Tunisair pourrait se retrouver dans l'incapacité de payer les salaires de ses employés    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA débute fort la compétition    Tunisie – Saïed demande pour la nième fois l'application de la loi de l'amnistie judiciaire    Les biens confisqués et la réconciliation pénale au centre d'un entretien entre Saïed et les ministres de la Justice et des Finances    Mouvement de la magistrature financière de l'année 2022-2023    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Iyadh Ouederni et Nejib Zargouni dans le parti de Mabrouk Korchid    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Virus du Nil occidental en Tunisie, les symptômes    Tunisie...En vidéo: Kais Saied reçoit l'ambassadeur d'Italie, les détails    Elections législatives-Nabil Hajji: Le prochain Parlement doit isoler Kais Saïed    Un drame à Tunis    Ligue 1 Pro : Officiel. Les matches de la première journée reportés    Assemblée élective de la Confédération Africaine de Golf : Mohamed El Aziz Fetni, élu membre du comité exécutif    Poutine facilite l'accès à la nationalité russe si...    Une pénurie d'œufs à l'horizon ?    le taux de médicaments disponibles à la Pharmacie centrale ne dépasse pas les 30%    Saisie de la voiture de fonction de Sami Ben Slama    Le maillot de l'équipe Tunisienne à la Coupe du monde Qatar 2022 inspiré du bouclier de Hannibal    QNB annonce ses préparatifs pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™    Réunion du comité exécutif de la CAF samedi à Alger    Une délégation gouvernementale tunisienne aux Etats-Unis    Nouveau partenariat entre Morris Garages et le Syndicat des pharmaciens d'officine    Les téléviseurs Neo QLED 8K et le projecteur The Freestyle disponibles sur le marché tunisien (caractéristiques)    Désignation de Haykel Khadhraoui, en tant que DG par intérim de BH Bank    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Programme Fast : onze structures d'accompagnement tunisiennes seront subventionnées (liste)    Les maladies cardiovasculaires principales causes de décès enregistrés chaque année en Tunisie    Match EST vs CSS : 17500 spectateurs autorisés à assister    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Tunis abrite un forum Régional sur l'organisation des travailleurs informels    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    L'agent de la Garde nationale suspecté de corruption placé en garde à vue    La TRANSTU déplore des pertes financières estimées à 700 mille dinars    Tennis : En présence d'Ons Jabeur, partenariat signé entre la Tunisie et l'ITF    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    Dialogues éphémères | Considérations sur une politique anti-apocalyptique    820 individus inculpés dans l'affaire du réseau d'envoi des jeunes vers les zones de conflit    Météo de ce vendredi    Deguiche : vers la création d'un tribunal arbitral sportif tunisien    Solidarité féminine: Une manifestation de soutien aux femmes Iraniennes    Déclaration trompeuse d'Ahmed Chaftar concernant le Premier ministre belge    France : La fin de Macron, après la même bourde que Chirac en 1997?    Festival de l'Humour Francophone 'Normal Enti' à Tunis    À propos du livre de Saber Mansouri - Un printemps sans le peuple: Prélude à la déconstruction de «la révolution tunisienne»    «Mirath Music : l'exposition sonore itinérante » au Goethe-Institut de Tunis : Musique itinérante    37e édition du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) : Deux films tunisiens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ridha Bergaoui: Pollution par le plastique et interdiction des sacs à usage unique
Publié dans Leaders le 10 - 02 - 2020

Il y a quelques jours, un décret gouvernemental fixant les types de sacs qui seront interdits sur le marché intérieur vient d'être publié au journal officiel. Il s'agit du décret 2020-32 du 16 janvier 2020 fixant les types de sacs en plastique dont la production, l'importation, la distribution et la détention sont interdites sur le marché intérieur. Ce texte doit prendre effet à partir du 1er mars.
