Avis de recherche du Ministère de l'Intérieur au sujet d'un dangereux terroriste    Ezzeddine Larbi - Economie et pandémie : de la grande crise de Covid-19 et ses impacts    Etoile du Sahel : La formation probable contre l'US Tataouine    Le personnel du Service de cardiologie placé en isolement    Covid-19 : Port obligatoire des masques en Tunisie    Météo: Prévisions pour dimanche 09 août 2020    Tunisie: Ennahdha pour un gouvernement politique tenant compte des équilibres au Parlement, selon Abdelkrim Harouni    Migration irrégulière des tunisiens vers l'Italie: ces débarquements massifs qui inquiètent Rome    Tribunes: 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ( 3epartie )    ligue 1 — (18e journée): Enjeu considérable !    Le leader accroché    ESS: Sur la lancée !    Tribunes: Hurlements dans les gradins    DECES: Nabiha Bent Haj Ali Trabelsi    Analyse crise de Covid-19: Ses impacts sur les plans mondial, régional et national    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés à Tipaza    ONFP – Table ronde sur la «COVID-19 et santé sexuelle de la femme»: L'Injed : une unité qui accueille les femmes victimes de viol    «The Climb» de Michael Angelo Covino à l'Agora: Fable moderne    Premier album de Slim Abida «Fréquences basses»: Les sonorités d'un vécu    5e session du festival d'été de Kalaâ-Kebira (du 15 au 20 août 2020): «Les miroirs des arts»    Un nouveau cas de contamination locale à Kairouan    Mise en place d'une stratégie sécuritaire contre la migration irrégulière    Que révèleront les mémoires de Mohamed Ennaceur ?    Tunisie – VIDEO : Un incendie se déclare sur l'autoroute Tunis – La Marsa    18 morts et plus de 120 blessés dans une sortie de piste d'un avion en Inde    Coronavirus : 22 nouveaux cas dont 10 cas locaux enregistrés dans 6 gouvernorats (Tunis, Ariana, Monastir, Sfax, Gabés, Médenine)    Le Barça veut la Ligue des champions pour sauver sa saison !    Mort de 27 migrants en majorité des ghanéens    Souvenirs et nostalgie    Prêts... Partez !    Boukornine entre littérature et histoire    Le ministère de l'intérieur lance un appel à témoin contre un terroriste    Juventus Turin : Maurizio Sarri limogé après l'élimination contre l'Olympique Lyonnais    Basket-ball : L'US Monastir à une victoire du titre    Tunisie : La Télédéclaration obligatoire à partir d'un CA de 100 mille dinars (Rappel)    L'ANSI alerte sur une nouvelle vague de "phishing" sur Facebook    Saida Ounissi tire à boulets rouges sur Fethi Belhaj ministre de l'Emploi    L'Italie annonce le début de l'expulsion des immigrés clandestins tunisiens à partir de lundi    Tourisme : La peur de voir la situation se compliquer    Tunisie: Reprise des activités d'exploitation du phosphate à Mdhilla    Une soirée musicale sous le signe de la solidarité avec Beyrouth    Zaghouan : L'approvisionnement en eau potable à Nadhour va bientôt s'améliorer    L'argenterie tunisienne dans toute sa splendeur    Trump contre TikTok, ou la guerre froide du Web    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    Liste des membres de la Commission d'encouragement à la production cinématographique pour l'année 2020    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'impact du climat sur les activités économiques
Changements climatiques
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 09 - 2017

Les pays africains doivent travailler en plus étroite collaboration sur l'action climatique et le développement durable. C'est l'une des principales conclusions du Forum africain du carbone 2017.
Les pays africains doivent travailler en plus étroite collaboration pour la mise en œuvre des plans d'action climat nationaux de l'Accord de Paris sur les changements climatiques et pour la mobilisation de financements climatiques, tout en intégrant au mieux l'action climatique dans la planification du développement durable. Voici la principale conclusion des ministres et des principaux représentants réunis au Forum africain du carbone, qui s'est terminé hier à Cotonou, au Bénin.
Plus de 600 professionnels, experts et décideurs politiques, dont des ministres de toute l'Afrique et d'autres participants de haut niveau, se sont réunis à Cotonou, récemment, pour dresser un bilan et aligner leurs stratégies de mobilisation de ressources financières visant à assurer un développement durable et une réduction des émissions de gaz à effet de serre à l'échelle du continent.
Promouvoir des actions collectives
«L'Afrique est le continent le plus touché par les changements climatiques. Deux tiers des Africains vivent de la terre et il est donc primordial que le continent emprunte une voie économique et développementale résiliente au climat. En accueillant le Forum africain du carbone autour du thème des actions climatiques collaboratives pour un développement durable, le Bénin démontre non seulement son propre engagement vis-à-vis des plans d'action climat nationaux, mais aussi, de manière plus large, l'intérêt de l'Afrique à promouvoir les actions collectives en faveur du climat», a déclaré Abdoulaye Bio Tchané, ministre d'Etat chargé du plan et du développement du Bénin.
