Accord pour la prolongation de la période de délégation de pouvoir au chef du gouvernement    BTS Bank : mesures exceptionnelles pour aider à faire face à la crise du Covid-19    Tunisie : Liste des gouvernorats affectés par le coronavirus – Mise à jour de 02 avril    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Algérie : 83 morts et 986 cas confirmés    Coronavirus: Le cap des 10.000 morts franchi en Espagne    Covid-19 : l'UIB rassure sur la solidité de son bilan et reporte ses assemblées    Coronavirus : le championnat belge annulé    Finalement, un consensus entre les blocs parlementaires et le gouvernement    Coronavirus – France : Canal + et beIN Sports suspendent le paiement des droits TV    Coronavirus : l'US Open maintenu aux dates prévues    Découverte de cellules d'appui et de soutien aux éléments terroristes    Mouna Kraïem Dridi: L'état d'exception ne se déduit pas, il se déclare et s'assume    Le Roi du Royaume d'Arabie saoudite Salman bin Abdelaziz soutient l'initiative présentée par le Président tunisien aux Nations-Unies    Le CNOT maintient son soutien et celui du CIO aux athlètes d'élite jusqu'à la fin des J.O. Tokyo    Facebook lance un outil d'entraide Community Help (vidéo)    Football : Youcef Belaïli pourrait résilier son contrat avec Al Ahli    Report jusqu'à nouvel ordre des cours dans les écoles coraniques    Coronavirus: l'Espagne dépasse la barre des 10.000 morts    Baccalauréat : Les candidats libres dispensés de l'éducation physique    Tunisie : Mandat de dépôt à l'encontre d'un grossiste à Jendouba    Le report des prêts engendrera des frais supplémentaires pour les emprunteurs    Covid-19, : un millier de victimes en 24h aux USA, dont un nouveau-né    Tunisie-Météo : Vent fort et pluies isolées    Nouvelles nominations à la tête de plusieurs institutions culturelles    Tunisie: L'infirmier militaire infecté au virus corona à Médenine s'était rendu à Djerba en empruntant le transport public    Tunisie – Prise de position de Kaïs Saïed dans le conflit du Yémen    La France recense 509 nouveaux décès en 24 heures    La FIFA a tranché, la FTF doit suivre !    Entraînements en ligne aux joueurs    Une perte d'emplois implacable en vue et le risque de stagflation plane    Une ombre sur le déroulement de la présidentielle le 3 novembre    La Tunisie émettra un emprunt obligataire sur le marché international    Le FMI présente des recommandations pour préserver la sûreté du système bancaire    L'ARP, un fardeau asphyxiant la démocratie !    Le moral des troupes…    Dérapages dangereux du législatif    Doit-on alléger les restrictions sur les cours particuliers ?    Marseille pleure Pape Diouf    Le coronavirus vu par les artistes-peintres    Du sacré pour les profanes    Impact certain sur les festivals internationaux    Festival international de Carthage 2020 | La programmation sera purement tunisienne !    Artify conclut un partenariat avec Festival GABES CINEMA FEN en faveur de la diffusion en ligne gratuite du festival du 3 Avril jusqu'au 11 avril    Des artistes au temps du corona: « Ça serait bien d'assister à une belle chute du système capitaliste et à l'avènement d'une ère écologique…»    Première Transaction via Instex irano-européenne    Le Covid-19 s'ajoute à la crise humanitaire    Coronavirus: plus de 210 morts en Turquie    Dreams Chebeb 2020: Prolongation de l'appel à projets    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La ligne rouge est franchie
Le jihadisme armé fait des victimes parmi les forces de l'ordre et l'armée
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 05 - 2013

Avec les victimes parmi les forces de l'ordre et l'armée nationale tombées sur des mines antipersonnel déposées par les jihadistes dans les zones entourant Jebel Chaâmbi où ils sont retranchés depuis plusieurs mois, la confrontation tant attendue est passée à un cran supérieur.
«Le jihadisme armé a bel et bien changé de tactique et semble se préparer à lancer des opérations terroristes de grande envergure», estiment certains analystes.
D'autres spécialistes des groupes jihadistes armés appellent à «un congrès national de lutte contre le terrorisme qui sera sanctionné par la mise au point d'un code de conduite criminalisant le recours à l'action armée».
La Presse a donné la parole aux professeurs Fayçal Cherif et Alaia Allani. Réactions.
Fayçal Cherif, universitaire et analyste militaire
Les jihadistes terroristes ont franchi la ligne rouge
On croyait avoir affaire à des terroristes qui usaient d'armes traditionnelles. Maintenant, on est passé à un cran supérieur avec les mines antipersonnel, ce qui montre qu'ils sont extrêmement entraînés et aguerris. Ils essayent, à l'heure actuelle, de fortifier des zones montagneuses où ils peuvent être alertés à n'importe quel moment.
