Mourad Jouini : les Tunisiens ne respectent pas la priorité à droite    Déviation partielle de la circulation au niveau de l'intersection "Ben Daha" à "Ezzahrouni"    Inflation : le gouffre entre le ressenti du Tunisien et les chiffres annoncés !    Abdesalem: Abdelli qui a soutenu Saïed, il goutte aujourd'hui au poison qu'il réservait aux adversaires de Saied    Série de limogeages au ministère du Transport    Monde : Daily Brief 08.08.22 l'ONU appelle à stopper toute attaque "suicidaire" contre des centrales nucléaires en Ukraine    Tunisair : Annulation de 3 vols en provenance de Bamako, faute de carburant    Zarzis: Ignorant le public, l'algérien Fayçal Sghaier se retire et refuse de donner le concert ! (Vidéo)    Ghannouchi : Soit la violence… soit le dialogue pour coexister    Recette : Comment trouver une bonne pastèque ?    Tunisie-Référendum: Rejet du recours intenté par Afek Tounès    Lotfi Abdelli: Je suis en danger, et cela peut être c'était mon dernier spectacle (Vidéo)    Tensions entre Lotfi Abdelli et les sécuritaires : ouverture d'une enquête    Boom de la fibre optique en Algérie !    Lutte contre la traite humaine : Il y a encore du chemin à faire    Référendum : le Tribunal administratif rejette le recours intenté par Afek Tounès    Ukraine : Poutine aurait la solution, 100 000 soldats nord-coréens surentraînés    La galerie Saladin expose l'artiste-peintre Luigi Maria De Rubeis : Force et délicatesse    Festival international de Hammamet | Concert de Hamza Namira : Précieux moments de musique et de chant    Zouhair Maghzaoui : Ahmed Néjib Chebbi n'est qu'une vitrine pour l'islam politique    Grombalia: Les habitants protestent contre la coupure d'eau depuis plus de 3 mois (Audio)    François Hollande plaide pour une relance du partenariat avec le Maghreb    Tunisie : Trois morts à Bizerte    LG et GOOGLE offrent trois mois d'accès à STADIA PRO    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Gaza : L'Ukraine solidaire avec Israël    Le Premier ministre japonais effectuera sa 1ere visite en Tunisie et au Maghreb    Tunisie: 7,433 millions quintaux de céréales collectés    Faire de la Tunisie une plateforme de coopération: Tunisie Japon Afrique    Communauté subsaharienne en Tunisie : Inquiétante flambée du discours raciste    Tribune | Mon message d'Hiroshima    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Décès d'un ressortissant tunisien au Canada : Le meurtrier souffrait-il réellement de troubles mentaux ?    Prix au marché municipal de Beja [Vidéo]    Sélections des jeunes : Le temps des grandes réformes    EST | Des recrutements ciblés : L'empreinte de Nabil Maâloul !    Classement WTA : Badosa recolle à Sakkari et passe 3e, Ons Jabeur 5e    Matches amicaux : Le Barça, l'Atletico et la Roma largement vainqueurs    Pourquoi | A propos des horloges    Météo : Le mercure grimpe jusqu'à 42 degrés    Foot mondial : Programme TV des matches de lundi    Monastir: Sauvetage de 22 migrants clandestins à l'île de Kuriat    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le vote du 02 Mars 2022 à l'ONU, a discrédité davantage les Nations Unies et l'Occident
Publié dans Leaders le 09 - 03 - 2022

Cicéron, illustre orateur de la Rome antique, "Quand les armes parlent, les lois se taisent".
Réflexions juridiques, causes et effets de l'affrontement
Kilani Bennasr - Ci-dessus, la carte mondiale du vote de la résolution de l'ONU effectué le 02 mars 2022 qui parle d'elle-même. Sans chercher à savoir les raisons de l'absence de plusieurs pays, en gris, les deux couleurs jaune et rouge sont significatives, elles représentent au moins 60% de la surface de la terre qu'occupent les pays ayant voté contre la résolution ou ont choisi l'abstention au vote. Ces deux choix expriment le désaccord de ces pays avec la résolution.
Sur cette carte, est écrit en haut "la Russie doit cesser immédiatement de recourir à la force contre l'Ukraine", les voix des pays en désaccord avec la résolution, disent tout bas: "l'OTAN doit cesser de mettre la pression sur l'ONU et sur les petits pays membres".
Ces derniers temps les événements se précipitent et il est possible que de nouvelles organisations remplacent d'ici là les Nations Unies et le Conseil de Sécurité. Ces ONG sont créées sur mesure de l'OTAN et des grandes puissances, afin d'étouffer le Droit international, agresser les petits pays ou de les menacer et rester les maîtres du monde.
