Du nouveau sur l'état de santé de Hammadi Jebali [Audio]    Révocation des juges: Le président de l'ATJM dénonce le silence du Conseil provisoire de la magistrature    Inauguration de la première centrale solaire flottante d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient    Le nouvel Opel Mokka disponible en Tunisie chez Stafim à partir de 98.900 dinars    Wimbledon : un succès aisé pour Ons Jabeur contre Bjorklund    Tunisie: L'UGTT annonce une nouvelle décision    « Yalla Jaw », le concert inédit organisé par Orange Tunisie, fait vibrer de joie l'avenue Habib Bourguiba    Lancement de la collection de parfums REPLICA de la marque Maison Margiela en Tunisie    35e édition du festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Une fin de saison houleuse : Dans la tourmente    Point de vue | Trop tard !    L1 | Play-off ( dernière journée) : Le verdict...    Tunisie: L'Agence de sécurité informatique met en garde...    Journée de colère du personnel de la santé: Précisions    Pourquoi | Les estivants et les plages    Arrêt sur image | Griaât souffre de sa pollution!    Yazid Safir, Directeur de l'agence française de développement en Tunisie à La Presse : «La Tunisie est un partenaire privilégié du groupe AFD»    Pages éclairées de l'histoire du mouvement national tunisien (6) : Aux origines historiques d'un malaise endémique : une indépendance qui divise    Classement WTA Live : Ons Jabeur retrouve le Top 5 mondial    Hubert Tardy-Joubert, directeur de l'Institut Français de Tunisie à La Presse : «La langue française est une langue Monde»    Voici les 10 chansons qui nous procurent du bonheur    OPPO lance des offres exceptionnelles sur ses smartphones de la Série A à l'occasion du baccalauréat et de l'Aïd El Kebir    JM Oran 2022: 1ère médaille à la Tunisie remportée par la karatéka Wafa Mahjoub    Spectacle '24 Parfums Kids' de Mohamed Ali Kammoun Orchestrea    Mabrouk Korchid tacle le Club de Madrid pour avoir appelé à la libération de Hamadi Jebali    INPT : il faut garantir un traitement humain à toutes les personnes privées de leur liberté    Tunisie: La date de l'Aid El-Idha selon l'Institut de la météorologie    Zakaria Bouguerra: La vague du Covid-19 va se poursuivre jusqu'au mois d'août    L'avocat et la famille de Hamadi Jebali sollicitent le soutien des Tunisiens    Quid de la campagne référendaire ?    Mondher Lakhal : la digitalisation pour des services bancaires 24h/24 et 7j/7    Moutons de l'Aïd: Les prix sont fixés entre 500 et 850 dinars    Ayachi Zammel présente son mouvement politique « Azimoun »    À l'occasion du sommet du G7 en Allemagne : D'un monde mieux reconstruit à un monde menacé de la pire crise de famine    Interview de Sihem Boughdiri Nemsia : le déficit budgétaire dépassera celui prévu par la Loi de Finances 2022    Météo: Températures en hausse, ce lundi    J'agence libanaise des news : un seisme d'une magnitude de 5,1 sur l'echelle Richter frappe Oran en Algerie    JM – Volley (F) : la Tunisie s'incline face à la Grèce    Le Club de Madrid appelle Kais Saïed à libérer Hammadi Jebali    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off) : les matches de ce dimanche    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Economie :
Pourquoi les Tunisiens gaspillent-ils leur nourriture principale, le pain?
Publié dans WMC actualités le 06 - 11 - 2013

45 milliards. C'est le nombre de pains jetés annuellement par les Tunisiens. C'est ce qu'a déclaré Mohamed Bouanene, président de la Fédération nationale des propriétaires de boulangeries, relevant de l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA).
Le pain est, en effet, l'un des principaux produits subventionnés, et toute hausse de son prix a toujours provoqué, depuis l'indépendance, des mouvements sociaux à travers le pays. L'existence de plus de 550 boulangeries anarchiques est à la base de cette production excédentaire de pains, selon Bouanene,lequel impute la responsabilité aux autorités de tutelle (gouvernorats, ministère du Commerce et de l'Artisanat, etc.).
La prolifération des boulangeries anarchiques fait que la production du pain n'est plus adaptée au nombre des habitants et à la capacité de consommation des citoyens, favorisant ainsi une concurrence illégale avec les boulangeries autorisées à exercer, a-t-il dit.
Le phénomène des boulangeries anarchiques s'est accentué, surtout, après la révolution (17 décembre 2010/14 janvier 2011), dans la mesure où certaines personnes ont tenu bon à s'installer sans détenir ni carte professionnelle ni autorisation pour ce faire. L'absence de contrôle et la situation sécuritaire instable du pays constituent des facteurs ayant contribué à l'accroissement de ce phénomène, selon Bouanene.
