CONDOLEANCES : Lamia ZOUAOUI    Monastir: Un surveillant général arrêté pour avoir harcelé des parents d'élèves    CONDOLEANCES    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    Appel à candidatures pour la Bourse d'aide à la mobilité AMI : date limite le 31 mai 2022    Slim Riahi : je ne suis ni un corrompu, ni un criminel pour subir cet acharnement !    Ukraine : La boulette signée Bush, il condamne sa guerre en Irak…    Le Kenya est exclu des éliminatoires de la CAN 2023 !!    Play-offs Ligue 1 Pro : Programme TV de la 6e journée    La chargée d'affaires à l'Ambassade des Etats-Unis: Le pèlerinage d'Al Ghriba est le symbole de tolérance et de paix [Vidéo]    Une délégation de l'Otan en Tunisie et … en catimini    Parution de l'ouvrage "Les dérives contraires en Tunisie" de Hatem M'rad    USBG : Dans la peau d'un trouble-fête...    EST :Continuer à faire le plein    Ligue 1 | Play-out – 3e journée : L'OB retrouve son rang de leader    Le Brief sportif national, continental et international du jeudi 19 mai    High Tech & Innovation    Tunisie – météo : Temps clair à peu nuageux    Photo du Jour : ils présentent des excuses pour le "dérangement"… On avance!    Walid Ben Salah, président de l'Ordre des experts-comptables de Tunisie à La Presse : «La Tunisie travaille sur l'amélioration de sa notation par le Gafi»    L'investissement étranger n'a pas retrouvé son niveau d'avant la pandémie    Le journaliste Mahmoud Ben Jemâa n'est plus    Ce soir, à la Salle Tahar-Cheriaa à la Cité de la Culture Chedli-Kélibi : Courez (re)voir «Le pas suspendu de la cigogne» d'Angelopoulos !    Tolérance et ouverture...Ce qu'a dit l'ambassadeur de France à propos de la Tunisie    Zied Mallouli : à Sfax, nous avons des sangliers en plus des ordures    Foot-Europe: le programme du jour    Artes propose la distribution d'un dividende de 0,8 dinar par action    EXCLUSIF: Najla Bouden participe au Forum de Davos    Comité de défense de Slim Riahi: Conférence de presse [Vidéo en direct]    Des Israéliens à la Ghriba    Prévenir la pénurie alimentaire    Abdelmajid Zar : la tentative de m'écarter de l'Utap est une trahison    Ghazi Maherzi: Le représentant du géant ukrainien de produits métallurgiques    Près de 135 mille candidats passeront les épreuves du baccalauréat    Match amical: USA-Maroc le 1er juin à Cincinnati    Le président de l'Instance générale des prisons et de la rééducation démis de ses fonctions    Par A.Ben Gamra : Notre banque centrale (BCT) cause elle-même l'inflation de notre économie    Libye : Bach Agha annonce Syrte comme siège de son gouvernement    Motus après le missile de l'USAID, Tunis attend qu'on coupe le robinet du FMI    Le Festival de l'Amandier débute ce vendredi à Sfax    Tahar Bekri: Aboulkacem Chebbi et la revue Forge    Ben Slama : le projet de calendrier du référendum a été élaboré par des parties étrangères à l'Isie !    Master International Film Festival : Un nouveau festival cinématographique tunisien en juin à Hammamet    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    L'artiste Mondher Jebabli n'est plus    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Déficit abyssal des caisses sociales
Pharmacie Centrale
Publié dans La Presse de Tunisie le 23 - 07 - 2018

Le gouvernement est intervenu pour renflouer les caisses de la PCT à hauteur de 500MD, et ce, suite à un CMR tenu lundi 11 juin sous la présidence de Youssef Chahed. Une première tranche de 250 MD sera versée prochainement, a assuré dernièrement le ministre de la Santé, Imed Hammami.
Le président du syndicat des pharmaciens d'officine de Tunisie (Spot), Mustapha Laâroussi, rappelle que la solution est ailleurs, il évoque l'urgence de la réforme des caisses sociales qui tiennent en otage la Pharmacie Centrale.
Pénurie de médicaments dans la pharmacie d'officine et les hôpitaux, chute considérable des réserves des médicaments vitaux, suspicion de corruption sur le plan de la gestion de la Pharmacie centrale de Tunisie, dettes de la PCT à l'égard des fournisseurs étrangers, des mots devenus les leitmotive de la crise du secteur de la santé en Tunisie. La pénurie a atteint un stade alarmant ces derniers temps comme le confirment le Syndicat des pharmaciens d'officine de Tunisie (Spot) et l'Organisation tunisienne des jeunes médecins.
Contrebande et mauvaise gestion, les maux du secteur
Le Syndicat des pharmaciens d'officine (Spot), a en mars dernier, tiré la sonnette d'alarme sur la situation critique de la Pharmacie Centrale qui connaît une crise de trésorerie sans précédent due au non-paiement de ses avoirs auprès de la Cnam et des structures publiques de santé. Cette crise a mis la PCT dans l'incapacité de payer ses fournisseurs dans les délais impartis entraînant le ralentissement d'approvisionnement en médicaments importés et même la suspension de livraisons par certains laboratoires. Elle s'est traduite par un manque au niveau des officines et des structures de santé publique de plusieurs spécialités de médicaments dont certaines sont indispensables et n'ont malheureusement pas de similaires. La pénurie est bien réelle et risque, si elle perdure, de poser un grave problème de santé, a souligné le Spot.
Les dysfonctionnements que connaît ce secteur concernent le problème de la contrebande et celui de la mauvaise gestion, ce qui pose un problème auquel il faut trouver une solution dans le cadre de la bonne gouvernance par la mise en place d'un système de contrôle rigoureux et permanent à différents niveaux.
Le ministre de la Santé a, à maintes reprises, pointé du doigt deux facteurs essentiels ayant contribué à la dégradation de ce secteur, à savoir la contrebande et la corruption, ce qui n'est pas un fait nouveau. Tous les anciens ministres s'accordent à dire que le secteur des médicaments est bel est bien gangrené mais ce sont toujours les solutions de sortie de crise qui font défaut.
L'injection de liquidités, une solution provisoire
Le gouvernement est intervenu pour renflouer les caisses de la PCT à hauteur de 500MD, et ce, suite à un CMR tenu lundi 11 juin sous la présidence de Youssef Chahed.Une première tranche de 250MD sera versée prochainement, a assuré dernièrement le ministre de la Santé Imed Hammami.
Le ministère de la Santé, tente, tant bien que mal, de redresser la barre et réduire les dettes de la Pharmacie Centrale. En novembre 2017, un CMR a été tenu pour évaluer la situation de la PCT et la série de mesures entreprises n'ont pu améliorer la situation financière de cette dernière. Pire, son P.-d.g. a été limogé en avril 2018. C'est que la crise n'est pas facile à gérer et demande une révision de fond en comble du secteur des médicaments.
Mais le vrai problème réside dans le retard observé sur le plan de la réforme des caisses sociales (Cnss et Cnrps) et de la Cnam, nous a confié le président du syndicat des pharmaciens d'officine, Mustapha Laâroussi. L'injection de liquidités fera du bien certes à la Pharmacie Centrale et aux officines mais elle demeure une solution de rafistolage.Il faut s'attaquer plutôt et d'une manière urgente au déséquilibre des caisses sociales par le biais de la réforme pour désamorcer la crise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.