FIFAK 2019 : 55 ans de promotion du cinéma amateur Tunisien et d'ailleurs    Cession de Goulette Shipping Cruise (GSC) : Le come-back des croisières à la Goulette après 5 ans d'inactivité    Le Ministère de l'Intérieur s'explique sur l'incident survenu à un poste frontalier avancé « التعمير » à Hezoua    Application Samsung Health: un coach santé dans votre poche    Tunisie: Aïd Al Adha, quantité disponible, prix et préparatifs du ministère de l'Agriculture    Officiel : Aymen Balbouli quitte le Club Africain    Cafouillage et manque de sérieux autour de la loi électorale    Hyundai Tucson gagne du terrain sur le marché tunisien    Tunisie- Perturbations et coupure d'eau dans ces régions à Bizerte    Club Africain : Yassine Chammakhi manquera le début de saison    Nouveauté Instagram : les ‘Like' ou mention ‘J'aime' masqués dans 6 pays    CAN 2019 (Finale) : Entrée gratuite pour les supporters algériens    CAN 2019 : l'arbitre de la finale changé    Tunisie: Baisse des échanges commerciaux au 1er semestre 2019    Al Badil Ettounsi présente les caractéristiques de son programme économique pour le gouvernorat de Mahdia    Faute de place, le blé dépérit en plein air    Métros, le trafic des lignes 3, 4 et 5 sur une seule voie à partir de ce soir    Postulez pour des bourses d'études en Grandes Ecoles françaises au titre de 2019    Eto'o et Drogba deviennent collaborateurs officiels d'Ahmad Ahmad    Avec les « trophées Tounsidumonde », les Tunisiens de l'étranger veulent être mieux compris et donner plus !    Les agents de la poste en grève générale    D'importants prix octroyés aux articles traitant des relations sino-tunisiennes    BILAN de la participation des Aigles de Carthage à la Coupe d'Afrique des Nations 2019 : Parcours !    Ahmed Ahmed veut sortir le siège de la CAF de l'Egypte    MYRATH « Shehili » au Festival International d'Hammamet: Une expérience incroyablement magique!    Pas de crime en cas de légitime défense !    Tunisie-Une séance plénière pour l'élection des membres de l'Instance de la bonne gouvernance et ceux de la cour constitutionnelle    Températures jusqu'à 38°C, aujourd'hui    CAN (finale): Alioum Néant au sifflet    Orange signe un accord Groupe monde sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes avec UNI Global Union    Appel à candidature à l'Ecole Pratique des Métiers de la scène : Section Acteur – Session d'Octobre 2019 à fin Juin 2021    Tunisie: L'Instance de lutte contre la torture empêchée par la police de parler à un détenu    Tunisie – Tabib : La direction des douanes choisie comme meilleure administration dans la lutte contre la corruption    Tunisie: Le Parlement sursoit au vote sur le projet de loi relatif à Halk El Menzel    Le cinéma à vélo du 24 au 26 Juillet avec Vélorution et la Cinémathèque Tunisienne    Festival De Dougga 2019 : Programme de la 43e édition du 24 Juillet au 10 Août    Khémaïes Jhinaoui à New York et Washington à la tête d'une importante délégation de hauts responsables tunisiens    OMS, 1093 morts et 5752 blessés à Tripoli    Youssef Chahed se penche sur le Brexit (sortie de la Grande-Bretagne de l'UE) et ses répercussions possibles sur la Tunisie    Donald Trump s'attire les foudres des internautes    282 interpellations en France après la qualification de l'Algérie    Des armes de guerre saisies chez des néonazis italiens    Bendirman porte plainte contre le parti Ennahdha    Libye : Haftar se prépare à annoncer l'assaut final pour « libérer » Tripoli    Colère aux Etats-Unis après l'arrivée en Turquie de la 1ère livraison de missiles russes S-400    La 29ème Edition du Festival EL MOUROUJ se déroulera du 25 Juillet au 10 Août – Programme    Ouverture de la 55e édition du festival international de Hammamet avec « Messages de liberté »    Le Chef du gouvernement, Youssef Chahed se penche sur la question des « réfugiés » à Médenine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2018 s'annonce difficile
Publié dans Le Temps le 18 - 05 - 2018

C'est un secteur qui pèse environ 6 milliards de dinars, soit 4% du PIB national. C'est un secteur qui est encore régi par un système de quotas. Un système qui impose à chacun des 35 concessionnaires distribuant dans l'ensemble 45 marques un nombre limité des véhicules à importer. 70% des marques distribuées en Tunisie sont d'origine européenne. Le secteur connaît un croissance annuelle d'environ 6,4%. Dans sa dernière analyse l'intermédiaire en bourse Amen Invest, se focalise sur l'état des lieux du secteur ainsi que ses difficultés. Décryptage ci-dessous.