Un décret qui pousse à poser de nombreuses questions
Ce texte soulève de la part du lecteur de nombreuses questions
• De quels sacs en plastique s'agit-il exactement? C'est vrai que le texte précise qu'il s'agit de sachets dont l'épaisseur est inférieure à 40 microns et 15 microns pour les sacs destinés à l'emballage primaire. Faut-il que le consommateur ou le petit commerçant du coin s'équipe d'un micromètre Palmer pour distinguer les bons sacs des mauvais?
• Par quoi on va remplacer ces sacs? et comment va faire le consommateur pour emballer le poisson, la viande, les fruits et légumes et les épices? Les surfaces commerciales vont-elles retirer les sacs d'emballage primaire et les remplacer par des sacs plus épais que le consommateur doit payer comme on le fait maintenant pour les sacs de caisse? ou va-t-on remplacer les petits sachets à usage unique par un film de cellophane ou des emballages en papier? Le consommateur va-t-il être obligé d'apporter ses propres emballages?
• Une confusion s'est déjà opérée chez le consommateur puisque depuis le 1er mars 2017 les grandes surfaces ne donnent plus de sacs en plastique à la caisse pour emballer ses achats mais les font payer par le consommateur. La plupart des pharmacies remettent déjà les médicaments aux clients dans de petits emballages en papier. Pour le consommateur, qui n'a pas connaissance de tout le contenu du décret et ne fait pas la différence entre un sac de caisse et un sac d'emballage primaire, le nouveau texte n'a pas de sens. Certains pensent même qu'il s'agit là tout simplement de soutirer encore des sous au consommateur, comme pour l'opération des sacs de caisse qui s'est faite à ses dépens. Ce sont les surfaces commerciales qui ont profité de l'opération puisqu'elles n'ont plus à dépenser pour les sacs d'emballage mais les font payer par le consommateur.
• Pourquoi pour les petits commerces les textes ne s'appliqueront qu'à partir de l'année prochaine? et ces commerçants sont-ils informés de ces mesures puisque les textes prévoient des sanctions pour les contrevenants?
• Pourquoi on n'a pas inclus les boulangers qui utilisent des sacs à usage unique et qui illégalement retiennent depuis des années 10 millimes sur chaque baguette et pain acheté?
Un texte parachuté et mal défendu
Ce texte qui vient d'être publié, n'a pas été accompagné par une campagne de sensibilisation et d'information. C'est probablement un texte, comme des milliers d'autres qui sont publiés dans le journal officiel, qui ne sera jamais appliqué sérieusement. D'ailleurs le même texte fait allusion au décret 2003-1718 du 11 Aout 2003 qui oblige les fabricants à porter sur les sacs un marquage indiquant un ensemble de données relatives au fabricant, au produit… Malheureusement ce marquage est absent pour la majorité des sacs circulant dans le pays.
Le sujet est important, c'est celui de la pollution de notre environnement par le plastique. En effet le plastique envahit notre cadre de vie. Partout on ne voit que des sacs et des déchets en plastique. Il semble que la Tunisie produit 3 milliards de sacs plastique à coté des 1,2 milliard de sacs importés. C'est un problème international qui nous concerne tous et qui risque de toucher même à l'avenir de notre planète et de l'humanité entière. Devant la gravité de la chose certains pays ont pris depuis longtemps des mesures pour combattre les déchets plastiques. En 2002, le Bangladesh a été le premier pays au monde à interdire les sacs en plastique. Depuis, beaucoup de pays ont suivi. Plus de 60 pays dans le monde ont déjà interdit l'utilisation des sacs à usage unique. Au premier juin 2019 la Tanzanie est devenue le 34éme pays africain à bannir les sacs en plastique (Jeune Afrique, 31 mai 2019). L'Union Européenne va interdire la vaisselle à usage unique courant 2021.
Les promoteurs du texte en question oublient qu'une décision aussi importante, objet d'une telle interdiction et qui concerne de prés la vie du citoyen doit être bien expliqué afin de s'assurer de sa participation et sa collaboration pour la réussite d'une telle opération.