Expliquant le mode d'activité de ces boulangeries, l'orateur a souligné que celles-ci achètent la farine au prix réel, soit 520 millimes le kilogramme et obtiennent des bénéfices en réduisant le poids du pain et diversifiant les variétés de pain sans se conformer aux prix légaux. Il estime que les gains perçus par ces boulangeries sont importants, du fait que leurs propriétaires ne payent ni impôts, ni cotisations sociales au profit de leurs apprentis et ce, en comparaison avec les boulangeries légales. Et d'ajouter, que fuyant le chômage les personnes travaillant dans ces boulangeries acceptent cette situation sociale, d'autant que l'employeur leur propose des salaires relativement élevés.
1200 autorisations accordées sans besoin réel du secteur
L'augmentation des quantités excédentaires de pain est imputable, également, à l'octroi de 1200 autorisations de création de boulangeries, sans que le secteur en ait réellement besoin, selon M. Bouanene.
Le nombre des boulangeries légales était de l'ordre de 2000, jusqu'à 2009. Après cette date, près de 1200 autorisations ont été accordées sans étudier le besoin réel du marché, a-t-il encore précisé. Ces autorisations sont accordées au niveau de chaque gouvernorat par une commission composée de représentants du gouvernorat, des ministères de l'Agriculture, du Commerce et des Affaires sociales, ainsi que de la protection civile et du syndicat du secteur.
La loi en vigueur stipule que les autorisations sont accordées à toute personne titulaire d'une carte professionnelle, et ce, après le dépôt d'une demande auprès de ladite commission, laquelle se charge de l'étude de l'emplacement de la boulangerie et de l'évaluation du nombre des habitants de la région à approvisionner par celle-ci.
La réglementation fixe, également, la quantité annuelle de farine subventionnée à utiliser laquelle ne doit pas dépasser 4,5 quintaux pour les boulangeries créees après 2009 et qui ne produisent que le petit pain (baguette). M. Bouanene a ajouté qu'avec chaque nouvelle autorisation accordée avec pour corollaire une nouvelle boulangerie en activité, l'Etat subventionne la quantité de farine que la nouvelle boulangerie obtient.
L'anarchie dans le secteur est due au manque de contrôle
Le phénomène des vendeurs ambulants du pain dans les rues et les marchés de la capitale s'est propagé sans que le consommateur ne s'interroge sur la conformité du pain exposé aux normes sanitaires et lois régissant le secteur. Pour bénéficier de la réduction du prix du pain, ces vendeurs achètent le pain en quantités importantes et ce, suivant des accords non justifiés par des documents écrits conclus avec les boulangers.
Selon Bouanane, la loi n'autorise pas la vente du pain dans la rue, où les conditions sanitaires nécessaires sont inexistantes en raison des poussières qui envahissent les lieux.
Ce phénomène n'est pas nouveau mais la recherche d'une source de revenus et l'amplification du chômage demeurent les principaux facteurs de son apparition et ce, en dépit du silence de ces vendeurs sur les causes qui les poussent à enfreindre la loi. «Cette situation est due à l'absence de contrôle sanitaire et économique lequel ne se manifeste que dans les boulangeries autorisées à exercer", a-t-il dit. Il a souligné, dans ce contexte, que "la découverte de cinq grammes en moins dans le poids du pain cause une amende financière au propriétaire de la boulangerie pouvant dépasser les 4 mille dinars".
Selon Bouanane, tous ces facteurs sont à l'origine de la détérioration de la situation des boulangeries légales qui se trouvent dans l'obligation de fermer définitivement leurs portes.
Campagne de contrôle des boulangeries anarchiques
Un responsable au ministère du commerce et de l'artisanat qui a requis l'anonymat a indiqué qu'une campagne de contrôle élargie sera programmée prochainement pour faire face aux boulangeries anarchiques. «Cette campagne sera réalisée en coordination avec toutes les parties intervenantes dans le secteur et le concours des agents de sécurité, les propriétaires des boulangeries légales qui vont établir une liste des boulangeries anarchiques situées dans les différentes régions».
Le responsable a précisé que le ministère du commerce, qui fait partie de la commission chargée de l'octroi des autorisations réservées aux boulangeries, contrôle périodiquement les boulangeries anarchiques. Toutefois, ce contrôle consiste uniquement en la supervision de la qualité du pain et sa conformité aux normes. Le ministère n'a l'habilité que de proposer la décision de fermeture des boulangeries enfreignant la loi, alors que l'application des procédures de la fermeture est du ressort du gouvernorat. Dans ce cadre, le responsable a appelé à l'impératif d'amender ou de modifier la loi régissant le secteur des boulangeries (décret beylical) non adapté aux mutations et au secteur.
Les dépassements ont touché tous les secteurs sans exception, surtout après la révolution, ce qui a rendu difficile les opérations de contrôle qui confrontent beaucoup de dangers et menaces, notamment de la part des contrevenants. Il a précisé que le nombre des agents de contrôle qui oscille entre 700 et 800 agents ne peut pas couvrir tous les secteurs face aux menaces précitées et l'accroissement des personnes contrevenantes.
------------------------


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.