Officiel : La Ligue 1 reprendra le 2 août    Ligue 2 : le calendrier des play-offs dévoilé    Le procès de la bloggeuse Emna Chargui reporté au 2 juin    ANSI : Mise en garde contre des vulnérabilités critiques dans les systèmes d'exploitation mobiles Android 8, 9 et 10    Le mécanisme de garantie de l'Etat, désormais opérationnel    444 MDT    La Tunisie n'a pas à choisir dans l'absurdité de la guerre    Le coup de grâce…    Elyès Fakhfakh dans un cul-de-sac ?    Décisions contradictoires de la FIFA et de la FTF, concernant les joueurs en fin de contrat, le 30 juin !    3,5 millions de dinars à partager entre l'EST, l'ESS, le CSS et l'USBG    L'acteur égyptien Hassan Hosni tire sa révérence    Les photos fuyantes de Mahmoud Chalbi    L'humoriste et comédien Guy Bedos est mort    Le patrimoine culturel, grand axe du programme «Tounes Wijhetouna»    Ligue1 : la JS Kairouan reprend les entraînements jeudi prochain    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 30 mai à 11H00    Le Club Africain lance à partir de lundi la vente des cartes d'adhérents    Coronavirus : 5 nouveaux cas importés et 950 guérisons    Covid 19 | Etablissements scolaires privés : Relations tendues avec les parents d'élèves    REMERCIEMENTS ET 40e JOUR : Fatma Bent feu Cheikh Mohamed ANNABI et feu Hédia TORDJMAN    Huile d'olive : exportations record durant les cinq premiers mois de la campagne    Djerba | Mouvements de protestation des employés d'hôtels : Les précisions de la fédération régionale des hôteliers    Stratégie nationale de promotion de l'industrie et de l'innovation : L'industrie intelligente, une exigence    Documentaire « MAKHDOUMINE » de Maher Abu Samra : « Mon cinéma est politique… »    Météo : Températures en baisse    MEMOIRE : Noureddine ARFA    L'USM programme la reprise : Des groupes de 7 joueurs    Panoro augmente sa production en Tunisie et planifie le forage de 2 puits    CONDOLEANCES    Tunisie: Nouvelle nomination au ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières    Tunisie: Ouverture exceptionnelle des caisses par la SONEDE pour faciliter le payement des factures    5 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Une cellule d'accompagnement pour aider les PME    Facebook chante ''Bella Ciao'' pour Bendir man, Mekki et d'autres    Tunisie: Les pots-de-vins coûtent annuellement entre 400 et 500 millions de dinars, selon Chawki Tabib    Tunisie : L'Etat d'urgence prolongé de 6 mois    Tunisie: Perte de 28% de ses revenus par Tunisair    Le désengagement total des USA    Allah n'est pas obligé…    Appel de la Suisse à agir contre la chute des transferts de fonds vers les pays à faible revenu    Raffia Arshad, la première femme en hijab qui devient juge au Royaume-Uni    Houcine Jaïdi - Décès d'Albert Memmi : le silence du ministère des Affaires culturelles est injustifiable et inadmissible    L'ancien Premier ministre marocain Abderrahman Youssoufi n'est plus    Chemins de l'herméneutique | Epilogue…    La Tunisienne Nour Belkhiria remporte le Canadian Screen Award    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à l'un des plus grands écrivains africains
Publié dans Le Temps le 08 - 04 - 2020

«Le fabuleux destin d'Amadou Hampâté Bâ» est une pièce de théâtre documentaire, hommage à l'un des plus grands écrivains africains.
Les écrits restent, les paroles s'envolent. Mais quand les paroles deviennent des écrits, l'on peut se dire que c'est conservé la tradition orale. En Afrique, lorsqu'on demande qui est le plus grand défenseur de cette tradition orale, certains répondront, sans aucun doute, Amadou Hampâté Bâ. Un ethnologue, écrivain, poète, conteur, historien malien qui, durant sa vie, a défendu la tradition orale par ses citations et ses écrits. Cela pourrait paraître paradoxal, mais aucunement, quand on y réfléchit bien.
