Tunisie – VIDEO : Youssef Chahed chargé par Saïed de diriger le gouvernement provisoire    Une chose qui se tient droite dans le pays, l'écriture de Kaïs Saïed    Tunisie-Libye : entrée gratuite pour les Tunisiens    Le PNUD offre à tous les députés du Parlement une « Tablette » pour son usage parlementaire uniquement    Des mesures urgentes pour faire face à la crise économique en Tunisie    Qui est Habib Jemli, nouveau chef du gouvernement proposé ?    Le PIB augmente de 1% au troisième trimestre 2019    Ben Salem : le futur chef du gouvernement ne vient pas d'Ennahdha    En photos : La célèbre enseigne turque KARACA arrive en Tunisie !    143 enfants ont quitté l'école à Sidi Bouzid    Les rencontres 2019 franco-tunisiennes des céréales    Tunisie- La SONEDE annonce des perturbations dans l'approvisionnement en eau dans ces régions    La Tunisie réaffirme son soutien à la juste cause palestinienne    Prochainement, OPPO dévoilera sa série Reno2 sur le marché Tunisien    H&M OUVRE SON PREMIER MAGASIN EN TUNISIE LE 29 NOVEMBRE AU CENTRE COMMERCIAL TUNIS CITY    Pour dénoncer les mauvaises conditions, des élèves bloquent un bus scolaire    Tunisie: Déficit de 1344,5 de la balance alimentaire durant le mois d'octobre 2019    Le Président de la République reçoit une délégation de la Société civile de Gafsa concernant la reprise de la production du phosphate    Khaled Babbou, président de Rugby Afrique : Le système de compétition de l'Africa Cup 2020 entièrement révisé afin d'accroître l'intérêt de la compétition    CAN-2021 (Qualifications) 1re journée : Résultats partiels    Le nom du nouveau Chef du Gouvernement sera remis ce vendredi au Président de la République par le Président du parti Ennahdha Rached Ghannouchi    CAN 2021 (Elim. 1re J): formation probable de la Tunisie contre la Libye    Allocution du Président du Parlement prononcée à l'issue de la plénière extraordinaire    Ligue des champions – 1ère journée : Etoile du Sahel-Al Ahly le 29 novembre    TOUS EN BASKETS … CONTRE LE DIABÈTE    Des kalachnikov et des munitions saisis à bord d'une voiture libyenne    Ennahdha annonce aujourd'hui le nom du chef du gouvernement    Football : Programme des plus importants matchs de ce vendredi 15 novembre    Météo: Prévisions pour vendredi 15 novembre 2019    Tunisie-Libye : les Aigles de Carthage pour bien entamer les éliminatoires de la CAN    Les exposants de Décoration à EL Vitrina Sfax – Novembre 2019    Les exposants de la beauté et accessoires à EL Vitrina Sfax – Novembre 2019    Le flan droit de la magnifique corniche de Bizerte, attaqué et abîmé de nouveau par la mer    Rendez-vous avec la première du spectacle « Sûkûn » de Noômen Hamda, dernière création du Théâtre National Tunisien au Le 4ème Art !    Pour Zine El Abidine c'est sa première et son ultime qualité...    Airbus présentera le « Futur de l'aviation » au Salon aéronautique de « Dubaï Airshow 2019 »    Kais Saïed invité par le président turc Recep Tayyip Erdoğan à se rendre en Turquie    A Gafsa, des munitions pour mitrailleuse VAL saisies    Les cours s'arrêtent dans d'autres gouvernorats : Voir liste    Soutenons Aya Bouteraa, la Tunisienne finaliste de l'Arab Reading Challenge (vidéos)    La lettre poignante du fils de Chiraz Laatri : J'accuse    Palestine: Israël annonce l'assassinat d'un dirigeant du Jihad islamique à Gaza    Par Abdelaziz Gatri : Chassés de Raqqa et Dir Ezzour, « nos enfants » sont de retour    Crash d'un petit avion à la Soukra : Décès du pilote !    Aujourd'hui, c'est la journée internationale des célibataires    Fête du Mouled 2019 : Quelque 12298 activités au programme en Tunisie    Exposition SHIFT, à mi-chemin entre bandes dessinées et récits de vie du 8 au 18 novembre à Central Tunis    Affaire Cactus Prod et Prod Caméléon: Le Contentieux de l'Etat saisit la Justice    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Analyse de l'Expert
Publié dans L'expert le 21 - 04 - 2009

La crise financière mondiale a pris tous les décideurs et les gouvernements au dépourvu. On ne s'attendait pas à une telle ampleur et une « contamination » aussi importante de l'économie réelle.
