Le ministre de l'Intérieur effectue une visite d'inspection aux unités sécuritaires déployées à Tunis    Kaïs Saïed, Ons Jabeur, Najla Bouden… Les 5 infos de la journée    Kaïs Saïed ratifie la nouvelle Constitution    Bourse de Tunis : Le Tunindex confirme son trend haussier    Tunisie – Reprise des négociations sociales pour d'éventuelles majorations salariales    Tabarka : Un centre d'accueil pour les victimes de l'incendie    WTA Cincinnati 2022 : une journée couronnée de succès pour Ons Jabeur    Ons Jabeur qualifiée aux huitièmes de finale du Tournoi de Cincinnati    Saïda Garrach : des magistrats convoqués par téléphone pour les poursuites judiciaires    Steg : la vague de chaleur cause des coupures d'électricité    Monde-Daily brief du 17 août 2022: Ukraine : Erdogan et Guterres rencontrent Zelensky demain    Samir Saïed : l'économie tunisienne traverse une situation très critique    Nomination d'un nouveau Chef de cabinet du conseil de l'ISIE    Championnat arabe E-Sports (Valorant) : la Tunisie termine 1ère de sa poule    Tunisie: Une maladie hémorragique détectée chez les bovins    Coronavirus-Bilan du 15 août 2022: 2 décès et 199 nouvelles contaminations    Tunisie : 6 décès et 353 blessés en 24h    Construction de l'hôpital du Roi Salmane à Kairouan : le ministère de la Santé explique    Tunisie: Vers le lancement du Startup Act 2.0    Lotfi Abdelli : je ferme ma gueule, je vends mes affaires et je pars !    Agence de notation japonaise «Rating and Investment» : La note souveraine tunisienne passe à «B» avec perspectives négatives    Une députée a été interdite de renouveler son passeport selon le Courant démocrate    Le braconnage : Un crime organisé ?    Express    «Club de chant» de Cyrine Gannoun au Festival International de Hammamet : Une œuvre attachante    Programme TV du mercredi 17 août    DECES : Salem BEN KHALIFA    Le tout dernier téléphone de Huawei marqué par la plus longue durée de vie de la batterie – HUAWEI nova Y70 maintenant disponible en Tunisie    MEMOIRE : Feu Slim Mehdoui    Amical international : ce sera Algérie-Brésil en septembre !    Voici les 10 chansons les plus "likées" sur TikTok    Météo en Tunisie : Forte vague de chaleur, l'INM lance un appel à vigilance    L'USBG se prépare pour la demi-finale : La grande mobilisation    ESS | Annoncé sur le départ ces derniers jours : Zied Boughattas reste à Sousse !    Tourisme en Tunisie : Le nombre des touriste visitant Nabeul augmente de 60% en juillet    Néjib Belhedi se prépare pour une traversée dans l'océan parmi les requins    Tentative de meurtre Salman Rushdie: La lecture de Gilles Kepel    Lotfi Abdelli annonce l'annulation de tous ses spectacles    Monde-daily brief du 16 août 2022: Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit en Ukraine    La Tunisie, championne d'Afrique en termes d'espérance de vie    La Fondation Arts & Culture by UIB rend hommage à M. Mohamed Ennaceur    Média Canadien : ''Le Québec doit boycotter le Sommet de la Francophonie en Tunisie''    Chiffre du jour : 657 migrants clandestins secourus en un seul week-end    Goethe-Institut Tunis & Central Tunis accueilleront l'exposition The Event of a Thread    Festival de Siliana "Zama Nights" revient pour une 45ème édition (programme)    Le ministère de l'Intérieur annonce des sanctions contre des syndicalistes sécuritaires    Sfax: 42 migrants égyptiens évacués par l'armée de mer    Gaza : Une guerre politique qui arrache des larmes au musicien Roger Waters    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Démangeaisons de va-t-en-guerre
Chronique du temps qui passe
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 12 - 2013


Par Hmida Ben Romdhane
Rares sont les présidents américains qui n'étaient pas atteints de cette maladie curieuse que l'on peut appeler les démangeaisons de la guerre. Tout comme les chiens de Pavlov salivent chaque fois qu'ils entendent la sonnerie leur rappelant l'heure de la bouffe, les présidents américains sont pris de démangeaisons chaque fois qu'ils entrevoient une possibilité de faire la guerre.
L'histoire américaine ancienne et récente est truffée d'exemples de ces démangeaisons annonciatrices de désastres pour des peuples et des pays, souvent loin de plusieurs milliers de kilomètres des Etats-Unis et ne présentent aucun danger pour eux.
En août 1964, les démangeaisons du président Johnson étaient devenues intolérables. Pour les calmer, il lui fallait absolument le prétexte qui lui permettait de déclencher cette guerre contre le Vietnam du Nord qu'il appelait de ses vœux. Il finit par l'avoir dans la nuit du 4 août 1964. Les provocations du Destroyer USS Turner Joy dans le Golfe du Tonkin avaient fini par attirer la riposte des Nord-Vietnamiens, à la grande joie des va-t-en-guerre américains, Johnson en tête. Aussitôt le Congrès vote à l'unanimité une résolution, dite la résolution du Tonkin, donnant à Johnson les pleins pouvoirs de déclencher la guerre dans le Sud-Est asiatique, s'il le juge nécessaire.
