Tunisie – Japon : Conférence "JICA Chair" et signature d'un mémorandum de coopération à l'ENA de Tunis    Conférence d'Oran : La contribution des 3 pays africains au Conseil de sécurité de l'ONU a été capitale (Jerandi)    Tahya Tounes annonce son congrès extraordinaire en mars 2022    Sondages d'opinion: Entre crédibilité et risques de manipulation politique    Interrogations légitimes    A la Maison de la Culture d'Hammam-Sousse : la 23e Commémoration de la mort de l'homme d'éducation et de culture, Cheikh Mohamed El Bahri: Hommage à un bâtisseur    Bilel Sahnoun, Directeur Général de la Bourse de Tunis: "La Tunisie n'a toujours pas saisi l'opportunité des financements verts"    Pourquoi: Vente illégale d'eau    Logements sociaux de la Sprols (El Manar, El Menzah 8, El Romana et la Marsa): Le torchon brûle avec les locataires    Monde: Un accord « historique » entre la France et les Emirats Arabes Unis    NEWS: Zerdoum passe au CA    Marathon International COMAR Tunis-Carthage: Courons pour l'environnement    Foot-Europe: le programme du jour    Office National de la Famille et de la Population — Lancement des premières Journées nationales de la santé sexuelle et reproductive: Le sida, l'autre pandémie    Tunisie – Coronavirus: Le passeport vaccinal peut être présenté sur papier ou sur téléchargé sur le téléphone    On nous écrit: «J'ai fermé mes maisons » de Marianne Catzaras Sur ses collines, Athènes attend    «On a Blade of Grass» de Fares Thabet à Selma Feriani Gallery du 13 décembre 2021 au 5 février 2022: Un environnement rêvé    Exposition de photos: Splendeurs et couleurs de la Médina de Tunis    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    Le changement de la date de la fête de la Révolution est « une grande réalisation »    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Premier ministre italien : « la Tunisie doit tracer une voie politique claire »    Tunisie : Les intentions d'investissement accusent une baisse de 20%    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Tunisie-Météo: Temps nuageux sur l'ensemble du pays    Le pass vaccinal sera obligatoire dans les établissements universitaires    Tunisie-Covid : Quatre morts en une journée    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Omicron, diplomatie, déficit budgétaire… Les 5 infos de la journée    Football : Où regarder Dortmund – Bayern et Roma – Inter ce samedi ?    Importantes précisions du ministère de l'enseignement supérieur concernant le pass vaccinal    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Coupe Arabe : Qatar s'offre Oman dans une fin de match à suspense    Coupe Arabe : le Bahreïn et l'Irak se neutralisent    L'ancien patron de l'athlétisme mondial, le Sénégalais Lamine Diack n'est plus    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    Quand l'Administration tunisienne entrave l'économie : Aslan Ben Rejeb tire la sonnette d'alarme    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chronique, le mot pour le dire : La ligue
Publié dans Tunivisions le 05 - 03 - 2014

« A voir le soin que les conventions sociales paraissent avoir pris d'écarter le mérite de toutes les places où il pourrait être utile à la société; en examinant la ligue des sots contre les gens d'esprit, on croirait voir une conjuration de valets pour écarter les maîtres ». Chamfort, Maximes et pensées
Pour s'assurer de l'acception du terme ligue, il conviendrait de joindre au dictionnaire un manuel d'histoire. Très précisément l'histoire de la France au seizième siècle, au cours du triste épisode de la guerre des religions entre catholiques et protestants. Le lecteur risque d'être surpris, et d'une drôle de manière, par les affinités troublantes entre la situation de la France, à cette époque lointaine, et la situation actuelle de la Tunisie. La Ligue se trouve être justement l'une des plus inquiétantes de ces affinités. L'affaire du sieur Imed Dgheïj, et l'étrange remue-ménage qu'elle a suscité, en particulier chez les « députés » (à ma connaissance, les Tunisiens n'ont jamais élu de parlement) de la « majorité » (qui s'obstine à maintenir en vie la Troïka de triste mémoire, officiellement décédée et enterrée) à l'ANC (cette structure encombrante et coûteuse qui n'aurait jamais dû continuer d'exister au-delà de la date fatidique du 23 octobre 2011), est ce qui donne à ce rapprochement son caractère incontournable.
Des représentants des « blocs » parlementaires d'Ennahdha (la plus imposante des sectes religieuses du pays, déguisées en partis politiques), du CPR et de Wafa (transfuge du précédent, les deux étant des partis politiques déguisés en sectes), ayant formé le fameux groupe des vingt-cinq députés, se sont permis, au mépris de la loi de la république dont ils sont censés être les garants, de harceler le ministre de l'intérieur après l'arrestation du sinistre hors-la loi, dénommé Imed Dgheïj. En moins de temps qu'il n'en faut pour prononcer son nom, l'ancien homme de main de Imed Trabelsi est devenu une célébrité nationale et, et c'est là le bouquet, la figure de proue de la Révolution Tunisienne !
