Sihem Ben Ghachem: La construction sociale de l'identité sexuée    Covid-19 | Certaines personnes possèdent des caractères héréditaires et immunitaires qui les protègent du virus    Tunisie – Mechichi aurait-il contourné l'autorité de Kaïs Saïed?    La Tunisie condamne « fermement » l'attaque de Nice    Attentat de Nice: la Tunisie ouvre une enquête sur la suspicion d'un crime terroriste hors des frontières du pays    Amical : Le Club Africain s'incline face à la JS El Omrane    Décès de Brahim Hajji, EX PDG DE LA BH BANK    Produits de la pêche : Un accord pour numériser la chaîne d'approvisionnement    Manouba : Bientôt réhabilitation du marché municipal    OFFICIEL – Le report du début de la saison 2020-2021 de Ligue 1    Attaque de Nice : L'assaillant serait d'origine tunisienne    France : Un député demande à Macron la suspension de tous flux migratoire    Tunisie-audio : Khaled Hayouni révèle la date de la mise en application des décisions du couvre-feu et de l'interdiction des déplacements entre les villes    L'assaillant de Nice serait tunisien, selon les médias français    Mohamed Larbi Bouguerra: Netanyahou, bientôt orphelin de Donald Tromp ?    Budget de l'Etat et financement intérieur : La réponse du ministre des finances au Gouverneur de la Banque Centrale    Au Grand Tunis : La circulation n'est pas interdite entre les gouvernorats de Manouba, Ariana, Ben Arous et Tunis, et ni soumise à autorisation    DE PARTOUT...DE PARTOUT...    El Kamour, jusqu'à quand ?    Libye: 782 nouvelles infections au coronavirus enregistrées    L'attaque de Nice.. Le bilan s'alourdit. Nouvelles données sur l'assaillant    France : Nouvelle attaque armée à Avignon    CONDOLEANCES    DECES : Raouf Ben Mohamed Dhaoui    Tunisie – Des mesures, oui... Pertinentes, on ne sait pas... A partir de quand, Dieu seul le sait !    CONDOLEANCES : Rafika AYED    L'EST recrute Farouk Ben Mustapha : Le jeu de la hiérarchie et de la concurrence ...    Bilel Sahnoun, Directeur Général de la Bourse de Tunis : «Pour la cotation en Bourse des entreprises publiques»    Le maire de Nice : Je confirme que tout laisse supposer à un attentat terroriste    Express    Menace de dissolution du bureau fédéral : Qui a tort, qui a raison ?    Eliminatoires CAN 2021 : Vers le report du match Tunisie-Tanzanie ?    Volleyball | Calendrier de la fin de la saison : A quand le feu vert?    COVID-19 : Les nouvelles restrictions décidées en Tunisie    Wissam Ziadi et Marouen Ben Rejeb, co-fondateurs de l'association méditerranéenne ART et Nature (AMAN) à La Presse : «Boubli» cible les jeunes au cœur de la ville    Liste de 21 applications mobiles dangereuses téléchargeables sur Play Store à supprimer    Météo | Températures maximales comprises entre 20 et 25 °C    Banque Nationale Agricole : Un PNB de 457 millions de dinars (fin septembre 2020)    Duel surprise Trump-Biden dans l'Etat de Géorgie    Route cinématographique en Tunisie sur les traces des films cultes, pour la promotion du tourisme durable    Une nébuleuse et des ruches    L'origami, l'art du pliage de papier    Une bataille entre l'ancien et le moderne qui en cache d'autres    L'art urbain tunisien visible sur la clôture de l'ambassade de la Tchéquie à Tunis    Projet de loi de finances 2021 | Simplification et unification des taxes pour les entreprises    AMVPPC : appel à projets pour la valorisation du patrimoine culturel par le numérique    Espace «Préface» à Sousse : Activités maintenues    Ooredoo unit ses forces et poursuit son soutien national pour lutter contre la propagation du Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amour, bonheur et... ennui
Publié dans Le Temps le 19 - 09 - 2020

« En sonnant, j'eus une seconde de peur, mais c'est Françoise qui vint m'ouvrir et son sourire me rassura aussitôt. Je sus, comme me l'avait dit Luc, qu'elle ne pourrait jamais être ridicule ni tenir un rôle qui ne fût pas à la mesure de son extrême bonté et de sa dignité. Elle n'avait jamais été trompée et ne le serait sans doute jamais. »
Dans « Un certain sourire » Françoise Sagan parle de sentiments, dans un court roman en trois parties.
Une banale histoire d'adultère mais racontée dans une langue douce, riche et soignée. Françoise Sagan a 19 ans quand elle écrit ce livre, deux ans après « Bonjour tristesse ». Et elle parle d'amour, de passion, d'ennui, de bonheur, de beaucoup d'autres sentiments encore, avec la maturité de quelqu'un qui aurait déjà vécu plusieurs vies, avec la distance d'un être qui aurait été un observateur neutre de la vie des autres.
En compagnie de son jeune amant Bertrand, Dominique, étudiante à la Sorbonne, connaît bien "la petite couleur mauve de l'ennui". Tout change lorsque Bertrand lui présente son oncle Luc, séduisant quadragénaire à la réputation légère. Près de lui, Dominique se sent tout à coup gaie et drôle, étrangement vivante, et accepte de le suivre pour quinze jours de vacances à Cannes.
