Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Internet des objets : Une startup tunisienne reconnue meilleure startup technologique en Afrique pour 2020    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    Guterres tente de nommer un émissaire    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    A quoi il joue?    Algérie - Maroc (24 – 23)    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Lenteur de livraison des vaccins    Un remaniement, pour faire quoi ?    Tunisair: Avis aux passagers à destination de la France    «Libérez ma Patrie» !    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Handball-Mondial │ 1ère journée │ Tunisie-Pologne (28-30): Ça s'est joué sur des détails...    Tunisie – VIDEO : Reprise des affrontements nocturnes à Sousse    Etoile du Sahel : 4 jeunes renforcent l'équipe première    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la deuxième semaine de janvier sur une légère contreperformance    Abdessalem Younsi : "Je suis toujours le président du Club Africain"    Football : Programme TV de ce vendredi 15 janvier 2021    Point de vue: Un championnat atypique !    La poésie en questions: Qui sont les Muses ?    A quand la sortie du tunnel ?    Dix ans après: La corruption à tous les étages    Crise politique: Le péché originel    Potentiel minier de la Tunisie: Une exploitation en dents de scie    Bénéficiez de remises durant le confinement avec Tunisie Telecom    Khemaïes Jhinaoui : « La Tunisie doit montrer au monde sa capacité de se développer et sa volonté de coopérer » (Vidéo)    Météo | Pluies éparses et baisse des températures    Tunisie-Rached Ghannouchi : Les motions de censure à mon égard sont tout ce qu'il y a de plus normal    Tunisie-Ministère de la Santé: Nouvelle liste des laboratoires autorisés à réaliser les tests RT-PCR    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    L'ambassadeur de la Tunisie en Belgique: "Plus nous avons des relations avec nos amis, mieux nous nous porterons"    Confinement : mini-concerts virtuels de l'OST ce soir et demain à 21h00    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    L'inscription du couscous et de la pêche à la charfiya sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco célébrée à la Cité de la culture    Vient de paraître — « Quelqu'un meurt au sud » de Kamel Hlali: L'art d'arracher le lecteur à la banalité gris-flanelle du quotidien    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : Il faut casser le mythe des surdiplômés sous-qualifiés
Publié dans WMC actualités le 21 - 09 - 2020

Contrairement aux bruits qui sont véhiculés sur les réseaux sociaux et les sites experts de la désinformation, le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, ne négociera pas avec le "bandit" d'El Kamour. En tout cas, il n'y a rien d'officiel. C'est ce qui nous a été confirmé par Sameh Meftah, responsable de la communication du chef du gouvernement qui nous a précisé que dans les heures qui viennent, il y aura du nouveau dans la crise d'El Kamour.
Une crise qui a fait fuir des investisseurs étrangers dans le secteur des hydrocarbures face à l'impuissance d'un Etat et d'un gouvernement encore plus populistes que les meneurs de trouble à Tataouine et lesquels, dans un autre pays, auraient été jugés pour menaces sur la sécurité économique du pays.
Dans un autre pays, mais pas dans la Tunisie « démocratique » bien sûr, ces activistes destructeurs auraient été jugés et condamnés, parce que contrairement aux lois promulguées par des députés qui raisonnent en populace ignare et limitée, le travail se mérite, ce n'est pas un droit. Il faut batailler pour avoir du travail et occuper un poste. Il en est ainsi dans toutes les démocraties du monde sauf dans celle des décideurs populistes à l'écœurement.
A Gafsa, le drame est autre ! Les jeunes sont manipulés par des lobbys au service de politiques qui ont acheté leurs sièges à l'ARP et qui font tout pour que le phosphate fabriqué dans les mines ne soit pas transporté aux centres de transformation et de raffinage. Ceci bien entendu au vu et au su des autorités publiques qui ne réagissent pas pour que les droits-hommistes payés par Soros et autres donneurs d'ordre internationaux ne les accusent pas de s'être attaquée aux libertés de manifester et de s'exprimer. Manifester oui, mais bloquer toute une industrie, c'est encore une fois une menace sérieuse sur la sécurité économique du pays.
On oublie qu'aux Etats-Unis, pays envahisseur de l'Irak, il y a eu Guantanamo ! Personne aux USA n'ose parler de liberté lorsque la sécurité commerciale du pays est menacée. Mais comment comparer les patriotes, les vrais qui défendent leur pays même quand il commet la pire des atrocités avec les apprentis démocratiques qui mangent à tous les râteliers et sont payés en devises pour détruire leur pays.
