Tunisie – Démission du maire de La Marsa    TELNET s'implante en RUSSIE : Ouverture d'une succursale du groupe tunisien à Moscou et Mohamed Frikha rencontre le Premier ministre russe Dimitry Medvedev    Ligue 1 : Programme TV de la cinquième journée    Coupe arabe : Le 3 novembre, l'EST joue son match contre l'Olympique de Safi    Communiqué de presse : Signature accord TOPNET-UGTT    Tunisie-Ligue 2 : Programme de la quatrième journée    Jumelage entre le Colisée de Rome et l'Amphithéâtre d'El Jem    Clarification de l'ARP autour d'une affaire de suspicion d'escroquerie dévoilée dans الحقائق الأربع sur Al Hiwar Ettounsi impliquant l'un de ses agents    Ciné-Théâtre Le Rio à Tunis entame une nouvelle saison culturelle et lance Le Rio Studio    ‘'Echaab'' propose ‘' le gouvernement du président''    Incendie de la coupole d'El Menzah, les détails de l'Intérieur    Habib Essid quittera son poste de Conseiller au Palais de Carthage le 1er Novembre    Zied Ladhari: Je ne suis pas encore chef du gouvernement    Tunisie – Tourisme : Un million 700 mille Tunisiens ont visité l'Algérie en 2019    L'écran LG 27GL850 pour gamers : immersion avec de vraies couleurs    U-Impact : Unies pour une Tunisie meilleure    Rached Ghannouchi rencontre le Président turc Recep Tayyip Erdoğan à Istanbul lors du Forum mondial TRT    Ballon d'Or 2019 : Le Croate Luka Modric et le Brésilien Neymar grands absents de la liste des 30 finalistes    Un médecin tunisien fait don de trois ambulances à l'hôpital de Tozeur    Vidéo, Younssi : J'ai perdu mes biens à cause du CAB    Ligue des Champions (3è Journée): programme TV des matches du mardi    Vidéo, Saidani : J'ai perdu mes biens à cause du CAB    Ligue 1 : le match CAB-CSS fixé à sa date initiale    Mission Visite au Salon BATIMAT 2019 du 03 au 08 Novembre 2019 à Paris    Ghazi Chaouachi : pas d'accord pour me confier la présidence de l'ARP    Démarrage du projet d'inclusion économique des jeunes "Moubadiroun" dans 7 gouvernorats    Les psychotropes de la Tunisie inquiètent les Algériens    Conférence de presse du FTDES : La justice environnementale, un combat continu    Retour sur les récentes tentatives de saisies d'avions à Djerba    Etoile du Sahel : la démission de Ridha Charfeddine rejetée    Tunisie- Anis Jarboui “Les documents des élections ne sont plus à la coupole d'El Menzah”    Tunisie- Riadh Mouakher déclare son patrimoine    Anis Jarboui (ISIE) : Tous les documents des opérations électorales sont sous la garde de l'Armée nationale, dans un autre lieu sûr    Tunisie – Météo : Températures en hausse dans le Sud-Ouest    Numeryx : Le signal fort et “SMART”    Interview de Vladimir Poutine à l'occasion du sommet Russie- Afrique    Au Liban, le premier ministre Hariri prêt à la tenue d'élections anticipées    Quand France Tv se pose la question sur l'avenir de l'édition et de la langue française ?    JMC 2019 : Palmarès de la 6ème édition    Sfax, une autre étape du Festival National du Théâtre Tunisien    En vidéo : L'Ile Maurice en 48 heures vue par un tunisien    Tunisie – Le terroriste tué à Kasserine était le frère de Lokmane Abou Sakhr    La rayonnante Randa Driss s'éteint    La HAICA condamne les attaques et les menaces contre plusieurs journalistes et la chaîne Al Hiwar Ettounsi    Le jeune ambassadeur tunisien de la Francophonie Amir Fehri reçu au Liban par le Chef du gouvernement Saad Al Hariri    Le Théâtre Sindyana à la Médina attribue à la 1ère édition de son Festival musical « Wejdane pour la musique » le nom de « Choubaïla Rached »    Turquie : Erdogan plie sous le poids des menaces américaine et annonce un cessez le feu au nord de la Syrie    RIFAC : 4 courts-métrages tunisiens et 19 étrangers en compétition du 17 au 20 Octobre à la Cité de la Culture de Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cri de détresse des médecins praticiens
Nabeul — Hôpital régional Mohamed-Tlatli
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 12 - 2018

Entre les difficultés des services de maternité (gynécologie-obstétrique), de pédiatrie et de néonatalogie, l'absence d'un biologiste dans le laboratoire d'analyses médicales et un service de radiologie aux abois, la situation dans l'hôpital régional Mohamed-Tlatli à Nabeul est plus qu'inquiétante.
