Tunisie-Rafik Abdessalam : " Voilà ce qu'il faut faire maintenant »    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    Football : Où regarder les matches de vendredi ?    Ennahdha hausse le ton et tire à boulets rouges sur Kaïs Saïed    Infos Bourse – La STIP fait accroitre fortement ses bénéfices    Le Mondial des Clubs exclusivement sur cette chaîne …    Examen en conseil des ministres de projets de décrets à caractère économique    France : Nouvelles conditions d'accès depuis la Tunisie    Tunisie – Saïed : Bientôt l'annonce des mesures qu'attend le peuple    Kaïs Saïed et Noureddine Taboubi rattrapés par la réalité socioéconomique du pays    La Tunisie présente une plateforme géospatiale pour une évaluation des informations alimentaires    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    FIFA Arab Cup – EN : Deux formations probables contre la Syrie !    CTN | Report de la desserte Tunis-Gênes du vendredi 3 décembre au samedi 4 décembre 2021    Les OGM : un ancien débat toujours d'actualité    Libye-Présidentielle : Seïf al-Islam Kadhafi revient dans la course électorale    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    Noureddine Ben Ticha : La situation actuelle nécessite une certaine rapidité    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    " Vues sur les arts" 2021 : Retour sur le cinéma de la nouvelle vague à l'ouverture    Tunisie : Najla Bouden rencontre Arnaud Peral    Productivité : Une centaine d'entreprises tunisiennes ont bénéficié du projet Kaizen    IACE : Tayeb Bayahi demande à la chef du gouvernement de soutenir les entreprises    Décès du photographe Mokdad Chaouachi    Ligue 2 : désignation des arbitres de la 4e journée    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Tébourba submergée par les ordures : Appel à la dissolution du conseil municipal    Twitter interdit le partage des photos et vidéos sans le consentement du propriétaire    Tunisie – Accidents de la route: Plus de 900 décès recensés en 2021    Ben Mbarek: Kais Saied fait partie du problème et non de la solution    Grève de la SNCFT: Nous n'avons pas réclamé des augmentations salariales, assurent les employés    Mövenpick Hotel du Lac Tunis célèbre Noël et les fêtes de fin d'année du 5 au 26 décembre 2021    En marge de la première sortie probante du Team Tunisie: Les vertus du pressing haut    La Mauritanie n'a pas fait le poids devant la Tunisie: Comme dans du beurre !    NEWS: Msakni de retour à l'Etoile    Riadh Daghfous: La vaccination des enfants dans la balance    Plus de déplacements entre les gouvernorats sans passeport vaccinal ?    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Première de « Démo » de Moez Gdiri à l'Espace 77: Une œuvre grinçante    Météo | Temps hivernal à partir de ce jeudi soir    Coupe arabe FIFA 2021 :Tunisie, Chikhaoui et Maaloul blessés    Coronavirus Amine Slim : Pas de restrictions de déplacement pour le moment    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De multiples visages pour une voix unique
Mustapha Khraïef
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 06 - 2010

La célébration du centenaire de la naissance de Mustapha Khraïef est prévue pour les 8, 9 et 10 octobre prochain à Nefta. Elle a été annoncée par le ministre de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine lors d'une conférence de presse qui a eu lieu en mai dernier. Qui est ce poète dont le nom est parfois voilé par celui de son illustre frère, Béchir ?
«''Si'' Mustapha était un homme têtu qui n'en faisait qu'à sa tête. Il passait d'un domaine à un autre, ne suivant que son intuition», nous confie le neveu de l'écrivain, Mohieddine Khraïef, également poète. Le souvenir de son oncle le renvoie systématiquement à Nefta, son oasis natale. Et c'est avec des vers improvisés que ce poète peint le cadre dans lequel sont nés les frères Mustapha, Béchir, Hédi et toute la famille Khraïef. Il a parlé du désert, des palmiers et des sources limpides souterraines, ainsi que de l'ambiance qui régnait dans l'immense houch de Cheikh Brahim. «Mon grand-père avait épousé quatre femmes, dont la mère de Mustapha, qui était une Tunisoise de souche (la famille Ben Miled). Chacune de ses épouses possédait un département au sein du grand houch. Sauf «l'étrangère», la plus gâtée, qui s'était isolée dans un pavillon un peu à l'écart du reste. Le cheikh veillait à ce que rien ne manquât à sa dernière femme. Il lui avait même fait bâtir un hammam turc, à l'image de ceux qui existaient à la Médina de Tunis», rapporte Mohieddine, une moue au coin des lèvres.
