Tunisie : Saied et Abbes supervisent la cérémonie d'inauguration du nouveau siège de l'Ambassade de Palestine en Tunisie    Inauguration du nouveau siège de l'ambassade de l'Etat de Palestine en Tunisie    Tunisie-Le Directeur Régional de la Santé à Kairouan [VIDEO] : « Voici la date officielle du lancement des travaux de l'Hôpital Roi Salmane »    Tunisie-Abdellatif Mekki : « Délirant celui qui croit encore en Kais Saied »    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Médenine: 36 élèves contaminés par le coronavirus    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Dr Rim Belhassine Cherif: Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Décembre 2021 à 11H00    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Vers la vaccination des enfants de 5 ans et plus ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    Programme TV du mercredi 08 décembre    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    CONDOLEANCES    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Malheureusement, la justice l'a innocent酠   Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La ligne rouge est franchie
Le jihadisme armé fait des victimes parmi les forces de l'ordre et l'armée
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 05 - 2013

Avec les victimes parmi les forces de l'ordre et l'armée nationale tombées sur des mines antipersonnel déposées par les jihadistes dans les zones entourant Jebel Chaâmbi où ils sont retranchés depuis plusieurs mois, la confrontation tant attendue est passée à un cran supérieur.
«Le jihadisme armé a bel et bien changé de tactique et semble se préparer à lancer des opérations terroristes de grande envergure», estiment certains analystes.
D'autres spécialistes des groupes jihadistes armés appellent à «un congrès national de lutte contre le terrorisme qui sera sanctionné par la mise au point d'un code de conduite criminalisant le recours à l'action armée».
La Presse a donné la parole aux professeurs Fayçal Cherif et Alaia Allani. Réactions.
Fayçal Cherif, universitaire et analyste militaire
Les jihadistes terroristes ont franchi la ligne rouge
On croyait avoir affaire à des terroristes qui usaient d'armes traditionnelles. Maintenant, on est passé à un cran supérieur avec les mines antipersonnel, ce qui montre qu'ils sont extrêmement entraînés et aguerris. Ils essayent, à l'heure actuelle, de fortifier des zones montagneuses où ils peuvent être alertés à n'importe quel moment.
Si on revient à leurs opérations antérieures, on découvre qu'il y a un déplacement stratégique vers les zones montagneuses dans la mesure où la détection par les drones et les hélicoptères est plus facile dans les zones à ciel ouvert (Sahara, plaines, plateaux, etc.) que dans les zones montagneuses.
Il est clair qu'ils se préparent maintenant à une véritable guerre ou du moins à des actions terroristes de grande envergure.
En l'absence d'une stratégie de combat contre ces groupes terroristes, d'une structure de lutte contre le terrorisme indépendante politiquement et d'un institut d'études sécuritaires et stratégiques, on est en train de subir les opérations terroristes et de réagir après.
On n'est pas passé à l'action préventive. Je me demande qu'est-ce qu'on a fait en matière de renseignements après avoir dissous la police politique ?
J'appelle à la création d'un corps d'élite antiterroriste. Je dirai même un corps d'armée qui rassemblera toutes les forces de sécurité (militaires, garde nationale, agents de renseignements et police) qui travailleront indépendamment des ordres politiques en vue de veiller à la sécurité nationale.
Je me pose aussi la question suivante : quelle vision ou stratégie notre gouvernement va-t-il adopter face à la menace régionale provenant essentiellement de la Libye et du Mali ainsi que de ceux qui combattent actuellement en Syrie dans l'attente de retourner en Tunisie ?
Il est aussi un autre axe très important. Il s'agit de la coopération sécuritaire avec l'Algérie pour bien surveiller nos frontières et affronter sérieusement la contrebande.
Pr Alaia Allani, spécialiste des groupes jihadistes
Pour un congrès national de lutte contre le terrorisme
L'implantation de mines antipersonnel est déjà utilisée par les jihadistes dans la région maghrébine. Mais en Tunisie, le jihadisme armé constituait jusqu'ici un phénomène isolé.
Malheureusement, aujourd'hui, les clignotants sont passés du vert à l'orange et le rouge nous menace sérieusement. C'est pourquoi il faut tirer la sonnette d'alarme.
Il suffit de citer ce chiffre très inquiétant : le nombre des jihadistes est passé de 800 en 2012 à 4.000 actuellement.
Ils ont dépassé l'étape des menaces verbales pour verser dans les agressions armées.
L'on se demande quelle politique le gouvernement a-t-il choisie pour affronter ces jihadistes qui semblent avoir opté pour des opérations armées de plus en plus menaçantes.
Face au laxisme du gouvernement et en l'absence d'une véritable stratégie de lutte contre le terrorisme, j'appelle à un congrès national pour mettre un terme au terrorisme et adopter un code de conduite qui criminalise le recours par quiconque aux armes.
Quant aux jihadistes, il faudrait les pousser par le dialogue et la concertation à réviser leurs conceptions idéologiques comme ce fut le cas en Algérie et en Egypte.
Il est une urgence, aujourd'hui, en Tunisie devant mobiliser l'ensemble des Tunisiens quelles que soient leurs appartenances politiques : faire en sorte que la ligne rouge ne soit jamais dépassée.
Toutefois, il faut reconnaître que le gouvernement de la Troïka a réuni, par ses erreurs et son incompétence, les conditions objectives pour que le terrorisme jihadiste s'installe dans notre pays : une politique religieuse floue, des centaines de mosquées sous la coupe des salafistes les plus durs, des dérives sécuritaires à n'en plus finir et des prédicateurs du Machrek qui font tout ce qu'ils veulent dans notre pays et répandent leur venin à volonté sans que les autorités ne lèvent le petit doigt pour leur signifier que la Tunisie n'a pas besoin de leurs discours et de leurs théories n'ayant rien à voir avec l'Islam implanté chez nous bien avant les pays d'où proviennent ces apôtres de la violence et de la discorde.
Aujourd'hui, il est urgent de revoir notre système sécuritaire dans son acception la plus large en offrant aux forces de l'ordre et à notre armée les équipements nécessaires qui leur permettent de faire face aux terroristes.
Quant à nos hommes politiques, ils doivent saisir les dangers qui guettent notre pays, plus particulièrement ces manœuvres inacceptables de la part de certaines parties cherchant à faire retarder les élections au maximum ou même à les annuler.
Les membres de l'Assemblée nationale constituante se doivent d'assumer leurs responsabilités et d'envoyer une délégation qui sera présidée par le président de l'ANC auprès des régions sinistrées et aller à la rencontre de leurs habitants et leur faire comprendre que la Tunisie entière les soutient en ces moments difficiles.
D'ailleurs, je m'indigne face au silence de l'ANC qui donne l'impression que les douloureux événements de Djebel Chaâmbi ne l'intéressent pas.
De son côté, la société civile doit comprendre que la question de la lutte contre le terrorisme n'est pas uniquement sécuritaire mais bel et bien une question sociétale.
Aussi, nos associations, nos organisations et nos partis politiques sont-ils appelés à mettre la pression sur le gouvernement de la Troïka afin qu'il daigne assumer pleinement ses responsabilités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.