Ben Arous- Kais Saïed obtient 74.81 % des voix    Tunisie- Date de l'annonce officielle des résultats du deuxième tour de l'élection présidentielle    Tunisie – Présidentielle : Biographie de Kais Saied, nouveau Président de la République Tunisienne    Tunisie- Identification du tueur du touriste français    La Tunisienne Ons Jabeur gagne 8 places au classement WTA et se hisse à la 53e position    Tournoi de Ningbo (Chine) : Malek Jaziri entre en lice au deuxième tour face au portugais Ferreira    Youssef Chahed réagit sur Facebook à la victoire de Kais Saïed    Tunisie – Météo : Ciel parfois nuageux et pluies isolées    Bizerte: Un français poignardé au couteau et un soldat blessé    Volley – Mondial 2019 : la Tunisie encaisse sa neuvième défaite    Le bouleversant témoignage de Kenza fille autour de son papa Nabil Karoui    La figure emblématique de la révolution est de retour    Coup d'envoi réussi de l'édition 2019 de l'Africa Women's Sevens à Monastir    Rached Ghannouchi félicite Kais Saïed vainqueur du 2ème tour de la Présidentielle    Retour sur la déclaration du candidat Nabil Karoui à l'issue de sa défaite    Kaïs Saïed : Laissez les journalistes faire leur travail en toute liberté    Présidentielle, quand seront annoncés les résultats préliminaires?    18 340 sympathisants de Tahya Tounes ont voté pour Karoui    Euro 2020 : les résultats des matchs de ce dimanche    Euro 2020 (Journée 8): le programme de dimanche 13 octobre    Euro-2020 : 168e sélection pour Ramos, nouveau record d'Espagne    Match Amical : le onze national, dominateur, se contente d'un match nul face au Cameroun    Fatwa remporte le Grand Prix Festival de Fameck    Abdellatif Hmam remplace Ryadh Mouakhar à la tête du Secrétariat général du Gouvernement    Pour se faire payer, un hôtelier essaye de saisir un avion à Djerba    Semaine de la langue italienne dans le monde: l'italien sur scène à Tunis du 17 au 26 octobre 2019    La pire crise finacière pour l'ONU    La croissance ne dépassera pas les 2% en 2019 selon la Banque Mondiale    Tunisie – Météo : Températures en hausse pendant le Week-End    Forum mondial de l'eau «Dakar 2021» au Sénégal    Ne dites plus SIVP mais plutôt CIVP !    Octobre Musical 2019 à Sousse: 6ème session du 16 au 31 octobre (Programme)    La Diva Emel Mathlouthi «Catalyseur du changement du 21e siècle» le 14 Octobre au Poisson Rouge à New York    Journées Musicales de Carthage 2019 : L'ouverture reportée d'une heure    Hippie Tounsi Fest Les 01 et 02 novembre 2019    Il est temps de créer des politiques de marché agressives qui stimulent la croissance économique    Rencontres-débats autour du livre « BOURGUIBA », dernière œuvre du Français Bertrand Le Gendre, à Tunis, Bizerte, Sfax et Kairouan    Tunisie Présidentielle 2019 : Débat télévisé vendredi 11 octobre entre Kaïs Saïed et Nabil Karoui    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    Tunisie : Fermeture de la route menant de Menzeh 9 et Manar vers Tunis    Explosion près de l'aéroport de Linz en Autriche    Chawki Mejri n'est plus    Tunisie : les derniers chiffres du commerce extérieur    Ce dimanche, les citoyens votent en Tunisie au Kosovo et au Portugal    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    Le sommet et le forum économique Russie-Afrique    Confirmation du décès de l'Adjudant-chef de la Garde nationale Najiboullah Cherni dans les affrontements de Hydra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Beauté et dissidence
Ouverture des journées chorégraphiques de Carthage
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 06 - 2018

Il y avait de la force et de la poésie à travers des mouvements de marche en groupe et des sauts aux équilibres précaires. Il y avait de la colère marquée sur les visages parfois encore de la tristesse et la peur.
