Youssef Chahed préside l'ouverture du Congrès national de lutte contre la corruption et annonce le lancement de راديو نزاهة    WADA : La Russie bannie du sport mondial pour quatre ans pour dopage    Tunisie : L'INLUCC lance la première web-radio dédiée à la lutte contre la corruption    Tunisie : Des foyers et restaurants universitaires en cours de construction dans 11 gouvernorats    Neffos, la nouvelle marque de smartphones introduite par Cellcom sur le marché tunisien    Marc Antoine d'Halluin nommé Président Directeur Général du Groupe MBC succédant ainsi à Sam Barnett    Ayari : les virements des Tunisiens depuis l'Etranger devraient être exemptés de toute charge    Jamila Ksiksi : Si j'ai dit ça, c'est que la situation est grave    ARP: Adoption du projet de la loi de finances 2020 sans examen    Les distributeurs de médicaments pourraient bientôt entrer en grève    Tunisie: Décès d'un conducteur dans le renversement d'un camion de transport de phosphate à Gafsa    Success Story TN : Saïda Meherzi : Entrepreneuse en écotourisme de Kesra    City Cars – Kia fête ses 10 ans, et ses portes étaient grandes ouvertes, ce 7 décembre, aux festivités réservées aux passionnés de la marque    La télévision tunisienne conteste le brouillage de la transmission à l'ARP    Tribune des lecteurs    En vidéo : Lancement de la series 8 des smartphone XIAOMI en Tunisie    Les matches de l'Espérance à la Coupe du Monde des Clubs    La Russie exclue des Jeux Olympiques    Tunisie: Abir Moussi envoie un avertissement à Rached Ghannouchi via un notaire    Abir Moussi s'explique sur la levée du Sit-in du PDL au Parlement    Jasmin Airways – ياسمين للطيران effectuera son vol inaugural le 20 Décembre en direction de Vérone en Italie    Encore un accident de la route, deux morts à Jendouba    L'EST s'envolera demain pour le Qatar    Pourquoi le député Yassine Ayari s'est-il adressé au Président de la République à travers Facebook à propos du Passeport diplomatique ?    Par Amine Ben Gamra : Lorsque l'Etat néglige son secteur agricole    En video : Le bateau tunisien Nottoy N23 à la recherche de distributeurs    Image du jour : Pourquoi les écriteaux sont écrits en français ?    Orange Tunisie, Sofrecom Tunisie et Business & Decision Tunisie, en partenariat avec le PNUD, organisent un #SuperCodeurs pour la planète, à l'occasion de la COP25    La Turquie renvoie 11 djihadistes français    Foot-Europe: le programme du jour    Abir Moussi et les députés de son Bloc parlementaire envahissent la Tribune de la Présidence du Parlement réclamant des excuses d'Ennahdha    La cuisine tunisienne à l'honneur pour la 5ème année consécutive au « Méditerranée – les Saveurs de Djerba »    Tunisie-Ligue 1 (Journée 11): le programme du dimanche    Football : Programme des plus importants matchs de ce dimanche 8 décembre    Gaza, à nouveau, sous le feu israélien    Robert Redford honoré au Festival international du film de Marrakech qui lui décerne l'Etoile d'Or    L'armée américaine veut récupérer les débris de son drone disparu en Libye    Qatar/Arabie saoudite: Des progrès pour mettre fin à la crise dans le Golfe    En vidéo : MG partenaire de la 5ème édition du Festival international des musiciens et artistes handicapés    Ahmed Mejri participe avec plusieurs artistes musiciens saint-louisiens à un atelier de musique-fusion au Sénégal    Success Sotry TN: Nour Bellalouna de Nabeul, artisane et entrepreneuse (Vidéo)    Guirra le nouveau film de Fadhel Jaziri dans les bacs dès le 4 décembre (B.A. et Synopsis)    Journées Architecturales de Carthage 2019: remise des prix    Le Ciné-Club de Tunis entame la saison culturelle 2019 – 2020 avec un 1er cycle de films et débats «Questionnements sur la sexualité»    Londres : VIDEO : Attaque terroriste au couteau : Plusieurs blessés… L'agresseur abattu par la police    Vidéo Buzz : Quand de jeunes tunisiens sauvent une baleine bloquée à la marina de Bizerte    Kef : Une secousse tellurique de magnitude 3.48° sur l'échelle de Richter enregistrée à Sakiet Sidi Youssef    Albanie: Trois morts dans un tremblement de terre d'une puissance de 6,4 degrés sur richter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel avenir pour la Troïka ?
Désaccords latents et patents au sein de la coalition au pouvoir
Publié dans Le Temps le 28 - 11 - 2012

