Club Africain : La section de football renforcée    Peugeot dévoile sa nouvelle identité visuelle    Covid-19 | 164 cas confirmés d'infection en milieu scolaire du 23 au 28 février 2021    Tunisie – Coronavirus : Suspicion d'apparition d'une nouvelle souche à Kasserine    Les cinq piliers de la BERD en faveur des entreprises tunisiennes pour exporter    Tunisie: La tomate séchée, un produit traditionnel remis au goût du jour (Album photos)    Le CMF recourt à la justice pour sommer Tunisair de publier ses états financiers    Belgacem Tayaa, de nouveau administrateur délégué de Tunisair    Lancement bientôt de la campagne nationale « Tunisie sans déchets »    Ali Kooli : nous avons échappé à une notation plus sévère    Nouvelles révélations choquantes autour de la réception des vaccins    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 02 MARS 2021 à 11H00    Yassine Ayari : Kais Saied n'est pas un Dieu    Abir Moussi à Béja cette semaine    Comment sortir de la crise économique selon l'Union Tunisienne des Professions Libérales    Concert Mozart par les musiciens et les choristes du Carthage Symphony Orchestra le 13 mars    Ooredoo Tunisie lance le bouquet OSN Streaming App    Badreddine Gammoudi : D'autres parties ont reçu des vaccins et des hauts cadres ont été vaccinés !    OMS : Il est prématuré et irréaliste de penser vaincre le Covid-19 d'ici la fin de l'année    CONDOLEANCES    Audition des membres du gouvernement : Sur fond d'instabilité généralisée    Programme TV du mardi 02 mars    Les nouvelles dates du festival Gabès Cinéma Fen 2021    Championnat d'Espagne (25e journée) : Résultats complets    Grève des jeunes médecins : Des revendications sans réponse    Contrepoint | Inégalités...    Mini-foot | Super league Elite ( 6e journée ) : Arriadh toujours imbattable    Ligue 2 | 5e journée ­- Groupes 3 et 4 : L'ES Djerba, solide leader    News | Adel Chedli rejoint Willy Sagnol    Une nouvelle approche de la recherche scientifique en Tunisie : les recherches terrain    Tunisie [Audio]: Un député d'Ennahdha dément que Rached Ghannouchi ait reçu un vaccin du coronavirus    Tunisie-FTH: Les professionnels du tourisme demandent au gouvernement de mettre fin à la politique de deux poids deux mesures    Ligue 1 : programme de la 15e journée et les arbitres    Météo | Pluies éparses dans quelques regions et températures stables    Tunisie – Deux ambassades ont été autorisées à ramener des doses de vaccin    Les dirigeants ont oublié qu'ils ont des comptes à rendre    Sadok Jabnoun compare le scandale des vaccins au Watergate    Sami Lajmi va tenter d'organiser des spectacles gratuits    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    "Je découvre mon pays" un projet culturel ambitieux en Tunisie soutenu par le programme "Tfanen"    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ironie pour dénoncer la tyrannie
Aux Editions Jugurtha International: « Littérature animalière chez les Arabes : narration et argumentation » de Samia Dridi Hosni
Publié dans Le Temps le 19 - 10 - 2013

Certes, l'animal a depuis l'antiquité fait l'objet de contes, de fables et d'épopées, comme nous le montrent les mythes et les légendes des peuples anciens. Les Arabes ont ainsi exploité l'animal dans leur littérature et leur poésie avant même l'avènement de l'Islam. De même, la citation d'animaux est fréquente dans le Coran. Les travaux d'écrivains arabes sur ce genre de littérature trouvent leurs traces dans les Fables de la Fontaine qui puisa certaines de ses fables dans le livre d'Ibn Mouqafaâ et dans d'autres récits plus anciens.
Le cheval, le chameau, le lion sont les objets des descriptions des poètes arabes de l'ère antéislamique à travers lesquelles, ils véhiculent des valeurs universelles : le courage, la fidélité, le dévouement, l'héroïsme, l'amour, la gloire… Cependant, les sources fondamentales de cette littérature animalière des Arabes demeurent la Perse, l'Inde et sans doute la pensée de l'antiquité grecque.