D'ailleurs, le Conseil de Sécurité, sa structure et son fonctionnement faisaient, depuis un certain temps, l'objet de critiques de divers ordres. Plusieurs réflexions venant de l'Occident même, insistent pour le réformer.
Pour faire la part des choses, voyons ce que disent les textes qui régissent les conflits internationaux.
Se référant au Droit International des Conflits Armés, il ne s'oppose pas, du tout, à la guerre en soi, mais protège avec rigueur la population civile, les prisonniers de guerre; il interdit les armes de nature à frapper sans discrimination et aussi celles de destruction massive. Sur le terrain et selon le témoignage des civils, de plusieurs photos et vidéos, les forces russes sont en train d'observer méticuleusement les règles de droit de la guerre et réagissent humainement avec les Ukrainiens, malgré les provocations. Par contre, ce sont les milices étrangères qui terrorisent les ukrainiens et les utilisent comme boucliers humains.
D'autre part, vis -a -vis du Droit International de Maintien de la paix, et selon l'art 51 de la Charte des Nations Unies, la Russie en attaquant l'Ukraine, a bel et bien violé le Droit international qui interdit toutes invasions militaires. Le texte de la Charte stipule qu'..."aucune disposition de la présente Charte ne porte atteinte au droit naturel de légitime défense …"
Ce que déplore l'Etat russe, c'est la politique du deux poids, deux mesures, des Nations Unies. En effet les instances internationales n'avaient pas résolu de manière neutre et équitable, les plaintes et les doléances présentées par la Russie, relatives au génocide perpétré par le régime de Kiev à Donbass où des milliers d'Ukrainiens d'origine russe ont été massacrés et torturés sans qu'il y ait la moindre résolution ou décision émanant des NU.
La Fédération Russie considère que si l'organisation des NU avait été juste et neutre, ses forces armées n'attaquent jamais l'Ukraine. Il est à signaler aussi que la Russie n'est pas l'unique Etat à se plaindre de l'ONU et de ses négligences. Cette ONG est à l'origine d'un mécontentement général international que reflète et confirme le dernier vote onusien du 02 mars. C'était l'occasion pour les pays en désaccord avec la résolution de soutenir la puissance Russe qui n'a aucun passé colonial et amie de l'Afrique et des pays asiatiques.
À maintes reprises le peuple Russe a été blessé dans son amour propre et depuis 1991 la Russie est devenue le souffre douleur des pays de l'OTAN, une organisation qui par où elle est passée, a semé la mort et la désolation.
Les arguments cités ci-dessus représentent les mobiles et le fondement du droit de la Russie à défendre légitimement ses intérêts surtout quand la menace est sur ses frontières. Sachant que la vraie garantie de paix résulte du dialogue direct avec les nouvelles puissances conventionnelles ou nucléaires et de la négociation d'égal à égal. C'est l'unique manière d'éviter qu'une bombe tue une population innocente.
En d'autres termes, la légitime défense des intérêts est indissolublement liée au statut de la Russie et aussi à l'Ukraine et à leurs souverainetés. Rien ne les empêcherait dans un futur proche de décider d'arrêter les hostilités, à condition que l'Occident prenne ses distances et reste un observateur neutre.
Bien entendu, ce ne sont que des spéculations, car l'Occident a pris l'habitude d'agir en général avec arrogance et dédain envers les autres cultures.
Si les va-t-en guerre de Washington (des démocrates), Tel-Aviv et Téhéran, emplis de prétention et d'arrogance, vont encore au-delà de l'opposition de Russie, Corée du Nord, la Chine, l'Inde et du Pakistan, le risque d'une confrontation dangereuse est posé.
Il est aussi bien temps d'agir contre des résolutions onusiennes du genre "Droit d'ingérence" qui représente un vrai abus d'autorité et un manque de respect aux souverainetés des pays modestes ; ou encore les règles d'engagements "ROE" américaines, censées servir de guide aux combattants des EEUU en outre mer, les autorisant à utiliser légitimement la force létale contre quelqu'un, un civil, rien que parce qu'il a verbalement menacé de mort un GI. Cette même logique de défense légitime américaine est à revoir quant à l'emploi d'armes de destruction massive. Un effort gigantesque est indispensable pour bannir la prolifération et l'emploi de ces engins de la fin de l'humanité
Analyse des circonstances du conflit russo-ukrainien
La fin du conflit Russo-ukrainien, n'est pas pour demain, même si les russes gagnent sur le terrain. En ce moment l'Ukraine dispose d'un grand soutien médiatique orchestré par le monde occidental qui se traduira certainement par un long isolement de la Russie et probablement par un nouvel ordre mondial voire une autre situation de guerre froide.
