Grèce | Championnat méditerranéen de Handball d'Athènes 2020: l'équipe de Tunisie U17 bat la Turquie (18-16)    Suite à un incendie sans grands dégâts, Tarak Ben Ammar : les studios Carthago sont opérationnels    Un camion arrêté à Sfax avec 34 subsahariens qui tentaient de passer les frontières    Total Tunisie « Elu Service Client de l'Année 2020 »    Composition du gouvernement avant le retrait d'Ennahdha : 29 ministres et deux secrétaires d'Etat    Youssef Chahed rencontre le Président du Parlement Rached Khériji Ghannouchi    Alloués au PNUD et à l'UNICEF : Fonds japonais pour des projets en Tunisie    L'hommage rendu par Elie Trabelsi à son frère René !    Avec la participation de 42 entreprises : La Tunisie au salon Gulfood de Dubaï    Retour au centre-ville    La Basketball Africa League annonce les 12 équipes qui s'affronteront lors de la Saison Inaugurale, dont l'US Monastir    TOPNET soutient les entrepreneurs au salon Riyeda    Huawei Y 6 s plus est grand, plus est meilleur    Salon Expo Finances 2020 : L'APTBEF relève le défi, les banques se réinventent par le digital    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    L'Union du Maghreb arabe soutient le projet d'une chaîne maghrébine d'info basée à Tunis : Maghreb News TV    Santé : 9 Libyens revenant de Chine resteront en isolement pendant 14j en Tunisie avant de retourner à leur pays    Ennahdha change la donne… Explication de l'article 89 sur lequel elle se base    Mustapha Kamel Nabli: Abdelwaheb Mahjoub, mon ami de toujours (Album Photos)    Elyes Fakhfakh rencontre Youssef Chahed    La Société de Promotion du Lac de Tunis lance un appel d'offres : La Perle du Lac    Les impasses constitutionnelles en Tunisie post 2019 : Colloque ce jeudi 20 février à la Faculté des Sciences juridiques    Boxe avec les Etoiles – Galaoui … honore la Tunisie    Mohamed Hamdi proposé comme ministre de l'Education, qu'en pense le syndicat ?    Démantèlement d'un réseau de fraude de visas    Virée cauchemardesque à Djerba à cause d'un chauffeur de bus en état d'ébriété    Oussama Ben Salem (Ennahdha) dévoile le surprenant scénario à mettre en oeuvre dès ce lundi    La 2 ème édition de SMART Industrie sous le thème «Industrie 4.0 en Tunisie…Une transition en route »    Leaders El Arabya fête son 50e numéro    Météo : temps stable    Tebboune : les visites officielles se feront désormais en bus    Tunisie-ligue 1 (J15): les matches de ce dimanche et programme TV    Grands-parents: les papis et les mamies chantent et dansent    Avant-première de «Mamou & Chehyma» avec Kamel Touati, Slah Msadek et Lassaâd Ben Abdallah: un trio de choc !    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Plongez dans la biographie de l'inégalable artiste-peintre-caricaturiste tunisien si Abdelhamid Hanafi    Tunisie-Ligue 1: le classement général avant les matches de la 15è journée    Pas de mariage pour tous en Russie tant que Poutine est président    Exposition Silhouettes du 15 au 29 février à la Galerie d'Art Alexandre Roubtzoff    RENCONTRE-DEDICACE : « Hend, le prince de Djerdjer » par l'auteur IZA LOU, Librairie Al Kitab Tunis    Supercoupe d'Afrique | EST-Ezzamalek ( 1-3) : La malédiction se poursuit…    « La TUNISIENNE GAZELLE RUN » : Course pédestre 100% féminine organisée à TUNIS pour la première fois – Au bonheur des dames !    Programme TV du samedi 15 février    L'alpiniste tunisien Anis Trimeche au sommet de l'Aconcagua    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    Le festival international des échecs du 15 au 24 février 2020 à Djerba    Les extrémistes terrorisaient les habitants : Opération de ratissage près de Ghardimaou    Libye: Le Conseil de sécurité adopte une résolution sur un cessez-le feu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Beauté et dissidence
Ouverture des journées chorégraphiques de Carthage
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 06 - 2018

Il y avait de la force et de la poésie à travers des mouvements de marche en groupe et des sauts aux équilibres précaires. Il y avait de la colère marquée sur les visages parfois encore de la tristesse et la peur.
