Championnat méditerranéen de Handball U17-Athènes 2020: la Tunisie réalise l'exploit en surclassant la Croatie (19-17) et se qualifie pour les 1/4 de finale    « Africa CEO Forum Awards »: Le Groupe tunisien Loukil parmi les nominés    Slim Feriani : Le flou politique freine l'investissement    Signature d'une convention de partenariat entre DataXion et la Société Monétique Tunisie    Ennahdha veut éviter le scénario de nouvelles élections, selon Harouni    Négociations autour du gouvernement : Leurres et manœuvres d'Ennahdha    Découvert par les forces sécuritaires et militaires : Un camp de terroristes sur les hauteurs de Kasserine    Abdelkrim Harouni confirme l'orientation d'Elyès Fakhfakh vers un « Gouvernement d'unité nationale »    Kasserine : Saisie de 19 plaques de résine de cannabis    Campagnes sécuritaires : 629 individus arrêtés aux alentours des établissements éducatifs    Secteur privé : Démarrage des négociations sociales en mars    Imed Hazgui    Nouveau gouvernement: aux calendes grecques !    La Formation gouvernementale sera divulguée ce mercredi : Fakhfakh respectera-t-il les recommandations et les exigences des partis ?    Fin de la quarantaine pour les Tunisiens de retour de Wuhan | Dr Samir Abdelmoumen : «J'ai accompli ma mission sans plus !»    Futurs enjeux: quand le bassin redevient le cœur battant des pays riverains    A l'Espace Aire Libre El Teatro à Tunis : «Ecce Eros» ou Voici l'amour !    Rencontre avec Jean-Denis Bonan (Réalisateur) : Retour au pays natal    Port en eaux profondes à Ennfidha: Le défi    Moody's améliore les perspectives de notation de cinq banques tunisiennes    Programme TV du mercredi 19 février    Geek Days – Internet des objets : Communiqué de presse    Les océans, moteur du développement économique mondial    Tripoli suspend les pourparlers de paix après les violations de Haftar    En vidéo : inauguration du 3éme studio OXYGENE FITNESS & PILATES au lac3    3 cas d'hépatite A à Kébili    UTAP : la baisse des niveaux d'eau dans les barrages est intentionnelle    Grève dans toutes les écoles de Tunis    Le message du courage et de la clarté    Espérance ST : Khenissi et Derbali au repos    Casillas prend sa retraite    Mekki: Voilà pourquoi Ennahdha tient au ministère des Technologies de la Communication    Tournoi de Dubaï : Ons Jabeur vient à bout de la 18ème mondiale    Dépôt de Borj Chakir : la catastrophe environnementale que l'Etat veut étendre    Human Screen Festival 2020 : « Le Monde se rebelle » et hommage à Lina Ben M'henni    Festival « Carthage Dance » 2020 Candidatures ouvertes pour les artistes chorégraphes    Météo: Prévisions pour aujourd'hui, mercredi 19 février 2020    Championnat méditerranéen de Handball-Athènes 2020: l'équipe de Tunisie U17 et le Maroc se neutralisent (15-15)    Attaque signalée dans le port de Tripoli    Après le nul du CA face au CSHL : Sens interdit !    Contrepoint | Deux voix, deux joyaux    La Maison de la poésie tunisienne lance un appel à candidature pour sélectionner des volontaires dans le cadre de la manifestation « Mars Poésie 2020 »    Suite à un incendie sans grands dégâts, Tarak Ben Ammar : les studios Carthago sont opérationnels    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    Tebboune : les visites officielles se feront désormais en bus    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    L'alpiniste tunisien Anis Trimeche au sommet de l'Aconcagua    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vaincre le terrorisme : une affaire de détermination et de recul de la misère !
Tribune


Par Hella BEN YOUSSEF *
Une nouvelle fois le pays est frappé par un acte incompréhensible. Un attentat-suicide commis par une femme diplômée qui s'est fait exploser avec une bombe artisanale, faisant plusieurs blessés. Très vite et en l'absence d'informations de la part des autorités, médias et réseaux sociaux ont relayé toutes sortes de conjectures les unes plus fantaisistes que les autres mais faisant à coup sûr le buzz. L'imagination est toujours fertile dans ce genre de circonstance. Les théories complotistes et conspirationnistes viennent très vite combler le vide laissé par la stupeur et l'incompréhension.
Jusqu'ici cet acte odieux ne semble pas avoir été revendiqué. Pourtant, une chose est certaine, cette jeune femme n'a pu agir seule, sans pour autant appartenir à un quelconque groupuscule. Elle a de toute évidence bénéficié d'une logistique qui a pris en charge la bombe et sa venue dans la capitale. Il est également peu probable qu'elle ait choisi d'elle-même la cible, en l'occurrence les forces de l'ordre au beau milieu de l'avenue Habib-Bourguiba. La charge symbolique ne peut être de son seul fait.
