CAN 2022 : Programme des huitièmes de finale et Live TV et streaming pour regarder les Matchs    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Justice transitionnelle — Abdallah Kallel et d'anciens cadres sécuritaires interdits de voyage: La lenteur de la justice bafoue les droits des victimes et ceux des accusés    Foot-Europe: le programme du jour    CAN 2021 : L'historique des matches en CAN opposant les Aigles aux Super Eagles    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00) : Sauver la face    Coronavirus : 10 décès de plus et 10031 contaminations en 24h    Tunisie-coronavirus : Plus de 14 mille vaccinés en 24H    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    On a vu pour vous : « Are you Lonesome Tonight ? », de Shipei Wen : Thriller chinois    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Médecins, dentistes et pharmaciens de la santé publique en grève, le 25 janvier    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Récupération politique    Urbanisme et planification urbaine    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    Des astuces pour protéger les plantes du froid    Les perroquets    Migraine : la covid-19, un facteur déclencheur    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    La Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens (Fnut) lève le voile sur les défis de l'urbanisme en Tunisie: Un chantier en cache un autre...    Loi de finances : Bouden corrige le tir avec la Conect après l'avoir zappée    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Nigeria – Tunisie : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct – 23 janvier 2022    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    Meurtre du commandant Houimli : 3 condamnations dont une peine de mort    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Les membres du CSM pleurent-ils pour leurs privilèges ou pour l'atteinte au pouvoir judiciaire ?    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Antonio Guterres espère un rétablissement des institutions démocratiques en Tunisie    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    BNA Bank réalise un PNB en hausse de 20% en 2021    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La société civile peut-elle contribuer à la réussite de notre révolution ?
Opinions
Publié dans La Presse de Tunisie le 21 - 06 - 2011


Par Hassen CHAARI*
«De la critique peut jaillir la lumière»
Socrate
«Désormais, c'est entre autres à travers les associations que les peuples définissent et décident de leurs propres destins»
J.P. Colombani
La révolution du 14 janvier a prouvé le fait que nous, Tunisiens, acceptons mal l'opinion différente des autres, ne percevons pas le sens exact du temps, sommes un peu trop «bons vivants» pour ne pas dire «peu travailleurs», nous nous comportons mal en cas de panique, etc. A tous ces défauts, seules les associations peuvent nous apporter à moyen terme des remèdes en nous inculquant la tolérance, la rigueur, la ponctualité, le respect des lois et des règles consensuelles, qualités paradoxalement indispensables pour réussir notre révolution.
En effet, véritable école de civisme, de citoyenneté et de démocratie, tissu combatif, efficient, et imaginatif au service de l'intérêt commun, nos associations peuvent apporter des solutions à la plupart des maux de notre société au moindre coût, au plus vite et exactement là où il faut. Elles constituent en plus le seul secteur qui bannit le matérialisme qui nous ronge et veille à nous responsabiliser en faisant valoir à la fois nos droits et nos devoirs.
Après la révolution du jasmin, nos 9.500 associations peuvent bel et bien contribuer à l'édification d'une société libre, homogène et solidaire et peuvent représenter avec les dizaines de nouveaux partis politiques le meilleur cadre permettant à tous de participer à la vie publique, afin d'éradiquer la pensée unique et le sentiment d'impuissance, d'injustice et de marginalisation.
Comme l'association qui ne réalise pas le plus n'est point une, le tissu associatif tunisien devrait apporter son concours à la nation en contribuant au passage de notre pays d'une «société soumise» vers une société qui compte sur soi et qui s'autoprend en charge. Il devrait aussi être investi d'un rôle essentiel, notamment le rejet de la négation de l'autre, de la violence, du fanatisme et du régionalisme.
Par conséquent, porter une attention accrue à toutes les idées et les suggestions émanant des différentes composantes de cette société civile agissant dans le respect des constantes nationales et des valeurs républicaines irréfutables est aujourd'hui plus que jamais de mise.
En cette période post-révolutionnaire, il faut compter davantage sur le tissu associatif pour développer le civisme chez les citoyens tunisiens et accentuer leur perception des défis posés localement ou régionalement. Idem, il faut compter sur les associations pour doter cette génération bouillonnante de jeunes de l'esprit de volontariat, du don de soi, du service à autrui, d'initiative ainsi que d'entrepreneuriat et du respect de la loi.
