Tunisie-Directeur de l'ENIS [VIDEO] : « Nous cherchons à améliorer le classement de nos universités dans le monde »    Où voir les matches d'Aissa Laidouni et Anis Ben Slimane en Europa League ?    Youssef Bouzakher : « La dissolution du CSM n'a jamais été évoquée par le chef de l'Etat »    Dr Rim Belhassine Cherif, Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    Tunisie – Covid : Fermeture d'un troisième établissement scolaire à Djerba    Inauguration du nouveau siège de l'ambassade de l'Etat de Palestine en Tunisie    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Abdellatif Mekki : Les personnes qui gardent encore espoir en Kaïs Saïed n'ont rien compris !    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Tunisie: Vers la vaccination des enfants âgés de 5 ans ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    LC Europe (Poules / 6è j): le programme de ce mercredi    Le comité scientifique annonce une bonne nouvelle    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    CONDOLEANCES    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'urgence d'une nouvelle politique monétaire
L'inflation poursuit sa hausse
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 03 - 2018

Même si tout le monde s'accorde à identifier cent mille causes économiques, sociales et politiques à la profonde crise économique qui étouffe le pays, le fait est que la BCT n'a pas vraiment brillé ces sept dernières années et qu'elle doit se réveiller de la manière la plus active et transparente.
Les premières déclarations du nouveau gouverneur n'ont pas eu la vigueur que la situation exige. Insistant sur le déficit commercial et celui de la balance des paiements, il a raté l'occasion de donner à son mandat, qui s'annonce problématique, la solide détermination que toutes les défaillances enregistrées a posteriori, au désavantage de la BCT, auraient inspirée
La fonction d'une banque centrale est de définir et mener la politique monétaire d'un pays, ainsi que de surveiller et de gérer l'ensemble des systèmes de paiement et de garantir la solidité du système bancaire et financier en assurant le rôle de prêteur en dernier recours et en fournissant la liquidité nécessaire.
Or, des défaillances et des incohérences ont caractérisé la prise en charge par la BCT de ces différentes fonctions, sans qu'aucune alerte ne soit déclenchée ni que l'on prenne les décisions techniques qui s'imposaient. D'où le nécessaire constat d'un «silence radio» qui nécessite un urgent audit, de préférence externe, de tous les mécanismes qui permettent à la BCT d'accomplir sa mission.
Le fiasco de la politique monétaire
La Banque centrale est avant tout l'institution responsable de la politique monétaire. Or celle-ci est un instrument essentiel de la politique économique d'un pays.
La première fonction de la Banque centrale est donc d'assurer l'émission de la monnaie nationale, c'est-à-dire la fabrication, la mise en circulation et l'entretien des billets de banque et des pièces de monnaie. Or la politique monétaire de la BCT a été couronnée par un fiasco monumental aux conséquences désastreuses, puisque le dinar a connu une dépréciation majeure incontrôlée qui a bouleversé tous les indicateurs économiques et financiers.
Concordance entre monnaie et économie réelle
Car le rôle de la BCT va beaucoup plus loin que sa fonction monétaire, puisque son action la plus stratégique consiste à contrôler l'aptitude des banques à produire de la monnaie scripturale qui concorde avec les besoins et les résultats de l'activité économique du pays.
Ce lien étroit entre le système monétaire et l'économie réelle est une donnée essentielle de la réalité économique et financière d'un pays.
De ce fait, la Banque centrale de Tunisie ne peut se préserver des mises en cause qui peuvent lui être adressées quant au rôle qu'elle a joué ou ceux qu'elle a mal joués, toutes ces dernières années de dégringolade économique, financière et monétaire.
Corriger et mettre à jour les mécanismes
Cela ne signifie pas qu'il faille mettre à l'index l'ancien gouverneur, Chedly Ayari, mais qu'il est essentiel, aujourd'hui, de remonter la chaîne des décisions et des pratiques qui ont conduit au désastre et qui pourraient bien n'avoir nullement été éradiquées. Même si, comme à l'accoutumée, on a brusquement mis en scène quelques scandales minutés, au moment précis où le gouverneur partant s'en allait...
Cela dit, même si tout le monde s'accorde à identifier cent mille causes économiques, sociales et politiques à la profonde crise économique qui étouffe le pays, le fait est que la BCT n'a pas vraiment brillé ces sept dernières années et qu'elle doit se réveiller, de la manière la plus active et transparente.
Les premières déclarations du nouveau gouverneur, en tout cas, n'ont pas eu la vigueur que la situation exige. Insistant sur le déficit commercial et celui de la balance des paiements, il a raté l'occasion de donner à son mandat, qui s'annonce problématique, la solide détermination que toutes les défaillances enregistrées a posteriori, au désavantage de la BCT, auraient inspirée.
Les mille origines de l'inflation
La chute du dinar est effectivement partiellement conséquente aux déficits des balances commerciale et des paiements, mais l'on ne se souvient d'aucune mise en garde institutionnelle à cet égard de la part de la BCT. Et, en tout cas, à aucune initiative législative ou même simplement politique durant les six ans passés par Ayari à la tête de cette institution aux rôles essentiels, enjeux ayant fait que sa nomination avait provoqué une terrible bataille politique invoquant, entre autres, la question de l'indépendance de la Banque centrale, que préconisait l'ancien gouverneur de la BCT, Mustapha Kamel Nabli.
Ces derniers temps, l'inflation a pris la trajectoire d'un alpiniste vigoureux décidé à conquérir l'Everest, alors que, là encore, la Banque centrale avait un rôle vital à mettre en œuvre.
Le «douanier de l'argent»
L'inflation est désormais, internationalement, un indice mesurant l'indépendance d'une banque centrale. Car l'inflation peut être le fait d'un rythme effréné de la «planche à billets» dont peut avoir besoin un gouvernement assiégé par les revendications salariales et les besoins en dépenses sociales. Un grand point d'interrogation !
Le nouveau gouverneur est présenté comme une personnalité compétente et expérimentée. De plus, il nous revient de la Banque mondiale, laquelle critique, tout comme le vénérable FMI, à juste titre, les records qu'enregistre notre inflation. Mais s'impose, d'urgence, une solide reprise en main de la BCT, de tous ses rouages et toutes ses fonctions. Notamment son rôle de «douanier de l'argent», là où des défaillances majeures nous sont reprochées, faisant de nous de bons candidats à des listes noires qui peuvent bien avoir, au même moment, d'autres motivations d'inspiration géopolitique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.