Tunisie : L'ISIE n'hésitera pas à poursuivre ceux qui diffament ses agents et cadres    Récap' Explosion au domicile de Charfeddine, Kaïs Saïed se rend au chevet de son épouse    Tunisie : L'UGTT rend hommage à l'artiste Marcel Khalifé    Tunisie-Bizerte : Un incendie déclaré dans une ferme à Mateur a été maitrisé    Coupe de Tunisie : Tirage au sort complet de l'édition 2021-2022    Tunisie [VIDEO] : Les prix des fourrages et la situation des agriculteurs, au cœur d'une rencontre entre Saied et Bouden    Incendie au siège de la CNAM : Les archives et dossiers des assurés sociaux n'ont pas été endommagés    Play-offs Ligue 1 Pro : Sur quelles chaînes suivre les matches de la J05 ?    Festival du film de Yasmine Hammamet-Laajimi : "La projection des films n'est pas commerciale"    Tunisie – La banlieue nord de Tunis privée d'eau pendant 36 heures    Chute record des titres tunisiens de dette extérieure à la Bourse de Francfort    Affaire Belgacem - Le juge interdit la diffusion de tout contenu pouvant porter atteinte à la dignité de la femme    Tunisie – Le pays du soleil vit dans la peur du noir !    Najet Brahmi Zouaoui, titulaire de la Chaire ALECSO pour l'arbitrage commercial international    Tunisie – Embellie du marché de l'emploi    France : Le "CDD intérim" de Premier ministre n'intéresse personne, sauf elle…    Ghannouchi : J'ai commis une seule erreur...la voilà    Tunisie Télécom fait son cinéma à Gabès    Annulation de la hausse des prix des fourrages    Urgent : le ministère de l'Intérieur donne les causes de l'explosion dans la maison de Charfeddine    Tunisie : Bus coincé dans un tunnel : le conducteur limogé ?    Sidi Bouzid: Les habitants bloquent la route pour réclamer l'approvisionnement en eau potable    Explosion au domicile de Taoufik Charfeddine : les précisions du ministère de l'Intérieur    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    INS : légère baisse de 0.1% du taux de chômage    Musée du Bardo (2012-2022) : la décennie de tous les malheurs    Roland Garros : Prize money et programme TV de l'édition 2022    Le secteur français de l'hôtellerie-restauration cherche des saisonniers en Tunisie    Ukraine: Trois hommes d'affaires tunisiens face à la guerre    La Tunisie menacée d'obscurité !    Ons Jabeur grimpe à la 6ème place mondiale, après 2 finales aux tournois de Rome & Madrid    Le 1er Marathon GAT Assurances à Oudhna en photos    Tunisie – météo : hausse de températures et sirocco au sud    Le HUAWEI nova 9 SE doté d'une caméra de 108 MP disponible en Tunisie dès le 17 mai    Lancement du PREMIER MEDIA FEMINISTE de la MEDITERRANEE    Sami Ben Slama: Il n'est pas accepté d'organiser un référendum dans ces conditions    Bassem Loukil s'apprête à lancer Exeed en Tunisie    Les indiscrétions d'Elyssa    Sfax: Festival de l'amandier par l'APPAD et la Maison Gourmandise du 20 au 22 mai 2022    Une lourde défaite face au CSS : Le CA à genoux !    EXPATRIES | Laïdouni remporte le doublé    Le CSS des grands jours : Une équipe de choc et de charme    Brahim Bouderbala : L'opposition n'a qu'à mobiliser les électeurs afin de voter contre la proposition de révision de la Constitution    Agression policière lors des Obsèques de Shirin Abou Akleh: Le visage hideux des sionistes    Corée du Nord-Covid : 42 décès en 3 jours et toujours zéro vacciné…    Mes odyssées en Méditerranée | Sicile-Tunisie, un jumelage méditerranéen: Entre hier et aujourd'hui...    USA : énième tuerie raciste, 10 morts à New York    «Poétiques arabes», recueil de textes de Taoufik Baccar : L'élégance de l'analyse et de l'écriture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Buenos Aires avec ses joies et ses peines
Entretien avec le photographe argentin, Facundo de Zuviria
Publié dans Le Temps le 30 - 05 - 2013

Sous l'égide de l'ambassade d'Argentine en Tunisie, a eu lieu le vernissage de l'exposition photographique «Buenos Aires», le 18 mai 2013 qui se poursuivra jusqu'à la fin du mois à la galerie municipale Hédi Turki, Sidi Bou Said.
