Thalassothérapie : La Tunisie, deuxième destination mondiale après la France    Fitch Ratings maintient la notation souveraine de la Tunisie à «B+» avec perspectives «négatives»    Tunisie : L'Etat a payé 1609 Millions de Dinars d'intérêts aux banques, en 2019…    Zamalek – Espérance de Tunis : Découvrez la formation de l'EST    Nouveau Livre de Mansour Moalla: Sortie de crise et union nationale : pourquoi et comment ?    Libye: 60 missiles Grad tirés par l'armée de Haftar sur différents quartiers à Tripoli    Carthage Cement : reprise du processus de cession des participations détenues par l'Etat tunisien dans le capital de la société    Zamalek d'Egypte vs Espérance de Tunis: où regarder le match des 1/4 de finale de la ligue des champions d'Afrique du 28 février?    Natation – Dopage : Huit ans du suspension pour le nageur chinois Sun Yang    Mourad Chaaba à Sidi Bou Saïd : l'exposition à ne pas rater, dès ce samedi (Photos)    En vidéo : Huawei présente son AppGallery et annonce le lancement du Y7p    Cérémonie de passation de pouvoir à Dar Dhiafa à Carthage    TGM : Des travaux de rénovation de la station « Kheireddine » du 29 février au 6 juin 2020    CONDOLEANCES    Ligue des champions | Ezzamalek-Espérance – Quarts de finale aller au Caire (17h00) : Tout dépendra de ce match !    A la Maison de l'Image: une démarche de qualité    Bady Chouchane à l'espace Aïn: variations sur un thème    Chemins de l'herméneutique: le tournant heideggérien II    Tir | Championnat arabe en Egypte : De l'or et du bronze pour Olfa Cherni    Tennis | Open de Doha : Ons Jabeur n'aura pas démérité !    « Luxury Wedding Days » L'endroit idéal pour planifier un mariage de rêve ! Les 22 & 23 Février À l'Hôtel Le Palace Gammarth    Fakhfakh: J'ai pensé à Youssef Chahed depuis 2011 pour travailler ensemble    Risque d'infiltration du Coronavirus en Tunisie: Inquiétude aux frontières terrestres !    Riposte turque : Ankara ne stoppera plus les migrants en route vers l'Europe    Mécontentement des surveillants et surveillants généraux : Boycott des tâches administratives et pédagogiques    Omra et Coronavirus : Annulation de 42 charters Tunis/Djeddah et Tunis-Medina    Orange et SES ouvrent une nouvelle ère d'innovation en matière de connectivité par satellite avec le système de communication O3b mPOWER    Remonter la pente    Associations de microfinance Délai supplémentaire pour régulariser la situation    Coronavirus : Analyses négatives pour la citoyenne de retour de Milan    Une commission de la Fifa s'oppose à la délocalisation de matches    Foot-Europe: le programme du jour    Maghzaoui: Il faut revaloriser la formation professionnelle    Les neuf remerciements de Abdoo Saadaoui    Photo du jour : la Tunisie au rendez-vous avec la démocratie    Elyès Fakhfakh et son équipe déclarent leurs biens et intérêts à l'INLUCC    Plus de 30 militaires turcs tués dans une frappe syrienne à Idlib, la Turquie riposte    Tunisie : Les nouveaux ministres déclarent leur patrimoine    Le groupe Harkan sort son nouveau clip : « Farha » !    Météo : Prévisions pour aujourd'hui, vendredi 28 février 2020    (Idioracy) quand tu nous tiens    Coronavirus en Iran: prière du vendredi annulée, cinéma et théâtre fermés    Tunisie: un défilé unique à l'FT “Over fifty… et alors ?” avec des personnalités tunisiennes et françaises    La cinéaste canadienne d'origine tunisienne HEJER CHARF annonce que son film « BEATRICE UN SIÈCLE » sera projeté au Théâtre auditorium Poitiers    Coronavirus en France: le dernier jour du carnaval de Nice annulé (maire)    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale        Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Combat de maîtres
Shakespeare? Ech jebou lina? de Mohamed Kouka et Moncef Souissi
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 05 - 2013

Shakespeare? ech jabou lina?, le titre du nouvel opus du duo Kouka (mise en scène) Souissi (texte et dramaturgie en collaboration avec Moëz Hamza) interpelle d'emblée. Il surprend aussi, d'autant plus que ces deux grands metteurs en scène et dramaturges nous ont habitués à des appellations plus conventionnelles.