La suite est connue. L'un des plus grands drames de l'histoire moderne ayant causé la mort de millions d'êtres humains et des pertes matérielles vertigineuses a été déclenché sur la base d'un mensonge d'Etat, un mensonge avéré aujourd'hui pour la plupart des historiens.
Sautons quelques décennies et allons au mois d'octobre 2002. A ce moment-là, les démangeaisons du président George W. Bush étaient devenues aussi intolérables que celles de son prédécesseur. Il voulait sa guerre d'Irak, mais le prétexte semblait difficile à trouver. Il a essayé d'établir un lien entre Saddam Hussein et la nébuleuse terroriste d'Al Qaïda, mais c'était trop gros et ça a foiré. Il a attendu désespérément les appels au secours de la part du peuple irakien, mais celui-ci semblait plus assoiffé de paix et de stabilité que de démocratie américaine. Ne restait plus alors que le prétexte des armes de destruction massive.
De par les nombreux rapports des différentes agences de renseignement américaines sur le travail méthodique et systématique des inspecteurs de l'ONU, chargés de désarmer l'Irak depuis 1991, Bush savait mieux que quiconque que Saddam ne disposait plus de la moindre arme de destruction massive. Mais il s'accrochait à son prétexte avec une grande obstination. En dépit d'une large opposition mondiale, Bush avait fini par utiliser son prétexte pour déclencher la guerre qu'il appelait de ses vœux. Encore une fois, un autre grand drame de l'histoire moderne ayant causé la mort, le déplacement et le déracinement de millions d'êtres humains, ainsi que des pertes matérielles vertigineuses, a été déclenché sur la base d'un mensonge d'Etat.
Contrairement au mensonge d'Etat de Johnson qui a nécessité des décennies pour être confirmé, la vérification du mensonge d'Etat de Bush n'a nécessité que quelques semaines, les envahisseurs n'ayant pu trouver la moindre arme de destruction massive.
Sautons encore quelques années et allons au mois de septembre 2013. On aurait pu légitimement penser que le président d'une grande puissance qui est en même temps un lauréat du Prix Nobel de la paix, comme c'est le cas de Barack Obama, ne devrait pas ressentir de démangeaisons à l'instar de ses prédécesseurs. Erreur. Tout Nobel de la paix qu'il puisse être, Obama a eu lui aussi ses démangeaisons de la guerre. Tout Nobel de la paix qu'il puisse être, le président afro-américain a eu lui aussi besoin d'un prétexte pour faire sa guerre dont les démangeaisons étaient à leur comble le 10 septembre 2013.
Ce jour-là, Obama a fait un discours à la nation américaine dans lequel il accusait le président Bachar Al Assad d'avoir « gazé à mort plus d'un millier de personnes. (...) Nous savons que le gouvernement d'Al Assad est responsable...Et c'est pour cela, après mûre réflexion et compte tenu de l'intérêt national américain, j'ai décidé de répondre à l'usage d'armes chimiques de la part du régime d'Al Assad par des frappes militaires ciblées».
Un drame aux conséquences incalculables a failli être provoqué par Barack Obama sur la base d'un mensonge, n'eût été l'opposition d'une large partie du peuple américain à la guerre contre la Syrie. Comme ses prédécesseurs, Obama a eu recours à un mensonge pour faire accepter au peuple américain la guerre qu'il désirait faire. Ce mensonge n'a pas tardé à être dévoilé. Le journaliste-investigateur américain Seymour Hersh vient de dévoiler ce mensonge dans un très long article qui vient d'être publié dans la « London Review of Books » ( www.lrb.co.uk).
Selon Seymour Hersh, Obama n'avait aucune certitude que le régime syrien était derrière l'attaque chimique du 21 août dernier contre le village syrien de Ghouta pour une raison simple : il était informé par ses services de renseignements que les terroristes de Jebhat Annusra disposaient eux aussi du gaz sarin et en maîtrisaient la fabrication.
Cette information capitale, si elle n'innocente pas entièrement le régime syrien, introduit au moins le doute quant à l'identité du responsable. Et si elle a été ignorée par Barack Obama, c'est parce qu'il craignait qu'elle ne rende caduc son prétexte de la guerre. Or Obama voulait apaiser ses démangeaisons guerrières par « des frappes militaires ciblées » contre la Syrie. Pour une fois, le peuple américain se rebiffe et interdit à son président d'apaiser ses démangeaisons guerrières en bombardant des innocents. Si en 2003 le peuple américain avait interdit à George W. Bush de s'approcher de l'Irak, le monde serait bien plus stable et plus paisible aujourd'hui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.