Tournoi de Majorque : Ons Jabeur éliminée faute de blessure    Tunisie : Un nouveau joueur poursuit le Club Africain    L'Arabie Saoudite répond aux accusations onusiennes à l'encontre de Mohamed Bin Salmane dans l'affaire Khashokgi    Participation des Entreprises Tunisiennes à la 6e Edition du Forum International Ouest-Africain de Rendez-vous d'Affaires « AFRICALLIA 2019 »    Tunisie – Des représentants du peuple ont signé une pétition pour annuler l'adoption de l'amendement de la loi électorale    Tunisie – L'amendement de la loi électorale adopté par l'ARP peut-il être annulé, et par qui ?    Le yaourt freinerait le cancer colorectal chez les hommes    Bac 2019, 546 cas de fraude et de mauvaise conduite enregistrés    Le Kyokushinkai-karaté doté d'un nouveau Bureau fédéral    12 députés signent une pétition contre l'amendement de la loi électorale    CAN 2019 : Le classement des équipes les plus chères    Mini-foot : La première édition du championnat d'Afrique des clubs à El Jem et Bhira    Confirmation de la « Peine de mort » pour Lotfi Briki principal auteur du viol et du meurtre de « Khalti Selma 86 ans » à Kairouan    Le mouvement Echaâb annonce l'intention d'intenter un recours contre l'amendement de la loi électorale    La légendaire Amstel débarque en Tunisie    Affaire Khashoggi- Le rapport de l'ONU affirme l'implication de Mohamed Ben Salmane dans l'assassinat de Khashoggi    Festival Carthage 2019 : Le violoniste Zied Zouari au programme le 23 juillet avec “Electro Btaihi”    Les membres du Front Populaire doivent obéir ou partir, déclare Hamma Hammami    France- L'ex président français Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption    TT International Services TTIS et Deloitte Conseil Tunisie : Vers une collaboration très étroite en Afrique    DS AUTOMOBILES : PARTENAIRE DE TUNIS FASHION WEEK 2019    Programme TV du mercredi 19 juin    Tunisie: Complicité d'assassinat du martyr Chokri Belaid, Besma Khalfaoui réfute faire l'objet d'accusation    La DIVA Amina FAKHET : Pour une 2ème fois à Yuka gammarth le 16 juillet 2019.    Réaction de Nabil Karoui à l'adoption de l'amendement de la loi électorale : « Suicide du processus, nous allons poursuivre et nous gagnerons »    Première réunion du Forum parlementaire régional pour la santé et le bien-être dans la Région de la Méditerranée orientale    ‘' Cabinet des Citoyens'' organisé par l''Organisation de coopération et de développement économique, dans le cadre des Journées MENA-OCDE    CAN 2019 : Les Aigles de Carthage au bout d'un parcours quasiment sans fautes    En photos : Ce que l'on sait de l'explosion dans un fast-food à El Mourouj 5    L'amendement de la loi électorale adopté par l'Assemblée des représentants du peuple    La Poste Tunisienne organise son 1 er hackathon pour réinventer le timbre-poste    L'Equipe nationale féminine de rugby en Tunisie a réalisé de bons résultats et remporté des titres importants sur le plan international    Tunisie: Al Joumhouri met en garde contre le report des élections    Météo: Prévisions pour mercredi 19 juin 2019    Aménagement de la salle couverte de handball d'El Menzah Sport par l'ambassade du Japon    Signature d'une convention de partenariat entre le Festival International de Carthage et Tunisair    Huawei annonce le lancement du Huawei Y5 2019 qui clôture son entrée de gamme    Golfe d'Oman : Les Etats-Unis publient de nouvelles photos accusant l'Iran et renforcent leur dispositif militaire au Moyen-Orient    Décès de l'ancien Président égyptien Mohamed Morsi au cours de son audition au tribunal    Les forces américaines sommées par Téhéran de quitter le Golfe d'Oman    Après le chaos qui a suivi les frappes aériennes de l'OTAN et le meurtre de Kadhafi, OBAMA a reconnu qu'il s'agissait de la « pire erreur de sa vie »    REGARDE-MOI de Nejib Belkadhi remporte 4 prix au festival du cinéma tunisien    Une idée sur les salaires des Présidents, Chefs de gouvernement, et Chanceliers…    MOOD TALENT devient partenaire de LA SAISON BLEUE    Six orphelins de djihadistes de l'EI rapatriés en Belgique    Festival International De Poésie de Sidi Bou Saïd 2019 du 14 au 16 juin    « Boulevard Paris 13 », ou le premier Louvre du Street Art conçu par le franco-tunisien Mehdi Ben Cheikh    BardoFest du 19 au 30 juin 2019 avec du théâtre, du cinéma et du jazz (Programme)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du récit du devoir au récit du vouloir
Entretien du lundi avec Tarek Ben Chaabane ( Universitaire et scénariste)
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 03 - 2019

Critique de cinéma et scénariste. Il a aussi été consultant sur plusieurs scénarios de longs et de courts métrages. Il a fait partie de l'équipe de l'Atelier Sud Ecriture. Il a également été délégué général des JCC en 2010 et conseiller artistique en 2017. Universitaire, il enseigne la sociologie des médias et du cinéma à l'ESAC (Université de Carthage). Tarek Ben Chaâbane vient de publier «Lecture de la production cinématographique tunisienne». Entretien.