Dans un regain d'interventionnisme étatique, laissé depuis longtemps, tous les gouvernements ont décidé de mettre la main dans la poche pour aider une économie qui risque de s'effondrer. Plusieurs milliards de dollars ont été débloqués d'urgence pour venir en aide aux banques défaillantes, et pour absorber les titres toxiques qui circulent sur le marché. L'objectif étant de maintenir la confiance dans le système. Vient ensuite le tour de l'économie réelle, avec des secteurs qui ont été largement touché tel que le secteur automobile ou l'immobilier. Des aides, et des crédits ont été aussi débloqués pour limiter les plans de licenciement et les annonces de faillites, ainsi que les manifestations dans la rue. Après des mois et des milliards, qu'en est il de la situation de l'économie mondiale ? Les plans de relance ont il porté leurs fruits ? Que faut il encore faire ? Analyse de l'Expert.

Des milliards comme de la pluie :
En entendant les sommes astronomiques, contenues dans les plans de relance économique annoncés par les différents pays développés, on se demandait : mais ou était caché cet argent ? Pourquoi on n'a pas vu le 1/100 de ces sommes en cas de catastrophes naturelles, de famines, d'inondations, de lutte contre la pauvreté,…..L'argent n'a pas de morale. On ne peut pas s'empêcher de poser la question suivante : ou est passé l'argent perdu ? L'ampleur de la crise financière et économique mondiale était aussi important, que les états étaient obligés à augmenter considérablement leur déficits pour venir en aide au système. Le chiffre global des différents plans de relance s'élève à 2800 milliards de dollars.
Pour rapprocher l'image, ce montant équivaut à 72 fois le PIB de la Tunisie au prix courant en 2008, et 215 fois le budget de la Tunisie durant la même année.
Voici les principaux plans de relance présentés par les pays développés au cours des 7 derniers mois :
La Russie : Les mesures prises par le gouvernement russe ont concerné la consommation et l'investissement et ont été consacré au secteur de la construction, aux aides régionales et aux indemnisations chômage, pour un montant total de 19 milliards de dollars, soit 1,08% du PIB russe. Selon des déclarations officielles, les dépenses de la Russie face à la crise, en incluant les aides aux banques, ont atteint 200 milliards de dollars.
Le Royaume-Uni : Le Royaume-Uni a privilégié la relance de la consommation plutôt que l'investissement. Ainsi, sur les 21,5 milliards d'euros, 19 milliards sont consacrés à la consommation et 2,5 milliards à l'investissement. L'une des mesures importantes prises par le gouvernement britannique est sans doute la baisse de la TVA, de 17,5% à 15%.
La France : Le plan de relance français a quant à lui coûté 26 milliards d'euros, répartis comme suit : 11,5 milliards d'euros de remboursements anticipés aux entreprises, 10,5 milliards d'euros consacré à différents programmes d'infrastructures publiques. Rappelons que le gouvernement français a aussi annoncé la création d'un fonds d'investissement de 20 milliards d'euros.
L'Italie : Le plan de relance italien était réparti sur plusieurs compartiments et selon la conjoncture. Au tout début de la crise, le gouvernement a débloqué 5 milliards d'euros destinés aux familles et aux entreprises, et puis 2 milliards d'euros au soutien du secteur automobile, 9 milliards pour l'indemnisation des chômeurs et 17,8 milliards consacrés au financement de grands travaux.
L'Espagne : L'Espagne a réalisé deux plans de relance : Un premier de 18 milliards d'euros, un second de 11 milliards, soit un total de 29 milliards d'euros soit 2,52% d'un PIB 2008.
L'Allemagne : Le coût global du plan de relance allemand est évalué à 81 milliards d'euros. On compte dans ce plan 18 milliards de baisses d'impôts pour les particuliers et pour les entreprises, 17 milliards d'euros pour des investissements d'infrastructure ainsi que diverses aides à la consommation comme une prime à la casse et une prime aux familles.
