Ouverture des inscriptions sur les listes électorales    Visite d'adieu à Mechichi de l'ambassadeur de Turquie à Tunis    Féroce bataille pour le contrôle des capitaux    La crise au Tigré est « hors de contrôle »    +2,8%    SOTEMAIL : Le capital social est porté à 34.513.514 dinars    Pour une journée nationale de la poésie    Une palette photographique très éclectique    La richesse historique de Kairouan, source d'inspiration    "Pour Inetum en Tunisie, 2021 sera l'année de la consolidation de notre stratégie locale"    Ligue 2 : Programme de la 5e journée    La semaine des Zones Humides à Tunis : un enjeu de taille    Journée internationale des Planétariums Dimanche 07 mars 2021 à la cité des sciences de Tunis    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    Nouveaux véhicules pour la police de l'environnement dans 34 communes    La CNSS verse les augmentations dues à la majoration du SMIG    Mustapha Ben Ahmed : Pourquoi ce recours d'Ennahdha à la rue?    Le Ghana reçoit la première livraison de vaccins    Covid-19 | Ben Arous : Un décès, 18 nouvelles contaminations et 45 patients rétablis    13 suicides et tentatives de suicide au cours du mois de janvier    ''Kais Saied parle très bien la langue Française'', selon Sonia Dahmani    ''L'UGTT l'union de la ruine'', selon Tarek Haddad    Borhen Bsaïes, nouvel influenceur mode?    C'est quoi l'histoire du TGV dont parle Kais Saied ?    La face cachée des sociétés civiles au Maghreb    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    DECES : Hatem BEN RAYANA    Pour quand la relance économique ? Les nouvelles orientations vertes des entreprises    Pour quand la relance économique ? | Entreprises en difficulté : Tunisair s'enfonce dans la crise    Accédez à l'application beIN CONNECT avec votre ligne mobile Ooredoo    Billet | Une situation hypothétique !    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    TUNINDEX AU QUOTIDIEN ZOOM MARDI 23 FEVRIER 2021    LC Afrique-MC Alger/Espérance ST : satisfait du nul obtenu à Alger (Mouine Chaabani)    Coupe de la CAF | 2e tour bis retour ESS-Young Buffaloes FC (2-0) : Chikhaoui, l'inusable !    Ligue des champions d'Afrique (2e journée) – EST-MC Alger (1-1) : L'Espérance confirme son statut de favori    CONDOLEANCES : Feu Lotfi HABBACHI    Covid-19 | le bilan s'élève à 7851 cas confirmés et 39 décès en milieu scolaire    "Sopranissimo", un spectacle de chant lyrique de la soprano Amira Loubiri    Boxe | 72e tournoi de Stardinja de Sofia : Victoire de Khouloud Halimi    Météo | Temps voilé et températures stables    Lecture de l'abaissement de la notation souveraine de la Tunisie par Moody's    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    Trump a nui à la Tunisie, Selon Rached Ghanouchi    L'ambassadeur d'Italie tué lors d'une attaque armée    Spectacle SHAYATIN de l'artiste Amel El Farji le 24 février 2021 à la cité de la culture    Arrestation de l'épouse du baron de la drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Loi de Finances : la BCT accepte de financer le budget mais à condition...
Publié dans Tuniscope le 22 - 11 - 2020

Retour à la case départ, pour le projet de la Loi de finances complémentaire (LFC) 2020, après que la Banque centrale de Tunisie (BCT) a conditionné l'octroi des fonds nécessaires pour combler le déficit budgétaire de l'Etat, par l'obtention d'une autorisation législative exceptionnelle de la part de l'ARP.
«Il semble que l'intervention de la BCT demeure toujours nécessaire, ce qui impose de trouver une couverture légale à cette intervention», a fait savoir le gouverneur de l'institut d'émission, Marouen Abbasi, dans une correspondance adressée, vendredi, au président de l'ARP, deux jours après l'adoption de la nouvelle version du projet de la LFC par la commission des finances, de la planification et de développement (avec 11 voix pour et une voix contre).
Pour rappel, le gouvernement a retiré, le 30 octobre 2020, la première version du projet de LFC, pour révision, à la demande de la commission des finances. La nouvelle version dudit projet a été soumise le 13 novembre à l'assemblée.
Abassi a précisé, dans sa correspondance à l'ARP (le 18 novembre 2020), que bien que les amendements inclus dans la nouvelle version du projet de la LFC ont permis de réduire le volume des emprunts internes, la mobilisation des ressources estimées, reste conditionnée par la capacité du système bancaire à injecter ces sommes, et ce, sans toucher aux équilibres macroéconomiques.
