Les ministères de l'Equipement et des Domaines de l'Etat veulent mieux coopérer    PAEZ: Parc d'activités économiques de Zarzis pour encourager à investir dans les TICs en Tunisie    Crise de l'huile subventionnée à Sfax, le directeur régional du commerce se prononce    Classement FIFA : La Tunisie perd deux places et se retrouve 27e    Tunisie Covid-19 : Vaccination complète pour 66% de la population âgée de 75 ans et plus    Tunisie: Le crabe bleu, de prédateur envahissant à source de revenus pour les pêcheurs tunisiens    La magistrature au service du politique : la tradition qui perdure    Tunisie : Faillite de 130 mille entreprises et 750 mille employés au chômage !    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    NBA : Les résultats des 11 matchs de la nuit de mercredi    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    BH Assurance : Hausse du chiffre d'affaires de 17%    Attijari Leasing : Mises en force en hausse de 21%    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Kaïs Saïed reçoit Najla Bouden    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand le système se mord la queue
Publié dans Le Temps le 25 - 11 - 2020

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Le Temps - Raouf KHALSI p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Malheureux de devoir le relever et de jouer sur les métaphores : oui, comme le serpent, la Justice tunisienne se mord la queue. Elle est dans un cercle vicieux, malgré toutes ses structures, toutes ses associations, tous ses Conseils pompeux et tous les discours sur son « inaltérable indépendance ». Il se trouve même que cette justice dont on disait qu'elle était « aux ordres » sous la chape de plomb du régime déchu, ne saisit pas cette opportunité historique que lui a offerte la révolution pour s'affranchir, pour se libérer, pour s'assumer et pour se réinventer.
Hier, se tenait une réunion du Conseil de l'ordre judiciaire pour statuer sur la levée ou pas de l'immunité de Taieb Rached, premier président de la Cour de cassation. Le magistrat Taieb Rached représente en effet le sommet pyramidal de l'appareil judiciaire. Rien de moins. Indépendamment du verdict du Conseil de l'ordre judiciaire qui représente l'une des structures du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM) présidé par le magistrat Youssef Bouzakher, on ne saurait occulter l'évidence. A savoir que le Justice s'est laissé entrainer dans les sables mouvants de la politique.
Au-delà des allégations...
Lors de l'interview exclusive, la première du genre, accordée à la chaine Attassia (la 9), le premier président de la Cour de cassation s'est défendu comme il pouvait contre les allégations et les accusations de corruption faisant l'objet d'un rapport élaboré par le magistrat Béchir Akremi ancien Procureur général près le tribunal de première instance de Tunis, relevé de son poste l'été dernier et muté ailleurs.
Taieb Rached a donc nié tout ce qui lui a été imputé à propos des biens qu'il possèderait affirmant même que les 80% des allégations contenues dans le rapport de Béchir Akremi sont fausses, tant en ce qui concerne ce terrain agricole de 45 hectares (dont il dit qu'il n'en a acheté qu'un seul hectare en 2001 pour ensuite le revendre en 2006) que les autres biens immobiliers dont le même rapport de dénonciation affirme qu'il en est bien le propriétaire. Taieb Rached a aussi affirmé qu'il est en règle dans ses déclarations annuelles et qu'il a tout déclaré auprès de l'INLUCC.
Il ne s'agit pas, pour nous, d'être comptables de ce que possèdent les personnes de haut rang dans le pays, puisque tout finit par se savoir. Mais Taieb Rached ne mâche pas ses mots. Il charge en effet Béchir Akremi à propos des dossiers des assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, dont il dit avoir relevé des irrégularités d'ordre procédural, avec entre autres des pièces manquantes et, déclare-t-il aussi, qu'il en a avisé l'Inspection générale. Plus encore, il déclare que Béchir Akremi regrettait que Chafik Jarraya fût poursuivi par la Justice. On relève déjà deux approches diamétralement opposées de deux magistrats de haut rang.