Il est probable que la crise politique que le pays traverse depuis quelques mois et particulièrement les difficultés de formation d'un nouveau gouvernement est la cause de ce déficit de communication puisque les responsables en place ne sont plus motivés et attendent tout simplement la relève.
Le plastique présente beaucoup d'avantages, il est toutefois très polluant
Comme emballage, le plastique présente d'énormes avantages par rapport aux emballages classiques comme le verre, les métaux, le carton… C'est un produit léger, très bon marché, résistant, très peu encombrant, facilement recyclable, peut être stérilisé et garantir une qualité des produits emballés, résiste aux produits agressifs... Ces avantages expliquent l'utilisation massive et quelque fois abusive des emballages plastique. Le plastique est devenu omniprésent dans notre environnement. On peut le façonner comme on veut sous toutes les formes et dans toutes les couleurs. C'est un matériau passe partout qui peut être utilisé, grâce aux différents types de plastique conçus par les industries chimiques, pour fabriquer tout. La civilisation humaine est passée de l'âge de la pierre à l'âge du bronze puis l'âge du fer et depuis le vingtième siècle à l'âge du plastique. Jetez un coup d'œil en vous promenant tout autour et dans les grandes surfaces et vous ne verrez que du plastique. A coté des emballages, les appareils électroménagers sont en plastique, des parties entières des véhicules roulants sont également en plastique. Pourtant ce plastique est loin d'être le matériau parfait, il présente de graves inconvénients.
Le plastique est obtenu à partir du pétrole qui représente une ressource non renouvelable. Sa production est énergivore et contribue à la production des gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique. Le plus grand défaut du plastique c'est sa dégradation très lente qui prend des dizaines parfois des centaines d'années. Un sac en plastique nécessite 450 ans pour se décomposer, une bouteille en plastique met 500 ans. Même après dégradation, ce plastique libère dans les océans, l'air et le sol des microparticules. Celles ci représentent un sérieux danger puisqu'elles sont ingérées par les poissons et inhalées par l'homme et l'ensemble des êtres vivants. Elles vont se déposer sur les plantes et donc consommés par les animaux. Ces particules vont se retrouver dans nos assiettes et dans nos boissons et finir à l'intérieur de notre organisme. Ces particules issues du craquage du pétrole représentent un sérieux danger pour la santé de l'homme et de tous les êtres vivants sur terre.
Par ailleurs, les sacs en plastique très fin comme ceux concernés par le décret en question, se retrouvent dans les mers et océans et sont avalés par les poissons, les cétacés et autres mammifères marins. Les plus concernés semblent être les tortues de mer qui les avalent en les prenant pour des méduses. La mortalité chez les tortues de mer est tellement élevée qu'on commence à s'en inquiéter sérieusement. Les oiseaux marins sont également concernés et on a retrouvé à plusieurs reprises plein de sachets plastique dans le tube digestif de ces oiseaux et animaux marins. Enfin ces sachets sont transportés par la pluie et se retrouvent dans les systèmes d'évacuation des eaux de pluie et des eaux usées. Ils vont boucher ces canalisations et entrainer un mauvais écoulement et des accumulations des eaux menant à des infiltrations et des inondations des logements et des villes.
Le problème est très sérieux vu l'accumulation de ce plastique puisque les usines dans le monde tournent à plein régime. La demande est très importante, essentiellement pour les articles en plastique à usage unique, alors qu‘on n'arrive pas à se débarrasser des résidus encombrants de plastique. Leur incinération est source de pollution par dégagement de gaz toxiques et des gaz à effet de serre qu'elle va générer.
L'enfouissement de ces sacs n'est pas non plus une bonne solution vue la durée de vie très longue de ces produits. Les sachets colorés sont plus polluants encore suite à la présence de colorants, composés de produits chimiques toxiques, qui vont se dissoudre dans l'environnement. Le recyclage qui représente théoriquement la meilleure solution est très peu pratiqué et le pourcentage de ce plastique recyclé est très faible. Le recyclage nécessite de nombreuses opérations (collecte et ramassage, transport et traitement) et se révèle onéreux. En attendant des solutions plus radicales, la solution d'interdire la fabrication et l'usage des sacs à usage unique permet de réduire un peu les déchets plastique en incitant le consommateur à utiliser des emballages alternatifs ou en faisant appel à des sacs en plastique plus épais qui peuvent être réutilisé plusieurs fois.
