Samira Chaouachi de Qalb Tounes élue au poste de 1er Vice-président du Parlement    Première déclaration de Rached Ghannouchi après son élection «Président du Parlement»    Rached Ghannouchi élu président du parlement    Tunisie: Election du président de l'ARP début du dépouillement après le vote des 217 députés    Pour Zine El Abidine c'est sa première et son ultime qualité...    Rendez-vous avec la première du spectacle « Sûkûn » de Noômen Hamda, dernière création du Théâtre National Tunisien au Le 4ème Art !    Un record du monde et une médaille d'or pour Raoua Tlili aux mondiaux de para-athlétisme de Dubaï 2019    L'ANETI, L'Agence Nationale pour l'Emploi et le Travail Indépendant, présente sa vision 2030    8 mille dinars la part de chaque Tunisien dans la dette publique en 2020    Quelles indemnisations pour les retards de vol TUIfly ?    Tunisie: Reprise de la plénière de l'ARP, Abir Moussi et les députés du PDL prêtent serment    Un patient se jette du deuxième étage de l'hôpital de Jendouba    Airbus présentera le « Futur de l'aviation » au Salon aéronautique de « Dubaï Airshow 2019 »    Les députés du PDL prêtent serment en petite communauté    SONEDE : perturbation et coupure de l'eau courante à Nabeul    Egypte : Mohamed Salah quitte le stage de la sélection nationale    Finale de « The Pluri'Elles Pitch Competition » après les demi-finales de Béja, Tabarka et Le Kef    Forum Esprit, 1ère édition le 20 novembre 2019 à école Esprit sis Pôle Technologique El Ghazela    CAN 2021 (Qualifications) : Programme de ce mercredi    David Villa annonce sa retraite    Ligue 1 : un autre club suit le Club Africain pour collecter les dons    Rached Ghannouchi sera-t-il élu président de l'ARP?    Kais Saïed invité par le président turc Recep Tayyip Erdoğan à se rendre en Turquie    Etoile du Sahel-AGE élective : Aucun postulant à l'expiration de la date de dépôt des candidatures    PORTRAIT DE LA JEUNE FILLE EN FEU : Un film de Céline SCIAMMA – Au cinéma à partir du 13 Novembre    Crise de la CPG : Masse salariale plus importante et production plus faible    Plénière extraordinaire du mercredi 13 Novembre consacrée à l'élection du Président du Parlement et des deux Vice-présidents    Températures relativement en hausse, aujourd'hui    Club Africain – Ooredoo Tunisie : le contrat de sponsoring prolongé    Tunisie-Intempéries: Route coupée entre Bourouis et Sers    A Gafsa, des munitions pour mitrailleuse VAL saisies    Ooredoo et le Club Africain : Un renouvellement de l'engagement gagnant-gagnant    Les cours s'arrêtent dans d'autres gouvernorats : Voir liste    Soutenons Aya Bouteraa, la Tunisienne finaliste de l'Arab Reading Challenge (vidéos)    Intox : La BCT ne lance pas de crypto-monnaie    Après le succès de la première édition, la Fondation Orange a choisi de renouveler en 2020, avec le soutien de l'Institut Français, le Prix Orange du Livre en Afrique.    Pour la première fois, les Africains peuvent voyager en moyenne, vers plus de 27 pays sans visa ou avec un visa à leur arrivée    La lettre poignante du fils de Chiraz Laatri : J'accuse    Palestine: Israël annonce l'assassinat d'un dirigeant du Jihad islamique à Gaza    Par Abdelaziz Gatri : Chassés de Raqqa et Dir Ezzour, « nos enfants » sont de retour    Démission ou limogeage, Chiraz Latiri répond    Crash d'un petit avion à la Soukra : Décès du pilote !    Aujourd'hui, c'est la journée internationale des célibataires    Le Transit de Mercure, phénomène rare observable ce lundi 11 septembre 2019    La Turquie va renvoyer, à partir de demain lundi, les daéchiens chez eux, y compris en Tunisie    Fête du Mouled 2019 : Quelque 12298 activités au programme en Tunisie    Exposition SHIFT, à mi-chemin entre bandes dessinées et récits de vie du 8 au 18 novembre à Central Tunis    Affaire Cactus Prod et Prod Caméléon: Le Contentieux de l'Etat saisit la Justice    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retour à la case départ
ARP — Projet de loi sur les jardins d'enfants
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 04 - 2017

Des articles sur l'ancrage de l'identité arabo-musulmane, sur l'enseignement des langues portent la mention: «Le silence de l'administration, au bout de deux mois, vaut acceptation ». Demain, si un jardin d'enfants décidait d'enseigner à des enfants en bas âge la langue turque, ou autres, et si l'administration ne répondait pas, pour n'avoir pas encore tranché, ou à cause des lourdeurs procédurales, son silence serait assimilé à un accord.
Après un long travail de gestation qui a duré près d'un an, le polémique projet de loi 59/2016 relatif à l'organisation des crèches et des jardins d'enfants refait surface en plénière, à travers un rendez-vous insolite, lundi après-midi. Habituellement, les séances publiques sont programmées à l'hémicycle à partir de mardi matin. A l'issu d'un débat parlementaire qui a abouti à une impasse, la séance est levée vers 20h00, et le texte de loi est envoyé en commission du consensus.
Le pouvoir exécutif a jugé la promulgation d'une loi nécessaire, en vue de réguler les établissements chargés de la petite enfance, en proie à un chaos généralisé depuis la révolution. Et ce, en lieu et place du pouvoir réglementaire dont il dispose, à travers les actes exécutoires, arrêtés et décrets fixant par un cahier des charges l'ouverture et la gestion desdites structures. D'où l'initiative gouvernementale déposée à l'ARP le 27 juillet 2016 par le ministère des Affaires de la femme et de la famille.