Madame Meherzia Labidi et le digne Abdellatif Ayadi, pour ne citer que les illustres figures de cette Ligue Sacrée, devraient être, ainsi que leurs acolytes, fort contents d'avoir réalisé l'extraordinaire exploit de métamorphoser un simple agitateur, doublé d'un casseur, en militant ! Mais de quoi ? se demandent des millions de tunisiens. A cette question, les ligueurs de l'ANC s'empressent de répondre que le chef de la filiale des LPR (je précise, pour ceux qui l'ignorent, que la lettre L est l'abréviation de ligue. Il est normal donc que les ligues soient solidaires entre elles) aurait subi, lors de son arrestation, de très graves sévices. Sa mère et son cafetier en étaient les principaux témoins. La parole des agents de l'ordre, qui ont affirmé que tout s'est déroulé dans le respect de la loi, ne compte pas aux yeux de ces austères représentants du « peuple », révulsés par les bévues policières !
Les répercussions de ce coup de poignard, que les ennemis de la Tunisie lui ont assené dans le dos, est que la Révolution (impérativement avec une majuscule) est actuellement sans défense. Pire encore, celui ou ceux qui ont pris l'inconséquente décision de mettre le sieur Dgheïj à l'ombre, auraient facilité la tâche des fossoyeurs en les aidant à décapiter carrément la Révolution. En effet, sans les milices, baptisées pompeusement par leurs fondateurs Ligues de Protection de la Révolution (LPR), et considérées par Rached Gannouchi comme étant les « consciences (remarquez ce pluriel augmentatif) de la Révolution », la Tunisie est confrontée à un danger imminent : justement, celui de tomber entre les mains de la contre-révolution.
Voilà pourquoi les dignes représentants de la « légitimité », qui ne se sont jamais offusqués des terribles atteintes aux droits de l'homme lors du règne de la troïka, dont ils faisaient partie (entre autres l'affaire de la chevrotine et ses conséquences tragiques), sont sortis de leur léthargie et ont volé au secours de la nation. En l'absence des LPR, et de leurs chefs zélés, qui se chargeraient de barrer la route aux bataillons des contre-révolutionnaires ? La jeune Révolution Tunisienne a encore besoin des légions des Ravaillac, enrôlés dans ces fameuses LPR, et prêts à tout pour servir la Tunisie et, bien entendu, l'Islam dont la « légitimité » a fait son cheval de bataille et la pièce maîtresse de la démocratie que R. Gannouchi prétend avoir instaurée dans le pays.
On comprendrait mieux l'émotion du groupe des vingt-cinq, et tous ceux qui l'ont soutenu, si on réalisait (et malheureusement la majorité des tunisiens n'en est consciente) que la Tunisie est actuellement en guerre (guerre sainte, cela s'entend) contre toutes les manifestations d'impiété et de dissolution, héritées de la dictature. Sans le concours précieux des LPR, les sentinelles de la Révolution, à l'ANC et ailleurs, risquent d'être débordées. Les louables efforts du ministre de l'éducation nationale, soucieux d'afghaniser au plus vite les établissements scolaires, ceux de certains professeurs d'instruction religieuse (entre autres, le fameux Jawadi, l'imam de la mosquée Lakhmi à Sfax), déterminés à hijabiser (néologisme signifiant imposer le hijab) à toute la gente féminine, ceux surtout de l'idéologue et du réformiste R. Gannouchi, le chef de file de l'islamisme, en particulier ses dernières prestations aux USA, dans lesquelles il aurait apporté la preuve décisive que l'Islam n'est pas du tout (alors là pas du tout) en désaccord avec la démocratie. Sa démonstration magistrale a eu un écho tel que la classe politique américaine envisage sérieusement d'abandonner sa démocratie vieillissante au profit de l'islamisme ganouchien, dernier cri de la démocratie !
Pour toutes ces raisons, il est impératif de sauver Ravaillac des griffes de la police et de lui épargner l'humiliation d'être jugé, lui le révolutionnaire en titre, par la contre-révolution. Le Ravaillac tunisien, et ses acolytes, ont encore un boulot monstre à abattre en prévision des prochaines échéances électorales. Sans les Ravaillac, les duc de Guize tunisiens enturbannés ne pourraient pas venir à bout des mécréants réformés. Sans compter que la Tunisie n'a pas eu encore droit à sa Saint-Barthélemy. Les attentats perpétrés jusqu'ici par des Ravaillac sans envergure ne sont rien en comparaison de ce qui reste à faire. Tant que le coriace Henri IV, qui n'arrête pas de plaider en faveur de la tolérance, n'a pas été abattu, la Révolution Tunisienne est exposée aux pires dangers.
Selon le fameux groupe des vingt-cinq, porte-parole de la « légitimité révolutionnaire », et de tous les « politiciens » qui l'appuient, R. Gannouchi en tête, la Tunisie aurait beaucoup plus besoin, dans l'état actuel des choses, de Ravaillac (en l'occurrence le dénommé Imed Dgheïj) que d'Henri IV. C'est que, vous l'aurez compris, la démocratie ganouchienne, érigée en dogme, ne s'accommode point de tolérance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.