La danse a ses Journées. C'est officiel ! L'ouverture des Journées chorégraphiques de Carthage a eu lieu mardi à la Cité de la Culture. La naissance de «Carthage Dance» est fortement attendue par les danseurs et les chorégraphes tunisiens qui ont toujours déploré l'indifférence des autorités à l'endroit d'un art majeur, la danse. C'est fait.
A la salle de l'opéra de la Cité de la culture, Meriem Gellouz a fortement salué l'événement annonçant la primeur donnée aux rencontres Sud-Sud, en faisant la part belle aux chorégraphes tunisiens. La présidente des Journées a fait valoir l'engagement du festival à prôner les valeurs fondamentales, s'ériger contre les exclusions et pour la reconnaissance du corps en tant qu'expression de liberté.
Le festival qui s'inscrit sous le slogan «Il n'y a pas de corps dansant sans dignité corporelle» comprend pas moins de 40 spectacles, des ateliers, des conférences et des projections de films. C'est dire que cette manifestation inaugurale qui se tient du 26 juin au 1er juillet s'est voulue à la hauteur des attentes de la profession, d'abord, et du public, ensuite.
La danse des ghettos
En présence du ministre de la Culture et de quelques officiels, le spectacle d'ouverture est présenté par la compagnie sud-africaine «Via Katlehong». Huit danseurs interprètes ont présenté durant près d'une heure et demie la pièce «Via Kanana» signée par le chorégraphe Gregory Maqoma. Né à Johannesburg, reconnu à l'échelle internationale, Maqoma est lauréat de plusieurs prix internationaux. Il a chorégraphié entre autres le concert d'ouverture de la Coupe du monde de foot en 2010, dans son pays, en Afrique du Sud.
La troupe a présenté devant un public tunisien curieux des tableaux de danse et musique rythmée qui développent une thématique annoncée d'entrée de jeu sur le double écran géant du fond : la corruption.
Sur l'avant-scène carrément vide, épuré, si l'on veut, se déploient les danseurs pour danser le «pantsula». Une danse lancée par les ghettos de Johannesburg se caractérisant par les mouvements de groupe, les contorsions énergiques, les frappes des pieds, le claquement des mains et les tournoiements des hanches. Les vidéos et les images projetées ont fait office d'écrin. Les silhouettes des danseurs s'y projettent, s'y incrustent et se dupliquent pourvoyant de profondeur la scène et d'une trame dramaturgique au spectacle.
Théâtre dansé
A travers une belle communication entre eux, les danseurs accomplissaient des mouvements acrobatiques en tapant des pieds rappelant à la fois la danse des claquettes ainsi que les danses populaires pratiquées pour se divertir et surtout dénoncer. La dénonciation de la corruption comme annoncé au début se fait claire mais la pauvreté et l'exclusion également.
L'espace scénique s'est voulu, d'abord et avant tout, un lieu de dissidence politique. Dommage, quelques tableaux ont été parfois longs et répétitifs. La barrière de la langue a été un handicap majeur pour une œuvre qui se revendique, d'abord, du théâtre dansé. Les danseurs interprétaient des personnages qui parlaient et chantaient en racontant un récit. Ne comprenant pas la langue de la pièce qui aurait gagné à être sous-titrée, le public s'est concentré sur les mouvements des corps.
Il y avait de la force et de la poésie à travers des mouvements de marche toujours en groupe et des sauts aux équilibres précaires. Il y avait de la colère marquée sur les visages, parfois encore de la tristesse et la peur. Il y avait de la beauté, de la théâtralité et une performance physique, sportive même, des corps dansants qui se sont unis, séparés, enchevêtrés pour porter des messages, défendre des idées, dénoncer des travers et des conditions de vie difficiles. Le train bondé projeté sur écran présente une scène de la vie quotidienne et désormais contestée. Du début jusqu'à la fin, des émotions fortes sont scénarisées à travers des prouesses physiques époustouflantes et par des danseurs qui ne se sont accordé aucun répit. Le public tunisien a fortement apprécié et l'a fait savoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.