Au Festival du film africain de Louxor, vous avez présenté votre livre «Lecture de la production cinématographique tunisienne». Quels sont les grands axes de cette lecture ?
Cette lecture s'intéresse essentiellement à la production cinématographique tunisienne du troisième millénaire. Elle s'interroge autant sur le film de fiction que sur le film documentaire en essayant de contextualiser ou, du moins, de proposer des pistes de contextualisation, c'est-à-dire d'aborder les films dans leur relation avec les éventuels changements institutionnels et sociaux.
Il est évident que la date du 14 janvier 2011 s'impose comme une date charnière avec ce qu'elle suppose comme potentialité d'émancipation. On prête souvent aux révolutions politiques cette capacité de tout bouleverser, de remplacer l'ancien par du nouveau. Mais les révolutions artistiques sont plus longues à se mettre en place. Le processus est complexe. A moins qu'il ne s'agisse d'une injonction dans le cadre d'une programmatique politique et éminemment idéologique comme ce fut le cas avec le réalisme socialiste, au milieu des années trente, pensé, on l'oublie parfois, par le grand Maxime Gorki. L'art fut instrumentalisé après avoir été un large champ d'expérimentation…
La période couverte par cette réflexion a vécu, à mon avis, deux révolutions. La première est technologique avec l'avènement du numérique qui permet une autonomie réelle, avec du matériel de tournage léger, du montage maison, etc. Il a ouvert la voie à un cinéma auto-produit et donc libéré de certaines pesanteurs. Le véritable tournant s'est fait en 2005 autour de personnalités comme Hichem Ben Ammar ou Karim Souaki…
La deuxième révolution, c'est celle de la liberté d'expression. Et là, c'est quelque chose qui n'a pas de prix…
Les deux parties de cette lecture prennent en considération cet événement dont l'impact a été plus visible dans le cinéma documentaire qui fut longtemps marginalisé à cause de sa proximité avec le réel et de certains genres journalistiques. L'investigation n'a pas les faveurs de tous…
La première partie, consacrée à la fiction s'interroge sur l'éventuelle naissance d'une nouvelle vague, et la seconde sur les différentes expressions de la réappropriation du réel par les documentaristes et du récit qu'ils font de la révolution d'une manière directe comme dans «Fellaga 2011» de R. Omrani ou «Rouge Parole» de E. Baccar ou indirecte comme dans «El Gort» de H. Ouni de «Babylon» du trio Ismael, Chebbi et A. Slim…
Pour ce troisième millénaire, selon vous, assiste-t-on à une évolution ou à une rupture dans la création cinématographique tunisienne ?
Il faut dire qu'il m'a semblé quelque peu difficile de m'interroger sur les ruptures et continuités et de construire une argumentation, sans opérer une petite remontée, ne serait-ce que d'une manière synthétique, aux premières années de l'indépendance et de la mise en place du mode de production tunisien avec ses infrastructures, ses juridictions mais aussi ses différents styles narratifs et ses préoccupations thématiques.
En partant des itinéraires des personnages et de leur relation avec l'environnement, (l'individu au groupe), en étant conscient que cette dualité est strictement employée dans une perspective compréhensive, j'ai isolé deux grandes tendances dans la cinématographie tunisienne de 1966 aux années 2000. Chacune comprenant des nuances et le tout n'excluant pas recoupements et chevauchements.