Malgré cette «séparation de territoire», le petit-fils Khraïef parle d'une famille nombreuse mais très soudée, qui s'aime avec intensité. L'émotion l'a submergé quand il s'est rappelé la tendresse de ses tantes et l'attention de ses oncles… C'est grâce à cette ambiance d'amour qu'il a appris à écrire de la poésie et à aimer la vie à l'instar de Mustapha Khraïef.
Au houch de Sidi Brahim, tout le monde déclamait de la poésie : les hommes en arabe littéraire et les femmes en dialecte tunisien…
En 1920, la petite famille de Mustapha a quitté Nefta pour aller vivre dans la capitale. Le père, Cheikh Brahim, un riche notaire, avait beaucoup d'ennemis au bled. Il a préféré donc immigrer avec les petits à Tunis et laisser aux grands la charge des terres et des henchir. Il a acheté, à la médina, toute une rue (la rue Sidi Zahmoul à Tourbet El Bey), où il a bâti un somptueux palais, «une pure merveille ! C'est dans cette maison que Béchir Khraïef a rendu son dernier souffle», précise-t-il.
L'école de la vie
Mustapha Khraïef était l'enfant gâté de son père. Ce dernier lui a prodigué toute son attention. Il lui a appris le Coran et l'a inscrit à l'école coranique la plus célèbre de l'époque, appelée «Assalem El kor'ani». Le fils a eu comme maîtres Cheikh El Mourali et Mohamed Manouchou, de célèbres littéraires. A l'université de la Zitouna, Mustapha Khraïef a rencontré l'élite intellectuelle, représentants du mouvement littéraire de Tunis parmi lesquels Abou'l Kacem Chabbi, Jaleleddine Nakach et Tahar Haddad, … «Mais sur un coup de tête, mon oncle a quitté la Zitouna par aller errer dans les rues», rapporte Mohieddine Khraïef. Sur son chemin, Mustapha rencontre Ali Douagi, avec qui il franchit toutes les limites. Ils avaient le même état d'esprit vagabond, la même impulsion artistique, le même grain de folie. «Ali Douagi est venu, chez nous, dans notre houch à Nefta. J'étais petit mais je me rappelle si bien l'harmonie qui existait entre eux. C'est chez nous que Douagi a rencontré Hiddi (l'héroïne des nouvelles de Douagi), une femme respectueuse qui portait des vêtements d'homme». Mustapha et Ali ont continué leur éducation dans un café célèbre qui a vu naître le groupe Tah't es'Sour.
Les médias
C'est avec ce groupe que Mustapha avait pratiqué le journalisme. Par manque de rédacteurs professionnels, les directeurs de journaux faisaient appel à ces littéraires pour noircir les pages. Le premier poème de Mustapha Khraïef a été publié en 1924 au journal El Wazir. Depuis, le poète n'a jamais cessé d'écrire, jusqu'à l'année de sa mort, en 1967. Il publie de tout : de la poésie à la critique artistique en passant par la nouvelle, le théâtre, la chanson. «Nous avons rassemblé 300 articles environ, publiés dans 27 revues». Sa chronique s'appelait Nous marchons, dans laquelle il note tout ce qu'il voit et tout ce qui l'intrigue : un bonjour matinal ou une réflexion naïve captée, un jour, en sirotant son café peuvent faire le sujet d'un article. «Il avait un style original et rare qui pourrait même être étudié à l'institut de presse et des sciences de l'information», propose encore Mohieddine Khraïef.
Mustapha a laissé aussi son empreinte à la radio. A son actif, plusieurs émissions dont Baba Sonbel, A chay be chay youdhkar, avec Habib Chiboub et Mathaf el oghniya, avec Hamadi Essid. Le neveu a rassemblé tous les enregistrements. Il les a tous écoutés, analysés, répertoriés. «A chaque fois que je les consulte, je me sens en face d'un oncle légendaire. Il décide à la dernière minute de ce qu'il va passer sur les ondes. Il improvise tout, du texte jusqu'à la chanson, sans aucun document à l'appui. Ses émissions sont parfaites, sans fausse note», nous confie-t-il. Editer ces enregistrements à l'occasion du centenaire serait, pour Mohieddine, une belle initiative.
Khraïef était surtout un homme de principe. Dans ses nouvelles, il retourne souvent à son oasis d'origine, Nefta. Dans sa poésie, il évoque son amour de la patrie, du Maghreb, et exprime son appartenance arabe. Il produit des phrases touchantes avec très peu de mots. S'il varie ses styles, ses orientations et ses tendances, il garde toujours une même devise : ne jamais oublier son âme, son identité, ses origines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.