Le jeudi 24 février 2022, l'Europe occidentale et principalement ses citoyens ne peuvent en croire leurs yeux. Habitués à une vie paisible, le long week-end, les 35 heures de travail par semaine, les européens sont surpris par le retour de la guerre subitement sur leur continent.
Au petit matin, de ce jour, l'Europe s'est réveillée par le retentissement des explosions et des sirènes dans les villes d'Ukraine. Presque à la même heure, le Président Vladimir Poutine intervenait sur plusieurs chaînes de télévisions annonçant sa décision de lancer une opération spéciale en Ukraine, précisant que le but de cette opération est de protéger les personnes qui, depuis huit ans, sont victimes d'intimidation et de génocide de la part du régime de Kiev…» le président russe a invoqué « l'article 51, chapitre VII de la Charte des Nations unies », qui évoque le droit à la légitime défense des intérêts de son pays, mais aussi l'appel à l'aide que lui avaient demandé les militants de Donbass.
Le Président ukrainien Volodymyr Zelensky, apparemment peu surpris par les événements, a proclamé La loi martiale, déclaré qu'il ne quittera pas son pays et appelé les ukrainiens et des "miliciens du monde " à utiliser tous les moyens contre l'agresseur.
Depuis près de deux semaines, alors que les combats faisaient rage en Ukraine, rien n'indique une désescalade du conflit. Ce qui se confirme, c'est l'avance coordonnée russe sur trois grands axes venant de Russie, de Crimée et de Bélarus se dirigeant vraisemblablement vers l'objectif final, Kiev.
Il n'y a plus de doute, l'Ukraine fût attaquée par la Russie et cette agression continue jusqu'à ce jour. L'Ukraine, en réalité, est victime de l'ingérence de l'Occident qui l'a amenée à provoquer durant des années la Russie pour subir son attaque dévastatrice. Elle bénéficie du soutien international voté récemment à New York et de l'appui des médias occidentaux. Elle n'a, par contre, rien reçu de substantiel pour se défendre, ni de l'OTAN, ni de l'UE, qui ont décidé de ne pas intervenir militairement, évitant ainsi de provoquer la Russie. D'autre part, tous les médias du monde occidental ont commencé déjà à se relayer pour attiser la discorde et la guerre fratricide entre deux peuples de la même origine slave et foi orthodoxe. Tout le monde à tendance à étendre le conflit. Agissant de la sorte, il devient clair, comme le jour, que l'UE et l'alliance atlantique n'aient la moindre bonne volonté, ni une réelle intention d'arrêter la guerre en Ukraine. L'Occident agit de toutes ses forces pour que la Russie s'enlise dans le bourbier ukrainien.
En outre et depuis la chute du mur de Berlin, aucun des pays de l'ex-pacte de Varsovie n'a vu sa situation s'améliorer, ceux qui sont aujourd'hui à la retraite regrettent le bonheur d'antan. L'Ukraine ex-République de l'URSS, s'est appauvrie malgré ses richesses naturelles et malgré le savoir-faire technique inné chez ses citoyens. Des milliers de jeunes ukrainiens, à la recherche de travail, sont exploités dans les pays de l'UE. L'Ukraine, dont l'histoire est glorieuse, était le fleuron de l'URSS, russifiée à 100% en 1892 et devenue composante principale de l'URSS en 1922.
Point de la situation: Le rouleau compresseur de Russie, conforme à sa doctrine, continue son attaque coordonnée, entrecoupée de haltes permettant le passage sécurisé des réfugiés Ukrainiens. Les pays de l'UE paraissent, prudents et moins engagés avec l'Ukraine. Le dernier verrou très important, donnant accès de l'Ukraine à la mer noire, est tombé entre les mains de la marine russe. La conquête de Kiev et des grandes villes en Ukraine, où se préparent les combats les plus durs, est laissée à la fin. Où il est possible, vu les pertes énormes subies, que l'Ukraine demande l'arrêt des combats, mais tout dépendra des grands évènements futurs.
Sur le plan international, l'OTAN, l'UE et l'ONU qui avaient le vent en poupe, souffrent aujourd'hui de crises internes dues au déclenchement de cette guerre et au déséquilibre militaire face aux nouvelles puissances mondiales. D'autres ONGs les remplaceront au moment opportun, d'ailleurs face aux problèmes énergétiques, plusieurs Etats européens comptent sortir de l'UE comme l'Allemagne. Il n'est pas exclu qu'une guerre mondiale éclate, sans recours à l'arme nucléaire, car la destruction mutuelle est pleinement assurée.
Kilani Bennasr
Spécialiste en Droit de la guerre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.