La première est celle où le personnage est défini par le devoir. C'est d'abord l'époque de ce que Vincent Pinel appelle le cinéma de «l'épopée nationale» avec «El Fajr» comme œuvre emblématique. Les personnages se confondant pour devenir une figure de l'unité nationale au-delà de la différence de classe, des appartenances régionales, etc.
On reste avec cette notion de devoir dans des films qui vont contester cette totalité sans s'en départir. Nous sommes au milieu des années soixante-dix et les modèles de développement, les promesses des indépendances sont en train de s'épuiser, et les «soleils des indépendances» ont perdu de leur éclat. Arrive une vague qui va réhabiliter ou revendiquer l'existence d'autres acteurs. Les femmes dans «Fatma 75» de S. Baccar ou «La Trace» de N. Ben Mabrouk, les syndicalistes dans «Sejnane» de A. Ben Ammar, les intellectuels dans «Traversée» de Mahmoud Ben Mahmoud, etc.
Une rupture s'opère en 1986 avec «L'Homme de cendres» de Nouri Bouzid. C'est l'avènement de ce que j'appelle, en empruntant cette nation à la narratologie, le récit du Vouloir. C'est l'irruption de l'individu qui cherche son salut hors du groupe. Avec deux potentialités qu'on retrouve dans la figure du double chère à Bouzid. La marginalité radicale de Farfat et le spleen de Hechmi. Il faut retenir, ici, que le scénario motive par des traumatismes enfouis, l'itinéraire des personnages. C'est la vague du cinéma de la mémoire avec notamment le grand film de Moufida Tlatli «Les silences du Palais». Le flash-back est une des figures prégnantes de ces récits…
Bien sûr, je propose des articulations entre ces logiques de narration et l'évolution du mode de production dans ces différents composants.
Dans les années deux mille, il y a un déplacement qui s'opère avec notamment «No man's love» de N. Chatta, «La tendresse des loups» de J. Saadi et «Satin rouge» de R. Amari. Les personnages entrent dans la spirale de l'excès. Du «décentrement pour le décentrement» selon la belle formule d'un philosophe. Les liens avec l'environnement se délitent. Mais cette rupture reste circonscrite. On en retrouve paradoxalement la trace dans un documentaire : «El Gort» de H. Ouni…
Il n'y a donc pas ruptures. Il y a continuité institutionnelle. Et aussi continuité des styles…
Certains pensent que le cinéma tunisien, même après les libertés acquises grâce au 14 janvier, n'a pas su s'affranchir d'une certaine forme.
Qu'en pensez vous ?
C'est vrai en partie. C'est d'ailleurs le reproche que lui font deux chercheurs et amis qui sont Ikbal Zalila et Slim Bencheikh. Le premier parle de la domination de ce qu'il définit comme une tendance naturaliste et sociologiste et le second de l'emprise du discours, du «plein»…
Naturalisme et discours étant aux antipodes de la modernité cinématographique. Ce dernier paradigme est lui-même discuté aujourd'hui, mais là c'est une autre histoire…
Cela n'empêche pas l'existence de très bons films et de quelques fulgurances formelles franchement séduisantes…
Quel regard portez-vous, aujourd'hui, sur les cinémas d'Afrique entre autres dans leur relation avec la question des libertés ?
Je préfère, aujourd'hui, prendre des précautions et parler de cinémas africains. L'idée d'un cinéma africain était liée à un idéal commun, le panafricanisme. Elle-même liée au contexte des décolonisations et des espoirs qu'elles ont suscités. On est passé, depuis, par pas mal de désenchantements.
Je dis cinémas africains, car les choses évoluent réellement à des vitesses totalement différentes. On va de pays quasiment sans production et sans salles à d'autres où Netflix commence à intervenir. C'est le cas de l'Afrique du Sud. Je crois que «Catching feelings» de Kagiso Lediga a été distribué par Netflix. C'est une jolie comédie dramatique. Un peu formatée tout de même…
Sinon, nous sommes dans une logique de «francs-tireurs» et qui sont généralement tributaires des financements européens avec les risques et dérives qu'on sait. Il faut avoir une forte personnalité pour s'imposer et il y en a, je pense à Mahamat Saleh Haroun ou Alain Gomis par exemple…
Il y a aussi la nouvelle vague qui vient de l'Afrique non francophone (Ghana, Mozambique, Rwanda) où les films sont produits suivant d'autres logiques et qui apportent des propositions très intéressantes…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.