Alors que les pays ont déjà pris des engagements ambitieux sous l'Accord de Paris, et que cette tendance devrait se poursuivre à l'avenir, les ministres et les autres dirigeants africains ont souligné l'importance de créer un élan qui permettra la transition vers le bas carbone et une plus grande résilience au changement climatique. Ils ont également souligné la nécessité d'établir de nouveaux partenariats afin de renforcer et de stimuler plus encore le développement durable. S'adressant aux délégués présents à Cotonou, la secrétaire exécutive de la Convention-Cadre des Nations unies sur les changements climatiques (Ccnucc), Patricia Espinosa, a déclaré:
«L'Afrique connaîtra une croissance effrénée jusqu'au milieu du siècle. Ce n'est pas tout. L'Afrique est l'un des moteurs les plus importants de la croissance mondiale pour les prochaines années. Les Africains sont au cœur de cette croissance. Mais la croissance doit être façonnée en fonction de critères climatiques et relatifs au développement durable. Les contributions déterminées au niveau national de l'Afrique sont des plans permettant d'attirer les investissements du secteur privé et de progresser. La mise en œuvre de l'Accord de Paris pose les fondations de la stabilité, de la sécurité et de la prospérité, alors que la population devrait atteindre 9 milliards de personnes ou plus d'ici 2050. Il s'agit de nourriture, d'eau et d'énergie pour tous. Il s'agit d'emplois décents. Il s'agit de la chape de construction de communautés durables et résilientes, alimentées en énergies propres et renouvelables.»
Echange de connaissances
Au fil du temps, le Forum africain du carbone se développe et devient un événement régional d'action climatique qui appuie, en se combinant aux événements de l'Action mondiale pour le climat, les actions menées par les parties prenantes non gouvernementales (ou non-Parties) en amont de la conférence annuelle des Parties organisée par la Ccnucc.
Les délégués présents au Forum africain du carbone de cette année ont confirmé que les parties prenantes non-Parties, y compris les villes et le secteur privé, sont prêtes à relever leur ambition en matière d'action climatique, et ont accueilli cet événement comme un événement régional unique permettant l'échange de connaissances et le développement de nouveaux partenariats, essentiels pour permettre à l'Afrique de réaliser son potentiel et d'atteindre les objectifs fixés dans l'Accord de Paris et les Objectifs de développement durable (ODD).
Les représentants ont abordé plusieurs thèmes cruciaux allant des options en matière de politique climatique, à l'avenir des mécanismes existants et largement utilisés, adaptés aux divers contextes nationaux et qui peuvent être élevés au niveau régional en Afrique. Plusieurs discussions se sont concentrées sur les façons de renforcer la coopération entre les Parties et les parties prenantes non-Parties dans plusieurs secteurs clés pour l'Afrique, notamment l'énergie, l'agriculture et les établissements humains, y compris le rôle des futurs marchés du carbone, en vue de stimuler l'action climatique pour le développement durable.
«Le secteur privé joue un rôle essentiel pour attirer les financements climatiques en Afrique», a déclaré Dirk Forrister, PDG de l'Association internationale pour l'échange de droits d'émission (IETA). «Les marchés constituent le moyen le plus efficace de susciter ces investissements, qui à leur tour aident les nations africaines à croître de manière plus propre et plus durable.»
«Cette réunion montre que de nombreux pays de la région avancent en matière de politique nationale, et que plusieurs d'entre eux trouvent de nouvelles approches novatrices pour impliquer leur secteur privé local dans le développement de projets et la finance», a déclaré Miriam Hinostroza de UNEP DTU.
Le Forum a été organisé sous l'égide du Partenariat du cadre de Nairobi. Les partenaires et les organisations coopérantes impliquées dans l'édition du Forum africain du carbone de cette année incluent: la Ccnucc, le groupe de la Banque mondiale, le Programme des Nations unies pour l'Environnement (Pnue), le Programme des Nations unies pour le Développement (Pnud), l'Association internationale pour l'échange de droits d'émission (IETA, selon le sigle anglais), le Partenariat UNEP DTU, la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement (Cnuced), le groupe de la Banque africaine de développement, le Partenariat mondial de stratégies de développement à faibles émissions (LEDS Partnership) et l'Association de l'investissement dans les marchés carbone (CMIA, selon le sigle anglais). L'événement est soutenu par la Banque Ouest-Africaine de Développement (Boad).
Le Partenariat du cadre de Nairobi a été lancé en 2006 par le secrétaire général des Nations unies de l'époque, Kofi Annan, afin d'aider les pays en développement, particulièrement ceux d'Afrique subsaharienne, à améliorer leur niveau de participation au mécanisme de développement propre du Protocole de Kyoto.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.