par Daly Okby, lui-même, animé par une forte charge émotionnelle et par une voix qui l'a également porté à chanter la terrible chanson «Drouot-La salle des ventes». Une histoire qui raconte la tragique dépossession d'une femme contrainte par l'indigence de vendre aux enchères un bijou, vestige d'un ancien amour. En voici l'incipit : «Dans les paniers d'osier de la salle des ventes ; Une gloire déchue des folles années trente ; Avait mis aux enchères, parmi quelques brocantes ; Un vieux bijou donné par quel amour d'antan».
De la poésie
Le spectacle, mis en scène comme une pièce de théâtre, se déroule en quatre actes. L'acte premier intitulé «Du dépit amoureux», une thématique récurrente dans la littérature, illustrée par le poème «Sonnet pour Hélène» de Ronsard. L'acte II revient sur l'enfance tragique de Barbara. L'acte III raconte la guerre, les incessantes fuites et les souffrances. Et pour finir sur une note positive, un brin céleste, l'auteur du cabaret a choisi de déclamer le célèbre poème de Baudelaire, «Elévation», en voici le premier quatrain : «Derrière les ennuis et les vastes chagrins ; Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse ; Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse ; S'élancer vers les champs lumineux et sereins».
Chaque acte se déploie à travers une tonalité différente pour inviter à pérégriner entre les textes littéraires et les chansons. Une immersion dans la magie des mots et une belle occasion offerte au gré d'un soir de décembre pour se ressourcer et interroger son imaginaire et ses propres émotions.
Sur une durée d'un peu plus d'une heure, le public a savouré un moment de qualité savamment agencé entre morceaux choisis déclamés et chantés. «Je pars du principe que ce vous aimez vous arrivez à le faire partager», nous confie M.Okby, ajoutant : «Je crois qu'il y a une société qui est en manque de concept intellectuel».
Le concept a séduit
Les musiciens Kays Rostom aux percussions, Maher Karoui à la contre-basse et Omar El Ouaer au piano ont accompagné chant et lecture avec des notes douces, laissant la primeur à la résonance des textes. «J'ai fait un mix à partir de poèmes et de chansons, révèle encore l'artisan du cabaret, pour chanter la mort, l'amour, la vie, la lumière, la transcendance, l'inaccessible étoile, tout un monde de souffrances et d'exaltation», analyse-t-il. Des thèmes universels qui ont inspiré les poètes français et les chanteurs à texte, Barbara, mais encore Ferré, Brel et tous les autres. La nouveauté, cette corrélation thématique traversant la scène de bout en bout qui a bercé le public du début jusqu'à la fin.
La représentation est la deuxième du cycle et donnera suite à une troisième, compte tenu du succès rencontré. Mais encore, le concept ayant séduit, le canevas étant fin prêt, d'autres hommages à d'autres artistes, chanteurs, à des hommes et des femmes de lettres pourraient être présentés à l'avenir.
Cette fois-ci, par la mise en contexte des textes littéraires, la déclamation des poèmes, l'évocation de quelques bribes de la vie de Barbara et l'interprétation de ses chansons, le cabaret a réussi à créer une atmosphère particulière, mélancolique, où la célèbre interprète, qui avait imprégné toute une époque, semblait planer sur la salle à travers son ombre fluette.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.