Les députés de toutes obédiences politiques ont demandé à s'exprimer pour mettre à l'honneur l'intérêt de l'enfant, l'éducation de nos enfants, des générations futures, relevant de la responsabilité directe de l'Etat. D'autres évidences enrobées dans de la rhétorique ont été théâtralement déclamées tout au long de cette plénière post-méridienne. Des propositions concrètes sont émises tout de même, comme de procéder au maillage territorial des jardins d'enfants, respectant une répartition plus équitable. Les régions isolées et rurales étant privées de structures d'encadrement, qu'elles soient publiques ou privées. Fatma Messadi de Nida Tounès et Amar Amroussi du Front populaire ont alerté sur le danger qui guette ce domaine d'activité hautement sensible. L'élue nidaiste a proposé de réviser les critères de recrutement des puériculteurs et animateurs (trices). Le député de l'opposition, a, lui, rappelé que la radicalisation des jardins d'enfants dits coraniques a commencé sous la Troïka, et que la tendance à «daéchiser», à «afghaniser» ces établissements est toujours menaçante.
Conflit de compétence ?
La séance levée vers 20h00, sans parvenir au moindre accord sur la dernière mouture du projet de loi, sans que la ministre Naziha Laâbidi présente son exposé ni que l'examen article par article soit entamé. Comme tout texte qui bute en plénière, il est renvoyé, sans surprise, à la commission du consensus. La surprise nous a été en revanche réservée par le débat purement formel qui s'est déroulé dans le cadre de cette commission, qui a tenu ses assises en salle Une, hier matin, au palais du Bardo. Ennahdha faisant valoir le risque de voir ce projet de loi frappé d'inconstitutionnalité, une fois promulgué, recommande de revenir aux anciennes dispositions, c'est-à-dire au pouvoir réglementaire, à travers le cahier des charges, en brandissant l'argument « conflit de compétence» entre le pouvoir réglementaire relevant de l'exécutif et le pouvoir législatif. Un revirement hautement contesté par les blocs du Front populaire, d'Afek Tounès et du Bloc El Horra. Nida Tounès a approuvé la nouvelle démarche de son allié de la coalition, la jugeant cohérente.
Le ministère de la Femme représentée par deux juristes, Samia Doula et Mohamed Ali Khaldi tout en retenu, ont présenté le degré d'importance du projet de loi, lequel devra relever du pouvoir législatif et non pas réglementaire. L'auteur de la loi, la présidence du gouvernement, a jugé catastrophique la présente situation de la petite enfance, livrée à l'anarchie, et ne pouvant plus être administrée par actes exécutoires. Des modalités insuffisantes ne pouvant fournir le cadre réglementaire pour garantir la protection des droits de l'enfant et son intérêt supérieur. L'article 47 de la constitution stipule que l'Etat doit fournir la protection légale et judiciaire de l'enfant. C'est donc une obligation constitutionnelle. Sans parler du fait que ce projet comporte des peines privatives de libertés, lesquelles ne pouvant être inscrites que dans le cadre d'une loi et non pas d'actes réglementaires.
Se voiler dans le formalisme juridique
Heger Ben Sheikh Ahmed révèle à La Presse le cycle du conflit; dans le projet de loi initialement destiné à servir de cadre pour organiser le secteur des crèches et des jardins d'enfants, des dispositions ont été glissées modifiant la mouture initiale présentée par le ministère. Des articles portant sur l'ancrage de l'identité arabo-musulmane, sur l'enseignement des langues, avec cette mention, « le silence de l'administration, au bout de deux mois, vaut acceptation ». Demain, si un jardin d'enfants décidait d'enseigner à des enfants en bas âge la langue turque, ou autre, et si l'administration ne répondait pas, pour n'avoir pas encore tranché, ou à cause des complications procédurales, son silence serait assimilé à un accord. Or, s'insurge la députée d'Afek Tounès, toute acceptation doit se faire par écrit, en bonne et due forme. Mais encore, la nouvelle lecture amendée en commission de la santé et des affaires sociales énonce une réduction des peines des contrevenants. Dans le projet initial présenté par le ministère de la Famille, ceux qui ouvrent et exploitent les jardins d'enfants coraniques et anarchiques embauchent un personnel non qualifié, écoperaient d'une peine pouvant aller jusqu'à dix ans. Dans le projet de loi actuel, la peine a été réduite de moitié ; pareil pour les amendes de cinq mille ramenées à 3 mille. «Lorsque le bloc Ennahdha, appuyé par certains nidaistes et non tous, ont constaté que leur version n'allait pas obtenir suffisamment de voix en plénière, ils ont décidé de faire pression pour ramener le projet au domaine des compétences du pouvoir réglementaire, et non législatif ».
Rim Mahjoub d'Afek Tounès, et Hssouna Nasfi du bloc El Horra, chacun avec son argumentaire, ont mis en avant les contradictions des députés nahdhaouis, puisque le projet de loi a été déjà adopté en commission, pourquoi décider maintenant qu'il ne relève plus des compétences du pouvoir législatif. D'autant qu'une instance est chargée de statuer sur la constitutionnalité ou non des lois. Chacun joue son rôle en démocratie. Les députés du parti Ennahdha et avec eux un élu de Nida Tounès, se sont drapés dans le formalisme juridique, s'inquiétant de voir la loi rejetée. L'arrière-plan politique est essentiel pour comprendre cette manœuvre et que chacun prenne acte, relève Mongi Harbaoui du Front populaire, au cours de son intervention.
Proverbe à méditer : « Avec du temps et de la patience, on vient à bout de tout».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.