Les Mélanges d'Histoire ancienne du Professeur Ammar Mahjoubi    Rafik Abdessalem : « Kais Saied ne distingue pas entre ses émotions et la gestion des affaires de l'Etat »    Bilan Covid-19 : 71 décès et 2228 nouveaux cas en 24h    Affaire Sidi Hassine-Sijoumi : Manifestation à l'avenue Habib Bourguiba    Tunisie – Le tribunal administratif rejette les recours déposés par le magistrat Taïeb Rached    Le chef de la diplomatie britannique répond sèchement à Macron ...    Equipe nationale : 4 joueurs quittent le stage avant d'affronter le Mali    En images Affrontements entre les manifestants et la police à l'avenue Bourguiba    CTN : Avis aux passagers à destination de Marseille    Pèlerinage à la Mecque : 60.000 résidents vaccinés autorisés    Euro 2020 : Christian Eriksen victime d'un grave malaise en plein match    Coupe de Tunisie : les deux demi-finales auront lieu le 20 juin    Handball – championnat national : Programme de la 10ème journée play-off    Seuls 20,4% des personnes qui doivent être vaccinées sont enregistrées sur Evax    Habib Ammar: « La Tunisie est une destination touristique Covid-safe »    Journée de la Russie - Sergey Nikolaev salue le succès de la coopération russo-tunisienne    Ali Kooli évoque une éventuelle suppression de licences d'alcool    Echâab dénonce une tentative d'assassinat contre Badreddine Gammoudi et Ali Ben Aoun    L'Assemblée prévoit plusieurs plénières au cours de la semaine du 14 juin 2021    Tunisie-Béja: Agression du personnel de la santé et actes de vandalisme à l'hôpital régional de Téboursouk [Photos]    Soutien social et psychologique à l'enfant mineur agressé et humilié par des agents de l'ordre    Les Affaires sociales assurent un accompagnement social et psychologique à la victime de Sidi Hassine    AGIL fête ses 60 ans et organise une journée portes ouvertes    Liberté d'expression : Les médias s'accrochent à leur indépendance    Produits made in Tunisia : Quand va-t-on consommer purement tunisien ?    Programme TV du samedi 12 juin    Si vous êtes demandeur d'un lotissement AFH, ceci vous intéresse    «La terminologie de la bourse et des organismes qui la côtoient» de Maria Leo : Un bel ouvrage, clair et utile    Exposition collective «Beyrouth» à la Galerie Terrain Vagh à Paris : La révélation d'une ville    Sophie Renaud, Directrice de l'institut français de Tunisie, à La Presse : «La Tunisie abritera les états généraux du livre francophone»    Jean Fontaine: Le migrant inversé    News | L'Etoile sonde la filière congolaise    Point de vue | Un véritable tournant !    La vérité nue    Jendouba : La récolte céréalière en hausse de 40%    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture la semaine sur une note quasi-stable    Zarzis-Plateforme Miskar : Les ouvriers demandent l'évacuation des migrants irréguliers à bord    Seif Al Islam Kadhafi annonce son intention de se présenter aux prochaines élections présidentielles en Libye    Derby Arabe Tunisie vs Algérie: regarder le match amical du 11 juin en Streaming    La Tunisie est fin prête pour accueillir les voyageurs du monde !    Championnat national de lecture : La finale aura lieu le 11 juillet à Radès    Le dinar tunisien s'est déprécié de 5% vis-à-vis de l'euro    Appel à candidature : Session de Formation 'Patrimoini' par Museum Lab au Kef    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'incomparable talent d'une pionnière
Publié dans Le Temps le 09 - 02 - 2021

Figure centrale du cinéma tunisien contemporain, Moufida Tlatli a marqué sa génération par son talent de monteuse et ses admirables films "La Saison des hommes" et "Le Silence des palais".
Diminuée par la maladie depuis de longues années, Moufida Tlatli est décédée dimanche 7 février, entourée par les siens et toujours respectée par les cinéphiles de Tunisie et d'ailleurs.
Née en 1947, Moufida Tlatli nous laisse deux chefs d'oeuvres ainsi qu'une trace subreptice mais essentielle dans quasiment toute la filmographie tunisienne de deux décennies.
De 1972, date de son retour en Tunisie après de brillantes études à l'dhec de Paris, jusqu'au seuil des années 1990, elle sera la monteuse par excellence du cinéma tunisien le plus novateur de son époque.
