FITA 2021 : Neuf ministres africains seront présents aux côtés des plus grands bailleurs de fonds    Le programme des demi-finales de la Coupe de Tunisie    Ons Jabeur disputera deux finales aujourd'hui    Tunisie – La Météo du dimanche    Médenine: Un candidat au bac testé positif et la situation épidémique est stable selon le directeur régional de la santé préventive    Tunisie – L'image du jour    Ghar El Melh : Arrestation de deux personnes exploitant des parkings anarchiques    Tunisie – Kairouan : Couvre feu à partir de 17 heures    Changement de la loi animale en Tunisie: Ça commence à décoller à l'ARP...    NEWS: Houcine Rabii positif au coronavirus    Ligue des champions – Demi finale aller – EST-Al Ahly (0-1): Le métier d'Al Ahly...    Canicule: Adopter les gestes de prévention pour éviter les complications    Exposition de groupe «Itération» à la Galerie Aïn Répéter pour mieux dire    Participation du centre international de Tunisie pour l'économie culturelle numérique à la foire du livre du 17 juin au 27 juin à la cité de la culture: Des livres audios et six essais par des voix féminines au programme    SALON POLLUTEC La Tunisie en tant qu'invitée d'honneur    Réseau méditerranéen d'investissement ANIMA: La Tunisie, premier pays bénéficiaire    Protection contre la violence et la discrimination fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre: Observations préliminaires sur la situation en Tunisie    65e Anniversaire de la création de l'Armée: Hommage à l'Armée nationale et gloire au soldat tunisien    Affaire Nabil Karoui — l'association tunisienne des experts judiciaires affirme : «Aucune mise en accusation n'a été formulée à l'encontre des experts»    Entretien avec Ridha Dhib (artiste visuel et marcheur): Le devenir territoire    Ammar Mahjoubi: L'histoire à Rome de César à Auguste    Ons Jabeur affronte Daria Kasatskina pour la finale du tournoi de Birmingham    Bizerte : Approbation de 8 projets d'un coût total de 10 millions de dinars    Un hôpital de campagne militaire à Kairouan sur ordre de la présidence de la République    Rafik Abdessalem : Le référendum donnera une couverture à une nouvelle dictature aliénée    Trabelsi appelle à des réformes dans l'espace de travail basées sur une approche participative    La vulnérabilité de 53% des terres en Tunisie est très élevée face au phénomène de la désertification (ministère)    Démarrage du festival Gabès Cinéma Fen : Découvrez le programme du 19 au 26 juin 2021    Ouverture d'une exposition de femmes rurales au Palais Ennejma Ezzahra    Tunisie : La production nationale de gaz naturel augmente de 62%    Programme TV du samedi 19 juin    Handball | Play-off (11e journée) : CA-EST décisif pour le titre    Un conseil ministériel régional dédié à Sfax prévu le 15 juillet    Pollutec 2021 : La Tunisie invitée d'honneur à Lyon    BH Bank: Med Salah Chebbi El Ahssen Président et Hichem Rebai Directeur général    Tunisie – Etats-Unis : Visite virtuelle de Wendy Sherman à Tunis    Euro: les matches de ce samedi    Un fils de la médina d'envergure universelle: Ibn Khaldoun    Houcine Abassi : Qui est Kaïs Saïed pour mettre en doute notre patriotisme ?    Haniyeh au Maroc, bien que le pays ait normalisé ses relations avec Israël    Cannes 2021 : la tunisienne Kaouther Ben Hania membre du jury de la compétition Courts métrages    Monde- Daily brief du 17 juin 2021: Fin de l'obligation du port du masque en extérieur en France    "La Tunisie un allié important pour les Etats-Unis et pour le continent africain" (Andrew M. Rohling)    La migration "irrégulière" vers l'Europe ne doit en aucun cas être résolue dans le cadre d'une approche sécuritaire (Saied)    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le patriarche et le diable : diviser pour mieux régner...
