CONDOLEANCES    Un nouveau programme d'accompagnement de jeunes voit le jour en Tunisie    Aéroport de Djerba Zarzis: L'aérodrome fermé les lundi et mercredi du 1er mars au 22 avril 2021    USM: Y mettre les ingrédients    ST: Zoghlami-Mejri, tandem d'attaque    ESS — Il cumule les victoires depuis qu'il est à la tête de l'équipe: Dridi, Monsieur sans-faute !    Manchester United vs Real Sociedad: Où regarder le match de l'Europa League    Célébration de la Journée Internationale des maladies rares à la CST    L'exercice militaire multinational 'African Lion' aura lieu en Tunisie    ''L'initiative de l'UGTT est la solution''    Imed Hammami: Je ne participerai pas à la manifestation d'Ennahdha samedi    Rached Ghannouchi doit payer la caution de 10 millions de dinars pour Nabil Karoui, selon Ben Halima    Mise à jour de l'interface utilisateur Samsung One UI 3.1 : les fonctions puissantes du Galaxy S21 sont désormais disponibles sur les Galaxy S20, Galaxy Note20 et la série Galaxy Z    Ligue des champions (8e de finale aller) : les résultats complets    Des comptes YouTube avec contrôle parental ?    Les familles des martyrs en sit-in    500 mille litres de lait déversés dans les rues en 3 jours    ''Il faut dire la vérité aux tunisiens''    Europa League : Programme des 16èmes de finale retour    Projet MOODHA OKHRA, initiateur de la mode éco-responsable en Tunisie: L'éco-mode engagée    MOODY'S ABAISSE LA NOTE DE LA TUNISIE    Hommage: Gilbert Naccache, ce libre-penseur    ENTRE CARTHAGE, LA KASBAH ET LE BARDO: Entêtement des uns, caprices des autres    Grève, tension et crise sociale à Tataouine: El-Kamour ou le mauvais exemple de gestion des crises !    La stratégie nationale de vaccination a pris du retard: «Winnou el vaccin ?»    Vers une numérisation du secteur de l'énergie: Huawei lance Smart Modular Data Center 5.0    Hennessy devient le premier partenaire de spiritieux mondial de la NBA    CAN-2021 (U17) : le tirage au sort    Covid-19 – Tourisme : les professionnels recommandent le démarrage immédiat de la vaccination    5G : Ooredoo signe un accord de partenariat avec le CERT    Météo | Brume matinale et légère hausse des températures    La coopération bilatérale au centre d'un entretien entre Jerandi et l'ambassadeur allemand    Les Italiens dénoncent l'arrivée des femmes enceintes à Lampedusa, nouvelle arme des migrants    Féroce bataille pour le contrôle des capitaux    La crise au Tigré est « hors de contrôle »    Ouverture des inscriptions sur les listes électorales    Pour une journée nationale de la poésie    Une palette photographique très éclectique    La richesse historique de Kairouan, source d'inspiration    Le Ghana reçoit la première livraison de vaccins    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    "Sopranissimo", un spectacle de chant lyrique de la soprano Amira Loubiri    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    L'ambassadeur d'Italie tué lors d'une attaque armée    Spectacle SHAYATIN de l'artiste Amel El Farji le 24 février 2021 à la cité de la culture    Semaine agitée autour de l'islam en France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les rythmes métissés d'Alune Wade
Publié dans Le Temps le 27 - 01 - 2021

En résidence artistique en Tunisie, le musicien sénégalais Alune Wade est allé à la rencontre des artistes locaux. Un mois de recherches et rencontres pour un nouvel album.
L'Institut français de Tunis continue à offrir des résidences artistiques à des créateurs tentés par des expériences d'hybridation culturelle et des rencontres avec des homologues tunisiens. Depuis le 8 janvier, le musicien sénégalais Alune Wade réside à la Villa Salammbô pour y construire des ambiances musicales qui puissent conjuguer son savoir-faire avec les sonorités locales.
"Sultan", un album hybride
Alune Wade multiplie les rencontres avec les musiciens tunisiens et travaille à de passionnantes fusions entre les traditions cousines d'Afrique du nord et de l'ouest. Il est vrai que ces univers musicaux se sont rencontrés depuis des siècles mais la synthèse de leurs sonorités spécifiques reste un chantier ouvert. De rares musiciens viennent sur ce terrain pour défricher un legs qui attire de plus en plus, les générations montantes.
Alune Wade fait partie de ces éclaireurs qui cherchent une confluence entre le patrimoine afroandalou et les rythmes ouest-africains. Son rêve, c'est d'initier une matrice puissante qui puisse agréger des systèmes que tout oppose seulement en apparence. Bien sûr, Wade procède selon une méthode qui ne tourne pas le dos à la liberté et à l'improvisation. Pétri de culture jazz et connaissant sur le bout des doigts les tendances afrobeat, Wade reste profondément musicien. Tout en ayant intégré le nécessaire travail académique, il laisse libre cours à la rencontre musicale et au dialogue des rythmes et des instruments.
Il en découle une démarche singulière qui aboutit à une musique originale et inouïe au sens étymologique du terme.
Un bassiste hors-pair
La complicité avec des musiciens tunisiens invite à un tissage de références et à un mariage musical qui se déploie dans l'intensité des live sessions. Au bout du compte, un album devrait voir le jour pour partager cette expérience et rendre musicalement sa profondeur. Cette profondeur est bien sûr artistique mais aussi symbolique et s'inscrit dans les stratégies d'hybridation culturelle.
Dans "Sultan", titre de l'album à venir, la musique africaine trouve ses racines dans deux terreaux géographiques et des traditions musicales qui ne se sont pas métissées auparavant. Les sonorités qui sont nées de cette rencontre impromptue sont à la confluence d'une Andalousie mythique et de rythmes débridés, portés par une distribution qui allie instruments classiques, ethniques et modernes.
Ces grands moments de musique née du moment et de la quête artistique, sont aussi portés par le travail de bassiste de Alune Wade.
Une coopération sud-sud qui ne perd pas le nord
Indéniablement, ce musicien sait donner à la guitare basse, une envergure propice aux métissages.
Le sound de Wade repose sur cette vocation rythmique aussi précise qu'un métronome mais qui sait rester absolument imprévisible. Du grand art qui porte la guitare basse vers des horizons pleins de créativité et de couleurs.
En résidence jusqu'au 8 février, Alune Wade est un musicien dont le passage en Tunisie comptera.
Son travail artistique de fond est en effet de nature à inspirer et engager ses homologues tunisiens dans une coopération sud-sud qui ne perd pas son nord musical.
H.B


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.