La monteuse essentielle
du cinéma tunisien
Que seraient des films comme "Fatma 75" de Selma Baccar, "La Trace" de Nejia Ben Mabrouk ou "Layla ma raison" de Taieb Louhichi, sans la touche aisément reconnaissable de Moufida Tlatli ? Que serait le fameux "Asfour Stah" de Ferid Boughedir sans le doigté et la précision du montage de Moufida Tlatli
Beaucoup de films, désormais les classiques du cinéma tunisien, ont été sublimés par l'émotion que savait instiller Tlatli dans leur rythme et les images qui se succédaient dans une harmonie signifiante.
Il suffit de penser à "Sejnane" ou "Aziza" de Abdellatif Ben Ammar ou encore à "L'ombre de la Terre", le premier opus de Taieb Louhichi. La griffe de Moufida Tlatli est également remarquable dans "Traversées" de Mahmoud Ben Mahmoud, une autre première œuvre iconoclaste au service de laquelle notre artiste a mis son incomparable talent.
Car, au fond, Moufida Tlatli est celle qui aura fait vibrer les images, celle qui aura su mettre en cohérence, sans temps morts et avec la respiration de l'intime, toute une génération de films qui, sans elle, auraient été différents, peut-être inachevés esthétiquement.
Ce n'est pas un hasard si Naceur Khmir lui doit aussi le montage de son premier film "Les Baliseurs du désert". De fait, il fut une règle non écrite dans le cinéma tunisien, selon laquelle chaque primo-réalisateur rêvait de Moufida Tlatli au pupitre de montage. Elle seule, mieux que tout autre, dans l'enchevêtrement des rushes, savait faire jaillir le rythme d'une œuvre.
Deux chefs d'œuvre
du cinéma tunisien
C'est en 1994 que Moufida Tlatli se tournera naturellement et résolument vers la réalisation. Avec "Les Silences du palais", dont elle signe également le scénario, les dialogues et le montage, elle réalise un premier film d'une sensibilité savoureuse. Son personnage de Alia est une matrice puissante de la figure féminine dans le cinéma tunisien. La touche bergmanienne de ce film, les images finement ciselées, dans l'esprit du "Barry Lindon" du grand Kubrick, les atmosphères feutrées et oppressantes à la fois, ont valu à cette oeuvre, un retentissement planétaire. Un Tanit d'or à Carthage, une mention spéciale à Cannes et des distinctions nombreuses, ont ponctué la carrière de ce film-manifeste.
Moufida Tlatli confirmera son élan avec "La Saison des hommes" en 2000. Un bel accueil public et critique a accompagné ce film qui a pour singularité de ne pas avoir été monté par Tlatli elle-même. Les déchirements de Aïcha, personnage central, restituent la démarche amplement féministe (mais au sens impressionniste du terme c'est à dire dans l'art de plonger dans les reflets changeants d'une femme aux prises avec le monde) de Moufida Tlatli.
Depuis, après une éphémère nomination à la tête du ministère des Affaires culturelles, en 2011, au lendemain de la Révolution, Moufida Tlatli a très peu tourné, certainement beaucoup rêvé à la sarabande des images et cultivé son jardin.
Elle vient de nous quitter à l'âge 74 ans, laissant une trace vive dans les nombreux films arabes et africains qu'elle a montés, laissant aussi deux films qui n'ont pas encore fini de nous révéler à nous-mêmes.
La postérité lumineuse
d'une grande figure
Qu'elle repose en paix. Sa postérité prendra le relief de son immuable sourire et la forme de kilomètres de pellicule, d'images en perpétuel mouvement qui nous disent la Tunisie, ses saisons éternelles, ses silences fugaces, ses palais qui bruissent de secrets et ses hommes et ses femmes aux prises avec le réel, leurs inconscients et la volonté de vivre libres.
Je terminerai cet hommage sur une note plus personnelle, pour dire cette soirée de mars 2001, au cinéma Africa à Tunis. Moufida Tlatli m'avait alors confié la présentation de "La Saison des hommes" dont c'était l'avant-première.
J'avais alors dit et je le répète aujourd'hui, vingt ans après, qu'elle, Selma Baccar et Kalthoum Bornaz avaient balisé le parcours esthétique, professionnel et technique pour que la nouvelle génération de réalisatrices puisse s'en emparer.
Le cinéma de ces trois pionnières est là pour nous rappeler cette vérité et nous faire apprécier d'autant plus les oeuvres de Raja Amari, Nidhal Guiga ou Wided Zoghlami, pour ne citer qu'elles.
H.B


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.