Publié dans Le Temps le 24 - 10 - 2020

L'ex-exilé de Londres est-il vraiment un démocrate !? Après environ un demi-siècle à la tête de son mouvement, est-il prêt pour respecter les règlements internes de son parti et pour partir dignement !? Après dix ans de règne d'abus, de vengeance, de règlements de compte, de division et de sales manœuvres, jusqu'où le Vieil homme peut-il aller ?,»Sidi Cheikh», comme l'appellent ses Frères, incarne-t-il vraiment les valeurs morales de l'Islam ou s'est-il transformé en un Diable voire un monstre qui crache le feu ?
En 1990, Rached Ghannouchi s'exile à Alger, muni d'un passeport diplomatique soudanais. En 1991, des jeunes militants d'Ennahdha agressent violemment deux gardes de la permanence du RCD, ce qui déclenchera sa condamnation par contumace par le Tribunal militaire à la détention à perpétuité le 28 août 1992. Rached Ghannouchi s'installe, alors, à Acton, dans la banlieue ouest de Londres où il obtient le statut de réfugié politique en août 1993.
Tentative de réconciliation
avec Ben Ali
Ecoutons le témoignage poignant du Fondateur de Jeune Afrique, Béchir Ben Yahmed : «Un beau jour, en 1990, Rached El Ghannouchi, qui avait été interviewé par Hamid Barrada dans les locaux de Jeune Afrique, est venu me voir et m'a dit: «Je veux me réconcilier avec Ben Ali. Pouvez-vous m'aider à organiser ça ?» À l'époque, il était déjà en l'exil à Paris et à Londres. Il m'a séduit et j'ai accepté de faire quelque chose. J'ai téléphoné de Paris à Ben Ali. Je lui ai dit: «Ghannouchi me dit être prêt au dialogue. Est-ce que vous acceptez de le voir ?» Il m'a dit : «Je ne veux pas parler de ça au téléphone, venez me voir...». Ce que j'ai fait. Il m'a alors dit : «Si Béchir, vous-vous trompez complètement. Ghannouchi se présente comme un modéré, il veut vous faire croire qu'il est modéré. Mais, il n'y a pas d'islamistes modérés ! Cela n'existe pas. Ou ils font semblant d'être modérés, et c'est de la duplicité, ou bien ils le sont, et alors ils se font éliminer ». «Et il m'a ouvert les yeux. J'ai constaté, par la suite, qu'il avait raison sur ce plan. Ben Ali est un connaisseur, un vrai expert en matière d'islamisme...»
Après la fuite de Ben Ali en janvier 2011, le Cheikh revient au pays et, grâce à son carnet d'adresses, à ses lobbies et à son parti bien organisé et bien structuré, il «vole» et récupère la révolution des jeunes et des moins jeunes. Une révolution à laquelle Ennahdha n'a pas participé! Une révolution qu'elle n'a jamais voulue. Une révolution dont il n'a jamais rêvé. Sauf quelques naïfs islamistes qui supplient actuellement sidi Cheikh de respecter les règlements internes d'Ennahdha et de quitter la présidence du mouvement.
Ecoutons la réponse du Vieil homme : «Les dirigeants dont le rendement est jugé modeste ou négatif ne se font plus réélire. La peau des leaders est assez rugueuse!»
La fin justifie les moyens
Sidi Cheikh n'a pas d'état d'âme. Pour lui, la fin justifie tous les moyens. Pour le moment, il ne rêve que de Carthage. D'ailleurs, il demande à ses Frères de l'appeler Monsieur le Président ou Zaïm (leader !) et même Combattant Suprême tellement il veut ressembler au président Bourguiba qu'il n'a pas pourtant cessé de salir mais en vain.
Pour le moment, El « Oustèdhe » Ghannouchi (le Cheikh ne lui plaît plus. Il préfère El Oustèdhe qui signifie le professeur !) a d'autres chats à fouetter ! Sur sa liste figure d'abord le nouveau chef du gouvernement pour le couper définitivement du chef de l'Etat. C'est pratiquement fait ! Ensuite, il compte destituer le chef de l'Etat en s'appuyant sur la Cour Constitutionnelle dont on imagine mal la concrétisation qui nécessite 145 députés.
