La Manouba : Tebourba ensevelie par les déchets ménagers !    Tunisie – Syrie : Un arbitre mexicain au sifflet    NBA : les Rockets inarrêtables, Denver, Miami et les Clippers battus    Sghaier: On m'a interdit de se rendre en Italie    Najla Bouden présente son programme de réforme non-pas aux Tunisiens, mais aux diplomates    Twitter interdit le partage des photos et vidéos sans le consentement du propriétaire    Ben Mbarek: Kais Saied fait partie du problème et non de la solution    Jaouher Ben Mbarek: Le gouvernement actuel est illégitime    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 02 Décembre 2021 à 11H00    La Tunisie participe, à Oran, à la conférence sur la paix et la sécurité en Afrique    Grève de la SNCFT: Nous n'avons pas réclamé des augmentations salariales, assurent les employés    Tunisie – Accidents de la route: Plus de 900 décès recensés en 2021    France : Kadhafi tient peut-être sa vengeance posthume contre Sarkozy    Mövenpick Hotel du Lac Tunis célèbre Noël et les fêtes de fin d'année du 5 au 26 décembre 2021    Programme TV du jeudi 02 décembre    Taboubi : Bouden n'a aucun pouvoir de décision    Sidi Bouzid: Les diplômés chômeurs réclament l'activation de la loi n°38 [Vidéo]    Novembre 2021 : Peugeot leader du marché automobile français en VP    Walid Bel Hadj Amor : Najla Bouden a manifesté une réceptivité encourageante    NEWS: Msakni de retour à l'Etoile    En marge de la première sortie probante du Team Tunisie: Les vertus du pressing haut    Plus de déplacements entre les gouvernorats sans passeport vaccinal ?    La Mauritanie n'a pas fait le poids devant la Tunisie: Comme dans du beurre !    A l'occasion de son 60ème anniversaire: L'UBCI révèle sa nouvelle identité visuelle    Les saveurs d'Italie débarquent à Tunis: Partager la joie de vivre à travers la gastronomie    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Première de « Démo » de Moez Gdiri à l'Espace 77: Une œuvre grinçante    Coupe arabe FIFA 2021 :Tunisie, Chikhaoui et Maaloul blessés    Météo | Temps hivernal à partir de ce jeudi soir    Le nouveau variant Omicron inquiète l'OMS: Aucun cas enregistré en Tunisie    Le PDL en tête des intentions de vote, selon Emrhod Consulting    Kaïs Saïed – Ennahdha: L'ultime bras de fer ?    Entreprises publiques Nabil Abdellatif appelle l'Etat à se retirer des secteurs compétitifs    Moez Joudi: Même en cas de cession des entreprises publiques, il n'y aura pas d'acheteurs    Tunisie: 40 tonnes d'oxygène liquide octroyées par l'Arabie Saoudite    Coronavirus-USA : Vers l'annonce de nouvelles mesures    Tunisie - Kia Motors annonce le démarrage des "Kia Clinic Days Pre Winter"    JTC et JMC: Le ministère de la Santé organise des campagnes mobiles de vaccination contre le Covid-19    Maroc-Algérie : Des confidences terrifiantes sur la guerre qui se prépare à Alger    Par Abdelaziz Gatri : Rendez-nous notre capitale    Tunisair programme un vol de rapatriement depuis Casablanca    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    Aujourd'hui, ouverture de la 2e édition de « Vues sur les arts » à l'Agora : Enrichir le savoir cinématographique    La Fashion Week Tunisienne diffusée au Cinéma    Majdi Karbai appelle les médias à entendre les témoignages des jeunes récemment expulsés d'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A-t-on pensé à l'aggravation de la toxicomanie et des MST?
L'autre face de la médaille
Publié dans Le Temps le 03 - 07 - 2012

Subitex dont les prix ont chuté depuis la Révolution ; recrudescence de l'usage des drogues injectables :
la situation est déjà assez grave comme ça et avec ces mesures, la Tunisie deviendrait la plaque tournante de ces trafics
La simplification des procédures d'entrée, de séjour, de travail et d'investissement en Tunisie en faveur des ressortissants des autres pays maghrébins, préconisée , cette année, par les autorités tunisiennes, à l'occasion de la tenue du sommet maghrébin ,en octobre prochain, en Tunisie, pourrait aggraver davantage la situation déjà inquiétante en Tunisie en ce qui concerne la recrudescence du trafic et de la consommation de drogues et son corollaire direct la contamination par le SIDA, l'hépatite C , et les maladies sexuellement transmissibles, en général.
