Tunisie – Démarrage de l'exploitation du champ gazier Nawara dans quelques semaines        Cogite partenaire régional de RiseUp Egypte pour la compétition Pitch by the Pyramids    Tunisie- Youssef Chahed revient sur les raisons de sa défaite au premier tour de la présidentielle    Programme TV du vendredi 20 septembre    Championnat du Monde du Couscous 2019: L'EPI D'OR soutient 3 chefs tunisiens    TASDIR+: Lancement de Son 4ème Appel à Candidatures sous le thème La conquête des marchés extérieurs    CS Sfaxien : le Malien ‘Chato" officiellement qualifié pour le match face à la JS Kairouan    La circulation du métro sur une seule voie entre Bab Saâdoun et Essaîdia    Tunisie- Youssef Chahed appelle Zebidi à tourner la page des élections présidentielles    JMC 2019: ERKIZ HIP HOP    Le Conseil Supérieur de la Magistrature prend au sérieux le conflit entre Avocats et Magistrats    Concertations entre le Président de la République et le Chef du Gouvernement    Sousse: Lancement du Centre d'Innovation et de Développement de Compétences en Industrie 4.0 de Novation City    Youssef Chahed explique les raisons de sa défaite à l'élection présidentielle    Aménagement de la Boucle Centrale du métro léger de Tunis et du pôle d'échanges multimodale de la place de Barcelone: Bouclage du financement du projet    Lancement des smartphones Redmi Series en Tunisie    Match amical: Tunisie – Cameroun le 12 octobre à Radès    Tunisie: Evolution exceptionnelle des indicateurs relatifs aux revenus du tourisme    Le président de l'association Shams annonce son soutien à Nabil Karoui    La BCT annonce des réserves de devises de 18327 millions de dinars couvrant 103 jours d'importations    CITROËN OUVRE SES PORTES A GAFSA !    K2 Rhym révèle les derniers mots de ben Ali avant sa mort    Un député français : Ben Ali était un dictateur comme tous les dirigeants arabes    L'UGTT condamne ''l'agression'' contre le collectif de défense de Belaid et Brahmi    Le Tribunal administratif annonce avoir reçu 6 recours en Appel concernant les résultats préliminaires de l'élection présidentielle    Tunisie – VIDEO : Le comité de défense de Belaïd et Brahmi accuse !    Evènement du Compact with Africa : [email protected]    Tunisie : Zine El Abidine Ben Ali n'est plus    Opération anti-terroriste menée par Interpol en Tunisie    Journée Européenne des Langues 2019 en Tunisie le 25 septembre (Programme)    JTC 2019 : Prolongation du délai de dépôt des candidatures au 25 septembre    Classement FIFA : la Tunisie conserve sa 29e place mondiale    QUAND LE CIEL SE MIT A CRIER    Club Africain : la FIFA sanctionne l'équipe à nouveau    Tunisie – Météo : Ciel nuageux avec quelques pluies sur le nord et le centre    Ligue 1 [Vidéo] : Le public sportif évalue le mercato d'été et les chances des clubs dans le championnat    Projection du film Tunisien “Fataria” dès le 25 septembre (B.A. & Synopsis)    Football : Programme TV de ce jeudi    « MBC5 – Cinq": La nouvelle chaîne satellitaire de divertissement familial exclusivement dédiée aux pays du Maghreb    Run In Carthage 2019, 5ème Edition dimanche 29 septembre    En vidéo : MBC Cinq, la nouvelle chaîne dédiée aux pays du Maghreb    Le sommet et le forum économique Russie-Afrique    4 prix pour la Tunisie à la Mostra de Venise    Confirmation du décès de l'Adjudant-chef de la Garde nationale Najiboullah Cherni dans les affrontements de Hydra    Corée du Nord- Pyongyang effectue de nouveaux tirs de missiles    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vaincre le terrorisme : une affaire de détermination et de recul de la misère !
Tribune


Par Hella BEN YOUSSEF *
Une nouvelle fois le pays est frappé par un acte incompréhensible. Un attentat-suicide commis par une femme diplômée qui s'est fait exploser avec une bombe artisanale, faisant plusieurs blessés. Très vite et en l'absence d'informations de la part des autorités, médias et réseaux sociaux ont relayé toutes sortes de conjectures les unes plus fantaisistes que les autres mais faisant à coup sûr le buzz. L'imagination est toujours fertile dans ce genre de circonstance. Les théories complotistes et conspirationnistes viennent très vite combler le vide laissé par la stupeur et l'incompréhension.