D'après les analystes d'Amen Invest, l'année 2018 s'annonce difficile. Entre autres, le marché officiel cède encore face au marché parallèle. D'autant plus que c'est la réduction des quotas des voitures importées qui profite directement au marché parallèle. La poursuite de la dépréciation du dinar face aux principales devises et l'augmentation de l'impôt sur les sociétés (IS) pour les concessionnaires à partir de 2019 (exercice 2018) de 25 à 35%, aura également des conséquences négatives sur le secteur. Outre, la forte pression fiscale annoncée dans les nouvelles mesures de la loi des finances 2018. Des mesures qui prévoient une augmentation moyenne de 25% des droits de consommation et de 10 à 15% des droits de douane pour l'importation respectivement des VP et des VU, des pièces de rechange et des composants destinés à l'industrie automobile locale, sans compter l'augmentation de 1% de la TVA. A celà s'ajoute la hausse des ventes sur le marché parallèle. Des ventes qui restent en totale franchise d'impôt, bien que dans le cadre de la lutte contre le marché parallèle, les autorités ont mis en place des nouvelles dispositions réglementaires pour le régime FCR. En effet, un nouveau décret de l'année 2018 régissant la vente des véhicules sous régime FCR a interdit la vente des voitures importées de l'étranger avant le passage d'un an de la date de son entrée en Tunisie. L'analyse de l'intermédiaire en bourse fait également montrer des hausses prévues des prix du carburant ainsi que la hausse des polices d'assurances.
A noter
Le taux de motorisation en Tunisie est très faible, avec 91 véhicules particuliers pour 1000 habitants (ce qui confirme le potentiel du marché), quatre fois moins qu'en Europe. En comparaison avec nos voisins de l'Afrique du Nord, ce taux est de 130 véhicules pour 1000 habitants en Algérie et 80 véhicules pour 1.000 habitants au Maroc.
Les défis du marché
Les constructeurs automobiles étrangers présents sur le marché tunisien ne disposent que d'une marge de manœuvre très faible quant à la gestion de leurs gammes. De plus, leurs positions sur le marché ne reflètent pas leurs réelles politiques commerciales. Par conséquent, les constructeurs étrangers considèrent davantage le marché tunisien comme un marché limité sur lequel il est possible d'écouler des volumes préétablis, mais qui ne mettait pas en concurrence, à l'image d'autres marchés, toutes les firmes internationales ;
Le secteur reste encadré par un système de quotas pour l'importation de véhicules, conduisant ainsi à un « marché parallèle » dommageable pour les revenus de l'Etat et pour le développement de la filière ;
Face à une forte demande, l'offre demeure contrainte par la réglementation qui régit le secteur ;
La dépréciation du dinar tunisien face aux principales devises a entraîné une hausse mécanique moyenne des prix à la vente de 26% face à l'euro et de 22% par rapport au dollar entre 2016 et 2017 ;
Les nouvelles dispositions de la loi de finances 2018 qui prévoit une augmentation moyenne de 25% de la taxe à la consommation et de 10 à 15% des droits de douane frappant l'importation des voitures particulières et de véhicules utilitaires, des pièces de rechange et des composants destinés à l'industrie automobile locale, sans compter l'augmentation de la TVA de 1%. Ainsi que le relèvement du taux d'imposition de 25% à 35% et ce, à partir de l'exercice 2018.
D'après les dernières statistiques de l'Agence Technique des Transports Terrestres (ATTT), ce parc est estimé à fin 2016, à près de 2 millions véhicules et continue de croître de 70 à 80 000 véhicules supplémentaires par an, soit une croissance annuelle moyenne de 6,4%.Ce parc a une moyenne d'âge élevée. Une situation qui est due aux taux élevés des droits et taxes et à une offre de véhicules inférieure à la demande (système de licences d'importation). Les marques Européennes ont, pendant très longtemps, dominé le marché tunisien et continuent de représenter une partie importante des importations soit 70%. Les marques asiatiques sont en pleine ascension sur le marché tunisien à l'instar de la tendance sur les marchés mondiaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.