Tunisie-Mechichi: Le gouvernement s'emploie à restaurer la confiance dans les institutions économiques    Coronavirus | L'UE va aider les pays de la rive sud de la méditerranée à acquérir le vaccin    Coronavirus : 51 nouveaux décès et 1.168 nouvelles contaminations, Bilan du 25 novembre    L'ancien ambassadeur d'Allemagne à Tunis, Dr Andreas Reinicke, nommé conseiller pour la coopération digitale pour l'Afrique du Nord    Les représentants des structures judiciaires réclament la création d'un Fonds d'appui à la justice    BCT : 45% des transactions financières en Tunisie sont effectuées par chèques    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la séance de jeudi sur une note morose    Inauguration d'un nouveau centre de formation inter-entreprises dans le secteur du textile à Bizerte    Des manifestants menacent de fermer la vanne du Gazoduc de Sbikha    L'Iran et la Russie coopèrent sur un vaccin anti-Covid    Tunisie, Egypte et Liban grands bénéficiaires    Le président du Zamalek, Mortada Mansour «persona non grata» pour la finale !.    Repli tactique ou tentative pour sortir de la crise qu'il a pilotée ?    Damas dénonce encore une fois des frappes israéliennes    Retour, plein d'espoir, des Azerbaïdjanais    Des femmes militantes réduites au silence par les armes    Chiraz Latiri, ancienne ministre des affaires culturelles défend son bilan    Olga Malakhova et les archétypes    Les arts visuels dans tous leurs états    Le documentaire tunisien "Le disqualifié" de Hamza Ouni remporte la mention spéciale du jury du BIAFF Doc    La Tunisie, 2ème pays où les chercheurs ont amélioré le mieux la sécurité de Facebook    Le court métrage tunisien "Nour", de Rim Nakhli en lice au festival international du film du Caire    Violence faite aux femmes : Le ministère de la Femme signe un accord de partenariat avec l'Association femme et citoyenneté au Kef    Webinar sur les principales leçons tirées de Tfanen-Tunisie Créative le 3 décembre    Projet européen "REUSEMED" pour la création des réseaux de réutilisation des déchets    ARP : adoption du rapport relatif aux projet de loi de finances de 2021 et budget de l'Etat de 2021    Etoile du Sahel : un entraîneur brésilien sur le radar    En photos : En colère, les journalistes protestent à la Kasbah    Tunisie : Un décès et 37 nouvelles contaminations à Médenine    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 26 Novembre 2020 à 11H00    Calme plat et absence de production au bassin minier    DECES : Mahmoud TAAMALLAH    Tunisie [Vidéo]: En direct, rassemblement des journalistes à Sfax    Echange de graves accusations entre deux hauts magistrats : Faut-il craindre pour l'indépendance de la justice ?    NEWS | Shonga propose ses services à l'EST    Diego Maradona s'est éteint hier : Une légende s'en va !    Ligue des Champions : le Bayern et City qualifiés aux huitièmes de finale    La grève des magistrats prolongée de trois jours    Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Habib Ammar : la priorité est de protéger le secteur touristique de l'effondrement    Sénégal : la Banque africaine de développement renforce les capacités nationales pour accroître la performance de son portefeuille    La Chambre africaine de l'énergie propose un guide de réformes pour le secteur pétrolier et gazier de la Guinée équatoriale    Météo : Temps ensoleillé    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Des cercles de réflexion auront lieu à Dar Sebastien à partir du 27 novembre 2020    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    Audition du Ministre des affaires Culturelles: Le budget se réduit comme une peau de chagrin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Combat de maîtres
Shakespeare? Ech jebou lina? de Mohamed Kouka et Moncef Souissi
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 05 - 2013

Shakespeare? ech jabou lina?, le titre du nouvel opus du duo Kouka (mise en scène) Souissi (texte et dramaturgie en collaboration avec Moëz Hamza) interpelle d'emblée. Il surprend aussi, d'autant plus que ces deux grands metteurs en scène et dramaturges nous ont habitués à des appellations plus conventionnelles.