Il faut sensibiliser et responsabiliser le consommateur
La lutte contre la pollution par le plastique, nous concerne tous. Il faut lancer des campagnes publicitaires de grande envergure pour sensibiliser tout le monde quelque soit l'âge, la position sociale, le niveau d'instruction… Il faut amener les gens à ne pas polluer et à participer à garder notre environnement propre. C'est notre avenir et celui des générations futures qui est en jeu.
Certaines alternatives au sac en plastique à usage unique existent. Tout d'abord les sacs en plastique épais réutilisable. L'utilisation des sacs en papier n'est pas forcément la meilleure solution. Ces sacs coutent cher et ne sont pas suffisamment résistants. Quoique ces sacs ne posent pas de problème de pollution de l'environnement puisqu'ils se dégradent rapidement, ils sont fabriqués en lignine provenant de l'abattage des arbres ou de l'alfa. L'exploitation à outrance de ces ressources présente un grave danger de désertification.
Les sacs biodégradables représentent une alternative intéressante. Toutefois la plupart des sacs dits biodégradables ne le sont pas réellement. Ces sacs oxofragmentables se dégradent sous l'effet de la lumière en petites fragments suite à l'ajout de cobalt comme additif. Ce dernier est très toxique. Les vrais sacs biodégradables sont fabriqués à base d'amidon de pomme de terre ou de maïs et aussi de canne à sucre … Les sacs biodégradables sont compostables mais non recyclables.
Il faut sensibiliser le consommateur pour qu'il adhère volontairement à la lutte contre la pollution par le plastique. Il ne doit pas recourir et doit même refuser d'accepter des sachets plastique mais doit recourir à des moyens personnalisés (cabas, filets, sac en tissu…). Le retour au couffin traditionnel est une solution intelligente et élégante pour transporter ses achats à encourager absolument.
Par ailleurs, il serait intéressant, dans les surfaces commerciales, de mettre à la disposition du client les cartons d'emballage pour ramener chez lui ses achats. Ceci rendrait service tant au consommateur qu'au commerçant lui-même qui se débarrasse ainsi de ces emballages encombrants et inutiles. L'expérience a bien marché dans certains magasins en France.
Encore beaucoup d'efforts à faire
Interdire les sacs à usage unique, après sensibilisation et information du citoyen, est certes important mais ne doit représenter qu'une étape de la lutte contre la pollution par le plastique. Il s'agit de lutter contre le plastique à usage unique (assiettes et couverts, gobelets, pailles pour boissons, coton-tige et bâtonnets…) et également les films de plastique d'emballage des paquets de bouteilles d'eau, ceux utilisés pour entourer et protéger les palettes de marchandises, les sacs et films plastique utilisés pour l'emballage dans les divers secteurs industriels… Il faut s'attaquer plus tard au reste et surtout le plastique encombrant et polluant. La WWF estime que la Tunisie est le quatrième pays consommateur de produits en plastique/habitant dans la région méditerranéenne. En 2016 la Tunisie a généré 0,25 millions de tonnes de déchets plastiques dont 85 milles tonnes ont été déversés dans la Méditerranée. Le GIZ estime en 2014 que le plastique représente 11% des déchets ménagers et se place en deuxième position après les déchets organiques.