La Tunisie pour la première fois importatrice de phosphate !
« La Tunisie, deuxième producteur et exportateur mondial de phosphate, avec une croissance de -21,6% au cours du deuxième trimestre, des finances publiques déficitaires..., importe cette même matière d'un autre pays qui ne compte même pas parmi ses grands producteurs ou exportateurs. Et, les médias rapportent l'information sans la moindre critique », dénonce, hors de lui, l'ancien banquier Mohamed Ali Daoues. Il continue sur sa lancée : « Quel pays de m... et quels dirigeants avons-nous qui ne sont même pas dignes pour être jetés à la poubelle comme on le fait dans certains pays ! Ils manquent d'audace et/ou de compétence pour apporter des solutions à notre quotidien sans parler de notre futur qui est de plus en plus incertain. Ils doivent avoir honte ! ».
En Tunisie, le laxisme de tous les gouvernements sont tellement choquants qu'ils nous donnent l'impression qu'ils sont complices de la destruction du tissu économique national.
Ceci sans oublier les députés qui protègent les artisans de la contrebande dans notre pays et que les troubles de Tataouine et le blocage des centres de production pétroliers servent leurs intérêts ce qui les incite à les faire perdurer.
Quid des promesses non tenues ?
Quant aux promesses non tenues de la part de nombre de gouvernements, notamment celui de Youssef Chahed, elles ne justifient pas la paralysie de tout un secteur par des activistes qui disposent de gros moyens selon nombre de témoins. Moyens à propos desquels une enquête doit être ouverte.
Faiza Guenaoui, consultante, dénonce dans un post FB l'arnaque du siècle en Tunisie, celle des chômeurs non diplômés et des autres dont les diplômes ne valent pas grand-chose sur le marché du travail et qui refusent de travailler parce qu'ils estiment être surqualifiés. Triste héritage que celui nourri tout au long de l'ère Ben Ali des sous-qualifiés sur diplômés et qui, aujourd'hui, sont devenus une armée défendue même par le président de la République, mais surtout par des députés ignorants des enjeux socioéconomiques qu'ils viennent d'adopter une loi imposant le recrutement des chômeurs diplômés (resic) dans la fonction publique.
Un Etat sur le bord de la faillite qui n'est même pas sûr de pouvoir honorer ses engagements envers les fonctionnaires en poste dans les quatre mois à venir !
Le marché manque de 11 000 électriciens
Pour Faiza Guenaoui, il n'y a pas de chômage en Tunisie, la réalité est que : « depuis 2012, 8 000 Ivoiriens travaillent en Tunisie, sont payés chaque mois et leurs billets d'avions aller/retour sont payés chaque mois. La réalité est que nous avons des chantiers en arrêt parce que nous n'avons plus des techniciens. Le marché est en manque de 11 000 électriciens, un tôlier avec une ancienneté de 3 ans est payé 1 300 dinars le mois, sans parler du plombier et du soudeur.
Des entreprises allemandes installées en Tunisie qui offrent un salaire minimum de 940 dinars ne trouvent pas preneurs. Il y a deux ans, ces entreprises étaient demandeuses de 6 890 postes. 60% des terres agricoles ne sont pas exploitées, et les récoltes d'olives ne trouvent pas des cueilleurs ».
C'est ça la réalité de la Tunisie et celle du chômage à quelques exceptions près ! On n'a pas vu des personnes brillantes, modestes et travailleuses subir la malédiction du chômage pendant longtemps. Nous avons vu des jeunes qui arrachent leur poste par force humilité et engagement. Ils ne se positionnent pas en victime et ne crient pas haut et fort que travailler est un droit. Ils sollicitent un emploi, subissent les questions/réponses des entretiens d'embauche et leur stress, acceptent d'exécuter des métiers ingrats le temps de dénicher la place qu'ils méritent.
Mais parce qu'une classe politique médiocre a choisi de faire de tous les chômeurs des victimes même quand ils sont incompétents ou paresseux, le pays ne sortira pas de sitôt de la crise de chantage au travail.
« Quand on vous demande si vous êtes capable de faire un travail, répondez : " bien sûr, je peux". Puis débrouillez-vous pour y arriver », disait Theodore Roosevelt.
En Tunisie, une grande partie des demandeurs d'emplois veulent que le poste corresponde à leurs attentes, généralement très en dessus de ce qu'ils valent réellement, d'où la nécessité de casser le mythe des surdiplômés sous-qualifiés !
Amel Belhadj Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.