Les Etats-Unis : On compte deux plans de relance l'un de 152 milliards de dollars (appelé plan Paulson) sous l'ère Bush, et un autre de 787 milliards de dollars sous l'ère Obama. Le Total s'élève à 939 milliards de dollars. Le plan Obama comprend 500 milliards de dollars de dépenses et 287 milliards d'allègements fiscaux.
Le Japon : Le total du plan de relance japonais s'est élevé à 524 milliards de dollars débloqués en plusieurs phases : 18 milliards de dollars comme premier plan, 273 milliards en Octobre et 233 milliards de dollars en Décembre dernier.
La Chine: Le plan de relance chinois était le plus important de la zone asiatique, et a atteint 586 milliards de dollars, soit 13,88 % de son PIB. Les sommes débloqués ont été destinées à la relance de la demande intérieure, aux investissements dans les infrastructures, à la réforme du système de protection sociale ainsi qu'à une augmentation des prêts aux petites et moyennes entreprises.

Des plans et pas de relance :
Selon les analyses de perspectives économique du Fonds Monétaire International, qui évalue le coût budgétaire des plans annoncés par les pays du G 20 à 1,5 % de leur PIB, en moyenne, en 2009 ; on estime que leur impact permettrait d'obtenir 0,5 à 1,25 point de croissance pour l'ensemble de ces pays. Selon le FMI la croissance de l'économie mondiale sera de 0,5 % en 2009, avec une croissance négative de 2% dans les pays développés et une croissance positive de 3.3% dans les pays en développement. Ces estimations ne concordent pas avec une réalité économique de plus en plus sombre. En effet, il ne passe pas un jour sans entendre des licenciements en masse dans des groupes et des multinationales. Des géants de l'industrie mondiale qui annoncent leurs faillites. Des manifestations dans la rue pour revendiquer contre la fermeture d'une usine. Rien que la semaine dernière deux banques américaines ont annoncé leurs faillites, ce qui porte le doute sur l'efficacité des fonds débloqués pour le système bancaire américain. Les bilans des grands groupes mondiaux pour l'année 2008 sont en majorité dans le rouge. Les signes des limites des plans de relance sont palpables : les marchés sont encore perturbés, et l'impact social de la crise économique se fait sentir clairement dans les pays développés surtout.
Les plans de relance ont surtout réussi à éviter l'effondrement de tout un système monétaire et financier dont les conséquences seront plus dramatiques. Ils ont aussi réussi à maintenir une certaine confiance des investisseurs dans l'économie mondiale.
Dans les dernières analyses de l'OCDE, on affirme que « les plans de relance commencent à porter leurs fruits, de manière très nette en Chine, plus timidement aux Etats-Unis » Selon le secrétaire général de cette institution « la croissance chinoise au premier trimestre, 6,1% en rythme annualisé, montrait que les mesures budgétaires et la hausse du crédit représentaient environ la moitié du volume de la baisse des exportations ».
Plusieurs mesures qui ont été prises dans le cadre des plans de relance auront des effets à long terme, mais certains évènements n'attendent pas. La grogne sociale se radicalise dans différents pays : elle s'est affirmée au cours du sommet du G20 et celui de l'OTAN à Strasbourg.
Faut il encore attendre ? Apparemment c'est le cas. Les analystes tablent sur une reprise en 2010, mais le FMI a estimé que les crises financières suivies de crises économiques risquent de durer plus longtemps que prévu.
Les pays en développement qui sont économiquement liés aux pays développés suivent avec attentisme le déroulement de la crise et espèrent que les plans adoptés apportent leurs fruits pour qu'ils ne sombrent pas dans la récession, qui a un coup social encore plus important pour eux.
Malgré l'importance des sommes des plans de relance, il est encore difficile de crier victoire et d'annoncer le sauvetage d'une économie mondiale qui s'effondre. Les gouvernements n'ont réussi qu'à colmater les brèches pour que le bateau ne coule pas. Reste à faire tourner la machine encore une fois, et naviguer jusqu'au port. Espérons que ce ne sera pas pour longtemps. Croisons les doigts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.