Nouvelles mesures: Qalb Tounes craint une dictature    Le parti des travailleurs appelle à la résistance face à la dictature de Saïed    Mongi Rahoui: La confiance est là, tout le reste n'est que détail    Le programme d'incubation et d'accompagnement « Afkar » célèbre les entrepreneurs lauréats du programme « Diaspora For Development »    JO d'hiver 2022 – Pandémie : la flamme olympique allumée à huis clos    Les quartiers huppés de l'Ariana privés d'eau potable    Imed Dghij appelle à manifester devant le palais de Carthage    Tunisie- Daily brief du 23 septembre 2021: La présidence de la République annonce de nouvelles mesures    Fédération camerounaise de football : Samuel Eto'o dépose sa candidature    Quatre partis créent le Front démocratique    Opportunités : Une trentaine d'entreprises tunisiennes à EXPOLIVA'2021    Dernière minute-Coronavirus: 7 décès et 683 nouvelles contaminations, Bilan du 21 septembre 2021    La FMDM décerne un doctorat honorifique à une étudiante décédée du Covid-19    Officiel – Le texte intégral du décret présidentiel N° n° 2021-117 du 22 septembre 2021, relatif aux mesures exceptionnelles    Bourse de Tunisie : 2ème séance consécutive dans le rouge pour le Tunindex    Les nouvelles mesures exceptionnelles annoncées par Kaïs Saïed    FTAV: Le tourisme intérieur a sauvé la saison    Rentrée 2021-2022: Optimisez votre travail collaboratif grâce au vidéoprojecteur Epson EB-735FI    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Journées du Québec en Tunisie: 438 postes proposés par des entreprises canadiennes    Lyon OL vs Troyes : Liens streaming pour regarder le match    Ligue 1 : programme du tournoi barrage    La Tunisie devient membre de la Fédération internationale de hockey sur glace    Enseignement supérieur privé / Paramédical : Pas d'équivalence pour les bacheliers non scientifiques    Metz – PSG : Où regarder le match du 22 septembre de ligue 1    Les droits de douane ne dépassent pas 2,3% de la valeur des importations    Al Karama appelle ses partisans à protester contre la comparution des civils devant les tribunaux militaires    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Monaco – Saint-Etienne: où regarder le match du 22 septembre    Classement des 500 meilleures chansons de tous les temps (top 5 en vidéos)    Bilan Covid-19 : 1013 nouveaux cas et 15 décès    Réunion sur la gestion des 50 MDT destinés à l'entretien des écoles    Le projet tuniso-italien "EVE" été présenté à Nabeul    Des secrétaires généraux de partis à la "Rue Mohamed Ali" pour chercher soutien    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 22 Septembre 2021 à 11H00    Congrès mondial des écrivains de langue française les 25 à 26 septembre à Tunis (Programme)    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Le photographe tunisien Habib Hmima n'est plus    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dangereuse recrudescence du travail des mineurs
Exploitation des enfants
Publié dans Le Temps le 17 - 10 - 2013

« En Tunisie, 3 % des personnes âgées entre 5 et 14 ans sont engagées dans le travail des enfants ». Ce constat est confirmé encore une fois par les travaux de recherche et les enquêtes menés dans ce sens.
Pis encore. Les chiffres augmentent d'une année à l'autre. Le taux de cette tranche d'âge qui se trouve dans l'obligation d'exercer un métier à un âge précoce était de l'ordre de 2,1 % selon l'Enquête par Grappes à Indicateurs Multiples (MICS2). Comme de coutume, ce sont les zones rurales qui sont les plus touchées par ce phénomène inquiétant pour dépasser même les chiffres affichés à l'échelle nationale. Interdit par les conventions internationales et la loi tunisienne, le travail des mineurs est encore pratiqué dans notre pays même dans les grandes villes. Interdit par les textes de loi, le travail des enfants en Tunisie remonte à des décennies en arrière. Les statistiques rendues publiques au fil du temps prouvent que le problème va crescendo et touche de plus en plus les petits aussi bien dans le milieu urbain que celui rural, avec toujours un décalage entre les deux zones. En fait, les résultats de la MICS4 récemment publiés démontrent que la proportion des enfants originaires des zones reculées du pays est plus élevée que celle concernant les grandes villes. 5 % de la tranche d'âge 5-14 ans exercent un métier dans le milieu rural contre 2 % seulement dans la ville. Ce phénomène qui gangrène et détruit à la fois morphologiquement cette tranche d'âge a certes des répercussions sur notre capital humain confronté à des défis majeurs en termes de compétitivité et de performance. Au lieu d'être dans une école ou dans un centre de prise en charge, une bonne partie des enfants qui ne dépassent pas les 11 ans passent au moins une heure de travail rémunéré ou 28 heures de travaux ménagers par semaine. Les corvées sont plus dures pour ceux qui dépassent à peine les 12-14 ans. Ces derniers passent au moins 14 heures de travail rémunéré ou 28 heures de travaux ménagers par semaine.
Travail des jeunes filles
Le phénomène ne date pas d'aujourd'hui. Le travail des jeunes filles dans les maisons remonte à des décennies en arrière contre un silence radio corroboré par l'Etat lequel ne manifeste aucune volonté à appliquer les lois et les conventions ratifiées dans ce sens. En 2007, l'UNICEF a présenté un chiffre alarmant pour parler pratiquement de 40000 employées de maison en Tunisie. Une étude menée auprès de 99 employées de maison il y a quatre ans a montré quant à elle que l'âge moyen à la première activité dans ce domaine était à 14 ans dans 30 % des cas et de 15-19 ans dans plus de la moitié des cas.
Exploitation
Cet état des lieux est inquiétant voire désolant, car ces enfants sont les plus souvent livrés à eux-mêmes et font l'objet de toutes les formes d'exploitation aussi bien dans les zones rurales que dans les zones urbaines telles que le Grand-Tunis, où l'on voit tous les jours des jeunes garçons et des filles qui vendent des mouchoirs, des gadgets, des fleurs ou nettoient les vitres des voitures contre quelques centaines de millimes. Ces derniers sont exposés à de grands même très grands dangers sur leur santé physique et psychique. Ils risquent tous les jours des accidents, des blessures sans pour autant oublier qu'ils sont confrontés à la délinquance et à la marginalisation, en plus de l'abus et de harcèlement sexuel. Il est clair que nos enfants font l'objet d'exploitation économique laquelle se définit comme étant l'exposition de ces derniers à la mendicité ou leur emploi dans des conditions contraires à la loi ou le fait de les charger d'un travail susceptible de les priver de leur scolarité ou qui nuit à leur santé ou à leur intégralité physique ou morale. Malheureusement, rien n'est entrepris pour extirper ces petites créatures de cette situation précaire aux conséquences lourdes à court, moyen et long termes. Rien n'est fait convenablement pour préserver notre capital humain. Au contraire, on ne fait que marginaliser davantage cette population victime des accidents de la vie, tels que la perte d'un père ou de la pauvreté et la de violence familiale. Après la Révolution il est devenu très récurent de voir ces petites créatures dans la rue à des heures tardives le soir en train de convaincre les automobilistes à acheter leurs marchandises. Cela se passe malheureusement au vu et su des responsables au pouvoir lesquels ne bougent pas d'un cran pour arrêter ce fléau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.