Ce titre en forme d'interrogation-exclamation, qui associe le nom du maître du théâtre anglais à une expression populaire, annonce un spectacle original et complexe.
A l'avant-scène trône un énorme panneau de circulation, plus précisément un sens interdit, qui semble barrer l'accès. La frontière entre la salle et la scène est fermée, même si dès le lever du rideau , cette interdiction est reléguée au fond de la scène qui s'offre aux spectateurs sans décors, complètement dépouillée de ses rideaux, comme mise à nu, ne formant, en fait, qu'un seul et même espace avec la salle.
Aussitôt quatre jeunes comédiens, trois hommes (Moëz Hamza, Ilyès Laâbidi, Khoubib Ayari) et une femme (Kaouther Bahri) en costumes-cravates noirs — sorte de «men in black» — montent sur scène. Pendant dix longues et ennuyeuses minutes, ils répètent une pièce de Shakespeare en arabe littéraire jouant avec grandiloquence, dans une théâtralité poussée à l'extrême.
Mais l'entrée fracassante, par la salle, d'un Moncef Souissi, incarnant son propre rôle, gesticulant, mécontent, vociférant contre cette piteuse interprétation, interrompt la répétition. Cette mise en abyme inattendue donne une nouvelle orientation, « booste » la pièce qui s'enlisait dans la monotonie, réveille le spectateur qui commençait à somnoler et, par un jeu de miroir déformant, l'oblige à une réflexion sur les mécanismes dramaturgiques. Souissi, au bord de la crise de nerfs, s'égosille à remettre en question cette version surfaite qui paralyse tout acte théâtral. Il lance la célèbre phrase de Mohamed Abdelaziz Agrebi : « Le jeu, c'est l'absence de jeu», préconisant une interprétation chargée d'émotion, dynamique, voire viscérale, pour apporter une épaisseur aux personnages. Mais à peine cette leçon est-elle donnée que le directeur de la troupe, Mohamed Kouka (personne/personnage), s'avance sur scène dans une attitude imperturbable et déverse un texte pompeux, déclamatoire. Se font alors face, dans un conflit ouvert, deux écoles, deux jeux complètement opposés, de sorte que les jeunes comédiens quelque peu décontenancés au début, semblent pris en otage par la querelle de leurs «dirigeants».
Cette opportunité est trop belle pour ne pas être saisie par Kouka et Souissi qui ne peuvent s'empêcher d'inviter sur scène la politique et ses jeux de pouvoir exacerbés, exercés actuellement dans notre pays. Cette superposition du monde du théâtre et de celui de la politique leur permet de montrer que les hommes de pouvoir usent et abusent des techniques du théâtre pour jouer sur l'apparent et asseoir, ainsi, leur autorité. C'est ce qu'on appelle : «la théâtrocratie» que Shakespeare a mise en exergue dans sa pièce Coriolan.
Ballottés, malmenés par ces deux maîtres, les apprentis-comédiens décident de s'en affranchir. Aussi, par d'habiles pirouettes vont-ils s'adonner avec fougue et frénésie et sur des modes et des styles différents, à la manière des célèbres exercices de style de Raymond Queneau, à l'interprétation d'une succession de séquences des pièces de Shakespeare dont les héros, dictateurs assoiffés de pouvoir, sont voués à la déchéance ou à la mort : Othello, Hamlet, Macbeth, Le Roi Lear, Richard III, Le Songe d'une nuit d'été.
Nous saluerons la prestation de ces jeunes comédiens qui, malgré quelques maladresses, ont su apporter au spectacle fraîcheur, énergie et humour, brisant ainsi ce fameux quatrième mur qui sépare la scène de la salle pour communiquer au public toute la puissance des textes du grand Shakespeare. Ainsi, grâce à cet exercice de répétition en présence des «anciens», ces jeunes comédiens leur arrachent le flambeau et reprennent le relais d'une profession que Paul Valéry qualifiait de «délirante» et qui exige, à part l'acquisition de techniques et de mécanismes, un dévouement absolu, un don de soi du comédien qui doit transmettre au public ce fameux «mentir vrai» si cher à Louis Jouvet.
Un spectacle à voir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.