La révolution du 14 janvier 2011 impose impérativement à notre pays de se lancer davantage dans le collectif, dans le volontariat, dans l'intelligence collaborative et le renforcement et la dynamisation de la société civile en général. Plus que jamais, notre société civile a un rôle important à jouer dans l'enracinement de la démocratie et l'amélioration de la gouvernance en Tunisie. Elle est appelée à s'impliquer dans cette transition démocratique et à réfléchir pour apporter sa contribution à la sauvegarde d'un environnement électoral sain et à dire son mot sur l'avenir politique du pays, car on risque que la dictature revienne de nouveau. C'est pourquoi, il faudrait conférer à notre société civile un rôle précurseur dans la résistance à l'autoritarisme et au despotisme. Le rôle de la nouvelle société civile en Tunisie est de véhiculer un nouveau langage sonsensuel et une nouvelle manière de penser. Elle peut influencer le discours politique et son apport dans cette transition démocratique est important, voire décisif, pour l'édification de notre démocratie de demain.
Le rôle à jouer par la société civile est d'accompagner cette transition démocratique surtout que le dernier sondage indique que 70% des Tunisiens ne savent pas pour qui voter. Et là c'est tout l'enjeu, car le rôle des associations est d'éclairer l'opinion publique et d'enrichir la culture politique naissante chez nous.
En outre, nos associations sont appelées à dialoguer avec les autres composantes de la société : un dialogue participatif, ouvert, tolérant, capable d'identifier des consensus prenant en compte les intérêts de chacun et en même temps compatibles avec la morale et l'éthique.
Ce faisant, l'indépendance et l'autonomie de nos associations sont primordiales pour qu'elles ne deviennent pas tributaires de l'administration. Raison pour laquelle l'Etat n'a pas à doter automatiquement les associations de moyens financiers; car bureaucratiser les associations n'est dans l'intérêt de personne et peut même les condamner à disparaître quand les subventions publiques font alors défaut. Toutefois, l'Etat peut veiller à ce que ces forces vives de la nation soient toujours impliquées là où il faut et quand il le faut dans la prise de décision publique.
La société civile,
5e pouvoir après les médias
Sur le plan international, le mouvement associatif vit un sursaut sans précédent et prend une telle importance qu'il est considéré à juste titre comme le 5e pouvoir après les médias. Des associations multinationales ou «ONG» internationales comme «Green Peace» ou celle du «Prix Nobel» ont autant d'influence que celui des Etats.
Partout dans le monde, la participation de la société civile — dans l'exercice bénévole du pouvoir — s'avère aujourd'hui plus que jamais comme une force économique, culturelle, sociale et même politique de première importance.
Comme les associations sont plus proches des populations que les gouvernements, certains pays riches de l'Occident n'acheminent plus leur aide au développement qu'à travers elles, ce qui donne à ces associations plus de crédibilité et de poids dans la responsabilité économique locale. D'ailleurs, les mouvements de protection de l'environnement, les collectifs d'aide aux handicapés, les associations de développement, les amicales de groupes, pour ne citer que celles-ci, ne peuvent qu'alléger sensiblement la charge politique, économique, culturelle et sociale des Etats.
Par ailleurs, dans la confrontation économique qui se joue actuellement partout dans le monde, ce sont les citoyens-consommateurs qui sont à même de relancer la croissance économique, ce qui exige qu'on consomme le maximum possible de «produits-maison». Pour ce faire, ce sont les associations qui devraient promouvoir le «patriotisme économique» et plaider pour un protectionnisme national intelligent. Justement, c'est à travers les associations qu'on essaye d'instaurer partout dans le monde une économie juste, équilibrée, cohérente, ouverte et solidaire, œuvrant pour le consensus et l'entente, bannissant l'excès et participant dans le développement intégral des pays.
Bref, la société civile a une grande responsabilité politique et ce n'est pas par hasard si plusieurs ONG se sont carrément transformées en partis politiques, comme ceux des écologistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.