Si on revient à leurs opérations antérieures, on découvre qu'il y a un déplacement stratégique vers les zones montagneuses dans la mesure où la détection par les drones et les hélicoptères est plus facile dans les zones à ciel ouvert (Sahara, plaines, plateaux, etc.) que dans les zones montagneuses.
Il est clair qu'ils se préparent maintenant à une véritable guerre ou du moins à des actions terroristes de grande envergure.
En l'absence d'une stratégie de combat contre ces groupes terroristes, d'une structure de lutte contre le terrorisme indépendante politiquement et d'un institut d'études sécuritaires et stratégiques, on est en train de subir les opérations terroristes et de réagir après.
On n'est pas passé à l'action préventive. Je me demande qu'est-ce qu'on a fait en matière de renseignements après avoir dissous la police politique ?
J'appelle à la création d'un corps d'élite antiterroriste. Je dirai même un corps d'armée qui rassemblera toutes les forces de sécurité (militaires, garde nationale, agents de renseignements et police) qui travailleront indépendamment des ordres politiques en vue de veiller à la sécurité nationale.
Je me pose aussi la question suivante : quelle vision ou stratégie notre gouvernement va-t-il adopter face à la menace régionale provenant essentiellement de la Libye et du Mali ainsi que de ceux qui combattent actuellement en Syrie dans l'attente de retourner en Tunisie ?
Il est aussi un autre axe très important. Il s'agit de la coopération sécuritaire avec l'Algérie pour bien surveiller nos frontières et affronter sérieusement la contrebande.
Pr Alaia Allani, spécialiste des groupes jihadistes
Pour un congrès national de lutte contre le terrorisme
L'implantation de mines antipersonnel est déjà utilisée par les jihadistes dans la région maghrébine. Mais en Tunisie, le jihadisme armé constituait jusqu'ici un phénomène isolé.
Malheureusement, aujourd'hui, les clignotants sont passés du vert à l'orange et le rouge nous menace sérieusement. C'est pourquoi il faut tirer la sonnette d'alarme.
Il suffit de citer ce chiffre très inquiétant : le nombre des jihadistes est passé de 800 en 2012 à 4.000 actuellement.
Ils ont dépassé l'étape des menaces verbales pour verser dans les agressions armées.
L'on se demande quelle politique le gouvernement a-t-il choisie pour affronter ces jihadistes qui semblent avoir opté pour des opérations armées de plus en plus menaçantes.
Face au laxisme du gouvernement et en l'absence d'une véritable stratégie de lutte contre le terrorisme, j'appelle à un congrès national pour mettre un terme au terrorisme et adopter un code de conduite qui criminalise le recours par quiconque aux armes.
Quant aux jihadistes, il faudrait les pousser par le dialogue et la concertation à réviser leurs conceptions idéologiques comme ce fut le cas en Algérie et en Egypte.
Il est une urgence, aujourd'hui, en Tunisie devant mobiliser l'ensemble des Tunisiens quelles que soient leurs appartenances politiques : faire en sorte que la ligne rouge ne soit jamais dépassée.
Toutefois, il faut reconnaître que le gouvernement de la Troïka a réuni, par ses erreurs et son incompétence, les conditions objectives pour que le terrorisme jihadiste s'installe dans notre pays : une politique religieuse floue, des centaines de mosquées sous la coupe des salafistes les plus durs, des dérives sécuritaires à n'en plus finir et des prédicateurs du Machrek qui font tout ce qu'ils veulent dans notre pays et répandent leur venin à volonté sans que les autorités ne lèvent le petit doigt pour leur signifier que la Tunisie n'a pas besoin de leurs discours et de leurs théories n'ayant rien à voir avec l'Islam implanté chez nous bien avant les pays d'où proviennent ces apôtres de la violence et de la discorde.
Aujourd'hui, il est urgent de revoir notre système sécuritaire dans son acception la plus large en offrant aux forces de l'ordre et à notre armée les équipements nécessaires qui leur permettent de faire face aux terroristes.
Quant à nos hommes politiques, ils doivent saisir les dangers qui guettent notre pays, plus particulièrement ces manœuvres inacceptables de la part de certaines parties cherchant à faire retarder les élections au maximum ou même à les annuler.
Les membres de l'Assemblée nationale constituante se doivent d'assumer leurs responsabilités et d'envoyer une délégation qui sera présidée par le président de l'ANC auprès des régions sinistrées et aller à la rencontre de leurs habitants et leur faire comprendre que la Tunisie entière les soutient en ces moments difficiles.
D'ailleurs, je m'indigne face au silence de l'ANC qui donne l'impression que les douloureux événements de Djebel Chaâmbi ne l'intéressent pas.
De son côté, la société civile doit comprendre que la question de la lutte contre le terrorisme n'est pas uniquement sécuritaire mais bel et bien une question sociétale.
Aussi, nos associations, nos organisations et nos partis politiques sont-ils appelés à mettre la pression sur le gouvernement de la Troïka afin qu'il daigne assumer pleinement ses responsabilités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.