Patrimoine de la littérature africaine francophone, Amadou Hampâté Bâ, décédé en 1991, à l'âge de 91 ans, a marqué toute une génération d'Africains. Et pour que les nouvelles le découvrent et ne l'oublient pas, une pièce de théâtre a été produite sur sa vie, son parcours, ses idées. Mais peut-on appelé cela une pièce de théâtre. Oui, mais pas au sens général d'une pièce de théâtre, avec comédiens, actions, réactions, etc. Cette pièce intitulée «Le fabuleux destin d'Amadou Hampâté Bâ» est plus un documentaire, narré par un comédien, Habib Dembélé, accompagné d'un musicien multi-instrumentiste, Tom Diakité qui joue et chante, par moment, et raconte aussi, le tout mis en scène par Hassane Kassi Kouyaté, sur un texte écrit par Bernard Magnier. Une sorte de film documentaire mais sur scène, avec en fond, sur un écran, des photos de l'écrivain malien, ou des extraits de ses discours. Une pièce que l'on peut associer aussi à une soirée au cours de laquelle un griot narre un conte fantastique, où le héros, parti de rien, devient l'un des piliers de la Culture africaine. Une soirée où l'oral et l'oralité ont toute leur place.
Un titre référence
Le titre, «Le fabuleux destin d'Amadou Hampâté Bâ» ne fait aucunement référence au film «Le fabuleux destin d'Amélie Poulain», mais à une œuvre de l'écrivain, «L'étrange destin de Wangrin» (1973). Et des références, il y a en a tout au long du spectacle, comme pour donner des exemples de la verve de cet homme qui a marqué par ses citations. La plus célèbre est sans nul doute la phrase qu'il prononça en 1960 à l'Unesco : «En Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle.» ; un cri d'alarme, un cri du cœur, sur l'extrême fragilité de la culture ancestrale. Mais, il a d'autres citations qui ont émaillé ses écrits et ses discours.
Amadou Hampâté Bâ disait de notre continent : «Oublions le mal, gardons le bien, nous montrerons que l'Afrique en grande partie est noire, elle n'est pas obscure, elle est sage». Il disait aussi : «Les hommes peuvent atteindre un but commun sans emprunter les mêmes voies». Ou encore, dans son œuvre «Petit Bodiel» (1976) : «Un conte est un miroir où chacun peut découvrir sa propre image...». Et durant «Le fabuleux destin d'Amadou Hampâté Bâ», des contes ou des extraits ont été dits, comme «La querelle des deux lézards ou Il n'y a pas de petite querelle» ; très instructif.
Sauver l'Afrique !
Beaucoup d'émotions a transpercé tout au long de la pièce. Des émotions non contenues par le comédien, qui, vers la fin, n'a pu s'empêcher de pleurer, entraînant avec lui les personnes présentes, dont la fille d'Amadou Hampâté Bâ, représentant la fondation du nom de son père, sise en Côte d'Ivoire.
Des pleurs de tristesse pour un homme qui a tant fait et qui a tiré la sonnette d'alarme. Des larmes aussi pour l'Afrique que les dirigeants de certains pays, qui la composent, et les puissances occidentales, colonisant le continent par d'autres moyens que l'occupation directe, essayent à tout prix de laisser à la traîne et sous leurs talons. Des sanglots parce que ceux qui ont fait l'Afrique ont disparu et que personne n'a voulu les entendre et les écouter.
Quels grands hommes ou quelles grandes femmes possède notre continent aujourd'hui ? Nous sommes réduits à une sorte d'esclavage car nous n'avons pas su écouter, nous référant toujours à l'Occident...
«Le fabuleux destin d'Amadou Hampâté Bâ» peut être un remède à notre guérison -car nous sommes bel et bien malades-, si nos enfants savent entendre, écouter et penser d'eux-mêmes, car «Ce n'est pas le jour de la battue qu'il faut dresser son chien de chasse», («L'étrange destin de Wangrin»). Et pour reprendre encore les mots de ce monument : «Ne regrette rien, il faudra toujours continuer à apprendre et à te perfectionner, et ce n'est pas à l'école que tu pourras le faire. L'école donne des diplômes, mais c'est dans la vie qu'on se forme» («Amkoullel l'enfant peul»/1991).
«Quelle que soit la valeur du présent fait à un homme, il n'y a qu'un mot pour témoigner la reconnaissance inspirée par la libéralité, et ce mot c'est : merci». («L'étrange destin de Wangrin»). Alors merci à l'équipe de la pièce «Le fabuleux destin d'Amadou Hampâté Bâ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.