Avec 5.600 naissances par an dans le service de néonatalogie et une moyenne de fréquentation des urgences de plus 150 patients par jour, l'hôpital régional Mohamed-Tlatli est l'une des pierres angulaires de la santé publique dans le gouvernorat de Nabeul. Malheureusement, malgré son importance et son emplacement en plein centre-ville de la Cité des potiers, ce complexe hospitalier souffre le martyre d'un manque de médecins praticiens. Cette situation a poussé ses cinq chefs de service à signer, le 22 novembre 2018, une pétition exprimant «la possibilité d'une démission collective d'ici fin décembre» pour attirer l'attention des responsables régionaux et le ministère de tutelle de la gravité de la situation.
«Au bord de la fermeture»
«On a tiré la sonnette d'alarme, parce que la situation est presque dramatique, dans le sens que l'hôpital de Nabeul est au bord de la fermeture, notamment le service de gynécologie-obstétrique. En effet, il y a un seul médecin en la personne du Pr Chawki Mrazguia», a déclaré Dr Haythem Bachrouch, assistant hospitalo-universitaire de la faculté de médecine de Tunis et chef de service par intérim de pédiatrie et de néonatalogie de l'hôpital Mohamed-Tlatli de Nabeul.
Parallèlement, le service de pédiatrie est aussi à risque, selon Dr Bachrouch, car c'est le seul service universitaire dans la région qui compte trois assistants hospitalo-universitaires dans un gouvernorat qui comprend plus d'un million d'habitants.
«D'autre part, celui de Menzel Témime va bientôt perdre ses deux médecins pédiatres. Dr Haddadi va quitter le service pour rejoindre un poste dans un pays du Golfe, et Dr Kilani envisage de démissionner, car la situation n'est plus tenable», a-t-il précisé. «De ce fait, notre service aura la lourde tâche de prendre en charge tous les jeunes patients du nord du Cap Bon (de Menzel Témime à El Haouaria). Reste à rappeler que dans le cadre du service civil, deux médecins apportent déjà leur aide dans notre service. Ces deux derniers ont déjà accompli six mois de leur service civil. Donc, nous sommes dans l'anticipation pour éviter le scénario de vacance du service de gynécologie-obstétrique», a-t-il ajouté. Dr Bachrouch a également mis en relief le cas d'un médecin spécialisé dans la réanimation néonatale et dont la situation reste floue.
«Dr Montassar Ben Dhia est un enfant de la région. Il a été formé, initialement, dans notre service. Puis, il a fait deux ans au service de pédiatrie de Tunis, ensuite, un stage de perfectionnement en France dans un grand service. En septembre 2017, Dr Ben Dhia a déposé une demande pour rejoindre notre service. Et jusqu'à mars 2018, il n'a pas reçu de réponse», a déclaré notre interlocuteur. «Aux dernières nouvelles, on lui a demandé de refaire une année de stage sans avoir la certitude que ce dernier puisse être payé. Face à cette situation, ce médecin spécialisé dans la réanimation néonatale pourrait repartir en France, car il a déjà reçu des offres très séduisantes pour occuper, soit le poste de chef de clinique, soit celui de praticien hospitalier (PH) dans un grand centre de néonatalogie».
