Tunisie – Djerba : Trois morts, 11 rescapés et trois disparus dans le naufrage d'une barque    Wimbledon 2022 : Sur quelles chaines suivre Ons Jabeur ce vendredi ?    Zaghouan | Des mandats de dépôt à l'encontre de 3 fonctionnaires et un responsable de groupement hydraulique    Tunisie – Le budget alloué au référendum atteindra 50 millions de DT    Tunisie – Tataouine : Covid 19 : Un décès et 44 nouveaux cas en un jour    La conférence sur la gestion du spectre des fréquences au Moyen-Orient et en Afrique du nord de retour pour sa 6ème édition    DES COMPTEURS ELECTRQUES INTELLIGENTS EN TUNISIE    Mohamed Tlili Mansri : les membres de l'Isie seront entièrement dédiés à leur mission    L'Algérie s'engage à satisfaire les besoins énergétiques de la Tunisie    CAF – Entraîneur de l'Année : aucun coach tunisien nominé !    CAF – Joueur Africain de l'Année : Ali Maaloul seul tunisien nominé    Festivals été 2022: La palestinienne Dalel Abu Amneh à Hammamet et à Dougga    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques    Ooredoo Tunisie lance un Experience Center pour soutenir les startups    Notation – Moody's : Des perspectives négatives pour le secteur bancaire tunisien    CONDOLEANCES : Abir JEBALI    Galaxy Z Flip3 résiste à plus de 418 502 pliages et 143H de live stream    Evénement Music To Act: 15h de music non stop à Yuka Tunis pour la bonne cause    Ukraine : Comment Biden et Erdogan font leur beurre avec la guerre de Poutine    Variole du singe : Urgent : premier cas dans un pays très visité par les Tunisiens    Officiel : La France accueillera 4000 travailleurs Tunisiens    UGTT-UTICA :Lorsque les deux centrales trouvent un terrain d'entente    La tension monte devant le ministère de la Santé: Les détails    Sommet de l'OTAN à Madrid | Un revers pour Moscou ?    Ils ont dit…    Tout savoir sur les secrets à bord des avions    Théâtre | « Le quatrième pouvoir » d'Abdelkader Ben Saïd, d'après une idée de Néji Zaïri : Les liaisons dangereuses    Issam Bouguerra primé à Paris, emprisonné à Tunis pour usage de cannabis    ISIE: Point de la situation des préparatifs relatifs à l'organisation du référendum [Vidéo en direct]    Révélations choquantes de Imed Hammami concernant Rached Ghannouchi    L'écart entre la production et la consommation des produits pétroliers estimé à 58 milles barils /jour    De la réforme de l'enseignement...    NEWS | Harzi vers Ittihad Tripoli    Maâloul annoncé partant : Démenti du président de l'EST    Änis Ben-Hatira rejoint le club autrichien de première division SCR Altach    Tunisie : La nouvelle constitution sera publiée aujourd'hui    Dégradation de l'état de santé des magistrats qui observent une grève de la faim    Décès de Hichem Rostom : Un monstre sacré du cinéma et du théâtre tunisien s'en va...    Natasha Franceschi rencontre le gouverneur de Tunis    Météo du jeudi 30 juin 2022    Sahara libyen :20 cadavres repéchés à cause de la désydratation    Le Mufti de la république :le 9 juillet 2022 ,la fête du sacrifice    Première médaille d'or pour la Tunisie aux JM Oran 2022 remportée au Pétanque    Sommet de l'OTAN à Madrid : Revenir aux origines !    Pour chaque service gagnant de Ons Jabeur, 100 € seront versés pour un lycée à Siliana    Voici le top 20 de meilleures chansons de l'Histoire de la musique    Reportage sur l'exposition «Abd el-Kader» au MUCEM de Marseille : L'Emir aux multiples dimensions    Mohamed Ibrahim Hsairi: Si j'étais l'Irak!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie - Chassé par la porte, le RCD revient par la fenêtre
Publié dans Business News le 31 - 01 - 2012

Béji Caïd Essebsi a jeté le pavé dans la mare sonnant la trompette du rassemblement. Le communiqué, où plutôt le brûlot, dressant une critique cinglante contre le gouvernement en place, a reçu l'approbation enthousiaste des « destouriens », « bourguibistes », « centro-modernistes »…
Un grimage de l'ex RCD et la mise en œuvre de la contre-révolution crient déjà les détracteurs. Mais la machine est déjà en marche et on parle, désormais, d'un front réformiste dans lequel les apparatchiks de l'ancien régime n'hésiteront pas à s'engouffrer. La nouvelle carte politique ne ressemblera pas à ce qu'on aurait cru pendant un moment…
Après la déculottée électorale des partis politiques s'autoproclamant pompeusement démocrates et progressistes, et leurs difficultés à encaisser le coup et se remettre sur pied, les observateurs se demandaient qui pourrait opposer une résistance crédible au rouleau compresseur d'Ennahdha. Après une entrée en matière plutôt poussive, des bourdes en répétition, l'éclatement de plusieurs scandales, la constatation qu'Ennahdha et ses acolytes ne sont qu'un colosse aux pieds d'argile s'impose. Les islamistes, conscients de leur fragilité, ont fini par abandonner leurs velléités hégémoniques et de contrôle sur l'appareil de l'Etat.
