Championnat méditerranéen de Handball U17-Athènes 2020: la Tunisie réalise l'exploit en surclassant la Croatie (19-17) et se qualifie pour les 1/4 de finale    « Africa CEO Forum Awards »: Le Groupe tunisien Loukil parmi les nominés    Slim Feriani : Le flou politique freine l'investissement    Signature d'une convention de partenariat entre DataXion et la Société Monétique Tunisie    Ennahdha veut éviter le scénario de nouvelles élections, selon Harouni    Négociations autour du gouvernement : Leurres et manœuvres d'Ennahdha    Découvert par les forces sécuritaires et militaires : Un camp de terroristes sur les hauteurs de Kasserine    Abdelkrim Harouni confirme l'orientation d'Elyès Fakhfakh vers un « Gouvernement d'unité nationale »    Kasserine : Saisie de 19 plaques de résine de cannabis    Campagnes sécuritaires : 629 individus arrêtés aux alentours des établissements éducatifs    Secteur privé : Démarrage des négociations sociales en mars    Imed Hazgui    Nouveau gouvernement: aux calendes grecques !    La Formation gouvernementale sera divulguée ce mercredi : Fakhfakh respectera-t-il les recommandations et les exigences des partis ?    Fin de la quarantaine pour les Tunisiens de retour de Wuhan | Dr Samir Abdelmoumen : «J'ai accompli ma mission sans plus !»    Futurs enjeux: quand le bassin redevient le cœur battant des pays riverains    A l'Espace Aire Libre El Teatro à Tunis : «Ecce Eros» ou Voici l'amour !    Rencontre avec Jean-Denis Bonan (Réalisateur) : Retour au pays natal    Port en eaux profondes à Ennfidha: Le défi    Moody's améliore les perspectives de notation de cinq banques tunisiennes    Programme TV du mercredi 19 février    Geek Days – Internet des objets : Communiqué de presse    Les océans, moteur du développement économique mondial    Tripoli suspend les pourparlers de paix après les violations de Haftar    En vidéo : inauguration du 3éme studio OXYGENE FITNESS & PILATES au lac3    3 cas d'hépatite A à Kébili    UTAP : la baisse des niveaux d'eau dans les barrages est intentionnelle    Grève dans toutes les écoles de Tunis    Le message du courage et de la clarté    Espérance ST : Khenissi et Derbali au repos    Casillas prend sa retraite    Mekki: Voilà pourquoi Ennahdha tient au ministère des Technologies de la Communication    Tournoi de Dubaï : Ons Jabeur vient à bout de la 18ème mondiale    Dépôt de Borj Chakir : la catastrophe environnementale que l'Etat veut étendre    Human Screen Festival 2020 : « Le Monde se rebelle » et hommage à Lina Ben M'henni    Festival « Carthage Dance » 2020 Candidatures ouvertes pour les artistes chorégraphes    Météo: Prévisions pour aujourd'hui, mercredi 19 février 2020    Championnat méditerranéen de Handball-Athènes 2020: l'équipe de Tunisie U17 et le Maroc se neutralisent (15-15)    Attaque signalée dans le port de Tripoli    Après le nul du CA face au CSHL : Sens interdit !    Contrepoint | Deux voix, deux joyaux    La Maison de la poésie tunisienne lance un appel à candidature pour sélectionner des volontaires dans le cadre de la manifestation « Mars Poésie 2020 »    Suite à un incendie sans grands dégâts, Tarak Ben Ammar : les studios Carthago sont opérationnels    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    Tebboune : les visites officielles se feront désormais en bus    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    L'alpiniste tunisien Anis Trimeche au sommet de l'Aconcagua    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Euromed : acquis et limites du processus de Barcelone, vus par Bruxelles
Publié dans WMC actualités le 26 - 05 - 2008

Il aura fallu près d'une année et le projet d'«Union méditerranéenne » -l'appellation initiale de l'initiative du chef de l'Etat français- pour que l'Union européenne accepte, enfin, de reconnaître les limites et les faiblesses du «Processus de Barcelone» -sans en nier les retombées positives. En effet, après que le dernier Conseil européen (13-14 mars 2008) ait approuvé le principe de la création de «l'Union pour la Méditerranée», et invité la Commission européenne à proposer les modalités de ce qui est désormais appelé «Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée» -une manière de dire que la seconde n'annule pas et ne remplace le premier, et vient seulement pour le compléter-, Bruxelles a dresse un état des lieux des relations de l'Union européenne avec ses voisins méditerranéens. Il en ressort un tableau où les avantages et les acquis contrebalancent les limites et difficultés.

Acquis, d'abord. La Commission européenne considère que le processus de Barcelone «instrument central des relations euro-méditerranéennes» qui «représente un engagement fort en faveur de la stabilité régionale et de la démocratie à travers la coopération régionale et l'intégration»- est loin d'avoir été inutile. Outre qu'il a fourni «un cadre pour un engagement continu et le développement», le partenariat euro-méditerranéen présente l'avantage, du point de vue européen, d'avoir institutionnalisé le dialogue entre les deux rives de la Méditerranée, et aidé les pays de la rive Sud à se réformer et à se moderniser dans sur les plans économique et social. En matière de renforcement de la démocratie et du pluralisme politique le bilan est, reconnaît-on à Bruxelles, moins reluisant.

Le Processus de Barcelone a également contribué, via les divers accords de coopération dans le domaine de l'éducation, au développement humain et à la promotion «des valeurs culturelles et sociétales dans la région». Mais dans tous ces domaines, les pays sud-méditerranéens ont besoin d'ultérieures et «plus rapides réformes » pour leur permettre de cueillir les fruits de la globalisation et du libre-échange avec l'Union européenne.

En effet, constate la Commission européenne, «les réformes économiques, le graduel libre échange des produits industriels avec l'Union européenne, et les améliorations dans la gouvernance économique, n'ont pas été suffisants pour attirer l'investissement local et étranger dont on a besoin pour améliorer le niveau de vie dans la région. La croissance a été bonne mais insuffisante. Les réformes ont été encourageantes mais en deçà des attentes initiales. (…) Les effets combinés de ces défaillances ont eu pour résultat un processus plus lent qu'attendu. Et comme conséquence de l'insuffisante croissance et de l'expansion démographique continue le fossé en matière de prospérité entre l'UE et la plupart des pays européens s'est élargi et il n'y a pas eu de réelles convergences économiques. La formule du commerce plus investissement plus coopération est aussi pertinente qu'elle l'était en 1995. Et alors que l'UE peut faire plus pour promouvoir le commerce, l'investissement et la coopération dans la région, les pays de la région ont le plus grand besoin de saisir les opportunités comme une partie de leurs politiques économiques locales».

Au total, bien qu'il ait connu «une forte promotion des relations bilatérales et multilatérales», le partenariat euro-méditerranéen a aujourd'hui «besoin d'un changement qualitatif et quantitatif, afin d'augmenter l'investissement et la création d'emplois et d'optimiser l'utilisation des ressources humaines».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.