Très vite, il décale le débat (plutôt l'interview) sur le terrain politique. D'abord, il s'étonne de ce qu'il ait été critiqué pour avoir libéré Nabil Karoui. Il feint d'ignorer quand même d'avoir été tout autant critiqué lors de son emprisonnement. Et tout en restant dans le champ politique, il accuse l'ARP d'avoir «violé la magistrature» lors de la plénière du 12 novembre, là où Youssef Bouzakher, président du Conseil supérieur de la magistrature n'a pas été épargné par les députés. Samia Abbou ne s'est pas fait attendre pour répliquer, hier, que c'est «la Magistrature qui a violé l'Etat et la révolution ».
Il faut bien relever que Taieb Rached est aussi membre du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et qu'il y exerce un poids non négligeable. Et, pourtant, il a bien flotté lorsqu'on lui a demandé de se prononcer sur la décision de muter à Sfax Mme la juge Ichraf Chébil, épouse du Chef de l'Etat. Là, il s'est réfugié dans les règlements, dépolitisant cette affaire dont pratiquement presque tous les Tunisiens ont jugé qu'elle visait le Président en personne. Et, du coup, le Conseil supérieur de la magistrature parut mystérieux, impénétrable et guère transparent.
Objet de désirs et de convoitises
Il se trouve cependant qu'à l'heure où le Syndicat national des magistrats choisit l'escalade jugeant insatisfaisantes les décisions du gouvernement en leur faveur, voilà qu'en plus d'un demi-siècle d'indépendance, le pouvoir judiciaire, le troisième pouvoir en fait, n'en finit pas d'alimenter la suspicion. Et, plus que jamais à l'image de cette guerre larvée entre Taieb Rached et Béchir Akremi. S'est-on, au moins, demandé pour qui roulent l'un et l'autre ?
Au lendemain de la révolution, la Justice a fait l'objet de très contraignantes convoitises et c'est plutôt Ennahdha qui a remporté la mise. Limogeage de près de 80 magistrats jugés à la solde du régime Ben Ali (la plupart ont gagné leurs procès devant le Tribunal administratif, mais n'ont pas été réintégrés) et en même temps exfiltration des rouages juridictionnel. Il est vrai que l'Association tunisienne des magistrats tout autant que le syndicat se sont élevés contre cette inféodation et mené jusqu'au bout le combat pour l'intégrité de l'appareil judiciaire. Mais cela représentait un contrepoids plutôt faible par rapport au pouvoir tentaculaire s'étant emparé de l'appareil jusqu'à l'asphyxie. Il se peut que bon nombre de magistrats y aient trouvé leur compte. Mais le fait est là : on est passé d'une sujétion, d'une aliénation à une autre. Les juristes affectionnent une certaine formule : « pas d'intérêt, pas d'action ». Il est évident que, pour tenir en mains tous les rouages de l'Etat, il fallait aussi domestiquer la justice. Car entre temps, des temps de la Troïka, Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi ont été assassinés, et que juste après surgissait cette incroyable affaire d'appareil secret que, sur le tard, feu le Président Béji Caïd Essebsi voulait élucider (plus par vengeance contre Ennahdha que par souci de vérité). Sauf que le système a été ainsi verrouillé que les assassinats des deux grands militants resteront un mystère, tout comme celui de Kennedy. Il y a trop d'évidences et guère de preuves. Prouver c'est même combattre une évidence, comme le disait un juriste.
Au final, quand tout a été verrouillé, on a promu Béchir Akremi de juge d'instruction à procureur, avant que certaines nuées orageuses de l'été ne le condamnent à la déchéance.
L'appareil judiciaire tout entier est-il aussi équivoque que cela ? Nos magistrats sont-ils aussi dépourvus de l'intime conviction, première valeur cardinale guidant leurs choix avec bien sûr les textes ? Il ne faut pas généraliser. Les magistrats doivent être anoblis. Encore faut-il qu'ils défendent eux-mêmes leur « virginité », qu'ils ne nous offrent plus pareilles querelles de bas niveau, qu'ils ne banalisent plus leur propre statut et qu'ils se réconcilient avec ces milliers, sinon ces millions de justiciables qui perdent confiance. Car l'édifice est délabré, fissuré. Car seule la Justice garantit la pérennité de l'Etat de droit. Le problème ne tient pas uniquement à un hôpital, ou à des conditions matérielles. La morale publique passe en effet par la Justice. Loin de toute instrumentalisation politicienne.
p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.