Il resterait alors à savoir qui sont les véritables commanditaires, et à qui profite ce crime !
Avant de se satisfaire d'une interprétation rapide, sans fondement, mais au final rassurante au plan émotionnel, il convient de garder toute sa lucidité.
Pointer du doigt ne suffit pas pour comprendre
Le pays traverse une crise profonde multiforme, dont il serait inutile de rappeler tous les aspects.
Le terme même de transition démocratique ne suffit pas à caractériser la période que nous traversons.
De plus, notre pays se situe au cœur même de conflits d'influence. Grandes et moyennes puissances s'y affrontent par des jeux d'alliance avec les diverses factions politiques. Le pays est cerné à ses frontières par des groupes jihadistes de toutes obédiences. Mais un terreau favorable a également permis — et déjà de longue date — une implantation de cette idéologie totalitaire et de ses affidés adeptes de la violence aveugle mais toujours ciblée.
Jusqu'ici la seule réponse mise en œuvre n'a été que la répression et le contrôle social. Une réponse policière et militaire qui a permis cependant de déjouer nombre de tentatives. D'autres ont pu échapper à cette vigilance de tous les instants du fait même de complicités à l'intérieur de l'appareil d'Etat. Il est vrai que grâce à Internet et aux messageries cryptées, les groupes terroristes peuvent s'organiser à l'abri des regards indiscrets. C'est probablement le cas de cette jeune femme qui n'a plus quitté son foyer depuis plus d'un an. L'accès à divers sites lui ont cependant permis de se tenir informée mais aussi de déclencher cette colère nihiliste.
Réfléchissons à réduire l'action terroriste
Il n'est pas dans notre propos de chercher à comprendre les ressorts de ce passage à l'acte suicidaire, mais plus modestement de tenter de suggérer les dispositifs qui permettraient de réduire considérablement l'action terroriste de groupe comme individuelle. Des dispositifs qui se situeraient très en amont de l'intervention policière et militaire, à savoir des actions préventives de tous ordres.
S'il est vrai que les fanatiques jusqu'au-boutistes se recrutent dans les couches sociales défavorisées ou en voie d'être déclassées, il apparaît urgent de développer une nouvelle catégorie d'intervenants sur le terrain, à savoir «des travailleurs sociaux». Ceux-ci seraient à l'écoute des difficultés que connaissent les citoyens : désœuvrement par absence de travail, désocialisation par absence de toute vie culturelle, associative, sportive. Il ne s'agit pas seulement de s'attaquer à la misère matérielle, mais aussi à la misère affective. Si de nombreuses organisations caritatives interviennent sur le terrain, elles sont bien trop spécialisées et n'apparaissent que de manière ponctuelle. En de multiples endroits du pays, il n'existe aucun lieu de sociabilité autre que la mosquée. Le prêche et la solidarité frériste ont tout fait pour apaiser et canaliser les troubles et embarquer les consciences.
La politique sociale par le «haut » de transferts sociaux au profit des plus démunis est pour ainsi dire inefficiente, nécessaire certes mais insuffisante. Elle se doit d'être complétée par une présence par le «bas» avec des travailleurs sociaux dans des maisons de quartiers où la parole pourrait se libérer.
Il ne fait plus de doute que la nébuleuse terroriste se déploie sur cette misère sociale. Une nébuleuse qui est d'ailleurs en partie liée aux trafics en tous genres et les barons qui les contrôlent.
Ici comme ailleurs, les groupes terroristes entretiennent d'étroits rapports avec les mafieux et se rendent mutuellement des services. En dehors d'un dispensaire, d'un commissariat et de quelques autres services administratifs… l'Etat est absent dans de nombreux territoires
Il nous faut donc repenser la stratégie d'éradication du terrorisme islamo-mafieux. Ce que ces derniers cherchent avant tout, c'est d'entretenir la boucle action-répression jusqu'à la paralysie complète. L'instauration de l'état d'urgence et d'un couvre-feu général est à ce titre l'objectif premier de ces organisations. La déstabilisation totale de l'Etat et du régime devient alors possible.
Nous n'en sommes pas là ! Les forces de sécurité s'activent du mieux qu'elles peuvent, mais elles ne peuvent tout prévenir. Une présence sociale par la réhabilitation des maisons de la culture, de nouvelles structures d'accueil et de prise en charge psychologique réduirait d'autant les risques de basculement… Encore faut-il en avoir la volonté !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.