La danse a ses Journées. C'est officiel ! L'ouverture des Journées chorégraphiques de Carthage a eu lieu mardi à la Cité de la Culture. La naissance de «Carthage Dance» est fortement attendue par les danseurs et les chorégraphes tunisiens qui ont toujours déploré l'indifférence des autorités à l'endroit d'un art majeur, la danse. C'est fait.
A la salle de l'opéra de la Cité de la culture, Meriem Gellouz a fortement salué l'événement annonçant la primeur donnée aux rencontres Sud-Sud, en faisant la part belle aux chorégraphes tunisiens. La présidente des Journées a fait valoir l'engagement du festival à prôner les valeurs fondamentales, s'ériger contre les exclusions et pour la reconnaissance du corps en tant qu'expression de liberté.
Le festival qui s'inscrit sous le slogan «Il n'y a pas de corps dansant sans dignité corporelle» comprend pas moins de 40 spectacles, des ateliers, des conférences et des projections de films. C'est dire que cette manifestation inaugurale qui se tient du 26 juin au 1er juillet s'est voulue à la hauteur des attentes de la profession, d'abord, et du public, ensuite.
La danse des ghettos
En présence du ministre de la Culture et de quelques officiels, le spectacle d'ouverture est présenté par la compagnie sud-africaine «Via Katlehong». Huit danseurs interprètes ont présenté durant près d'une heure et demie la pièce «Via Kanana» signée par le chorégraphe Gregory Maqoma. Né à Johannesburg, reconnu à l'échelle internationale, Maqoma est lauréat de plusieurs prix internationaux. Il a chorégraphié entre autres le concert d'ouverture de la Coupe du monde de foot en 2010, dans son pays, en Afrique du Sud.
La troupe a présenté devant un public tunisien curieux des tableaux de danse et musique rythmée qui développent une thématique annoncée d'entrée de jeu sur le double écran géant du fond : la corruption.
Sur l'avant-scène carrément vide, épuré, si l'on veut, se déploient les danseurs pour danser le «pantsula». Une danse lancée par les ghettos de Johannesburg se caractérisant par les mouvements de groupe, les contorsions énergiques, les frappes des pieds, le claquement des mains et les tournoiements des hanches. Les vidéos et les images projetées ont fait office d'écrin. Les silhouettes des danseurs s'y projettent, s'y incrustent et se dupliquent pourvoyant de profondeur la scène et d'une trame dramaturgique au spectacle.
Théâtre dansé
A travers une belle communication entre eux, les danseurs accomplissaient des mouvements acrobatiques en tapant des pieds rappelant à la fois la danse des claquettes ainsi que les danses populaires pratiquées pour se divertir et surtout dénoncer. La dénonciation de la corruption comme annoncé au début se fait claire mais la pauvreté et l'exclusion également.
L'espace scénique s'est voulu, d'abord et avant tout, un lieu de dissidence politique. Dommage, quelques tableaux ont été parfois longs et répétitifs. La barrière de la langue a été un handicap majeur pour une œuvre qui se revendique, d'abord, du théâtre dansé. Les danseurs interprétaient des personnages qui parlaient et chantaient en racontant un récit. Ne comprenant pas la langue de la pièce qui aurait gagné à être sous-titrée, le public s'est concentré sur les mouvements des corps.
Il y avait de la force et de la poésie à travers des mouvements de marche toujours en groupe et des sauts aux équilibres précaires. Il y avait de la colère marquée sur les visages, parfois encore de la tristesse et la peur. Il y avait de la beauté, de la théâtralité et une performance physique, sportive même, des corps dansants qui se sont unis, séparés, enchevêtrés pour porter des messages, défendre des idées, dénoncer des travers et des conditions de vie difficiles. Le train bondé projeté sur écran présente une scène de la vie quotidienne et désormais contestée. Du début jusqu'à la fin, des émotions fortes sont scénarisées à travers des prouesses physiques époustouflantes et par des danseurs qui ne se sont accordé aucun répit. Le public tunisien a fortement apprécié et l'a fait savoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.