Réitérant que la BCT tient à soutenir le gouvernement pour faire face aux répercussions sans précédent de la pandémie du Covid-19, le gouverneur a indiqué que le financement du déficit budgétaire par l'achat de bons du Trésor assimilables (BTA), à long terme, dans le cadre des opérations du marché ouvert, sera en contradiction avec le cadre opérationnel et stratégique de la politique monétaire.
"Ces opérations relatives à l'achat de BTA à long terme, s'inscrivent dans le cadre de la réalisation des objectifs de la politique monétaire et le rétablissement des équilibres sur le marché monétaire. Avec l'achat de ces BTA, le montant dû à la BCT, dans le cadre du marché ouvert, passera à 6,4 milliards de dinars, contre 3,6 milliards de dinars, actuellement, ce qui représente plus de 60% de l'ensemble des opérations de la politique monétaire et 18% du budget de la banque centrale, limitant, ainsi, l'efficacité de la politique monétaire en termes de maintien de la stabilité des prix".
Il est à noter que la Loi n° 35 pour l'année 2016 du 25 avril 2016, fixant le statut de la Banque centrale de Tunisie, interdit le financement direct du trésor par la BCT. Abassi a conclu que le financement du déficit budgétaire nécessite dans tous les cas, une autorisation législative spéciale et exceptionnelle de la part de l'ARP, afin que son intervention s'adapte à son cadre législatif et aux principes de la bonne gouvernance. Il a aussi, insisté sur l'aspect exceptionnel de cette autorisation, étant donné que le financement direct et continu du trésor par la Banque pour combler le déficit budgétaire, est de nature à écorcher l'image du pays auprès des institutions financières, des agences de notation et des investisseurs.
Le président de la Commission parlementaire des Finances, de la planification et du développement, Haykel Makki a affirmé que « la BCT refuse de financer le déficit du budget complémentaire pour 2020, sans une autorisation explicite, à travers un texte de loi émanant du parlement ».
Et d'ajouter dans une déclaration à l'agence TAP, que « la commission des finances a adopté le PLFC 2020, en se basant sur les déclarations du ministre des Finances, Ali kooli, lequel a affirmé être parvenu à un accord avec la BCT pour financer le déficit budgétaire ». Makki a critiqué ce qu'il a qualifié de « tromperie » de la part du gouvernement, considérant que «le gouvernement de Mechichi ne s'est pas accordé avec la BCT, concernant le financement du budget".
Il a estimé que le parlement se trouve ainsi, dans une situation embarrassante qui le pousse à donner à la BCT, l'autorisation qu'elle demande, tout en assumant les répercussions de ce pas, sur la parité du dinar et l'évolution de l'inflation, bien que « le gouvernement est le seul responsable du budget et qu'il doit de ce fait, trouver des solutions ».
Le bloc parlementaire démocratique a soumis, le 3 novembre 2020, une initiative législative d'amendement de l'article 25, de la Loi n° 2016-35 du 25 avril 2016, portant fixation du statut de la Banque centrale de Tunisie, afin d'autoriser la BCT à financer le budget à un taux déterminé et limité dans la durée.
Le bloc a, par ailleurs, demandé d'accélérer l'examen de cette proposition, la justifiant par la crise économique et sociale grandissante que traverse le pays, et le grand volume d'endettement inscrit dans le cadre des projets de LFC 2020 et de LF 2021.
Commentant cette initiative, l'universitaire et économiste Ridha Chkondali a estimé qu'il est nécessaire pour le gouvernement ou les partis qui le soutiennent, d'émettre une initiative législative pour amender l'article 25 du statut de la BCT pour l'autoriser à prêter à l'Etat et débloquer ainsi, la situation.
Contactés par l'agence TAP, le gouvernement et l'ARP n'ont jusque-là pas réagi à la demande de la BCT de lui accorder une autorisation exceptionnelle pour financer le déficit du budget 2020.
Certains députés ont toutefois, réagi sur les réseaux sociaux, exprimant leurs craintes quant à un éventuel retard de l'adoption du PLFC 2020, qui aurait un impact sur les autres engagements parlementaires, à l'instar de la discussion de PLF 2021.
La semaine prochaine sera, en tout cas, décisive en ce qui concerne les relations entre les autorités politiques et monétaires du pays, à l'approche de la fin des 100 premiers jours du gouvernement Mechichi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.