Machroû Tounes annonce boycotter les élections législatives    Mandat de dépôt contre le capitaine de la Garde nationale après avoir accepté un pot de vin    Mansri : les partis politiques et les associations n'ont pas le droit de financer les candidats aux législatives    Monde-Daily brief du 03 octobre 2022: Guerre en Ukraine : Les Ukrainiens prouvent qu'ils peuvent repousser les russes, dit OTAN    Ooredoo tient son engagement auprès de l'unité d'oncologie pédiatrique de Salah Azaiez    Hyundai Tunisie labélisé "L'entreprise qui respecte les droits du consommateur"    MIME – ONUDI Tunisie : Lancement du projet « Employment4Youth »    Tunisie Télécom et Huawei: Ensemble pour la création de l'avenir    L'insupportable arrogance des Occidentaux    Jasmin Open Monastir, 2e tournoi phare en Afrique marqué par la participation d'Ons Jabeur    La Tunisie en Avant appelle à l'unité des forces favorables au processus du 25 juillet    Béja: Suspension des cours suite à l'agression d'une enseignante [Vidéo]    FTF : La date de démarrage de la Ligue 1 Pro est dévoilée !    10 blessés dans un accident de la route à Kasserine [Vidéo+Photos]    Classement FIFA d'Octobre 2022 : La Tunisie va perdre 3 places !!    Run In Carthage a vécu sa 6ème édition après deux ans d'interruption due à la Covid : Comme on se retrouve !…    Des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers, selon l'OTE    Tunisie : Le SNJT condamne l'agression contre les journalistes des " Quatre vérités "    Tunisie Télécom : Le délai de dépôt des candidatures pour le choix des administrateurs au conseil d'administration prolongé    3ème appel à projets FAST :Deux programmes renforcer la création de liens entre les startups/TPE/PME et les Grandes entreprises    Sidi Bouzid : Saisie de 30 mille oeufs dans la localité de Fayedh    Al Massar ne participera pas aux prochaines législatives    Tunisie: Un membre du Conseil de la Choura d'Ennahdha démissionne    Tunisie-Météo : Températures en légère hausse    Prix du vaccin contre la grippe saisonnière    Ouvrières agricoles-Le cri du cœur des oubliées de la précarité: Pensez à nous! [Vidéo]    Deformation Theory of Discontinuous Groups: Le nouveau livre du professeur Ali Baklouti    Rached Ghannouchi en tournée pour rencontrer les cadres et militants du parti    Jean-Pierre Elkabbach reprend la plume    Création "Wahm" de Marwen Errouine avec Le Ballet de l'Opéra de Tunis    Affaire des réseaux d'envoi vers les zones de conflit : Un show judiciaire ?    Commune de Zarzis : Qui sème le vent...    La Tunisie à la foire internationale du livre en Arabie Saoudite : Le privilège d'être un invité d'honneur !    Affaire Brest – Belaili : Youcef Belaïli sort du silence !    Par Amine BEN GAMRA : Transformation digitale dans le secteur bancaire : où en est vraiment la Tunisie de ses ambitions ?    Expatriés | Laâyouni crève l'écran    Le CA entre ombres et lumières : Cherche l'éclaircie...    «Dreaming » d'Emel Mathlouthi au Théâtre Municipal de Tunis : Retour sur scène    Anis Lassoued, réalisateur de «Gadeha–Une seconde vie» à La Presse : «"Gadeha" est la greffe d'une société sur l'autre»    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    Foot-Europe: le programme du jour    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les coins des bonnes affaires
Commerce-habillement
Publié dans La Presse de Tunisie le 31 - 03 - 2011

Des magasins franchisés offrent des produits de marque à des prix cassés
Focalisée sur la scène politique, la majorité des Tunisiens n'a pas profité des mois des soldes, malgré le prolongement de la période. Toutefois, les bonnes affaires continuent. Outre les promotions et les remises, un nouveau mode de commercialisation est en train de se répandre ici et là. En effet, sous des enseignes peu connues, dans des locaux légèrement aménagés, on expose des produits de marque, d'une ancienne collection, à des prix attractifs. A moitié prix, ces produits procurent une grande satisfaction et préservent la bourse ménagère, tant sollicitée par les courses qui n'en finissent pas. Pour dévoiler ce concept, on a visité ces coins de bonnes affaires.