Au moment où cette initiative tunisienne, annoncée depuis janvier dernier, est relancée ces derniers jours, un pays maghrébin, en l'occurrence la Libye, plus attentif, aux problèmes signalés, a intensifié la lutte contre la présence des émigrés irréguliers sur le territoire libyen. Récemment, la police libyenne a arrêté un groupe de clandestins dont 30 étaient des toxicomanes et portaient soit le virus du SIDA (VIH), soit celui de l'hépatite C(VHC).On connaît la corrélation étroite entre la consommation de la drogue et l'affection du SIDA.
A vrai dire, contrairement à ce que l'on pourrait penser, la Libye qui a été, depuis longtemps, un pays d'accueil pour les émigrés étrangers de toutes les nationalités, notamment africains, a vu sa situation s'aggraver, au fil des ans, en ce qui concerne la recrudescence de la toxicomanie et la propagation des maladies sexuellement transmissibles comme le SIDA. Le phénomène de séroprévalence au virus du SIDA (VIH) parmi la population en Libye est estimé à 22%, contre 7% en Egypte. D'après les chiffres officiels qui restent à actualiser, la Tunisie paraît être, jusqu'à présent, un des pays les moins touchés dans le monde par le SIDA (quelque 1500 cas de sidéens en Tunisie).
Or, depuis la Révolution du 14 janvier 2011 en Tunisie, suivie de très près par l'insurrection libyenne, le 17 février 2011, l'ouverture des frontières tuniso libyennes et tuniso algériennes a favorisé l'accroissement du trafic de drogues et des stupéfiants entre ces trois pays maghrébins, entraînant, en Tunisie plus particulièrement, une augmentation de l'offre de drogues dans les circuits de distribution, suivie d'une chute des prix, et par voie de conséquence, une augmentation de la demande et de la consommation. D'autant que la toxicomanie a tendance à toucher toutes les classes mais principalement les jeunes, y compris les femmes (13% des toxicomanes en Tunisie).
Selon des spécialistes tunisiens informés de la situation, le prix d'un comprimé de Subitex, stupéfiant très utilisé par les drogués en Tunisie, a chuté de 70% après la Révolution du 14 janvier. Le comprimé de Subitex comprenant huit doses qui était vendu, avant la Révolution, à 80 dinars et atteignait même 200 dinars, au cours du mois de Ramadan, a vu son prix chuter à environ 30 dinars, soit entre 3 et 4 dinars la dose. La cigarette de cannabis est vendue à un dinar seulement.
Dangers réels
Mais, le plus grave , d'après ces mêmes spécialistes, il existe, en Tunisie, 10 mille toxicomanes qui usent des drogues injectables intraveineuses, et appelés justement « usagers de drogues injectables » (UDI) dont 39% portent le virus du SIDA (VIH) et 29% l'hépatite C. L'utilisation des mêmes seringues pour se droguer favorise la contamination par le virus du SIDA, outre la transmission de cette affection par voie sexuelle lors de rapports sexuels non protégés. Les professionnels du sexe qu'ils soient des hommes ou des femmes (prostituées) sont des vecteurs importants de contamination.
Or, la prostitution, en Tunisie, a pris de l'ampleur, également.
En février 2012, le bureau national des stupéfiants a lancé un cri d'alarme face à la recrudescence du trafic et de la consommation de la drogue en Tunisie. Dernièrement, le ministre de la Santé publique a admis qu'il y a une sous estimation de la consommation de la drogue en Tunisie, c'est-à-dire que la situation est plus grave que ne reflètent les chiffres officiels.
Selon les rapports de presse, l'Algérie et le Maroc connaîssent des problèmes similaires, sans compter la recrudescence du crime organisé transfrontalier dans la région maghrébine, et de la contrebande d'armes, outre les menaces d'aventurisme guerrier, communément appelé « terrorisme ».
Les organisations impliquées dans ces types de criminalité recrutent, souvent, leurs membres parmi les chômeurs et jeunes demandeurs d'emploi, ayant les dispositions voulues et le profil recherché, et qui forment, partout, le gros des groupes migrants.
La liberté de circulation est appréciable, certes, mais les nouvelles conditions signalées exigent sa réglementation en conséquence, sous des formes qui respectent, à la fois, la liberté individuelle et l'intérêt général.
A vrai dire, toutes ces nouvelles initiatives constituent des réactivations d'anciens accords maghrébins bilatéraux et multilatéraux, dont la convention tuniso-marocaine de libre circulation qui remonte à 1961, appliquée par le Maroc, depuis sa signature, mais « gelée » en Tunisie.
Il existerait déjà, en Tunisie, quelque 20 mille Marocains en situation irrégulière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.