Que des promesses…
Concernant la promesse du ministre de la Santé, M. Abderraouf Cherif, d'affecter dans un délai proche un médecin assistant dans le service de gynécologie-obstétrique, ainsi, que deux autres assistants hospitalo-universitaires, la réponse du chef de service de pédiatrie était la suivante:
«Sur tout le territoire tunisien, il y a 14 postes pour les assistants en gynécologie-obstétrique et seulement 14 candidats ont réussi le concours d'assistanat, dont une collègue qui a été admise dans le concours d'équivalence en France. Donc, concrètement, au total, il y a, actuellement, 10 assistants disponibles sur le territoire tunisien. Comment va-t-on les partager sur tous les services», s'est-il interrogé.
Et à en croire Dr Bachrouch, les problèmes de l'hôpital régional Mohamed-Tlatli ne s'arrêtent pas à ces deux services.
En effet, toujours d'après le chef de service de pédiatrie, le laboratoire de biologie médicale est «sans biologiste depuis deux ans ».
«Le médecin biologiste a été muté sans raison valable et sans remplacement. La situation, aujourd'hui, c'est que nous avons des bilans médicaux avec des résultats non fiables. Nous faisons face à une situation alarmante et qui peut présenter un danger pour les patients, surtout au niveau des groupes sanguins. Nous trouvons beaucoup de difficultés car nous n'avons pas de vis-à-vis pour discuter avec lui», a-t-il fait savoir.
Dr Bachrouch a aussi pointé du doigt une autre anomalie touchant cette fois-ci le service de radiologie.
«Ce service fonctionne depuis des années sans un radiologue après le départ de deux professionnels à la retraite. Néanmoins, on félicite Pr Bouzaïdi, qui est le seul radiologue de la région de Nabeul. Malgré tous ses efforts, ça reste insuffisant. On a même sollicité l'aide de cabinets de radiologues du secteur privé tel que Dr Maân Khalili qui a offert ses services gratuitement. Et je ne vous parle pas des problèmes que rencontre le chef de service de la pharmacie Dr Assouen Lassoued», a-t-il renchéri.
Lenteur administrative
Le jeune assistant hospitalo-universitaire a, par ailleurs, souligné que le service des urgences de l'hôpital régional Mohamed-Tlatli reçoit quotidiennement «entre 150 et 200 patients par jour » sous le pilotage de médecins conventionnés.
«Vous ne pouvez pas imaginer la charge de travail et le stress dans le service des urgences qui accueillent un grand nombre de cas d'enfants», a-t-il claironné
Enfin, du point de vue administratif, Dr Bachrouch a pointé du doigt la lenteur des procédures, ainsi que celui du temps de réponse des responsables à l'échelle de l'hôpital, voire au niveau régional.
«Par exemple, pour le cas du service de pédiatrie de Menzel Témime, j'ai sollicité pas mal de fois la direction régionale pour éviter sa fermeture en proposant d'autres alternatives. L'administration peut solliciter des médecins conventionnés qu'on peut former dans notre service. Sinon, si la fermeture du service est actée, j'ai suggéré de partager les patients entre les services de Tunis et de Nabeul», a-t-il mentionné. «On a l'impression que l'administration joue la stratégie des sapeurs pompiers. On attend la catastrophe pour réagir et résoudre les problèmes. Nous appelons tous les responsables pour nous aider à surmonter ces problèmes en adoptant une stratégie d'anticipation. En cinq années dans le service de pédiatrie, j'ai été le témoin du départ de trois chefs de service et de trois médecins spécialistes. Aujourd'hui, la situation à l'hôpital régional Mohamed-Tlatli est plus qu'alarmante. Elle est ingérable pour ne pas dire intenable», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.