Kaïs Saïed, constitutionnaliste: “L'alliance entre les composantes de la troïka n'est pas un mariage heureux; le divorce est fort probable"
Khalil Zaouia accuse Ennahdha de vouloir contrôler les rouages de l'Etat
Il ne se passe désormais plus un mois sans que des divergences plus ou moins profondes n'éclatent au sein de la coalition tripartite au pouvoir regroupant le mouvement islamiste Ennahdha, le Congrès pour la République (CPR) et le Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés (FDTL ou/ Ettakatol).
Les responsables du CPR et d'Ettakatol multiplient les déclarations peu avenantes à l'égard de leurs alliés. La dernière déclaration qui témoigne d'un certain malaise au sein de ce triumvirat en date est celle de Khelil Zaouia, membre du Bureau politique d'Ettakatol et ministre des Affaires sociales. S'exprimant lors d'une réunion organisée, le week-end dernier, par Ettakatol à Sfax sur la situation générale dans le pays, Khelil Zaouia a accusé Ennahdha de vouloir «contrôler les rouages de l'Etat». Il a également affirmé que le mouvement Ennahdha constitue le principal rival de son parti aux prochaines élections, tout en soulignant la nécessité de parvenir à un consensus politique pour la construction d'un Etat démocratique loin des tiraillements politiques. «L'état de panique et de flou que vit aujourd'hui le Tunisien s'explique par la lenteur du gouvernement et de l'Assemblée constituante qui tardent à parachever l'étape transitoire et à trancher sur certains dossiers», a-t-il relevé, mettant également en cause «la faiblesse des acteurs politiques et la situation fragile qui prévaut dans le pays».
Khelil Zaouia a, d'autre part, considéré que les remous dans le rendement du gouvernement sont «un fait normal» lors d'une phase de transition qui exige consensus et dialogue.
La pique envoyée par le ministre des Affaires sociales à Ennahdha n'a pas tardé à susciter une réaction du parti de Rached Ghannouchi. Le chef du groupe parlementaire d'Ennahdha à l'Assemblée nationale constituante, Sahbi Atig, , a sermonné le ministre rebelle. “Khelil Zaouia aurait dû s'en tenir au devoir de réserve, étant ministre et membre de l'instance de coordination de la troïka", a-t-il notamment dit; rappelant que le leader d'Ettakatol, Mustapha Ben Jaâfar avait qualifié la troïka, “de coalition stratégique".

Mésententes cordiales
Ces critiques auxquelles répondent les dirigeants d'Ennahdha par des remontrances ne sont pas les premières du genre exprimées au sein de la troïka. Le 24 août dernier, c'est le Président de la République Moncef Marzouki en personne qui a accusé Ennahdha de “chercher à faire main basse sur les rouages de l'Etat" . Dans une lettre adressée aux participants au congrès de son parti, le CPR , Marzouki avait, alors, comparé les agissements d'Ennahdha à la tête du gouvernement à ceux de l'ancien régime de Ben Ali. Le président de la République a ainsi affirmé que «ce qui aggrave la situation, c'est que nos frères d'Ennahdha cherchent à contrôler les rouages administratifs et politiques de l'Etat, par le biais de la nomination de leurs sympathisants, sans qu'il ne soit tenu compte des compétences». Marzouki a également souligné que “la domination d'un seul parti pourrait de nouveau mener à la dictature". La lettre lue par Walid Haddouk lors de la cérémonie d'ouverture du congrès du CPR n'a pas été appréciée par les dirigeants d'Ennahdha qui assistaient au congrès. Plusieurs ministres, dont ceux de l'Intérieur Ali Laârayedh et celui des droits de l'Homme et de la justice transitionnelle, Samir Dilou ont même quitté le Palais des Congrès pour manifester leur désapprobation. le Chef historique d'Ennahdha est allé jusqu'à demander à Moncef Marzouki de cesser à jouer au président opposant. “On ne peut pas être à la fois dans le pouvoir et dans l'opposition", a-t-il déclaré en substance.

D'autres mésententes fortement relayées par les médias montrent que la cohabitation entre les trois partis alliés est assez difficile. Il en est ainsi pour l'extradition de Baghdadi Mahmoudi suite à laquelle Moncef Marzouki a dénoncé un “empiètement sur ses prérogatives" ou encore pour les divergences persistantes sur les prérogatives du Président de la République et du premier ministre au sein de la commission des pouvoirs législatif et exécutif et des relations entre eux.

Avenir incertain
Force est , toutefois, de constater que les leaders des trois partis tiennent après chaque désaccord à rappeler le “caractère stratégique de la troïka". Après Rached Ghannouchi et Mustapha Ben Jaâfer, le chef du CPR a plaidé, le week-end dernier, pour la pérennité de l'alliance tripartite. “C'est une alliance stratégique et nous souhaitons qu'elle soit maintenue dans les cinq prochaines années. Le dialogue entre les islamistes et les laïcs sera la clef de la stabilité du pays", a-t-il indiqué, dans un entretien accordé à l'agence de presse officielle russe. La troïka peut-elle vraiment résister aux tiraillements perceptibles entre les trois partis? “ Il est encore prématuré de se prononcer sur l'avenir de cette alliance tant le paysage politique est actuellement instable. Une chose est, cependant, sûre: L'alliance entre les composantes de la troïka n'est pas un mariage heureux. Le divorce est fort probable", répond Kaïs Saïed , professeur de droit constitutionnel. Et d'ajouter : “les critiques adressées par Ettakatol et le CPR à Ennahdha se situent dans le cadre d'une campagne électorale avant l'heure. Mais Ettakatol et le CPR peuvent-ils réellement désormais changer de mari ou de concubin? Ont-ils d'autres choix que de s'allier avec Ennahdha en vue des prochaines élections?"
Selon M. Saïed Ettakatol semble particulièrement condamné à rester l'allié d'Ennahdha. “Ce parti a perdu un grand nombre de ses élus à l'Assemblée nationale et une bonne partie de son électorat. L'alliance avec Ennahdha n'a pas été digérée par la base du parti, dont la marge de manœuvre se trouve aujourd'hui très réduite. Bref, l'avenir de la troïka est aujourd'hui très incertain", indique-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.