Le général Youssef Baraket: Un symbole de l'armée républicaine (Album photos)    UTICA : Plus de 50% des entreprises sont menacées de disparition    Tunisie – Coronavirus : De nouvelles mesures du 16 Mai au 06 juin 2021    Tunisie : Le dilemme de Kaïs Saïed par rapport à la cause palestinienne et son besoin des USA    Un entretien entre Ali Kooli et Bruno Le Maire passé sous silence    Salsabil Klibi [AUDIO] : Le président de la République est contraint de sceller le projet de loi de la Cour constitutionnelle    Violences à l'encontre des femmes : l'ATFD appelle à une action de protestation le jour de l'Aïd    Dernière Minute – Coronavirus : 81 décès et 1105 nouvelles contaminations, Bilan du 11 mai    Hichem Mechichi annonce une série de mesures d'accompagnent économique aux entreprises    Covid-19 : 7293 citoyens vaccinés à Siliana    La recette de Ridha Chkoundali qui pourrait réduire l'endettement extérieur de la Tunisie    Palestine, notre âme et conscience    Espérance de Tunis : Tous les joueurs testés négatifs au Covid-19    Après deux heures d'attente, les journalistes quittent la Kasbah    Confinement général : levée de l'interdiction de déplacement entre les régions    Ministre de l'Agriculture: La récolte céréalière sera meilleure que celle de 2020    JO-2020 (TQO) – Basketball : Le Cinq national en stage à partir de lundi à Monastir    Khalil Zaouia : Ce qu'a fait Saïed à Mechichi était immoral    Exclusif: Des mesures au profit de certaines catégories sociales vont être annoncées    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    Football : Programme TV de ce mercredi 12 mai 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 12 Mai 2021 à 11H00    Tunisie: Le Mouvement du Peuple appelle à pavoiser les balcons et les façades des magasins de drapeaux palestiniens    L'UTAP met en garde contre un éventuel effondrement de la filière laitière    Tunisie: Othmen Jerandi participe à la session extraordinaire du Conseil de la Ligue des Etats arabes    Tunisie- Gafsa: Manifestation de soutien à la Palestine    Tunisie: Entretien téléphonique entre Kais Saied et Ismail Haniya    Règlement des déclarations fiscales avant le 15 mai : La CCT s'indigne    Boosté par les performances de la BH et la BIAT, le Tunindex s'apprécie    Tunisie- CONECT appelle à soutenir les secteurs touchés par les répercussions du confinement sanitaire    Ooredoo partage la joie de l'Aïd avec les enfants    Le CS Hammam-lif convoque une AG élective le 29 mai    " Sans Ticket " du 14 au 16 mai : Une sélection de courts métrages tunisiens disponible sur Artify    Judo : 18 judokas tunisiens au tournoi qualificatif à Dakar pour les JO de Tokyo    Juventus : Gianluigi Buffon annonce son départ en fin de saison    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    La Maison Blanche révèle ce que tente de cacher Carthage    Kaïs Saïed appelle les Palestiniens à unifier les rangs au service de leur juste cause    Entretien téléphonique Kais Saïed et la vice-méricaine Kamala Harris : soutien renouvelé auprès du FMI, contre le Covid et pour la sécurité    Dreams Chebeb, 2e édition: 15 projets artistiques voient le jour malgré la crise    Le gouvernement appuie toutes les entreprises tunisiennes qui investissent à l'étranger, assure Mechichi    Conseil de sécurité : Aucun accord sur une déclaration commune à propos des violences à Jérusalem    Décès du doyen de l'ophtalmologie Ridha Mabrouk    L'UGTT qualifie l'opération de la Cité Jarrah, à Al-Qods occupée, de "crime de purification ethnique"    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    Tunisie : La 32e session des JCC confiée au cinéaste Ridha Béhi    Covid19 : Report de la manifestation théâtrale "Semaine pour le théâtre tunisien"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A l'unisson, quoi d'autre désormais?