Une stratégie commerciale intelligente
«On est un élément d'une stratégie commerciale globale visant à satisfaire doublement notre clientèle», relève Elyes, le responsable d'un magasin spécialisé dans la liquidation. En effet, dans les boutiques de «nouvelles collections», portant les enseignes de la marque, l'objectif est de ne pas présenter les mêmes articles deux ans de suite. Dans les boutiques de liquidation, les clients réalisent des bonnes affaires.
Pour ce faire, chaque mois, l'administration élabore l'état des stocks et des ventes de toutes les boutiques. Ensuite, elle programme des livraisons pour approvisionner les magasins de liquidation. Cependant, certains produits, très demandés, à savoir les chemises blanches, les costumes noirs, les ceintures et les chaussettes ne sont pas exposés dans ces boutiques. De même, notre recherche d'une cravate, couleur unie, modèle ‘slim' n'a pas été fructueuse. D'un autre côté, bien que sur les étagères du magasin, tous les modèles sont disponibles, mais s'estimeront heureux ceux qui trouveront leurs tailles.
Dans le magasin, on a retenu l'exposition d'autres marques. A ce sujet, le responsable a expliqué : «Pour compléter l'offre, on fait recours à ‘la consignation'. En d'autres termes, on expose des produits d'autres marques qui seront vendus moyennant une commission et, en fin de saison, on retourne le invendus aux fournisseurs».
Dans le magasin, on a croisé un client, la cinquantaine, qui a acheté un costume. Il n'hésite pas à reconnaître qu'il «était attiré par les prix, très abordables, affichés dehors. Avec un peu de chance, j'ai trouvé ma taille dans l'un des modèles exposés. Importe peu la mode, j'ai acheté un costume de bonne qualité à 100 dinars.»
Des magasins franchisés
Sous une enseigne banalisée, Hichem, responsable d'un magasin commercialise deux marques très connues, l'une pour homme et l'autre pour femme. «On offre des produits de qualité, de grande notoriété, à des prix cassés. Avec des remises de plus de 50%, on peut réaliser de bonnes affaires», se félicite-t-il.
Chaque quinzaine de jours, les franchiseurs livrent aléatoirement de la marchandise. En ouvrant les cartons, «on découvre, avec les livreurs, les articles et leur nombre. L'essentiel que c'est une livraison, conformément aux clauses du contrat de franchise».
La réussite de ce concept a encouragé plusieurs promoteurs dans toutes les régions à investir dans cette nouvelle technique. Mais les demandes des magasins semblent dépasser la capacité de livraison des produits déstockés des magasins de nouvelles collections. Le responsable précise: «Les livraisons sont déterminées selon l'état des stocks dans les magasins de nouvelle collection et non sur les besoins et les demandes de la clientèle de nos magasins». Et d'ajouter : «A l'heure actuelle, je suis en rupture de stock pour plusieurs articles pour homme.»
Décidément, c'est un manque à gagner pour ces franchisés. Pour détourner ce problème, on a créé de nouvelles marques, peu connues, commercialisées, exclusivement, dans les boutiques de déstockage. «Ces marques ne semblent pas satisfaire les clientes, en quête de bonnes affaires», a ajouté une vendeuse.
Malgré le fait que les «déstockeurs» gardent une activité régulière, tout au long de l'année, même pendant les périodes creuses, ces derniers temps ont été particulièrement difficiles. «Placé au centre-ville, notre activité a été directement touchée par les manifestations et les sit-in de ces derniers mois. Le retard des ventes affichées entrave la commercialisation des articles d'hiver. D'où, des coûts de stockage supplémentaires pour garder cette marchandise pour la saison prochaine», explique le vendeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.