"La présidence du Parlement" appelle les députés à défendre leur droit au travail    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    BNA : Le Produit ne bancaire en hausse de 27%    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Attijari Leasing : Mises en force en hausse de 21%    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    NBA : Les résultats des 11 matchs de la nuit de mercredi    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Le protocole libyen rate le coche à l'égard de la Tunisie    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Entretien téléphonique entre Najla Bouden et Abdelhamid Dbeibah    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    Sfax sans déchèterie, sans eau courante et sans électricité !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Covid 19 : Le Maroc suspend les vols de et vers trois pays européens    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    La nouvelle ministre de l'Equipement et de l'Habitat veut des logements abordables    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Vers une coopération entre le ministère de la Jeunesse et la Fédération du sport pour tous    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    Sopra Banking Summit 1er festival au service du monde financier de demain    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    LC Europe (poules / 3è J) : les matches de ce mercredi    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Ministère des Affaires sociales : Kaïs Saïed a ordonné la prise en charge de Hajer Bouhlel    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    La Cour des comptes épluche les aides exceptionnelles du ministère des Affaires sociales    PSG vs RB Leipzig : Où regarder le match de la champion's league du 19 octobre 2021?    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quel prix à payer pour « la confiance » ?
Publié dans Le Temps le 24 - 01 - 2021

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Le Temps - Raouf KHALSI p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Les réserves émises quant à l'opportunité d'un remaniement ministériel, en cette conjoncture monstrueuse, ne l'ont pas fait changer d'option : droit dans ses bottes, Mechichi s'y est résolu. S'y est-il résigné, surtout que sa ceinture parlementaire (c'est lui qui l'a choisie ou c'est l'inverse ?) en avait déjà lancé le mot d'ordre, quatre mois en arrière, soit au lendemain du vote de confiance pour l'actuel gouvernement ? Il y a de cela aussi. Parce que, très discipliné, il avait « adopté » de mauvaise grâce les noms parachutés depuis Carthage. Il ne pouvait, dès lors prétendre à une cohésion gouvernementale. Le casting était, en effet, hâtif et inapproprié. Méchichi s'est-il rebellé contre Kaïs Saïed qui, il faut le dire, ne fait qu'user d'un jargon tout autant abstrait que brutal. Le rigorisme fantasmé du Calife Omar Ibn El Khattab ne saurait être transposé, sans risque d'être transfiguré, aux mœurs politiques immorales de chez nous. La morale transversale proclamée par le Président s'oppose inéluctablement aux contingences de la gouvernance au jour le jour, et qui fait que le Chef du gouvernement vit avec le couteau sous la gorge.
La constitution de la deuxième République est en effet bâtie sur des brèches, truffées de pièges, autour d'un système de gouvernance hybride. Commodité constitutionnelle en la forme, pour éviter les abus de pouvoir, mais impossibilité politique à la clé. Et, de surcroît, l'omniprésence d'Ennahdha dans les rouages de l'Etat durant toute une décennie, fait que c'est elle qui détermine, nolens volens, les règles du jeu.
Gérer le vice,
plutôt que la vertu....
C'est finalement une histoire qui se répète. Après avoir choisi Youssef Chahed humiliant même Habib Essid, Béji Caïd Essebsi s'est retourné contre son jeune poulain. Mauvais idée que de l'avoir obligé à se soumettre à un nouveau vote de confiance devant l'ARP. Ennahdha n'en demandait pas davantage. Et ce fut la fin du fameux « Tawafok », le consensus coparrainé par « les deux Cheiks ». Dans la foulée, la déclaration de Habib Essid, après la motion de censure, sonne encore dans les oreilles : « Félicitations pour la nouvelle Fatwa de sidi Cheikh » (NDLR Rached Ghannouchi).
Il est établi que, par la disposition des choses, une guerre de leadership oppose le Bardo à Carthage. Et, plus que jamais aujourd'hui, tant Kais Saied voue une sainte horreur à l'endroit du Parlement et que le noyau dur au sein de cette Assemblée le lui rend bien.
On a d'ailleurs bien vu que le film de la visite de Kais Saied à son quartier d'El M'nihla n'a diffusé sur la page officielle de la Présidence que les appels à la dissolution du Parlement.
Appel, du reste repris par des composantes de la société civile, pointant les casseroles que trainent des députés, tel qu'établi dans le rapport accablant sur le financement des campagnes électorales établi par la Cour des comptes. Le bureau de l'ARP n'a nulle intention d'ouvrir cette boîte de Pandore et de statuer sur la levée de l'immunité des députés et des partis sur lesquels pèsent de sérieuses présomptions de corruption.