ECO-lef pose problème
Le projet ECO-lef initié et géré par l'ANGED (Agence Nationale de Gestion des Déchets) consiste à recycler les bouteilles en plastique. Ce système lancé en 2005 consiste à ramasser les bouteilles (surtout les bouteilles d'eau) en plastique PET (Polyéthylène de Téréphtalate), par un ensemble de personnes (les « barbéchas » dont le nombre est estimé à 8 000 personnes) ou des ramasseurs plus organisés qui vendent ce plastique à des collecteurs à raison de 500 millimes le kg (1 kg représente environ 25 bouteilles vides). Ceux-ci vendent le plastique collecté à l'ANGED à 750 millimes/kg. Enfin l'ANGED cède la marchandise, à 250 millimes le kg, aux industriels qui vont le transformer en granulés qu'on peut utiliser pour la fabrication de divers articles en plastique recyclé. La différence est supportée par l'Etat à travers un fond dédié à cette activité. Ce système a très bien fonctionné jusqu'à la révolution. Depuis 2011, le nombre de bouteilles ramassées ne fait que chuter. Le maximum a été atteint en 2010 avec 15 700 tonnes. En 2014 la quantité ramassée était de seulement 8 400 tonnes alors que la production ne cesse d'augmenter. Le pourcentage de bouteilles ramassées par rapport à l'ensemble des bouteilles d'eau produites est d'environ 20 à 25% seulement. La raison principale est probablement le prix dérisoire payé aux « barbéchas », de 500 millimes le kilogramme pour 25 bouteilles ramassées et livrées, compte tenu des coûts de la vie. Ceux-ci doivent parcourir chaque jour des dizaines durant de longues heures pour ramasser dans des conditions sanitaires lamentables une dizaine de kilos. Il faut soit revoir ce montant (le doubler ou le tripler compte tenu de l'inflation et du pouvoir d'achat), motiver les gens et leur assurer un revenu suffisant pour vivre et travailler dignement. Soit sensibiliser le consommateur à déposer les bouteilles vides dans des endroits précis (à l'entrée des grandes surfaces par exemple, ou prés des poubelles) dans des containers spécialement conçus pour accueillir ces emballages. Il serait possible d'encourager les jeunes promoteurs à s'investir et monter des projets de ramassage et de transport de ces emballages.
En quelques années le Tunisien est devenu un très grand consommateur d'eau en bouteille. La consommation moyenne est estimée en 2018, d'après l'Office National de Thermalisme et de l'Hydrothérapie (ONTH), à 192 litres ce qui place la Tunisie au 5éme rang mondial. Moyennant un effort d'amélioration de la qualité de l'eau potable de la SONEDE, il serait intéressant d'encourager le Tunisien à délaisser l'eau en bouteille et de revenir à l'eau du robinet. Ceci permettrait au niveau des ménages d'éviter le gaspillage d'argent et de contribuer à lutter contre la pollution en plastique en réduisant notre consommation d'eau en bouteille. Par ailleurs, il est temps de passer au tri sélectif des ordures ménagères pour réduire nos déchets et mieux les valoriser.
Conclusion
Interdire les sacs en plastique à usage unique est important. La sensibilisation du consommateur et de tous les intervenants (commerçants, industriels, fabricants…) est nécessaire. S'assurer l'adhésion de tous afin de lutter contre ce fléau très grave, que représente la pollution par le plastique, permet de préserver notre environnement ainsi que la biodiversité au sein de notre planète. Le décret interdisant les sacs à usage unique prenant effet dans quelques jours seulement, le 1er mars exactement, il faut dés à présent essayer de se rattraper et organiser des campagnes de sensibilisation et d'information à grande échelle pour garantir son application et sa réussite. Il est indispensable de responsabiliser le consommateur pour s'assurer son implication active de plein gré, le convaincre et l'amener à changer de comportement. Enfin les sacs en plastique circulant en Tunisie sont normalement fabriqués localement toutefois un pourcentage important de ces sacs provient du circuit informel parallèle et essentiellement amené clandestinement des pays voisins. Il faut absolument lutter contre la contrebande et l'introduction illicite de ces sacs polluants.
Revenir à nos anciennes traditions, comme utiliser le couffin pour ses achats et boire de l'eau de robinet, n'est pas forcément synonyme de sous-développement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.