Contrepoint
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 01 - 2012


Par Khaled TEBOURBI
A part le clip «peuple, je t'aime» (Nhebbek y'a chaâb) diffusé à l'occasion du premier anniversaire de la révolution, les artistes chanteurs tunisiens seraient sur le point de concocter un CD collectif sur le même thème de l'hommage, ainsi qu'un concert tout entier consacré à la musique classique tunisienne avec pour point focal un programme de malouf interprété en chœur. L'initiative est proposée par le nouveau-né des syndicats musiciens, le premier du genre dans le monde arabe, le syndicat des «moutribines», solistes de la «wataria» par référence à la forme courante du chant et du répertoire dits «charqui». A l'exception donc du rap, du mezoued et de la chanson engagée qui ne se sont pas organisés encore en corporations autonomes.
On discutera plus tard de la validité de cette distinction. Si elle se justifie ou non du point de vue professionnel et technique.
Pour l'heure retenons le caractère positivement symbolique des deux projets, indépendamment de ce que serait leur contenu strictement musical.
Les bénéfices du CD collectif iraient, d'abord, aux régions démunies. Déjà un beau geste de solidarité, d'autant que les artistes chanteurs eux-mêmes souffrent de récession. Les éditeurs leur font la moue, les studios d'enregistrement fonctionnent pratiquement à vide, quant aux publics des festivals et des fêtes privées, qui étaient des rentes sûres, il semble bien qu'il leur faudra du temps avant qu'ils aient, à nouveau, le cœur aux réjouissances et «la poche» à la dépense.
Cela vaut mille discours
C'est cependant l'idée d'interpréter en groupe de la musique classique tunisienne et de chanter du malouf à l'unisson qui recèlerait le meilleur des messages pour nous. Le moment social et politique que traverse le pays est loin d'être à la cohésion. Ça dissonne même de partout. Populations et élites confondues. Qu'une grande scène réunisse des artistes autour d'un patrimoine artistique commun ne mettra pas fin, à l'évidence, aux désaccords sur des questions aussi sensibles et aussi graves que le chômage, le déficit économique ou le modèle constitutionnel. Mais il ne faut jamais négliger l'impact de l'art sur les consciences. Une chanson vaut parfois mille discours. Les «chansons du peuple» de Sayyed Derwish eûrent dans les années 1910-1920 en Egypte plus d'effet catalyseur et rassembleur que les mots d'ordre des partis nationalistes et les exhortations enflammées des grands poètes et des grands chroniqueurs de «L'éveil». Et ce fut sans doute le cas de Chebbi, de Tahar Haddad et des compagnons de Taht Essour ici en Tunisie lors de la lutte pour l'indépendance. Ces gens d'art et de plume «chantaient» pour ainsi dire d'une seule voix, celle de la «patrie sacrée», du «futur libre et prospère» d'une nation. Ils «chantaient» à l'unisson. Et, ce faisant, et bien que n'ayant pas de prise directe sur les rapports de forces qui régissaient la politique, ils montraient la voie, ils élaguaient les divergences, dissipaient les contradictions, en un mot, harmonisaient le combat.
Identité et diapason
Un concert de malouf qui regrouperait les meilleurs chanteurs de la place serait, ,en fait, doublement significatif aujourd'hui.
Il signifierait en premier lieu qu'une profession plutôt réputée pour ses rivalités, sinon pour ses divisions, est disposée, compte tenu de la conjoncture que l'on sait, à tirer un trait sur ses mésententes. Cela peut paraître excessif de le dire, mais il est bien plus difficile de concilier des artistes que de faire régner la concorde entre politiciens. La «micro-musique» vaut enseignement utile pour la «macro-politique». C'est forcer encore la formule mais si l'on peut le plus, on pourra éventuellement le moins.
Le malouf présente par ailleurs une forte connotation d'identité. L'identité culturelle, la seule qui nous unit vraiment, loin des préjugés moraux et idéologiques. C'est des arts et de la pensée que nous avons le plus besoin pour nous protéger de la subversion des cultures hégémoniques, pour maintenir vive notre différence, pour préserver notre spécificité. Et pas d'une «guerre des civilisations» où l'on a d'armes à brandir que des nostalgies d'époques révolues, et des gesticulations en perte de sens.
Il y aurait dans ce malouf entonné par de grands chœurs, comme une image «rédemptrice», comme une invitation, à la fois, à nous confirmer dans notre être séculaire, et à retrouver ensemble la cohésion et «le diapason» longtemps gaspillés. On est à presque moins deux de croissance, des grèves sauvages bloquent le pays, tandis que nos élus se disputent sur des points de procédure, quoi d'autre que de se mettre à l'unisson pour espérer trouver quelque salut?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.