En vieux brisquard de la politique, Béji Caïd Essebsi ne pouvait rater une occasion pareille. En disciple de Bourguiba, il a eu le temps d'apprendre l'art de la cautèle. Une manœuvre bien ficelée et un coup asséné avec timing parfait peuvent ébranler un adversaire a priori plus puissant. Et l'offensive de l'ancien Premier ministre provisoire est un cas d'école. Celui à qui a été dévolue la mission périlleuse de mener le pays aux élections avec en prime peut-être une sortie honorable en tant que premier président de la nouvelle Tunisie, ne compte pas prendre sa retraite. En deux temps, trois mouvements, le voilà parachuté parangon et saint-protecteur du modèle moderniste à la tunisienne.
D'aucuns pensent que ce retour au premier plan n'est nullement fortuit. Béji Caïd Essebsi aurait été appelé en service commandé pendant la première période transitionnelle pour permettre le retour du RCD dans une seconde phase. Gilbert Naccache l'accuse, même, d'avoir imposé un mode de scrutin qui élimine les jeunes de la Révolution. La stratégie était, donc, de laisser pourrir la situation, léguer un pays en ruine aux islamistes pour permettre aux barons de l'ancien régime de reprendre les rênes en marchant sur des cadavres.
Personne n'avance de preuves pour étayer ce scénario hitchcockien. Mais force est de constater un retour au premier plan de plusieurs figures de l'ancien régime. Il ne fallait pas vendre la peau de l'ours. Ahmed Nejib Chebbi avait prévenu contre la dangerosité de l'article 15. Une position qui lui a valu l'opprobre de toute l'opinion publique. Une loi anti-démocratique justifiée par un contexte révolutionnaire et une unanimité populaire. Loin des projecteurs, les militants du RCD en ont profité pour reconstituer leurs forces, se refaire une virginité ou bien investir d'autres partis. Certains ont prêté main forte au cynique Hechmi El Hamdi assurant aux listes d'El Aridha des scores qui ont laissé pantois les observateurs les plus avertis.
Un bilan historique d'un demi siècle de parti unique aurait peut-être permis de réaliser un constat sans surenchères, sans passion, de découvrir les raisons des multiples dérives et de mettre en cause les responsabilités des uns et des autres. Le PSD et son rejeton le RCD n'étaient pas des partis politiques à proprement parler. Mais des Etats dans l'Etat, des instruments de contrôle et de domination avec lesquels il fallait composer pour quiconque voulait avoir une certaine influence. Une pieuvre protéiforme rassemblant des commis de l'Etat, des hommes d'affaires, des opportunistes sans scrupules mais aussi tous ceux qui étaient animés par quelques velléités réformistes…
La fusion des treize partis « destouriens » réalisée sous la houlette de Mansour Moalla, si on se tenait aux règles démocratiques du vivre ensemble, n'aurait pas dû poser problème. Dans une démocratie, on sanctionne par les urnes. Si ce n'est que certains des protagonistes revenant sur les devants de la scène seraient impliqués directement dans les dérives répressives et liberticides perpétrées par l'ancien régime.
Deuxième bémol à relever concernant ce comeback est la teneur du discours. Quand on écoute les interventions médiatiques des derniers jours de Lotfi Mraïhi ou de Kamel Morjane, on constate très peu d'allusions aux valeurs démocratiques. Des positions très conservatrices où il est souvent question de sauver ce qui reste des institutions de l'Etat, de refuser les oppositions idéologiques et de faire front contre les forces obscurantistes. La même rhétorique, le même chantage que sous Bourguiba ou Ben Ali : choisir entre la déferlante islamiste ou un régime autoritaire vaguement moderniste.
Les Tunisiens ont peur. Ils ont peur à tel point de voir en Béji Caïd Essebsi le sauveur de la République. Les visées politiques de ce dernier ne sont pas encore parfaitement claires. Ses ambitions sont-elles personnelles ? Souhaite-t-il réunir autour de lui un large front d'opposition dans lequel les anciens du régime auraient un rôle à jouer ? Ou se contenterait-il de jouer un rôle de fédérateur pour baliser le terrain en faveur d'une nouvelle génération de « modernistes » ?
Quels que soient ses objectifs, ce qui s'annonce est la remontée en scène des enfants de Bourguiba. Les fidèles « destouriens » contre les fils ingrats d'Ennahdha. L'ironie de l'histoire c'est que le discours des islamistes a plus évolué que celui de ses adversaires. Les « destouriens » se sont contentés d'une petite opération de toilettage, la réhabilitation de Bourguiba, l'élimination de Ben Ali (cause de toutes les plaies qui ont ravagé la Tunisie) mais le discours est le même : la nécessité de l'union nationale, le prestige de l'Etat, la préservation des institutions, le spectre de l'obscurantisme… La même rhétorique du RCD.
Pour entendre parler d'Etat de droits, de droits de l'Homme, de libertés civiques, d'opinion, de réforme de la justice et de la police…, il faut se diriger vers Samir Dilou. Pendant que Béji Caïd Essebsi émaille toutes ses phrases de versets coraniques. A se demander si cette opposition entre modernistes (un tantinet conservateurs) contre islamistes ait encore une raison d'être.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.