Jusqu'ici cet acte odieux ne semble pas avoir été revendiqué. Pourtant, une chose est certaine, cette jeune femme n'a pu agir seule, sans pour autant appartenir à un quelconque groupuscule. Elle a de toute évidence bénéficié d'une logistique qui a pris en charge la bombe et sa venue dans la capitale. Il est également peu probable qu'elle ait choisi d'elle-même la cible, en l'occurrence les forces de l'ordre au beau milieu de l'avenue Habib-Bourguiba. La charge symbolique ne peut être de son seul fait.
Il resterait alors à savoir qui sont les véritables commanditaires, et à qui profite ce crime !
Avant de se satisfaire d'une interprétation rapide, sans fondement, mais au final rassurante au plan émotionnel, il convient de garder toute sa lucidité.
Pointer du doigt ne suffit pas pour comprendre
Le pays traverse une crise profonde multiforme, dont il serait inutile de rappeler tous les aspects.
Le terme même de transition démocratique ne suffit pas à caractériser la période que nous traversons.
De plus, notre pays se situe au cœur même de conflits d'influence. Grandes et moyennes puissances s'y affrontent par des jeux d'alliance avec les diverses factions politiques. Le pays est cerné à ses frontières par des groupes jihadistes de toutes obédiences. Mais un terreau favorable a également permis — et déjà de longue date — une implantation de cette idéologie totalitaire et de ses affidés adeptes de la violence aveugle mais toujours ciblée.
Jusqu'ici la seule réponse mise en œuvre n'a été que la répression et le contrôle social. Une réponse policière et militaire qui a permis cependant de déjouer nombre de tentatives. D'autres ont pu échapper à cette vigilance de tous les instants du fait même de complicités à l'intérieur de l'appareil d'Etat. Il est vrai que grâce à Internet et aux messageries cryptées, les groupes terroristes peuvent s'organiser à l'abri des regards indiscrets. C'est probablement le cas de cette jeune femme qui n'a plus quitté son foyer depuis plus d'un an. L'accès à divers sites lui ont cependant permis de se tenir informée mais aussi de déclencher cette colère nihiliste.
Réfléchissons à réduire l'action terroriste
Il n'est pas dans notre propos de chercher à comprendre les ressorts de ce passage à l'acte suicidaire, mais plus modestement de tenter de suggérer les dispositifs qui permettraient de réduire considérablement l'action terroriste de groupe comme individuelle. Des dispositifs qui se situeraient très en amont de l'intervention policière et militaire, à savoir des actions préventives de tous ordres.
S'il est vrai que les fanatiques jusqu'au-boutistes se recrutent dans les couches sociales défavorisées ou en voie d'être déclassées, il apparaît urgent de développer une nouvelle catégorie d'intervenants sur le terrain, à savoir «des travailleurs sociaux». Ceux-ci seraient à l'écoute des difficultés que connaissent les citoyens : désœuvrement par absence de travail, désocialisation par absence de toute vie culturelle, associative, sportive. Il ne s'agit pas seulement de s'attaquer à la misère matérielle, mais aussi à la misère affective. Si de nombreuses organisations caritatives interviennent sur le terrain, elles sont bien trop spécialisées et n'apparaissent que de manière ponctuelle. En de multiples endroits du pays, il n'existe aucun lieu de sociabilité autre que la mosquée. Le prêche et la solidarité frériste ont tout fait pour apaiser et canaliser les troubles et embarquer les consciences.
La politique sociale par le «haut » de transferts sociaux au profit des plus démunis est pour ainsi dire inefficiente, nécessaire certes mais insuffisante. Elle se doit d'être complétée par une présence par le «bas» avec des travailleurs sociaux dans des maisons de quartiers où la parole pourrait se libérer.
Il ne fait plus de doute que la nébuleuse terroriste se déploie sur cette misère sociale. Une nébuleuse qui est d'ailleurs en partie liée aux trafics en tous genres et les barons qui les contrôlent.
Ici comme ailleurs, les groupes terroristes entretiennent d'étroits rapports avec les mafieux et se rendent mutuellement des services. En dehors d'un dispensaire, d'un commissariat et de quelques autres services administratifs… l'Etat est absent dans de nombreux territoires
Il nous faut donc repenser la stratégie d'éradication du terrorisme islamo-mafieux. Ce que ces derniers cherchent avant tout, c'est d'entretenir la boucle action-répression jusqu'à la paralysie complète. L'instauration de l'état d'urgence et d'un couvre-feu général est à ce titre l'objectif premier de ces organisations. La déstabilisation totale de l'Etat et du régime devient alors possible.
Nous n'en sommes pas là ! Les forces de sécurité s'activent du mieux qu'elles peuvent, mais elles ne peuvent tout prévenir. Une présence sociale par la réhabilitation des maisons de la culture, de nouvelles structures d'accueil et de prise en charge psychologique réduirait d'autant les risques de basculement… Encore faut-il en avoir la volonté !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.