Mohamed Abbou, qui est loin d'être l'ennemi du parti islamiste, ne cesse de pointer du doigt, ces derniers temps, Ennahdha de corruption : «...Ennahdha n'a plus aucune conscience depuis qu'elle est au pouvoir...», affirme-t-il
Fort des médias et surtout de l'audiovisuel public et privé qu'il contrôle, El Oustèdhe écrase tout le monde. Les chiens aboient et la caravane passe !
Mieux encore : Ennahdha vient de conclure un important contrat avec les services d'une multinationale de la communication, spécialisée dans la gestion des crises et de lobbying international. Selon la presse internationale, (Humanité, Jeune Afrique, Kapitalis...), le contrat a été conclu pour un montant de 18 millions de dollars via le bureau d'Ennahdha à Londres.
La prestation visait à « assister le parti dans ses activités de sensibilisation des médias et à soigner ses relations publiques aux niveaux national et international. «Le maître-mot de ce lifting politique consiste à changer la perception des islamistes désormais qualifiés de parti «musulman démocrate» et non «islamiste», terme jugé dommageable aux yeux des occidentaux qu'Ennahdha tente toujours de séduire avec des slogans démocratiques alors que la démocratie, les droits de l'Homme et les libertés fondamentales et individuelles constituent leurs derniers soucis pour ne pas dire la Bête noire des islamistes....
Actuellement, sidi Cheikh laisse entendre qu'il est indispensable et irremplaçable aussi bien pour son parti que pour la Tunisie ! Lui ou le déluge ! En d'autres termes, l'avenir de la Tunisie est tributaire du Vieil homme qui est pourtant en train de balkaniser et de tétaniser la vie parlementaire et politique, d'appauvrir les Tunisiens, de Daeshiser la société et de mépriser son peuple. Il veut même se substituer au chef de l'Etat.
Politique de la terre brûlée
Rappelez-vous : au lendemain de l'échec du gouvernement Habib Jemli, désigné par Ennahdha, qui n'a pas obtenu le vote de confiance du parlement, il s'est rendu immédiatement, le 11 janvier 2020, à Istanbul, pour rencontrer le président turc Recep Tayyip Erdogan où flottait, dans son bureau uniquement le drapeau turc. Le chargé de mission n'a même pas pensé au drapeau de son pays. Les frères musulmans n'ont pas de pays !
Ecoles coraniques, envoi des milliers de jeunes tunisiens en Syrie, en Irak, en Libye et ailleurs pour aller se faire exploser au nom du Jihad, des maires nahdhaouis qui refusent aux Tunisiennes de se marier avec des non-musulmans et prônent l'instauration de la Zakat, harcèlement, pendant le mois de Ramadan, des Tunisiens et des Tunisiennes qui ne veulent pas pratiquer le jeûne... sont autant de signes visibles visant à faire de la Tunisie un nouveau Etat islamique.
Bien entendu, sidi Cheikh sait aussi plaire à certains naïfs occidentaux en présentant son mouvement comme un parti social et en véritable militant pour la démocratie et les droits de l›Homme alors que, pour les islamistes, la démocratie est même leur Bête noire et du projet obscurantiste dont la démocratie n'est qu'un moyen pour arriver au pouvoir mais, une fois leur objectif atteint, adieu la démocratie et bonjour la répression et l'oppression !
Le Cheikh a placé, au sein de toutes les institutions et de toutes les administrations, ses pions et ses valets pour faire tous les sales boulots que sidi Cheikh demande d'exécuter en toute discrétion et surtout sans jamais le mettre, lui, en cause. Rappelez-vous de Raymond Barre, premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing en 1976, lorsqu'il était question d'alliance avec l'extrême droite de Jean-Marie Le Pen, il affirma sans hésitation aucune : «Je ne déjeune jamais avec le diable même avec une très longue cuillère !».
M. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.