Ce titre en forme d'interrogation-exclamation, qui associe le nom du maître du théâtre anglais à une expression populaire, annonce un spectacle original et complexe.
A l'avant-scène trône un énorme panneau de circulation, plus précisément un sens interdit, qui semble barrer l'accès. La frontière entre la salle et la scène est fermée, même si dès le lever du rideau , cette interdiction est reléguée au fond de la scène qui s'offre aux spectateurs sans décors, complètement dépouillée de ses rideaux, comme mise à nu, ne formant, en fait, qu'un seul et même espace avec la salle.
Aussitôt quatre jeunes comédiens, trois hommes (Moëz Hamza, Ilyès Laâbidi, Khoubib Ayari) et une femme (Kaouther Bahri) en costumes-cravates noirs — sorte de «men in black» — montent sur scène. Pendant dix longues et ennuyeuses minutes, ils répètent une pièce de Shakespeare en arabe littéraire jouant avec grandiloquence, dans une théâtralité poussée à l'extrême.
Mais l'entrée fracassante, par la salle, d'un Moncef Souissi, incarnant son propre rôle, gesticulant, mécontent, vociférant contre cette piteuse interprétation, interrompt la répétition. Cette mise en abyme inattendue donne une nouvelle orientation, « booste » la pièce qui s'enlisait dans la monotonie, réveille le spectateur qui commençait à somnoler et, par un jeu de miroir déformant, l'oblige à une réflexion sur les mécanismes dramaturgiques. Souissi, au bord de la crise de nerfs, s'égosille à remettre en question cette version surfaite qui paralyse tout acte théâtral. Il lance la célèbre phrase de Mohamed Abdelaziz Agrebi : « Le jeu, c'est l'absence de jeu», préconisant une interprétation chargée d'émotion, dynamique, voire viscérale, pour apporter une épaisseur aux personnages. Mais à peine cette leçon est-elle donnée que le directeur de la troupe, Mohamed Kouka (personne/personnage), s'avance sur scène dans une attitude imperturbable et déverse un texte pompeux, déclamatoire. Se font alors face, dans un conflit ouvert, deux écoles, deux jeux complètement opposés, de sorte que les jeunes comédiens quelque peu décontenancés au début, semblent pris en otage par la querelle de leurs «dirigeants».
Cette opportunité est trop belle pour ne pas être saisie par Kouka et Souissi qui ne peuvent s'empêcher d'inviter sur scène la politique et ses jeux de pouvoir exacerbés, exercés actuellement dans notre pays. Cette superposition du monde du théâtre et de celui de la politique leur permet de montrer que les hommes de pouvoir usent et abusent des techniques du théâtre pour jouer sur l'apparent et asseoir, ainsi, leur autorité. C'est ce qu'on appelle : «la théâtrocratie» que Shakespeare a mise en exergue dans sa pièce Coriolan.
Ballottés, malmenés par ces deux maîtres, les apprentis-comédiens décident de s'en affranchir. Aussi, par d'habiles pirouettes vont-ils s'adonner avec fougue et frénésie et sur des modes et des styles différents, à la manière des célèbres exercices de style de Raymond Queneau, à l'interprétation d'une succession de séquences des pièces de Shakespeare dont les héros, dictateurs assoiffés de pouvoir, sont voués à la déchéance ou à la mort : Othello, Hamlet, Macbeth, Le Roi Lear, Richard III, Le Songe d'une nuit d'été.
Nous saluerons la prestation de ces jeunes comédiens qui, malgré quelques maladresses, ont su apporter au spectacle fraîcheur, énergie et humour, brisant ainsi ce fameux quatrième mur qui sépare la scène de la salle pour communiquer au public toute la puissance des textes du grand Shakespeare. Ainsi, grâce à cet exercice de répétition en présence des «anciens», ces jeunes comédiens leur arrachent le flambeau et reprennent le relais d'une profession que Paul Valéry qualifiait de «délirante» et qui exige, à part l'acquisition de techniques et de mécanismes, un dévouement absolu, un don de soi du comédien qui doit transmettre au public ce fameux «mentir vrai» si cher à Louis Jouvet.
Un spectacle à voir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.