Noureddine Taboubi : nous sommes capables d'une solution tuniso-tunisienne    Jean-Yves Le Drian sur l'agression d'un journaliste français le 14 janvier : cela n'est pas acceptable    Météo : Ciel dégagé à peu nuageux sur la plupart des régions    Coronavirus: 2 décès et 3905 nouvelles contaminations, Bilan du 16 janvier 2022    Météo: Températures comprises entre 8 et 12 degrés, ce mardi    Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Covid-19 : Mahjoub Aouni écarte le recours à la suspension des cours    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Météo : Légère hausse des températures    Express    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bilan carbone et plan d'intervention ambitieux
Sfax face aux changements climatiques
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 10 - 2013

Lancement d'une stratégie de développement durable du Grand-Sfax.
La fréquence de plus en plus grande des phénomènes naturels extrêmes ne laisse plus de doute chez les scientifiques quant à l'impact de la pollution industrielle sur le climat. La ville de Sfax, comme tous les pôles économiques ayant un fort potentiel industriel, n'échappe pas à la règle et est de plus en plus exposée aux effets parfois dévastateurs des changements climatiques comme les inondations. La capitale du Sud, qui connaît aussi un trafic de marchandises et de voyageurs en progression continue, se mobilise et s'engage dans un programme ambitieux de lutte contre toutes les formes de pollutions pour devenir à terme une ville «verte et exemplaire».
Le réchauffement climatique, résultant des émissions de gaz à effet de serre (dégagements industriels toxiques), contribue à la moitié des phénomènes extrêmes que connaît la planète (inondations, sécheresse, ouragans...). La ville de Sfax est également touchée par ces phénomènes. Les dernières inondations caractérisées par une forte intensité des pluies n'en sont qu'un exemple. «Face aux changements climatiques, les villes, partout dans le monde, se mobilisent. Sfax est parmi ces villes engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique. Un programme ambitieux d'économie d'énergie dans l'éclairage et dans le transport urbain a déjà été mis en place», affirme M. Riadh Haj Taïeb, directeur général des services techniques à la municipalité de Sfax. Des milliers de villes, en effet, à travers le monde, ont mis en place des politiques et des actions efficaces contre les effets des changements climatiques visant l'amélioration de la qualité de la vie de la population. Et ce, sans attendre l'aide ou les décisions des gouvernements nationaux. Ces dernières années, la municipalité de Sfax a également engagé une politique innovatrice avec pour objectif de devenir une ville «verte» et exemplaire. La ville a ainsi élaboré une stratégie de développement du Grand-Sfax intégrant des objectifs environnementaux ambitieux. Le volet développement durable a été réalisé avec le soutien de la Coopération allemande au développement (GIZ), de la Banque mondiale et du programme Euromed des Eurocités.
Diagnostic approfondi
Partant du principe que la mobilisation locale peut faire bouger les choses, la ville de Sfax a souhaité, avec le soutien de la GIZ, réaliser un diagnostic approfondi de ses émissions de gaz à effet de serre et de leurs sources afin d'identifier les actions à engager pour les réduire. Le bilan carbone, outil développé par l'Agence de développement et de maîtrise de l'énergie en France, a été choisi pour réaliser ce diagnostic. Les résultats de ce bilan ont été donnés par M. Boris Bailly, consultant en développement durable, lors du séminaire «Villes et changement climatique», organisé récemment par la municipalité de Sfax et réunissant des représentants de municipalités du Maroc, du Sénégal, de France et de Tunisie,
Le bilan a intégré les services liés à l'administration générale, les déchets, les équipements sportifs, les espaces verts, les établissements culturels, ainsi que les logements et les voiries. Ce diagnostic a révélé que les services engendrant les émissions les plus importantes sont ceux des déchets, des espaces verts, des équipements sportifs et des bâtiments administratifs. Toutefois, les différents services sont difficilement comparables car leurs activités et l'origine des GES sont très différentes.
Ainsi, et selon le bilan, 38 % des GES proviennent du fret (transport de marchandises), 19 % de l'énergie et 18 % des déplacements. Le poids du fret est essentiellement lié à la consommation de carburant dans le transport des déchets. Le poids des émissions liées à l'énergie est dû à la consommation d'électricité et de gaz pour le fonctionnement des équipements sportifs.
Nouveau plan de circulation
Les groupes de travail sur le bilan carbone ont élaboré un plan d'intervention basé sur plusieurs actions à court et long terme. Il s'agit, en premier lieu, d'actions prioritaires de valorisation des déchets à travers la production de biogaz et le renforcement des audits énergétiques dans le secteur industriel. En second lieu, le bilan a identifié les actions à court terme concernant la réorganisation du transport routier des marchandises du Grand-Sfax ainsi que la réalisation d'un plan de déplacement urbain pour la ville de Sfax. Ce volet d'intervention concerne, également, la mise en place du tri sélectif pour les déchets et d'une filière de recyclage. Le bilan envisage aussi des actions à long terme comme la mise en place d'un système collectif en site propre du point de vue écologique et viable à Sfax, d'une filière de compostage pour les déchets organiques, la réalisation de rocades pour réduire les distances de déplacement et la construction de ponts pour éviter les bouchons. Il est à noter que le bilan carbone constitue un exercice intrinsèquement approximatif à cause des incertitudes de nature physique. L'un des axes du progrès résidera donc dans la réduction de cette incertitude au fil du temps, car, associée aux données, celle-ci peut s'avérer importante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.