Dans ce livre de Samia Dridi Hosni, paru aux Editions Jugurtha international, il s'agit d'une étude de la littérature animalière arabe, un genre littéraire où les personnages sont de la race animale, qui s'est développé à travers des siècles avec les poètes arabes de l'ère antéislamique pour se manifester davantage durant les siècles qui suivront. L'étude porte sur les procédés narratifs et les approches argumentatives dans les différents textes choisis par l'auteur. En effet, le lecteur trouvera dans ce livre une étude consacrée à quatre œuvres captivantes d'écrivains arabes écrites au cours d'époques différentes où les personnages sont exprimés en animaux, qui se comportent et agissent comme des humains, ayant leurs genres de vie, leurs secrets, leurs relations, leurs idées, leurs ruses, leurs stratégies et leurs intrigues… Ces quatre ouvrages sont : « Kalila wa Dimna » d'Ibn El Mouqaffaâ, « Ennimrou w Thaâlabou » de Sahl Ibn Haroun, « Assahil wa Echahij » d'Al Maârri et « Fakihatou El Houkama wa Mofakahato al dhourafa » d'Ibn Arbacha. Ces livres se distinguent par leurs récits vivants, où la narration des faits est claire, détaillée, attrayante et agréable et qui font une large place au discours et au dialogue, souvent sous forme d'argumentation, témoignant ainsi d'une grande précision dans l'observation, non sans une pointe d'ironie ou un soupçon de satire, mettant en cause les mœurs de la société et de la classe politique de l'époque. Souvent même, les situations sont prises avec philosophie et relèvent d'un esprit critique et d'une pensée politique. Pleines de moralités et de préceptes, ces histoires d'animaux s'adressent ainsi aux humains, à leur intelligence et à leur faculté de jugement, sans compter le goût d'évasion ou de rêverie qu'elles leur procurent. « Je me sers d'animaux pour distraire les hommes », dira Jean de la Fontaine, quelques siècles plus tard.
Vers 750, Abdullah Ibn al-Muqaffa traduit en arabe un livre d'origine indienne (Inde) qu'il intitule Kalîla wa Dimna où il transpose les récits originaux dans un contexte arabe. Les fables y sont insérées dans un récit continu où les deux chacals — Calila et Dimna— sont les principaux protagonistes. Rappelons que ce livre a eu un succès considérable dans la littérature arabe durant tous les siècles qui ont suivi sa parution et peut-être jusqu'à ce jour. Le deuxième livre étudié, c'est celui du poète et écrivain arabe du 9è siècle, Sahl Ibn Haroun, dont très peu d'ouvrages ont survécu. Il s'agit de sa fameuse fable animalière « La Panthère et le Renard » où le didactique et le politique se taillent la part du lion. Le troisième est celui d'Abou Al Ala Al Maârri, « Assahil wa Achahij », (le cheval et le mulet), un conte, à portée politique, mettant en scène des animaux. Les antagonistes se livrent à un dialogue vif et très animé, comme dans une scène de théâtre où la discussion, appuyée d'arguments favorables ou défavorables, prend des proportions de plus en plus brûlantes. Le conte comporte d'autres personnages, comme le chameau, le renard et le pigeon. Enfin, l'auteur s'attache à l'étude du quatrième livre intitulé « Fakihatou El Houkama wa Mofakahato al dhourafa » d'Ibn Arbacha, de son vrai nom Ahmed Ben Mohamed Ben Abdallah Damechki. Il s'agit d'un recueil de contes (95 contes), inspirés de la situation politique au 15è siècle, qui mettent en scène des animaux auxquels l'auteur attribue des caractères humains aussi bien dans le comportement que dans la pensée et la parole. Les récits s'adressent aux politiciens et aux gouverneurs, ceux qui détiennent le pouvoir pour les éclairer et les conseiller à travers les contes d'animaux.
Samia Dridi Hosni adopte une démarche identique quant à l'analyse des quatre œuvres. Elle présente d'abord un bref aperçu biographique de l'auteur, ensuite le contexte socio-historique dans lequel son livre est écrit et enfin une présentation plus ou moins détaillée du livre en question (ses parties, sa structure narrative, les techniques stylistiques, les intentions de l'auteur…). Une partie à la fin du livre est destinée à un commentaire des différentes techniques de l'argumentation dans l'ouvrage « Assahil wa Echahij » d'Abou Al Ala Al Maârri et des procédés d'écriture puisés dans le texte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.