Donc, pour le moment et à moins de renversement spectaculaire de la situation, ce ne sera toujours qu'un coup d'épée dans l'eau.
Hichem Méchichi a bien lu ce rapport, il sait bien qui sont les députés et les partis « incriminés » et, dès lors, il ne répond pas aux imprécations visant trois parmi les ministres proposés. Il y a même un coup de vice là-dedans : ceux qui jugeront s'il faut voter ou non la confiance pour ce remaniement (du moins grand nombre parmi eux) ne sont guère en odeur de sainteté. Napoléon voyait juste quand il disait qu'on gère les hommes soit par le vice, soit par la vertu. Chez nous, les hommes sont gérés par le vice. C'est plus probant et c'est même efficacement viral. La vertu, on la laisse à Kaïs Saïed et son monde pour ainsi dire vertueux. Du moins, sur ce plan, Méchichi et Ghannouchi tombent parfaitement d'accord.
Entre vociférations byzantines
et débat ringard...
On s'attend, certes, à une plénière houleuse. Ceux qui ne voteront pas en bloc pour l'investiture des ministres proposés se sont déjà exprimés sur la question. Le Bloc démocrate, le clan de Kaïs Saïed (38 sièges) y opposera un nient catégorique. Le PDL d'Abir Moussi votera contre, pour le principe, dès lors qu'il considère tout le gouvernement Méchichi, y compris les noms proposés, comme un gouvernement à la solde d'Ennahdha. Les indépendants, eux, sont comme toujours en proie à leurs humeurs baladeuses. Sinon, l'appui viendra, le plus naturellement du monde, du « coussin politique ». Il ne faut surtout pas croire Yamina Zoghlami quand elle dit qu'Ennahdha n'avalisera pas l'entrée au gouvernement de Sofiane Ben Tounes (proposé le ministère de l'Energie et des Mines), de Youssef Fennira (proposé pour le ministère de l'Emploi) et de Hédi Khaïri (proposé pour la Santé). Du reste, Hichem Méchichi a coupé court, vendredi, à toutes les spéculations : il dit avoir enquêté et s'être assuré que ces trois candidats ne trainent guère de casseroles. A savoir, d'ailleurs, ce que l'on entend par « casseroles ». Au nom de la stabilité gouvernementale, Tahya Tounes paraît avoir une position moins mitigée. Le bloc de la Réforme s'est d'emblée déclaré pour. Quant à Al Karama, il ne fait que mettre en scène une technique de la diversion, mais toute instruite par le Président d'Ennahdha. La comédie du désaveu et de l'indignation à la suite du communiqué de la présidence de l'ARP incriminant la violence de « certains députés » de Makhlouf est tellement burlesque, qu'elle ne convainc personne.
Dans tous les cas de figures, celle qui s'annonce comme étant une plénière houleuse, n'aura, au pire, que les allures de vociférations byzantines et, au mieux, les connotations rituelles d'un débat ringard.
Mieux, selon des sources fiables, les honorables élus du peuple en profiteront pour évaluer, à reculons, les cent premiers jours de la gestion Méchichi. Il s'en trouve même qui disent que ce n'est pas à Méchichi de s'évaluer lui-même, tandis que d'autres lui trouvent des atténuantes : le Président ne l'aurait pas laissé gouverner comme il l'entendait.
Maintenant, si l'on table sur l'obtention de la confiance de l'ARP pour ce remaniement, Méchichi doit bien en avoir évalué les risques. « Le coussin », en d'autres termes, l'appui d'Ennahdha, elle en premier, cela a un prix. Et le prix à payer, s'appelle « dépendance », satellisation du gouvernement dans les sphères partisanes, quoique Méchichi tienne à son principe de base : un gouvernement de compétences indépendantes.
Comment concilier l'inconciliable ? Comment avoir les mains libres pour remédier aux dysfonctionnements ? Comment rétablir la valeur-travail ? Où trouver ces 18 milliards de dinars indispensables pour le redressement socioéconomique ? Comment protéger la santé des Tunisiens en ces temps de pandémie dévastatrice ? Comment fermer et ouvrir à la fois ? Comment faire face aux cerveaux reptiliens bien embourbés dans ce « coussin » ? Et, pour tout dire, comment éviter d'être un enfant de chœur ?
Bien entendu, un coup de scène ne serait pas à exclure d'ici le mardi. Et même lors de la plénière elle-même. Même si les bruits de coulisses laissent entendre que le processus a été bien ficelé. Donnons donc leur part aux réserves d'usage...
p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.