Soixante et onze photos prises dans plusieurs endroits de la capitale Buenos Aires, nous invitent à découvrir la beauté de cette ville sud américaine où se consument la joie et la peine aux essences indéfinissables. Le photographe Facundo de Zuviria a à son actif maintes expositions en Amérique Latine et en Europe. Il a collaboré avec divers journaux et magazines argentins et internationaux. Entre 1989 et 1991, il a dirigé dans la fondation «Antorchas»le projet de récupération et de sauvegarde du patrimoine photographique de l'Argentine aboutissant à la création d'une photothèque nationale. Il s'intéresse de plus en plus à la photographie d'architecture et d'intérieur.Le regard du photographe capte un moment bien précis de la réalité puis le module par son appareil photo qui le fige pour toujours dans l'intemporalité de l'œuvre d'art. Il projette le spectateur dans un effet de flash-back à travers le noir et blanc des constructions, des objets fétiches et des visages photographiés à l'improviste, sans méditation car l'imprévu et l'impensé, semble-t-il, est ce qui attire le plus l'attention de l'artiste.
Le temps : Toutes vos photos sont centrées sur le paysage urbain, pourquoi cet intérêt pour le milieu citadin ?
Facundo de Zuviria : depuis que j'ai commencé ce métier, c'est la ville qui me tient à cœur parce que c'est là où les grands enjeux pourraient avoir lieu. Je veux dire, toutes les contradictions qui intéressent l'artiste que je suis.
*Cette contradiction est nettement mise en valeur par la prise en photos des lieux dits chics et d'autres populaires ?
-Tout à fait, c'est la ville de Buenos Aires qui offre cette diversité architecturale. Les façades des anciennes Eglises à la gothique, des palais et des ports font partie d'une esthétique urbaine propre à cette ville et son histoire que j'ai essayé de photographier entre 1980 et 2006, à ma façon à moi.
*Cette remontée dans le temps est-elle la raison pour laquelle vous avez opté pour le noir et blanc ?
-Oui, j'ai une prédilection pour le noir et blanc car le langage photographique met en relief les formes et définit la géométrie de leur espace grâce à ces couleurs qui figurent aussi de l'irréel. De même que, ces deux couleurs font baigner l'image dans une atmosphère cinématographique en insistant surtout sur le jeu des reflets à travers les vitres des fenêtres et les miroirs des boutiques photographiées.
*Les titres donnés à plusieurs photos comme ''Attente dans le portique, Eglise San Telmo, 1988''et‘'La Place de Mai, 1995'' témoignent de cette tendance à ‘'historiser'' les deux facettes de Buenos Aires : l'urbaine et la populaire !
-En fait, je ne peux pas nier une tendance à enregistrer, voire figer le lieu ou l'objet photographiés sans toutefois avoir vraiment l'intention d'un travail documentaire. Car ce figement est une manière de conserver la mémoire collective telle quelle sans modification ni retouche. Je parcours les grands quartiers de la capitale non pas à la quête de quelque chose à photographier mais à la recherche d'une inspiration. C'est surtout dans ‘'Villa Soldati'',le quartier populaire le plus connu à Buenos Aires que je me retrouve artistiquement le plus à l'aise.
*Effectivement, j'ai remarqué plusieurs photos prises dans ce quartier dont l'une s'intitule ''La porte et l'ombre, quartier de Villa Soldati, 1984''. L'ombre de l'arbre reflété sur le mur gratté d'une vieille maison dont la porte est également vieillotte, rappelle nos vieilles maisons. Un tel parallélisme est-il possible quoique l'architecture sud américaine soit différente de l'arabe ?
- Bien entendu, l'architecture de l'Amérique Latine est différente de l'arabe, j'ai remarqué en visitant les ruelles de la médina de Tunis et les quartiers populaires ; une partielle ressemblance entre quelques maisons dont l'architecture est ancienne et les nôtres. Mais ce qui m'a impressionné dans les villes que j'ai visitées à part la médina, comme Tozeur et Kairouan, les ruelles et les détours car chez nous, la rue est bâtie tout droit, s'étalant sur plusieurs kilomètres sans qu'il y ait de tournant. J'ai vu cela aussi au Maroc et en Egypte. Il m'est important de signaler que ce qu'il y a de plus remarquable à mes yeux ici pour un artiste est la lumière, elle est forte et intense.
Présent et passé rebasculent par l'intermédiaire de la sensation photographique, révélant une appartenance à une ville représentée en miniature dans cette exposition. Pas d'étanchéité entre les différents décors urbains dont les formes linéaires et discontinues des édifices, est un voyage dans le labyrinthe architectural de Buenos Aires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.