Que risque-t-elle ? S'attacher à cet homme frivole, un peu cynique, qui semble jouer avec elle ? Souffrir ensuite ? Et après ? Le plaisir, les rires, une complicité inattendue, cela ne vaut-il pas mieux que de s'ennuyer ? Tous les dangers guettent Dominique au bord de la Méditerranée. Elle ne sait pas encore comment on guérit d'un amour...
« Nous faisions des kilomètres en marchant, et il discutait ma passion comme une chose littéraire, ce qui me permettait de prendre du recul et d'en parler moi-même.
- Tu sais quand même bien que ça finira, disait-il. Que dans six mois ou un an, tu en plaisanteras. »
La narratrice Dominique porte un regard extérieur et dénué de jugement sur sa propre histoire.
C'est ce qui fait la force du récit de Françoise Sagan, en lui donnant une certaine légèreté et une profondeur en même temps, car cela laisse libre la réflexion du lecteur qui peut se forger sa propre opinion quant à la morale à avoir sur l'histoire racontée.
Oui, dans le fond c'est bien de cette banale histoire dont il s'agit.
« J'étais une femme qui avait aimé un homme. C'était une histoire simple ; il n'y avait pas de quoi faire des grimaces. »
Une nouvelle Madame Bovary ?
Une nouvelle Emma Bovary, en plus moderne et avec la même recherche, écrite avec légèreté et apparent cynisme, et touchant par sa tentative de nous faire croire que tout est léger.
L'écriture de Sagan est à mon avis à son apogée, écriture simple en apparence, et à la fois profonde, émotive, réussie. Une vraie voix, celle d'une toute jeune fille , sa certitude qu'elle peut jouer sans être touchée, qui s'ennuie un peu comme Emma, qui se rend compte que son compagnon étudiant comme elle « n'est pas un homme » et nous pensons à Charles Bovary, et qui est éblouie non par la salle de bal décrite par Flaubert, mais par les nuits dans les boites de jazz.
La vraie légèreté et la volonté de paraître légère se croisent dans l'esprit de cette jeune fille, qui raconte son histoire « légère » , puis son chagrin d'amour , aggravé lorsque la femme à qui elle emprunté le mari pendant 15 jours classifie l'histoire comme un égarement des sens, et donc pas grave.
L'héroïne ne meurt pas , rassurons nous, le ton reste léger même si le chagrin dévaste celle qui raconte sa bataille contre sa mémoire et son imagination, deux ennemies féroces, le passé vécu et le futur qu'elle ne peut s'empêcher d'imaginer.
Le remarquable dans ce livre, c'est la manière subtile de raconter, bien entendu , pas besoin de moi pour le dire, c'est que l'héroïne/ locutrice ne s'invente pas un futur florissant. Elle s'ennuie toujours autant, et ne s'intéresse à personne d'autre, ni à rien, ni même à elle même. Récit léger cependant, et c'est magique de raconter un chagrin d'amour de jeunesse de façon aussi fouillée et aussi près de la vérité, avec ses doutes sur sa manière de s'habiller « loque effondrée » et ses doutes en général, son ton faussement tranquille et courageux alors qu'elle ne sent ni l'un ni l'autre..
Sagan ne cite pas Flaubert , mais Proust, et là aussi, c'est magique : « Il est très rare qu'un bonheur vienne se poser précisément sur le désir qui l'avait appelé ».
Extrait du livre
Un très beau jeune homme passa, que je détaillai un peu, avec une indifférence qui m'apparut merveilleuse. Généralement la beauté, tout au moins à un certain degré, me donnait une impression de gêne. Elle me semblait indécente, indécente et inaccessible. Ce jeune homme me parut plaisant à voir et sans réalité. Luc supprimait les autres hommes. En revanche je ne supprimais pas pour lui les autres femmes. Il les regardait complaisamment, sans commentaires.
Soudain je ne vis plus la mer que dans un brouillard. Je me sentis étouffer. Je portai la main à mon front, il était inondé de sueur. J'avais la racine des cheveux trempée. Une goutte glissait lentement le long de mon dos. Sans doute la mort n'était-elle que cela : un brouillard bleu, une chute légère. J'aurais pu mourir, je ne me serais pas débattue.
Je saisis au passage cette phrase qui n'avait fait qu'effleurer ma conscience et était prête à s'en échapper aussitôt sur la pointe des pieds : "Je ne me débattrais pas." Pourtant j'aimais vivement certaines choses : Paris, les odeurs, les livres, l'amour et ma vie actuelle avec Luc. J'eus l'intuition qu'avec personne je ne serais probablement aussi bien qu'avec Luc, qu'il était fait pour moi de toute éternité et que, sans doute, il y avait une fatalité des rencontres. Mon destin était que Luc me quitte, que j'essaie de recommencer avec quelqu'un d'autre, ce que je ferais, bien sûr. Mais jamais plus avec personne je ne serais comme avec lui : si peu seule, si calme et, intérieurement, si peu réticente. Seulement il allait retrouver sa femme, me laisser dans ma chambre à Paris, me laisser avec les après-midi interminables, les coups de désespoir et les liaisons mal achevées. Je me mis à pleurnicher doucement d'attendrissement sur moi-même.
Au bout de trois minutes je me mouchai.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.